Le syndrome de Paris - Reportage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 3 novembre 2011.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

    Ce sujet est dédié aux réactions concernant cette actu : Le syndrome de Paris - Reportage.

    Merci d'utiliser ce post pour publier vos commentaires et vos avis ;)
     
  2. DolceVita

    DolceVita
    Expand Collapse
    home sweet home

    J'ai déjà vu une ou deux émissions sur ce sujet,
    et j'trouve ça fou que Paris soit fantasmé à ce point !
    Gare du Nord les fera déchanter bien vite !!

    En revanche j'avais jamais entendu parler du syndrome Indien.
    J'suis allée sur Wikipedia mais j'ai pas trouvé grand-chose.
     
  3. Free Bird

    Free Bird
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    J'ai la même idée de Paris que les Japonais alors. J'y ai jamais mis les pieds, mais dans ma tête Paris a bien l'image cliché qu'on en donne. Du coup j'ai décidé de ne pas y aller tout de suite, pour ne pas être déçue. :raie:
     
  4. Akela

    Akela
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    Super article ! Le meilleur depuis longtemps (ton dernier reportage sûrement ;) )

    Il n'y a pas que les Japonais qui fantasment Paris. Parisienne expatriée en Amérique du Nord, les gens hallucinent systématiquement quand je leur dis d'où je viens, et limite ont du mal à me croire quand je leur fais part des difficultés de la vie à Paris. Pour eux, Paris c'est Amélie Poulain quoi.
     
  5. Gros-Câlin

    Gros-Câlin
    Expand Collapse

    Cet article est très intéressant, je ne connaissais pas ce syndrome.

    Après, il me laisse perplexe.
    Sur la place de la culture chez les être humains. La façon dont ça peut dicter nos raisonnements, comportements...
    Et pour prendre l'exemple de l'article, la place de la honte dans leur culture.
    J'aimerais bien savoir ce qui est "marquant" dans notre culture, au niveau de notre société, pour comparer. Car là, peut-être parce que ce n'est pas ma culture, ça me parait tellement fort comme place, et comme aliénant un peu leur personnalité, leur liberté d'être, sans se poser la question du regard des autres s'ils rentrent.
    Je ne sais pas si je suis claire, mais je trouve ça fou qu'on persiste dans quelque chose qui nous plait pas (un pays en plus, ce qui est très prenant) de peur de la honte dans notre pays.
    J'aimerais savoir si c'est comparable avec quelque chose que nous avons dans notre culture.

    Sinon, pour l'image de la France, je pense qu'ils idéalisent, du moins qu'ils se font une idée propre de la France, forcément ils seront déçus, mais c'est comme tout, et l'inverse est vraie, j'ai moi aussi été déçue par certains voyages si j'imaginais le pays de telle façon.
    Et puis je trouve ça inévitable, avec évidemment les films, la musique, mais surtout les films, qui sont des fictions, c'est totalement normal, même si je ne pensais pas que ça puisse avoir d'aussi fortes conséquences.
    Après, c'est le choc des cultures, ça me parait inévitable, mais c'est très intéressant de confronter ces cultures très différentes, je trouve ça très enrichissant.
     
  6. tomiko

    tomiko
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    j'ai une correspondante japonaise depuis bien des années, et en effet l'image qu'elle a de paris est assez différente de la réalité XD !
    Paris fait rêver, et lorsque je vois qu'il y a des articles sur paris dans les magasines qu'elle m?envoie, c'est vraiment des gros gros clichés qui sont mis en avant ! à croire que l'on porte tous la marinière-béret et qu'on passe toutes nos soirées à débattre sur Sartre à la terrasse d'un café XD c'est vraiment à ce point...
    donc bon la désillusion est grande..
     
  7. Faith.

    Faith.
    Expand Collapse
    A perdu la foi.

