Le topic des bilans

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par Ambre-, le 12 décembre 2012.

  1. Ambre-

    Ambre-
    Expand Collapse
    I was here.

    Tu as envie de faire le point sur une quelconque expérience, sur une période de ta vie, sur un évènement en particulier ? Ce topic est fait pour toi (annonce super accrocheuse vous l'aurez remarqué ! :winky:)

    Bilan de l'année qui se termine, bilan d'un voyage, d'une expérience professionnelle, de ton année scolaire, d'une relation qui s'est terminée, d'un régime ou que sais-je encore !
    Bref histoire de faire le point, de se demander quels bénéfices ou leçons tu as tirés de cette expérience, qu'est ce que cela t'as apporté, qu'est ce que tu as appris, que regrettes-tu ?

    (Bon ma présentation du sujet est un peu brouillon mais j'espère que vous m'aurez compris :fleur:)
     
  2. Canbelieve

    Canbelieve
    Expand Collapse
    Guest

    Allez je me lance tiens, faisons un petit bilan de l'année.

    Cette année ne restera pas la meilleure dans mes souvenirs, bon d'accord j'ai eu le bac mais je crois que c'est la seule chose positive de l'année. Je me suis éloigné de tous mes potes de lycée, par choix, parce que j'en avais marre d'eux, d'être prise pour une conne, parce qu'on avait pas les mêmes délires, etc.. J'ai réalisé tout ça y a peu de temps, et j'essaie de recoller tout ça en allant reparler à ces personnes.
    Je suis partie de chez ma mère pour mes études, et au final ça ne me plait pas, je ne travaille plus et à part sortir c'est un peu tout ce que je fais. Ah si, je me suis remise au footing ! Ou plutôt mise sérieusement.
    En fait ce qui me pèse le plus dans tout ça c'est le plan amoureux.
    Je pensais qu'en changeant de ville je ferai plein de rencontres, et que ça engendrait quelque chose mais même pas. Enfin pour rencontrer je rencontre, mais ils ne sont pas intéressé par quelque chose de sérieux, ils veulent tous profiter. Et moi comme une jolie petite néophite dans ce domaine, je m'attache et je morfle. Et ce ne sont que décéptions sur déceptions. J'ai l'impresion que j'arriverai pas à trouver quelqu'un de sérieux de sitôt.

    Enfin voilà, en vrai je fais la fille dépressive parce que le mec que je convoite m'a fait comprendre qu'il ne voulais pas quelque chose de sérieux, du coup ça me blase, mais sinon ma vie est cool :d
     
  3. Breshke

    Breshke
    Expand Collapse
    Je connais un poil, au début il allait bien, et après il était pu bien.

    (pasciter svp :fleur: )

    Ce topic tombe trop bien, j'étais en pleine introspection de moi-même alors que j'arrivais pas à dormir (et j'avoue j'avais une assez grosse boule dans la gorge :cretin: ). Je voulais faire un bilan sur un truc précis, mais finalement, ce sera un bilan de 2012 (qui a été sacrément pute comme année, globalement parlant).

    Bah ouaaais, ça a commencé avec toutes ces histoires avec ma mère. Genre gros paroxysme des relations qui volent en éclats. Je me sentais déjà bancale, autant dire que le peu de trucs qui me permettaient de garder l'équilibre se sont carapatés sans crier gare. Depuis, ça date de Janvier, je ne lui parle plus (j'ai fait un effort entre temps, effort qui a confirmé que je devais la tenir éloignée de ma vie). Chaud time en vrai. J'oscille entre le "je suis un monstre" et le "je réalise tout ce qu'elle m'a fait endurer et putain, en fait ça explique plein de trucs sur moi, et mon incapacité à être supportable sur le long terme".

