Paris Le jour où tu craques dans une cabine d'essayage...

Sujet dans 'Forum Paris' lancé par ElineDL, le 16 juin 2017.

  1. ElineDL

    ElineDL
    Expand Collapse
    Pas besoin d'1 DragonBall quand on a un sourire qui tue :d :boxing:;)

    L’autre jour je me rends dans une enseigne et j’essaye un pantalon en 38 sauf qu’il est plus serré que d’habitude. Je fais un régime depuis plusieurs semaines et j’essaye ce fichu pantalon qui je n’arrive pas à enfiler. Et là, je craque. Devant la glace, je fonds en larmes.

    J’ai beau avoir des amis qui me disent ne pas comprendre pourquoi je fais un régime, qui affirment qu’’ils me trouvent bien mais je n’arrive pas à me voir de cette façon une fois dans une cabine d’essayage. Parfois, j’ai l’impression d’être en conflit entre cette image de perfection féminine de toutes les pubs (image qu’on voit « partout » et dont je sais qu’elle est fausse et idéalisée à l’extrême) et cette « beauté » normale et tranquille qui est bien souvent inconsciemment dénigrée.

    Parfois, j’ai envie de revendiquer ce qui fait que je suis moi et de me foutre de cette pression du « Les gens vraiment géniaux font du 34 ou du 36 « tolérance max ». Parfois, toutes ces belles résolutions sont réduites en miettes par une centième image (retouchée, photoshopée, colorée, illuminée, filtrée…) d’une fille idéale qui n’existe pas mais dont l’inexistence ne peut vraisemblablement pas être acceptée par mon inconscient !

    Suis-je la seule à éprouver cela ?
     
    Plaute le magnifique a BigUpé ce message
  2. Nedjma

    Nedjma
    Expand Collapse

    @ElineDL il y a six ans, je faisais du 36 et j'estimais avoir beaucoup grossi. ( image de soi très saine TMTC )
    J'ai essayé un combishort pour rigoler, j'étais avec mon copain en mode " pretty woman ". Je me suis trouvée tellement ... immonde. J'ai pleuré, pleuré, pleuré sans m'arrêter.
    Aujourd'hui on s'en souvient encore avec mon copain. On l'évoque toujours avec une sorte de malaise.

    L'année dernière, je m'y suis remise. J'étais pas en France métropolitaine, je me suis immergée dans une autre culture du corps. J'ai commencé par des jupes, timidement, puis des shorts ... jusqu'à aller chercher mes clopes en mini-combishort ultra transparent en dentelle ^^

    Aujourd'hui je me permets bien plus de choses alors que je fais un bon 38 en bas. J'ai décidé de m'aimer comme je suis, et de me dire que je porte bien mes courbes.

    C'est dur, l'acceptation de soi :/
     
  3. ElineDL

    ElineDL
    Expand Collapse
    Pas besoin d'1 DragonBall quand on a un sourire qui tue :d :boxing:;)

    Comme tu dis, c'est dur l'acceptation de soi. C'est encore plus pénible quand tu te mets à te comparer à toutes les personnes que tu croises! Là c'est l'été, mes potes m'ont proposé d'aller à la plage. Je pense même ne pas y aller, je ne supporte plus mon corps. Et pourtant je me dis que que la plus longue relation que j'aurai dans ma vie, c'est cette relation avec mon corps, mon intérieur. Si je commence à ne vraiment rien aimé, ça va être difficile!

    En tout cas, j'admire ton courage, vraiment. Changer sa vision de soi-même et s'accepter c'est tellement difficile parfois (voire souvent).
    Quel a été ton déclic? Quand t'es-tu dis "Ok, aujourd'hui, je sors en short et qu'importe! Je me sens bien"? Comment as-tu fait??
     
  4. Mademoiselle_Patate

    Mademoiselle_Patate
    Expand Collapse
    La vie est belleeee. :)

    As tu déjà entendu parlé de Dysmorphophobie ?
    Quand on tape ça sur Google ça peut faire peur, mais en soit ça consiste à ne pas savoir se voir tel que l'on est. Que ce soit se voir plus grosse, plus grasse, plus petite, plus difforme, plus toutcequetuveux. Et ça créer du complexe, qui en général va en s'amplifiant ou du moins qui a du mal à disparaître une fois qu'il est bien installé.

    Je ne re-raconterai pas mon histoire, (si ça en intéresse quelques un(e)s elle est ici), mais j'ai toujours eu du mal à m'accepter et je me trouvais toujours trop grosse, par rapport aux filles """jolies""" . Je pensais que c'était u complexe comme les autres filles mais la vérité c'est que ça me bouffait, et le fait qu'on pose ce mot sur mon malaise m'a permis de me rendre compte que c'était pas anecdotique, qu'il y avait un vrai "problème" et qu'il fallait le résoudre.
    Le déclic pour moi ça a été de me rendre compte de la place que ça prenait dans ma vie, + des phrases bien placées du diététicien que j'étais allée voir pour maigrir.

