Le train - Chroniques de l'Intranquillité

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Ophelie, le 11 octobre 2011.

  1. Ophelie

    Ophelie
    Expand Collapse
    Monarchiste au crépuscule

  2. Mam'zelleBulle

    Mam'zelleBulle
    Expand Collapse
    Energie à revendre

    Oh mon dieu comme je me sens moins seule ! ^^
    Je suis aussi une angoissée du train, et le prenant vendredi, tu viens de faire grimper mon angoisse d'un cran, je réalise que j'ai pas prévu d'arriver 3h heures avant le départ, et si jamais y'avait un problème de métro? Bref ..

    Donc sur toutes les frayeurs que tu as cité je me reconnais dans celle là :
    "Rater mon train.
    Rater ma correspondance dans une gare perdue au fond de la Creuse sans moyens de repartir avant le lendemain (heureusement je ne traverse jamais la Creuse)
    Monter dans le mauvais train (et embarquer dans celui qui va vers la Creuse)"
    "Me faire voler ma valise noire par un autre porteur de valise noire."
    "Un retard de trois heures et plus de batterie dans mon iPod ni dans mon téléphone."

    Je prie pour vendredi ! Et courage a toutes les autres flippées du train !
     
  3. Ruth

    Ruth
    Expand Collapse
    Un peu ici, mais toujours ailleurs.

    Je ne savais pas qu'on pouvait avoir une telle apréhension de prendre le train !
    Pour moi, c'est synonyme de liberté, de vacances, de quelque chose qui me met hors du temps pdt un moment... Après, il est évident que n'ayant pris que le TGV et à chaque fois pour me rendre en vacances, mon jugement est biaisé...
    J'ai même testé la nuit dans le train. Pas couchette en plus, vu que c'était les train IDTGV Night (même que j'ai pris le dernier, ça n'existe plus). J'ai super mal dormi, presque pas de la nuit d'ailleurs, mais je vois tjrs ça comme une aventure. Comme quoi...
     
  4. Faith.

    Faith.
    Expand Collapse
    A perdu la foi.

    Le train couchette c'est le synonyme de l'enfer pour moi. Et pourtant, j'ai passé des nuits dans la rue en attendant un concert, j'ai dormi sur le sol d'inconnus en fin de soirées, mais le train couchette, plus jamais.

    Sinon, ma hantise au final c'est juste de me retrouver sans train avant le lendemain dans un coin paumé. La faute aux films d'horreur...
     
  5. Madness

    Madness
    Expand Collapse
    Let's panic but drink tea.

    Moi je veux juste dire : illustrations de Timtimsia, <3, voilà.
     
  6. Zaïre

    Zaïre
    Expand Collapse
    Guest

    Oh :fleur:
     
  7. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    Je ne me reconnais pas du tout dans cet article, parce qu"à l'inverse de l'auteure, j'adore prendre le train (du moins quand tout va bien et qu'il n'y a pas de gros retard ou de grève).

    J'aime ça, d'une part parce que la plupart du temps le train m'emmène vers des destinations ou des gens que j'aime, et d'autre part parce que je perçois le trajet en train comme du temps volé aux contraintes du quotidien. Le bruit régulier du roulement, les paysages qui défilent, être assise confortablement avec le lecteur mp3 vissé dans les oreilles... la réunion de toutes ces conditions se prête bien à une petite auto-hypnose introspective à laquelle je me livre volontier. Souvent, quand je sors du train, je me sens reposée, et j'ai l'impression de sortir de ma bulle.

    En fait, le train ça me fait décoller! :)
     
Chargement...