    Puis du coup, je me suis accrochée à ce Bouffon qui a décidé en Juin de me larguer, avec douceur, respect, et délicatesse (POUAHAHAHAHAHA, LOL.). Alors là, je suis tombée au fond du trou mais comme jamais hein. J'en profite d'ailleurs pour vous dire que je ne vous remercierai jamais assez, pour tout. J'aurais clairement sombré, sans vous, sans les Voudrs, et sans ces gens, IRL, qui se comptent sur les doigts de la main mais qui ont tous été là (et pourtant, j'étais imbuvable). Bon ça concrètement, même si j'ai passé le plus lourd, j'ai de sacrés restes. Des trucs au fer rouge dont je me demande comment je vais m'en débarrasser. Pas sur nous, juste sur moi. Mais fiou, de bons gros boulets, bien relous.

    Du coup, de ce côté là, le bilan, je ne saurai pas dire s'il est positif ou pas, mais je crois que si, au final. J'ai beaucoup souffert, mais j'ai l'impression que c'était "bénéfique". On est presque mi-Décembre, j'ai 23 ans, et je suis sur le point de me construire. Pas me reconstruire, me construire, vraiment. Il était temps hein. Bon alors, dans un même temps, ça me réjouit, et ça me fait totalement flipper. J'ai peur parce que j'ai réalisé que je ne sais pas qui je suis, que finalement, je n'ai jamais vraiment vécu, que j'ai perdu un temps précieux. J'ai peur de ne pas savoir gérer tout ça, de ne pas savoir me gérer, de finir seule, de perdre encore plus de temps, d'être abandonnée, de faire fuir les gens loin de moi, et de courir après un bonheur que je ne mérite pas (mais je vais courir quand même, ça me fera perdre mes kilos).

    Et dans tout ça, y'a les pépites. Des rencontres incroyables que j'ai faites, ici. Mais aussi grâce à Tirana. Mes relations avec mes soeurs qui ont changé du tout au tout, une famille qui se construit parce que je prends le droit de renouer le contact avec des gens qui ont toujours été tenus éloignés de ma vie depuis que je suis petite. Puis des projets, qui viennent, qui repartent. Des amis.

    C'est un bordel sans nom, mais je suis sûre que j'arriverai à ordonner un peu tout ça. Et quand je ferai le bilan de 2013, je me dirai que, bordel de bite, j'ai fait un sacré bon bout de chemin. Enfin j'espère.
     
  4. Apprentie-Diva

    Apprentie-Diva
    Expand Collapse
    Fuck that shit, I am in holidays !

    Bilan, bilan : 2012 était cool, j'ai eu des bons moments, des très bons moments, et les autres moins bons, j'essaie de les supprimer délibérément de ma mémoire (typique de mon caractère).

    Me rapprocher de Paris, d'abord en mai et puis la définitivement en Septembre, ça me fait un bien fou. Bien sûr mes meilleures amies (qui sont restées dans la cambrousse) me manquent mais je suis une pure citadine, et j'ai vraiment vraiment l'impression de m'épanouir, même si à 20 ans je suis toujours chez mes parents (et je vois les autres partir, voyager).
    C'est au niveau de l'acceptation et la confiance en soi que je suis le plus fière. Je le sens, j'ai fait des tas de progrès, des très très gros progrès vraiment. Je me dis pas que c'est fini, j'ai toujours mes vieux travers qui reviennent parfois mais là, je crois que je ne me suis jamais autant sentie bien avec moi-même. Je suis toujours la même, avec mes vingt (25) kilos en trop, avec ma taille 48 classée hors normes, le fait que je ne sois pas jolie (de manière conventionnelle), mais je me sens bien dans ma peau, j'ai l'impression d'avoir un super pouvoir. C'est vraiment l'une de mes plus grosses réussites, de pouvoir m'aimer, et surtout, d'arrêter de me comparer aux autres, enfin. Je connaissais mes (nombreux) défauts depuis longtemps mais j'arrête de me focaliser sur ça, et je suis plus consciente de mes qualités.
    Du coup, le fait d'être toujours vierge et de pas avoir de copain, ben ça a carrément moins d'impact sur moi, et je crois que ça se voit sur moi. Ca me rend heureuse je crois.
    Et du coup, comme je me trouve séduisante, j'ai plus peur de flirter, ou d'apparaître comme une groupie.
    Enfin.

