Le sexisme anti-hommes... et pourquoi il n'existe pas

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lady Dylan, le 10 avril 2014.

  1. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

    Maia Chawwah a BigUpé ce message
  2. lafeemandarine

    lafeemandarine
    Expand Collapse
    Y'en a pour trois pages...

    Merci pour cet article. Il est très bien écrit et intéressant. Bravo. :top:
     
    Maia Chawwah a BigUpé ce message
  3. Mirc

    Mirc
    Expand Collapse
    No matter what happens, you will survive and you will be a better human for it.

     « Quand je dis « les garçons sont bêtes », ce que je veux réellement dire est « les garçons ont été élevés dans une société patriarcale qui leur inculque une vue incorrecte et problématique de la masculinité, qui non seulement les force à se défaire de qualités importantes comme la patience et la douceur, mais les force aussi à voir et à traiter les femmes d’une manière malsaine qui dévalue les femmes en tant que personnes et les transforme en objets n’existant que pour le bénéfice d’un homme. »

       Mais ça va beaucoup plus vite de dire « les garçons sont bêtes ». »


    Superbement affreux.

    LadyDylan, je trouve l'article très bien écrit et structuré - mais je trouve que ce genre de paroles n'est même pas justifiable, parce qu'elle montre l'exemple parfait d'une réduction d'un discours féministe qui, dans sa version totale est beaucoup plus vrai, plus précis, grosso modo, mieux.

    Les garçon sont bêtes est l'exemple type d'une généralisation horrible faite par certaines filles... Et quand les garçons disent "les filles toutes des salopes" ou "les féministes toutes des moches mal baisées" c'est la même chose. Je respecte cette personne, mais pas ces propos ci-dessus. Ne jamais réduire son discours à une telle généralisation stupide.

    "Si blâmer tous les hommes parce que beaucoup nous ont fait du mal peut être discutable, ce n’est pas comparable à la misogynie et on ne peut pas dire que « misogynie et misandrie sont également mauvaises » : les « misandres » vont globalement avoir tendance à éviter les hommes, là où la misogynie entraîne régulièrement des violences allant jusqu’au meurtre."

    Vrai. Tout à fait vrai, mais la misandrie est quand même horrible. Ce n'est que mon humble avis, et je me revendique en tant que féministe au cas où certaines personnes crieraient au "Mais de toute façon t'es pas féministe, t'es pas pour l'égalité hommes-femmes toussatoussa". Si ! Si. Mais je suis contre les généralisations et les comportements mauvais des deux "camps".
     
    Gia_Juliet, Ez Kurdim, cookies38 et 12 autres ont BigUpé ce message.
  4. Tymmy

    Tymmy
    Expand Collapse
    Hey guys

    Mouais pas vraiment convaincue je trouve que ça fait un peu trop bisounours même si les attentions à la base sont louables.
     
    Gia_Juliet a BigUpé ce message
  5. Galaxie.

    Galaxie.
    Expand Collapse
    Guest

    Excellent article, clair, expliqué, bien construit. Merci Lady Dylan.

    Même remarque de @mirc cependant. Une phrase comme ça me fait penser que la personne qui la prononce fait ce qu'elle dénonce: des raccourcis.
    Ok le discours derrière est élaboré et justifié, mais en apparence, si j'entends juste ça, je me dis "bullshit".
     
  6. Shield

    Shield
    Expand Collapse
    Guest

    "L’idée ici n’est pas de nier, ni d’invisibiliser la souffrance des hommes".
    On s'y tromperait.

    C'est tout à fait louable de rappeler que le sexisme est institutionnalisé de façon à privilégier une minorité masculine (je dis minorité parce qu'il ne suffit pas d'être homme, encore faut-il être intégré socialement, avoir un travail, un bon revenu, être blanc, etc.; le jeu des privilèges se croise, ce n'est évidemment pas qu'une question de sexe).

