Le topic des situations de handicap - Veille permanente validisme

Sujet dans 'Veilles permanentes' lancé par adita, le 6 avril 2015.

  1. Mimi Naine

    Mimi Naine
    Expand Collapse
    Amoureuse

    @adita Plein de courage c'est la dernière ligne droite.

    Pour ma part, je suis en train de terminer ma première année en tant qu'active (j'ai finis mon master en août dernier at aussitôt embauché). Franchement, je suis assez fière de moi, sur le plan de la fatigabilité et des douleurs, je n'ai pris que trois jours d'arrêt dans l'année. Je suis tombé sur un manager hyperchouette qui m'a laissé gérer mes horaires absolument comme je le voulais en fonction de mon état de santé, il m'a laissé carte blanche. Je pars 4 semaines en vacances vendredi, ensuite mon contrat est prolongé jusque 'en janvier. La seule "ombre" au tableau en ce moment, est que je dois repasser ma visite médicale, qui est périmée, pour (((re)))passer l'examen du permis de conduire et j'angoisse totalement tellement la première avec été horrible ...
     
    shae661, Morwenna*, Lis et 3 autres ont BigUpé ce message.
  2. LovelyLexy

    LovelyLexy
    Expand Collapse

    lafeemandarine, Tippi et Faolán ont BigUpé ce message.
  3. Lhine

    Lhine
    Expand Collapse
    Puzzle incomplet

    Gnnnnnnnnn on fait comment déjà ? je clique partout mais à part "partager" et "aimer la page" je trouve pas le signalement ... :gonk:

    P.S : Ah bah j'ai trouvé, en touuuuuuuuuuuuuut petit x)
     
    LovelyLexy a BigUpé ce message
  4. Tippi

    Tippi
    Expand Collapse
    Élevée en plein nerf

    Je vais peut-être passée pour une grosse aigrie/relou (au choix ou les deux) mais autant j'ai beaucoup aimé l'article sur le voyage en Transsibérien, autant je ne peux pas m'empêcher de tiquer quand je lis ce genre de phrase :
    Non, ce n'est pas forcément facile pour tout le monde de voyage, d'être mobile, de se déplacer; il ne suffit pas d'en avoir l'envie (sans même parler d'argent).

    J'aimerais voyager seule mais, si mon handicap n'est pas un obstacle indépassable en soi, les complications que ça impliquerait m'empêche tout bonnement de l'envisager. Je sais que certaines personnes qui ont le même handicap que moi font, par exemple, des séjours à l'étranger pendant leurs études, mais cela demande une préparation importante en amont. Idem pour les voyages de loisir ou linguistique : il faut nécessairement des structures pour t' "accueillir". Voyager seule, ça me paraît totalement inenvisageable (pourtant j'en ai envie). Je sais que ce n'est pas impossible, mais ça me semble tellement difficile que j'y renonce. Peut-être ne devrais-je pas. Peut-être devrais-je être une "bonne handicapée" qui dépasse ses propres limites :cretin:

    Ce que cette phrase me fait ressentir, et je n'en blâme pas l'auteure, c'est tout simplement l'invisibilité des handicaps, des particularités de chacun-e (difficultés d'ordre physique mais aussi psychique). En fait c'est une évidence dans la société "nous" n'existons pas; nous sommes une anomalie qui ne vaut la peine qu'on la prenne en compte dans la totalité des citoyen-nes.

    Je me braque peut-être pour rien. D'ailleurs je ne me braque pas, ça me fait juste de la peine.

    J'effacerai sûrement ce post, merci de ne pas le citer :fleur:
     
    #220 Tippi, 5 octobre 2017
    Dernière édition: 5 octobre 2017
    DarkVador-au-sauna, MireilleDarkVador, adita et 9 autres ont BigUpé ce message.
  5. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    @Tippi
    [​IMG]

    J'ai pas grand chose à rajouter, j'ai toujours ce sentiment quand je lis des témoignages en mode "Quand on veut on peut" où ça parait hyper facile de faire des tours du monde en Asie du Sud-Est avec seulement 20 000€, qu'il suffit juste de "sortir de son petit confort". Comme toi je ne me braque pas, je me dis juste qu'avec ces gens-là, on ne vit pas dans le même monde.
    Je pense aussi que c'est une façon plus ou moins inconsciente de ne pas se rendre compte de ses privilèges et de bien le signifier: On est pas privilégiés parce que "Tout le monde peut le faire". Alors que non en fait.
     
    Azurhibis, Androgyny, Tamiat et 7 autres ont BigUpé ce message.
  6. MireilleDarkVador

    MireilleDarkVador
    Expand Collapse
    En fait, je sais pas.