    Au niveau des études, ça va : j'ai eu ma deuxième année, je lutte pour avoir mon semestre de troisième année

    Au niveau des amis : J'en ai pas trop perdu cette année (encore heureux), j'ai parfois des moments de nostalgie du lycée. Un méga bémol au niveau de celui que je considérais il y a peu comme mon meilleur ami : il traite notre amitié par-dessus la jambe, réponds jamais à mes messages. Mais je sais que lorsque vient ses rares réponses, je cède parce que je vis des moments géniaux avec lui, deux fois l'an.

    2012 n'est pas encore fini, et 2013 est encore loin. J'aime plus trop me projeter dans l'avenir, mais je suis juste persuadée que le meilleur est encore à venir (typique de la ENFP que je suis).


    PAS CITER svp
     
  5. Black Mamba

    Black Mamba
    Expand Collapse
    Meurs, pourriture communiste.

    Rien à voir mais le nom du topic m'a tout de suite fait penser à Chris Esquerre avec son bilan de la semaine. :cretin:
    (Oui je suis fan un peu)
     
  6. Endless

    Endless
    Expand Collapse
    Hot like Mexico

    Par curiosité j'ai cherché le topic des bilans 2011, pour comparer mon post avec ce que je vais écrire ici!

    Cette année aura été particulière là encore. Je ne suis pas une personne joyeuse de base, donc j'aurais tendance à dire que 2012 était une année pourrie, mais dans le fond c'est faux.

    Déjà j'ai eu mon année à la fac. C'est pas si mal. Ensuite, j'ai débloqué les choses quant à ma réorientation: ma famille a accepté l'idée que je veuille faire une autre formation. Alors certes je n'ai toujours rien de concret de prévu, mais au moins j'ai le champ libre, j'ai la possibilité de changer, de tester et de m'engager ailleurs. C'est plutôt positif.

    J'ai rencontré pas mal de personnes, même si ça n'a pas donné de choses concrètes. Ca m'a permis de comprendre que rien n'est immuable dans la vie, qu'il n'y a pas que la fac, et que j'ai des possibilités de rencontres un peu partout. Je me suis un peu débarassée de mon mur de froideur, et j'ai retrouvé le contact facile que j'avais avant. J'ai pris un peu confiance en moi, socialement parlant. Et plus j'ai confiance, plus je souris, plus les gens sont cool avec moi.

    Comme prévu, j'ai bien renouvelé mon entourage, et ça m'a fait énormément de bien!

    J'ai rencontré mon copain aussi :lol: après deux ans de "presque-célibat" et d'histoires foireuses, ça me fait plaisir que je peux à nouveau apprécier quelqu'un plus de deux semaines. Ca m'a un peu ouvert les yeux, j'ai arrêté de me focaliser sur un type bien précis de mecs, et c'est tant mieux, car ma vie sentimentale est plus riche. Alors certes, on a pas de projets concrets ensemble, on vivra pas ensemble, on ne va pas se fiancer ou faire des enfants, mais on profite au quotidien et c'est tout aussi bon :d.

    D'un point de vue parfaitement personnel je ne suis pas très satisfaite. Je ne fais plus de sport, mon mode de vie est anarchique, et j'ai un peu délaissé la création musicale. J'ai réussi à produire quelques bons trucs, mais j'en veux toujours plus!

    Pour 2013... Quitter le domicile familial, me consacrer à la musique, trouver ma voie professionnellement parlant, essayer de rencontrer encore plus de monde.

    (Ne pas citer SVP :fleur:)
     
  7. Marie Obrigada

    Marie Obrigada
    Expand Collapse
    en construction...

