Le syndrome de Toy Story, ou mon étrange rapport aux objets

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sarah Bocelli, le 22 avril 2015.

  1. Sarah Bocelli

    Sarah Bocelli
    Expand Collapse
    I had an amazing inner world before it was popular.

  2. Cervolent!

    Cervolent!
    Expand Collapse
    Je suis un aiiiiiiigllleee!!!

    Oww je comprend tellement, merci pour cette article je me sens terriblement moins seule. :):top:
     
  3. Tazou

    Tazou
    Expand Collapse

    Hum ce sujet est assez particulier tout de même ! Je ne connaissais pas du tout ce syndrome, mais pourquoi pas ... Je ne pense pas qu'il s'agisse de folie mais plutôt de bizarrerie (sans vouloir être offensante cela dit, c'est le cas de 90% de la population ! :happy: ).
    Il n'empêche que cela ne doit pas être évident, parce que je suppose que ceci est caché aux proches ?
    La vie doit être difficile à gérer mais peut être qu'au fur et à mesure du temps, cela s'estompera ... Il faudrait peut être en parler avec un psychologue, qui pourrait éventuellement détecter la véritable nature du problème et peut être le résoudre :)

    Cela dit, durant mon enfance, j'aimais imaginer mes petits jouets en vie et parler avec eux (qu'est ce que l'on parle quand on est gamin !) toutefois, je n'ai jamais apprécié Toy Story ... Peut être pour ça que je ne me sens pas vraiment concernée par le sujet.

    Toutefois, c'est un témoignage intéressant !
     
  4. Sailor M.

    Sailor M.
    Expand Collapse

    Aaah Toy Story ♥ J'adore ce dessin animé ! Et c'est une des meilleures trilogie Disney/Pixar selon moi ! Mais ça ne m'a pas marqué jusqu'à développer ce syndrome. (Même si il est vrai que j'ai déjà ragé sur quelques meubles...Comme tous le monde !)

    Anecdote amusante, tout de même: pendant très longtemps (jusqu'à tard dans l'adolescence je dirais), j'ai vraiment eu un doute sur la vie de nos jouets. Et pour cause, je me souviens d'une fin d'après-midi où je jouais avec une Barbie jusqu'à ce que ma mère m'appelle. On avait décidé d'aller au Quick en famille. Je délaisse donc Mlle Barbie en position assise sur le canapé. De retour à la maison, ma Barbie avait changé de place. Elle était debout, à la fenêtre, un bras dégageant le rideau. Comme pour nous voir partir... ! Comment dire qu'après Toy Story, il n'en fallait pas plus pour que je sois persuadée, en tant qu'enfant, que ma Barbie vivait réellement ! (Et donc possiblement tout le reste de la bande.) Ce n'est que beaucoup plus tard, vers l'adolescence donc, que j'en ai rediscuté à tout hasard avec ma mère. Elle en a bien rit, que ça m'ait marqué à ce point, puisque c'était elle qui était derrière ça... Dire que je ne l'ai su que x années plus tard : p
     
    Happyland, Sarah Bocelli et MookieA ont BigUpé ce message.
  5. MookieA

    MookieA
    Expand Collapse
    HA-HA-HOLIDAY [I]yeee :headbang:[/I]

    Mais c'est l'histoire de ma vie :rire:
    Je dors toujours avec une poupée. A qui je parle, dans le genre "oh pardon !" si je la fais tomber ou "bonne journée" avant de partir au boulot (mais c'est presque me dire bonne journée à moi-même, au final... non ? hein ?). Et je la laisse avec d'autres peluches pour que personne ne soit seul. Bref. Je vaix bien dans ma tête :ninja:
     
    Happyland a BigUpé ce message
  6. Zora la Renarde

    Zora la Renarde
    Expand Collapse

    Je me suis rendue compte que j'avais ce syndrome quand, après que mes peluches aient passé dix ans dans le grenier (pour ma défense, j'en avais 200), j'avais enfin trouvé une solution : les donner à une associassion. Avec mon mâle, on est donc partie dans le grenier pour toutes les descendre. Je vous laisse imaginer sa tête quand je me mettais soudain à crier : "PAS CELUI LAAA ! C'est PETIT COEUR lui ! PAS LUII ! C'est monsieur Phoque et il est avec son frère, je peux pas les séparer, t'es malade ?!". Impossible de séparer les familles que j'avais créé. Je planquais une peluche sous mon pull qu'il me reprenait en me grondant.
    Au final, j'ai laissé coulé quelques larmes en me traitant de monstre.