    Je suis parisienne, et lorsque je suis allée au Japon, j'ai passé le premier mois à faire de "haaaan", des "oooooh" et des "aaaaah" tellement j'avais été "choquée" par l'ambiance à Tokyo.
    Les gens sont polis, courtois, font la queue pour prendre les escalators, pour traverser la rue (je pense notamment à l'énorme carrefour à Shibuya, où tu dois attendre généralement un ou deux feux rouges pour passer. A Paris, tout le monde court, bouscule, se piétine pour passer, là bas, ils attendent bien sagement). Dans les magasins, les vendeuses se précipitaient pour nous aider, en concert, les mecs qui hurlent les numéros sur les billets nous expliquaient dans un anglais approximatif qu'ils nous appelleraient quand ça sera notre tour ect.
    Pendant un bébé typhon, on attendait dehors pour un concert et on était quatre sous un seul parapluie. Un japonais de notre âge est revenu avec trois parapluies qu'il nous a offert.

    Au final on en était gênée, on n'était pas habituée à cette solidarité, et on pensait même recevoir l'accueil inverse à cause des apriori qui existaient au niveau des gaijins (les occidentaux).

    Alors je comprend tout à fait qu'ils puissent se sentir mal à l'aise. Peu avant notre départ, on a trouvé une adorable boutique de thé près de notre hôtel, et on a du passer 3h dedans à discuter avec les gérants pendant qu'ils nous offraient le thé. Une des nana nous a montré des photos, des magazines sur Paris, un Paris qu'on ne connaissait pas, romantique, propre, fleuri. Elle comptait aller bientôt en voyage là bas, et on a pas eu le coeur de lui dire qu'elle allait être déçue tellement elle était heureuse.

    D'ailleurs, trop drôle, elle a une amie française qui lui a ramené les sacs Monoprix, ceux de toutes les couleurs qu'on replie et qu'on tient avec un scratch, elle les vendait dans sa boutique et ça partait comme des petits pains, on voyait plein de jeunes filles avec des sacs monoprix :yawn:

    Après, à l'époque on fréquentait beaucoup le milieu lolita, dont les robes sont inspirés de l'époque rococo, et à des rencontres on a connu des filles qui étaient persuadées que des femmes s'habillaient encore comme Marie-Antoinette. J'étais tellement triste pour elle, parce que Paris c'est à l'opposé de tout ça.

    Par contre, c'est totalement différent à Osaka. J'y ai passé que quelques jours mais j'ai retrouvé à peu près la même ambiance qu'à Paris (plus polie, toujours, mais carrément plus WTF que Tokyo, avec un mec en peignoir qui promenait son furet à côté des hosts XD).

    Désolée pour le roman :d
     
  8. Assaliah

    Assaliah
    Expand Collapse
    N7 Slayer

    Je pense (mais je ne m'avance pas trop) qu'outre l'image idéalisée qu'ils ont de la France, les japonais projettent aussi beaucoup de choses qu'ils ont chez eux et qui n'existe pas forcément chez nous. Exemple : J'ai passé un mois là bas et, quand on voit la propreté du métro de Tokyo, je me dis que forcément le choc est grand en arrivant dans la version parisienne bien sale par endroit ^^; Bon pas que j'irai me rouler par terre dans une station japonaise mais la différence reste flagrante et doit dérouter plus d'un touriste malheureusement : /

    N'oublions pas aussi que le contraire existe. Je vois beaucoup de jeunes français qui fantasment à mort la vie japonaise comme quelque chose de parfait (image que l'on voit souvent dans les mangas ou leurs séries télé) alors que la société japonaise est loin d'être un havre de paix. Mais le nombre de français qui "rêvent de Tokyo" est largement plus faible que l'inverse.
     
  9. Rebecco

    Rebecco
    Expand Collapse
    I'm a lemon.

    Et j'avais déja vu un reportage sur ça ! Ils fantasmaient tellement sur cette ville que certaines voulaient se marier la-bas. Mais franchement je ne comprends pas leur enthousiasme parce que tout le monde sait que à Paris la plupart des gens sont des sacrés cons mais je ne généralise pas, il y a des bons et des mauvais partout après tout.
     