    Je me souviens avoir pré-senti/souhaité que 2012 serait une année de changement. Je suis un peu déçue. Certes, il y a eu de gros changements (installation avec C, fiançailles, entrée en formation), mais j'espère avoir déjà des résultats niveau professionnel. J'ai posé un acte, que j'espère bon et qui m'ouvrira de nouvelles opportunités. Donc j'espère que 2013 sera vraiment une année d'évolution positive au niveau du boulot et que dans ma vie personnelle, cela continuera d'avancer comme nous le souhaitons.
    Je ne suis pas mécontente de mon année même si certaines périodes ont été un peu dures, mais j'espère mieux pour 2013.
     
  8. Loucy

    Loucy
    Expand Collapse
    Pingouin addict

    2012 est passé super vite (comme chaque année en fait) et a été plutôt productive ...

    - Travail : J'ai fini mes études en juin et commencé un boulot en juillet. J'ai rencontré de nouvelles personnes, de nouvelles façons de travailler, j'ai commencé les accueils d'auteurs etc. Bref, j'adore mon job ça se confirme, même si les conditions de travail sont pas forcément tip top. Je suis aussi passée au dessus de mon appréhension et j'ai fait un stage en BU, alors que c'est un univers qui ne me tentait pas du tout ... Au final, j'ai bien vu que ça ne me convenait pas, mais ce n'étais pas si terrible !

    - Vie perso : Mon copain semble avoir moins peur du mariage (haha), on attaque notre 5e année et notre 4e année de vie commune, tout se passe bien, bref pas de gros changements. On a déménagé et on s'est éloignés de Paris. J'adore notre nouvelle ville, j'adore notre nouvel appart. On passe d'un 20m² à un trois pièces, c'est un peu le pied...
    Des disputes, des séparations avec des amis, mais ça permet d'avancer et de faire du tri. J'arrive à faire mes deuils enfin ... Je commence à accepter.

    - Niveau projets : J'ai toujours pas perdu tout le poids que je voudrais mais je ne désespère pas, j'apprends à m'aimer petit à petit, j'ai des périodes avec moins de complexes. J'ai lancé mon blog que j'arrive à tenir à jour et que je fais avec plaisir.

    Maintenant il me reste plein de choses pour 2013 ... Genre le CONCOURS. (Mouaaaarf !) Bref, 2012 fut globalement une bonne année, il y a forcément eu des hauts et des bas mais ça reste positif.
     
  9. Glouns

    Glouns
    Expand Collapse
    Cinéphile accomplie

    C'est parti pour un petit bilan de l'année 2012 !
    Pour moi, ça a été l'année des gros bouleversements.
    L'année a très mal commencé avec une de mes grands-mères et mon père hospitalisés et le décès de ma grand-mère maternelle. Ma mémé était le ciment de notre famille, elle comptait énormément pour moi et c'était en quelque sorte mon premier deuil. Elle est décédée en tout début d'année, ça va donc bientôt faire un an et je n'arrive pas à croire que j'ai déjà vécu une année entière sans sa présence.
    J'ai terminé mes études en juin et j'ai donc déménagé à 5h de train de chez moi pour entrer dans la vie active. Les mois de septembre et octobre ont été très difficiles, et les mois de novembre/décembre pas évidents, mais ça commence à aller mieux. J'ai appris la vie, en quelques sortes: premier appartement, premier boulot, premier déménagement seule...c'est pas évident !
    Heureusement, malgré ces moments difficiles, j'ai vécu de très bons moments en famille et entre amis et j'espère que ça continuera ainsi. Et comme tous les ans, j'espère que l'an prochain sera placé sous le signe de l'amour ! On y croit !
     
  10. Tinariwen

    Tinariwen
    Expand Collapse
    Guest

    2012 est passée à la vitesse de la lumière. Sans rire.

    Pour le positif:
    - j'ai décroché ma première année de master, je suis en bonne voie pour la deuxième
    - je suis allée faire un stage de cinq mois à Bruxelles, j'y ai rencontré des gens formidables qui font toujours partie de ma vie même après avoir quitté la capitale
    - je maîtrise de mieux en mieux mes émotions, j'accepte de mieux en mieux qui je suis, ce que je ressens
    - j'ai trouvé mon chat d'amour dans les rues d'une ville du Sud de la France
    - j'ai réalisé qu'il fallait que je vive pour moi, que j'arrête de vivre ma vie en fonction de mon père
    - j'ai eu mon premier orgasme
    - on a réussi à tenir la distance avec mon homme, et on continue, malgré tous les obstacles sur notre route. on est plus forts que tout.