    Mais je suis vraiment perplexe quand on réduit le féminisme au féminisme tel qu'il se pratique sur Twitter et Tumblr en 2014 (je ne sais pas trop comment l'appeler :shifty:.). Bien sûr qu'il existe un héritage réellement misandre. Je ne suis pas du tout une spécialiste, mais pour avoir étudié les années 60/70 aux Etats-Unis, je peux déjà citer le SCUM Manifesto de Valerie Solanas (qui a déjà été mentionné ailleurs, il me semble) >


    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !


    Sans compter les groupes féministes qui contribuaient aussi à la discrimination sexuelle en prônant la supériorité de l'hétérosexualité (je pense aux Redstockings) et donc en condamnant l'homosexualité sous toutes ses formes.

    Il est totalement illusoire de réduire le féminisme à une seule chose animé par une seule raison. Le patriarcat? Mais qu'est-ce que c'est que le patriarcat? Ce n'est pas plus les hommes que les femmes, c'est un système dépersonnalisé. Tous les hommes n'ont pas le pouvoir, et toutes les femmes n'en sont pas (plus) dépourvues. C'est toujours le problème des sciences sociales, mais ça me semble quand même très important de prendre du recul pour considérer que quand on parle de "système" et de "faits sociaux", on ne parle pas d'individus. Avec cette logique, et malgré tous les warnings qu'on peut glisser en fin de texte, on finirait par croire que les hommes sont nos ennemis et... que nous sommes des femmes avant d'être des personnes.

    J'ai l'impression qu'à force de simplifier une multiplicité des facteurs complexes en eux-mêmes, on devient de plus en plus grossier et on finit de plus en plus à coté de la plaque.
    Comme @Impromptue , je déplore le titre que je ne peux pas m'empêcher de trouver provocateur.
     
    Gia_Juliet, Spencerr, Hisana et 5 autres ont BigUpé ce message.
  7. Scythe

    Scythe
    Expand Collapse

    Les deux sexes subissent une pression merdique. Les effets sont plus lourds sur la femme, on le concède aisément. Pour autant, gare à ne pas faire preuve de condescendance à l'égard des hommes. Ne traitons pas les femmes comme des petites filles, ne traitons pas les hommes comme des petits garçons.
    La perversité du système est de faire croire qu'il convient aux hommes, qu'au final ils en sont TOUS contents. Alors que c'est une acceptation par dépit. Tu es né dans la société alors t'en accepte les codes, que tu remets rarement en question même si tu les trouves absurdes.

    Pour les comportements vulgaires, je ne crois pas que le fait qu'il soit plus commun pour un sexe, excuse l'autre. Si une femme siffle un homme et se montre irrespectueuse, ouais, ça reste très chiant.
     
  8. Maelyra

    Maelyra
    Expand Collapse

    @Tymmy Qu'est-ce qui fait un peu bisounours selon toi ?


    @Impromptue  je réagis surtout sur la fin de ton propos. Tu rappels, à juste titre, que l'humour permets l'exclusion d'un groupe. Mais dans ce cas là, je ne suis pas sure que ce soit comparable. Je n'ai pas le sentiment qu'on puisse comparer l'exclusion d'une personne parce que c'est une femme, parce qu'elle a une couleur de peau différente, etc... avec le fait qu'exclure une personne qui perpétue une oppression. Le gif par exemple ne vise pas à rire des hommes en général mais de ceux qui cherchent à garder le pouvoir et qui crient à l'injustice si une femme ose lui en "voler" un peu.
     
    Maia Chawwah a BigUpé ce message
  9. Tymmy

    Tymmy
    Expand Collapse
    Hey guys

     
  10. MissMachine

    MissMachine
    Expand Collapse
    "Booze tends to take the edge off. I wanna stay angry."