  10. Malaussène

    Malaussène
    Expand Collapse
    42

    C'est marrant, je discutais de ça justement avec un ami qui est récemment parti deux semaines au Japon. L'alcool aidant (oui, la plupart de mes discussions se font autour d'un verre), nous avons tenté d'établir un plan d'attaque pour faciliter la vie de nos amis touristes :

    - Rendre les rues un peu moins dégueulasses. Ce qui consiste, à mon échelle, à arrêter de balancer mes mégots par terre. Dur, mais j'essaie de perdre cette mauvaise habitude (la phase 2 étant d'arrêter de fumer, bien sûr, mais bon...). A minima, arrêter de balancer ses mégots aux pieds des touristes, ça fait vraiment mauvais genre et un peu hostile, faut bien le dire.
    - Accepter de prendre les gens en photo. Je sais, si tu étudies du côté de St Michel, ça veut dire que tu mettras une bonne heure pour rejoindre ta fac (située 500m plus loin). Je compatis.
    - Idem si on te demande un renseignement. Tu connais pas le quartier ? Aucune excuse : t'as forcément google map sur ton smartphone.
    - Taper la discut' avec le groupe d'étrangers situé à la table d'à côté. S'ils ont l'air sympa et si ça les fait pas chier, bien sûr. Et leur proposer des trucs cool à faire. Non, pas la visite du Louvre. Des trucs qui ne sont pas dans leur guide. C'est mieux.
    - Se comporter en personnes civilisées, même dans le métro (surtout, dans le métro). Même dans la A le matin à 8h. Et même si t'as passé une journée de merde, et qu'il y a dans le wagon un gars qui s'amuse à reprendre la compagnie créole à l'accordéon.
    - Etre bien sapée, tout le temps, parce que ça les fait rêver.

    - Bonus pour les catins célibataires : se taper des étrangers de passage, et être un bon coup. Il en va de la réputation de la nation, et c'est un élément de notre identité nationale (injustement oublié par M. Besson, d'ailleurs, pour des raisons qui m'échappent encore).

    EDIT : et quand tu vas acheter ta baguette, sors ton beret. Ca coûte rien et ca fait joli dans le paysage, joli cliché. Ils seront moins perdus, comme ça. Les sabots, c'est en option.
     
  11. Gros-Câlin

    Gros-Câlin
    Expand Collapse

    Je ne savais pas moi que c'était une vérité générale.
    Je ne dois pas faire partie de la plupart moi, ni les mads parisiennes d'ici, nous sommes des exceptions, sur les 2 millions 200 mille parisiens et des brouettes.

    (blague à part ça me faire rire qu'on dise qu'on ne généralise pas alors que c'est carrément une généralisation, insultante qui plus est. Je trouve ça assez méprisant et gratuit, de dire ça comme une vérité générale sans connaitre les gens, mais simplement de déduire ça de plusieurs faits répétés mais tellement inévitables dans une ville aussi grande, surtout quand on n'y vit pas. C'est le même principe que de dire "tous les noirs sont analphabètes, tous les arabes sont intégristes etc..." C'est absurde (pour ne pas dire autre chose)...
    Enfin bon, passons. :))
     
  12. Assaliah

    Assaliah
    Expand Collapse
    N7 Slayer

    C'est assez facile à dire. Certes, nous français, on connait les stéréotypes foireux de notre pays mais je t'assure que pour un japonais au Japon c'est loin d'être évident :sweatdrop: Il n'y a qu'à voir leurs guides touristiques ou l'usage intensif du français (de manière plus ou moins approximative d'ailleurs, voir le franponais :cretin: ) pour plein d'objets de mode ou auxquels on veut donner un petit côté chic. Il y a vraiment de quoi rêver !

    Après je pense aussi qu'il ne faut pas oublier qu'une bonne proportion de japonais/touristes d'autres pays gardent un bon souvenir de Paris. J'aime énormément cette ville même si le comportement de certains est un peu exécrable. C'est dommage de la réduire qu'à ça alors que ça reste une ville très chouette sur plein d'autres aspects :erf:
     
Chargement...