    Pour le négatif:
    - ça a été difficile d'être loin de mon homme pendant le stage. Bruxelles n'a pas été tout rose, je me suis parfois sentie humiliée, pas respectée, moins que rien, sans valeur et minable.
    - j'ai encore eu du mal à couper les ponts avec toutes les personnes toxiques pour moi
    - mon master m'a pris toute mon énergie, et je n'ai plus envie de rien, juste que ça prenne fin

    En 2013, je suis à l'écoute de ce que je veux, j'entame une nouvelle colocation à Lyon, je rencontre des madz, je vois mon amie qui sera à Lyon aussi, je vois mon homme régulièrement.

    Je prends ma vie en main quoi. (pasciter siouplait)
     
  11. Cake Walk.

    Cake Walk.
    Expand Collapse
    C'est toi le cake.

    Bilan 2012 : que du bon, ou presque, je dirais.
    Départ définitif à Londres: réussi. La première partie d'année était essentiellement axée sur les côtés administratif de mon arrivée ici. Plus ma recherche quasi permanente de jobs pour mettre des sous de côté. Donc forcément c'était pas folichon, mais avec le recul, je pense m'en être pas mal sortie. J'aurais peut être pu faire mieux, c'est sûr, mais je me suis déjà mieux débrouillée qu'avant mon premier départ pour Londres (qui était pour une durée de 6 mois début 2011).
    Et puis paf, ensuite, emménagement à Londres en septembre. Que du positif. Je suis heureuse ici, plus que jamais. J'ai enfin trouvé ma voie, pour mes études. (Music Industry & Events Management, alors que j'avais commencé des études de communication en France en 2011 -après mon retour de Londres-, que j'avais très vite abandonné, ça ne me plaisait absolument pas.) Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis soulagée. J'ai trouvé. J'avais raison de vouloir partir pour pouvoir étudier ce sujet. Après beaucoup de disputes avec mes parents (et amies proches aussi, qui ne comprenaient pas forcément) sur le bien fondé de ce départ, je suis certaine maintenant que vraiment, c'était pas pour rien. Ca me plait. Bosser est un plaisir puisque le sujet me passionne (bon, le module Economic & Finance mis à part hein. :yawn:), j'adore les cours, et mes profs et mes classmates sont trop cools. Que demander de plus.
    J'ai l'impression d'avoir changé. Déjà en 2011, après mon retour de Londres, je sentais avoir évolué, sur le plan confiance en soi surtout. Mais alors là, c'est clair, définitif, Londres me fait du bien. J'ai l'impression de m'être vraiment trouvée, mais surtout de m'être affirmée. Je sais ce que je veux, qui je suis, ce qui est bien pour moi et je sais où je vais, et merde, ça fait du bien.
    Financièrement, je ne supporte plus de me reposer sur mes parents aussi. J'ai bien pris conscience que le choix de partir, risqué financièrement, c'est le mien, je veux assumer pleinement. (Pareil, quand je suis partie 6 mois en 2011, je ne m'étais pas rendu compte à quel point je mettais mes parents, ma mère surtout, dans l'embarras financièrement. Je m'en suis rendu compte en rentrant, et il est hors de question que ça se reproduise.)

    Ah oui, par contre, je finis l'année aussi fauchée que je l'ai commencée. :yawn:
    Et un mec, ce serait cool aussi à l'avenir. :cretin:
     
  12. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    Depuis que je suis née ma vie est basée sur deux principes : m'adapter et grandir. Démerde toi Aalia, et passe à l'étape suivante. J’ai toujours été bonne élève de ce point de vue.