    Aujourd'hui encore j'ai du mal, parfois plus que d'autres, avec ce que je vois dans le miroir, mais le fait de savoir que "c'est dans ma tête, les autres ne me voient pas comme ça", ça m'aide à relativiser. Les jours où j'ai du mal avec moi même, j'évite tout ce qui est boutiques, photos, etc. Je fais ça quand je me sens bien pour éviter l'effet auto-critique. Et pour les jours où ça ne va vraiment pas, j'ai des tenues "type", que je mets sans réfléchir, sans me checker dans le miroir, ça m'évite l'inspection et je passe plus vite à autre chose.

    Pour ce qui est des tailles, les magasins ont de plus en plus tendance à faire des choses bizarres je trouve, par exemple parfois le XS sera trop grand dans une boutique, et le M trop petit dans une autre, du coup j'ai aussi appris à cerner mes boutiques préférées et à ne plus trop me focaliser sur la taille affichée. La meilleure taille à acheter, c'est celle qui me va et qui me mets en valeur, que ce soit un 34 ou un 40 ! (et oui, c'est arrivé !)

    En tout cas courage, et n'oublions pas que personne n'est parfait, absolument personne ! :fleur:
     
    Babylon3 a BigUpé ce message
  5. Babylon3

    Babylon3
    Expand Collapse

    Je comprends parfaitement ton ressenti et te confirme que ça rejoint la dismorphophobie. J'en souffre également depuis des années et clairement ces femmes idéales diaphanes, minces, identiques et healthy même avec leur 50kgs pour 1m80, bonnet C c'est usant à regarder. De mon côté, je vis assez mal le fait que les femmes doivent toujours être agréable à regarder aux yeux des autres et toujours regardée. J'ai parfois l'impression qu'au yeux des autres nous devons faire des efforts et que si ces efforts sont fait c'est forcément pour leur plaire (hommes et femmes inclus). J'ai développé un rapport très étrange à la séduction avec les années et je supporte très difficilement d'être regardée et d'être complimentée actuellement. J'ai également très souvent l'impression que le regard des hommes sur les femmes est biaisé et uniquement basé sur leur physique :dunno:
     
  6. ElineDL

    ElineDL
    Expand Collapse
    Pas besoin d'1 DragonBall quand on a un sourire qui tue :d :boxing:;)

    Merci pour votre partage d'expérience les filles, j'ai longtemps eu tendance à me murer dans cette souffrance sans pouvoir en sortir. Je sais que la route est encore longue pour moi mais je m'accroche au meilleure côté de moi pour ne pas penser aux moins bons. En tout cas, cela m'a été utile d'en parler.
     
  7. Hudson Saul

    Hudson Saul
    Expand Collapse

    Je comprend ce que tu ressens : j'ai été très grosse puis très maigre et là, entre deux yoyos je me place à 38 en haut et plus mais je dis pas combien en bas...
    Comme toi je suis incapable d'être satisfaite de mon corps : au moindre moment où je me trouve jolie, je me rapelle que mon pantalon est remonté au dessus du bourelet (ce satané bourelet!) et que mes bras bloblottent
    Je me vois en photos et je les trouve belles mais je ne me reconnais pas et/ou c'est l'éclairage qui fait qu'on ne voit pas ma cellulite (et autres raisons farfelues)...
    J'ai du apprendre à mon copain à me répéter qu'il me trouve belle et encore, cet avis compte à peine : "tu dis ça parce que t'es amoureux!" et j'en suis à dépendre de l'avis des connards dans la rue qui te lancent des remarques : un "mademoiselle t'es bonne" me rassure et un "hey grosse pu*e" me fait me sentir boudinée pour la journée
    Bref : je pense ne pas être la seule : je fais les magasins, prends volontairement des trucs qui ne vont pas à ma physionomie et passe le reste de la journée à me traiter de grosse vache.

    Là dessus j'ai découvert un "remède" (ou du moins un feel good) : comprends ta physionomie et fais toi une séance essayage de robes qui te vont (je dis bien essayage, pas achetage)
    Et là bah... Prends ton pied ! une robe c'est magique : dedans il y a pas de tissu qui bloque à peine arrivé au genou, pas de fesses qui rentrent qu'à moitié au contraire, il ne reste que le glamour ! De la même façon, hésite pas à tester des robes corsets !!
    C'est un vrai boost à la confiance en soi, tu peux me croire XD
    Les boutiques "alternatives" genre l'indien boutique proposent des robes burlesques superbes ça change des combishorts et c'est tellement plus saillant!
     
Chargement...