    @Tippi @adita Tout à fait d'accord avec vous deux ! Je suis allée en Asie il y a 2 ans, en mode "quand on veut on peut" justement, pour faire comme les personnes valides. Après 12 heures de vol sans pouvoir aller au petit coin, les premiers jours là-bas étaient un enfer à cause de mon handicap (je suis en fauteuil roulant). J'avais pourtant préparé ce voyage pendant un an, mais ce n'était pas assez apparemment. J'étais passée par une agence de voyage qui avait réservé une chambre d'hôtel accessible, mais une fois sur place l'hôtel m'annonce que la chambre n'est pas du tout accessible (portes très étroites et une marche). Heureusement que je n'étais pas seule à ce moment là sinon je pense que je serais remontée dans l'avion direct. Mais pendant les trois premiers jours, le temps de trouver une chambre réellement accessible dans la ville (à cause de l'agence qui avait mal fait son boulot), j'ai dû me contenter de celle-ci. Et c'est extrêmement humiliant de demander à son entourage de te soulever nue pour aller aux wc / dans la douche parce que ton fauteuil ne passe pas la porte et la marche.
    Alors non, voyager n'est pas du tout facile selon le handicap et l'autonomie que l'on a. Pour moi, c'est un véritable parcours du combattant qui demande des mois et des mois de préparation minutieuse et surtout des nerfs d'acier. Sauter dans un avion du jour au lendemain n'est pas quelque chose d'envisageable pour mon handicap et moi, parce qu'un petit détails sans importance pour une personne valide peut avoir un énorme impact négatif pour une personne en fauteuil roulant comme moi.
     
    Azurhibis, Allitché, Tamiat et 8 autres ont BigUpé ce message.
  7. MireilleDarkVador

    MireilleDarkVador
    Expand Collapse
    En fait, je sais pas.

    @Tu as raison Les compagnies aériennes ont souvent eu des retours sur les conditions de voyages des personnes handicapées mais je pense qu'on représente une part tellement infime de leur clientèle (on ne peut pas tous être Jennifer Aniston) qu'ils n'en ont rien à faire.
    Pour ta question, selon moi il est indispensable que les personnes valides soutiennent le combat de l'accessibilité & co. Déjà parce qu'ils sont un plus grand nombre, et donc auront plus de poids dans les décisions, et aussi parce que ce sont des valides qui dirigent les institutions qui feront bouger les choses. Je pense que c'est pareil que pour l'égalité hommes-femmes, pour les combats LGBT, les questions de racisme etc. Quelque soit le combat, tu as besoin de l'aide de tout le monde, pas seulement des gens qui sont dans la même situation que toi.
     
    adita, Tu as raison et Tippi ont BigUpé ce message.
  8. Tippi

    Tippi
    Expand Collapse
    Élevée en plein nerf

    Ce que je me dis, c'est aussi que si la plupart des gens continuent à penser que "tout le monde peut le faire" (quelque soit ce à quoi renvoie le), il n'y a aucune raison pour que les choses changent. Il sera toujours question d' "adapter" pour des cas particuliers, alors que non, il faut que les normes d'accessibilités soient intégrées partout et en plus il faut que les mentalités changent.

    On parle de valides/non-valides comme s'il y avait une frontière bien tranchée mais en fait selon une étude de l'OMS dont j'ai peut-être déjà parlé (ou dont j'ai peut-être entendu parler ici grâce à un-e madz d'ailleurs ^^), seulement 4,3% de la population mondiale n'a aucune maladie ni aucun handicap, et il y a un continuum de la "validité" à l' "invalidité", qui vaut aussi dans le temps : tu vieillis, et du deviens "vieux-vieille" pas handicapé-e mais tu peux avoir les mêmes difficultés qu'une personne handicapée; de même on peut tou-te-s avoir un handicap acquis, des suites d'une maladie ou d'un accident. Donc tout le monde a intérêt à ce que les besoins incompressibles des personnes handicapées soient intégrés dans la société (pas très clair, désolée :shifty:), et ceux-ci profitent d'ailleurs à tous.

    Là où je pense que la questions des handicaps est fondamentale, c'est parce qu'elle ne concerne pas seulement les personnes "labellisées" handicapées mais qu'elle concerne avant tout la vulnérabilité de l'être humain, mais aussi sa particularité en tant qu'espèce - à savoir qu'un animal blessé ou handicapé ne survivra pas forcément à l'état sauvage, il sera peut-être abandonné par son groupe (je suis pas du tout spécialiste en éthologie, corrigez-moi si je me trompe :cretin:) alors que ce n'est pas le cas (la plupart du temps) pour les êtres humains, puisqu'il adapte son environnement à un niveau assez impressionnant - bref, vulnérabilité de tout un chacun qui nécessite une société au centre de laquelle sont la "solidarité" et la mutualisation. Et ça, ben ... je sais pas si c'est compatible, par exemple, avec la seule logique de compétitivité qui imprègne tous les discours, et donc la politique économique. Je dérive un peu, mais c'est juste un exemple, le plus évident qui me vienne à l'esprit.

    Désolée si je suis hors-sujet :ninja: et pour les guillemets intempestifs aussi :shifty:
     
    Adybou, Lilou la licorne, Androgyny et 9 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...
Sujets similaires
  1. Matouh
    Réponses :
    55
    Affichages:
    5110
  2. Alicia89
    Réponses :
    654
    Affichages:
    64837
  3. Hocolat
    Réponses :
    17
    Affichages:
    5103
  4. Dyspnée
    Réponses :
    7520
    Affichages:
    967459