    Petite, je n'ai pas eu le temps d'être petite, justement. Déjà parce qu'à 18 mois, mon frère était là. A 4 ans, mon autre frère. Et j'ai eu comme ça 5 frères et sœurs, quand la dernière est née j'étais en terminale. Enfant j’étais plus grande, je faisais plus âgée. Je savais m’occuper de moi seule, mes parents avaient d’autres bébés à s’occuper. Toujours. Et ne fais pas trop de bruit elle dort, arrête d’être égoïste. Voilà le grand refrain de mon enfance.Oh elle n’a pas été difficile, loin de là, mais je réalise maintenant ce qu’a eu comme impact sur mon caractère cette position d’aînée de famille très nombreuse. Une grande timide et solidaire, une bonne élève effacée.

    Je suis devenue adolescente mais ça n’a pas duré très longtemps. Je suis très vite devenue adulte. En tout cas, si la différence entre l’enfant et l’adulte c’est de savoir s’imposer des contraintes seule, alors j’étais adulte avant même d’être majeure.

    Avec mes parents, la rupture a eu lieu il y a très longtemps : sur leurs valeurs, leur mode de vie, j’ai décidé de ne pas vouloir leur ressembler, jamais au grand jamais. Ado, ça me rendait folle, je leur en voulais terriblement, avec leurs valeurs et leurs jugements. Si aujourd’hui ça peut continuer de m’irriter, je suis beaucoup plus apaisée. Et eux aussi, avec moi, ils ont compris. Je me suis détachée de ça. Ils ne savent peut être pas à quel point, mais ils ont accepté. Et même suivi ma direction sur certains sujets.

    Après le bac j’ai fait des études réputées difficiles. Tout le monde m’a poussé à les faire. Après mes étudesj’ai suivi toutes les voies logiques estampillées « salut j’ai réussi mavie ». Premier emploi signé en CDI avant même de fêter mes 23 ans. Premier appartement acheté avant même de fêter mes 25 ans. Puis un changement d’emploi à nouveau, puis, puis ?

    Puis voilà, on est maintenant, et j’ai déjà 28 ans. Autour de moi, c’est mariage et femmes enceintes partout. Cela fait longtemps que je n’ai pas grandi ni évolué. Il faudrait que je passe à l’étape d’après.

    Et voilà que je réalise que ce n’est pas ce que je veux.

    Je n’ai pas eu de jeunesse, je me la suis volée, je me suis regardée d’un air méchant à chaque fois que j’ai un peu cogné sur mon hygiène de vie. A 25 ans il n’était plus question que j’aille en boîte, que je m’alcoolise de trop et que je manque de sommeil après. Aujourd’hui je ne rêve que de ça. Je veux m’amuser. Quand on me parle des sujets sérieux qui m’auraient certainement passionné il y a quelques années (taux d’intérêt immobilier... politique… salaires au travail… horloge biologique…) je me sens comme prise d’une grande lassitude.

    Je suis très extravertie. J’ai tellement guéri de ce problème de timidité que les vieux amis de mes parents que je revois me demandent si c’est bien moi. Je n’essaie plus de plaire. Je fais ce que j’ai envie et j’estime que je n’ai plus de comptes à rendre ni de justifications à donner. Je craque, je craque complètement. A me lire on pourrait croire que je me sens mal et pourtant je me sens très bien. Je n’ai jamais été aussi en forme de ma vie. J’ai renoué avec des amis un peu perdus de vue. Je profite de la vie parisienne tous les soirs de la semaine.

    Mon bilan aujourd’hui c’est qu’après avoir été conseiller/modèle pour lesgens qui me côtoient, j’envoie tout bouler car ma jeunesse insouciante, j’en ai besoin et si j’en ai une, c’est maintenant, ou jamais. Et comme me l’a fait remarquer une amie, ma crise de la trentaine je la fais comme tout ce que j’ai fait dans ma vie : avec un peu d’avance.
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Aalia
    Réponses :
    116
    Affichages:
    17550
  2. BonnieButler
    Réponses :
    0
    Affichages:
    368
  3. Sandra27
    Réponses :
    26
    Affichages:
    3632