    "Parlons enfin des « privilèges » dont bénéficieraient les femmes, de l’entrée gratuite en boîte de nuit (comme on dit : « si c’est gratuit, c’est toi le produit ! ») au fait de pouvoir coucher facilement, a.k.a. le grand cliché de la fille qui n’a qu’à proposer pour trouver un coup d’un soir, puisque c’est bien connu tous les mecs sont des morts de faim qui ne pensent qu’à ça (on y revient toujours).

    Tout d’abord, être une fille ne garantit pas tant que ça l’accès à des relations ? surprise, les filles boutonneuses et timides n’avaient pas plus de succès au collège que leurs alter-egos masculins, et les femmes aussi connaissent célibat forcé et virginité subie.

    Mais surtout, l’attirance que suscitent les femmes est un cadeau empoisonné qui va avec leur objectification : certes, elles peuvent parfois obtenir plus facilement des relations sexuelles, mais pour les mêmes raisons qui les décrédibilisent au travail et les rendent victimes de harcèlement ! Toujours envie, les gars ?
    "

    Que ça fait du bien de lire ça ! Je suis vraiment tombée sur le cul la première fois qu'on m'a balancé ce mythe selon lequel il est plus simple pour une femme de trouver un partenaire sexuel. Parce que je ne vois pas du tout d'où ça peut bien sortir :oo: En tout cas, je ne constate pas du tout ce phénomène autour de moi.

    Je me demande si ça ne vient pas du fait qu'on attend généralement des hommes à ce qu'ils fassent le premier pas. Du coup, comme ils se prennent plus de râteaux, ils ont le sentiment que c'est plus difficile pour eux.
    Ils ne réalisent pas que certaines femmes ne se font que rarement voire jamais courtiser, et ont donc peu d'occasions d'avoir des rapports sexuels.
    Mais aussi que nous devons être plus vigilantes dans le choix de nos partenaires sexuels, étant donné que nous sommes plus victimes de violences sexistes que les hommes (Qu'ils s'agisse bêtement de slut-shaming ou carrément de viol). Donc quand bien même on se trouverait un partenaire sexuel, on aura tendance à prendre plus de précautions pour savoir à qui on a affaire avant de filer sous la couette avec. Ce qui ne facilite pas vraiment les choses...

    Et ce que tu aurais aussi pu rajouter dans l'article, c'est que pour une femme, du fait de la culture du viol, le sexe revêt plus souvent la forme d'un devoir que pour un homme. Les tenants de ce mythe de la femme qui se trouverait plus facilement un partenaire sexuel oublient que le sexe n'est pas nécessairement un plaisir pour beaucoup de femmes. Les femmes sont plus victimes de viol que les hommes, sont plus encouragées à se forcer à certaines pratiques quand bien même elles n'en n'auraient pas initialement envie (Ovidie avait un excellent billet là-dessus). Donc affirmer que les femmes se trouvent plus facilement des partenaires sexuels, c'est déjà très discutable, mais il faut aussi se demander si c'est vraiment toujours une chance ?
     
    Tamiat, Lord Griffith, Maia Chawwah et 3 autres ont BigUpé ce message.
  11. Alipikku

    Alipikku
    Expand Collapse
    Euphorique

    J'aurais bien aime lire des témoignages de garçons concernés moi...
     
  12. WeedWood

    WeedWood
    Expand Collapse
    Aujourd'hui, j'ai été encore meilleur.e qu'hier. Vivement demain !!!

    Bravo et merci pour cet article qui est très bien construit et argumenté. :top:
    Par contre, je pense que le sexisme envers les hommes peut exister, mais dans des cas particuliers, c'est à dire que de temps en temps on rencontre une fille qui dit que "les hommes sont moins intelligents que les femmes, ils sont obsédés, gamins etc", mais ça reste des cas particuliers dans lesquels la fille se sent supérieure pour des raisons plus ou moins obscures, ce n'est pas une pensée répandue contrairement à, par exemple, ta mère/soeur est respectable, et les autres sont de pures salopes...désolée, je sais pas si c'est très clair :facepalm:
     
Chargement...