    Bref, merci pour cet article parce que je peux dire que ce jour-là, j'ai maudis Toys Story du plus profond de mon âme.
     
    MookieA a BigUpé ce message
  7. A.Sawyer

    A.Sawyer
    Expand Collapse
    Lunatique à souhait !

    Oh... Alors il y en a d' "autres" ? Je ne suis pas la seule à avoir été marquée par Toy Story...? :worthy:

    Moi aussi j'étais persuadée que mes jouets étaient vivants ! Et d'ailleurs... J'en ai sauvé quelques uns dont mon doudou que j'ai même emmené dans mon "chez moi" plutôt que de le laisser à la maison familiale. Parce que mon doudou, c'est comme Woody, c'est le shérif de ma chambre ! Alors si je l'abandonnais il aurait perdu toute sa crédibilité auprès des "survivants", je ne pouvais pas lui faire ça...

    Je suis barrée :halp:
     
    MookieA a BigUpé ce message
  8. Laoragwen

    Laoragwen
    Expand Collapse
    " It's not about deserve, it's about what you believe."

    merci pour cet article dans lequel je me retrouve complétement :sweatdrop:

    je crois que le plus dur pour moi c'est lorsque je me retrouve dans un rayon de jouet.
    cela fait des années que je ne peux plus du tout acheter un quelconque jouet que ce soit pour moi ou un proche. A chaque fois que je tombe amoureuse d'un jouet, je me dis chouette, je vais l'achèter, mais ensuite je me pose trop de questions :
    "les autres à côté vont être jaloux, pourquoi est-ce que je prendrais celui plutôt qu'un autre ?" :dunno:
    "les autres vont se dire qu'ils sont nuls ?" :tears:
    "et puis peut-être qu'ils étaient bien avec ses copains, alors est-ce que je suis en train de l'arracher à sa famille ?" :gonk:
    "et peut-être qu'ils se sentira seul chez moi alors qu'il était entouré jusque là de d'autres comme lui ?"
    "et peut-être que les autres aussi veulent partir d'ici et venir chez moi"
    du coup je me dis que je dois en acheter au minimum 2 mais alors ensuite se repose les mêmes dilemmes que précédemment.... :annoyed: et j'ai pas trop les moyens financiers d'acheter le magasin donc bon...
    bref c'est un cercle sans fin, qui finit à chaque fois avec moi les larmes aux yeux dans un rayon les bras plein de jouets :erf:

    je peux dire que ça bouffe quand même beaucoup plus la vie qu'on ne pourrait le croire :stare:
    (par pitié dite moi que pour mon problème d'achat de jouet, je ne suis pas la seule :sweatdrop:)
     
  9. Laoragwen

    Laoragwen
    Expand Collapse
    " It's not about deserve, it's about what you believe."

    linkette a BigUpé ce message
  10. missdusud

    missdusud
    Expand Collapse
    Imagine all the people, Living life in peace...

    j'ai 21 ans et j'ai encore mon doudou, choisis, élu, quand j'avais 6 ans, c'est un nounours blanc, vert, et rose qui s'appelle Caramel (j'étais en panne d'inspiration quand je lui ai choisis son nom), il est toujours sur mon lit et je dors même avec (c'est génial de s'endormir en faisait un gros câlin :hugs:) et même si j'ai passer la période du "est-ce qu'il bouge quand je quitte la pièce ?" je me surprends encore à le tourner ou lui cacher les yeux quand je regarde un film d'horreur "pour ne pas le traumatisé".
    ça fait 16 ans qu'il m'accompagne et il n'est pas près de me quitter :jv:
     
    MookieA a BigUpé ce message
  11. Kounette

    Kounette
    Expand Collapse
    Only Lovers left Alive

    Bizarre la définition du syndrome : en gros (moi c'est ce que je comprend) on ne peut souffrir de ça qu'en ayant vu Toy Story ? Si ça vient d'autre chose (pas forcement un film) ça marche pas ?
    Moi je ressens ça, j'ai gardé quasi tous mes jouets mais je n'ai jamais vu un seul des 3 films :dunno:
     
  12. ChessyChaf

    ChessyChaf
    Expand Collapse
    it's just a jump to the left

    Cet article est l'histoire de ma vie. Surtout en ce qui concerne les jouets, les peluches tout ce qui est de près ou de loin anthropomorphique.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Sarah Bocelli a BigUpé ce message
Chargement...