L'école et sa pédagogie parfois absurde - Le dessin de Cy.

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Cy., le 13 juillet 2014.

  1. Cy.

    Cy.
    Expand Collapse
    JAIME LE VANDAME

  2. Poppyline

    Poppyline
    Expand Collapse
    Rien ne sert de courir

    Belles illustrations qui résument parfaitement mes années collège !
    Le traumatisme d'être toujours la dernière choisie en sport (bon ok j'étais nulle dès qu'il y avait un ballon dans l'histoire, mais quand même), les rentrées où tu es cataloguée comme "la nouvelle" et où personne ne veut te parler..
    Et le casse-tête infernal des places dans la salle.. Un jour, une de mes profs avait eu la merveilleuse terrible idée de mettre, en gros, et c'est comme ça qu'elle l'a présentée, chaque "cancre" qui faisait l'idiot en classe à côté d'un bon élève. Alors moi ça ne me dérangeait pas de changer de voisin, jusqu'à ce que ledit cancre se mette à me cracher dessus tous les jours, oui oui (j'avais fini par bâtir un "mur" de protection avec mes classeurs ahah).
    Donc bon, je suis pour le placement aléatoire tant que personne ne subit de dommages collatéraux :shifty:
     
    Lis, Ame de Knulpette, -Lully- et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. BlueSwan

    BlueSwan
    Expand Collapse
    Frankly, my dear, I don't give a damn.

    Superbe planche ! :top:

    Je me souviens encore de la distribution des copies par mon prof d’histoire de 6eme… Il prenait un vicieux plaisir à te rabaisser et à commenter ton résultat devant tout le monde pendant que tu faisais le chemin (interminable) jusqu’à son bureau pour récupérer ta copie. Et il continuait quand tu retournais à ta place… :bomb:

    Et pour le placement des élèves, j’avais un prof qui nous avait rangés par ordre alphabétique. Résultat : les très bons élèves devant, et moi (élève sérieuse) je me suis retrouvée derrière avec tous les élèves chahuteurs… :facepalm:

    Que de souvenirs mémorables et traumatisants…
     
    Lis et Ptit_Lili ont BigUpé.
  4. mayalulu

    mayalulu
    Expand Collapse
    En hibernation

    L'horreur des équipes en sport! Au lycée, j'ai cru que tout ça était finit et un beau matin de 1ère... "Je vais désigner de chefs d'équipe, et blablabla". Horreur :facepalm:.
    J'ai été prise la dernière (comme d'hab) mais j'imagine que comme j'assumais ma nullité en sport et que je savais que ça ne voulais pas dire qu'on ne m'aimait pas en dehors, c'était pas si terrible (Ah la maturité!).;)

    Pour ce qui est du placement par ordre alphabétique, mon prof de français l'avait fait en début de 4ème et m'avait permis de rencontrer certaines de mes potes qui le sont encore aujourd'hui! Donc je plussois la méthode :top:

    (mais quand même le sport.. traumatisant!)
     
    Lesalerat, Ame de Knulpette et Ptit_Lili ont BigUpé ce message.
  5. Caesonia

    Caesonia
    Expand Collapse
    Hobo

    C'est assez drôle parce que j'ai pas du tout vécu ma scolarité de la même façon. :cretin: Déjà pour moi l'école c'était génial parce qu'on apprenait plein de choses et du coup le côté relationnel, les autres élèves et leurs moqueries, j'arrivais assez facilement à les ignorer parce que j'étais au collège pour travailler et pas pour me faire de faux-amis prétentieux et ingrats. (je suis un petit misanthrope dans l'âme, vous l'aurez compris)

    En EPS les profs faisaient en sorte que les capitaines d'équipe ne soient pas toujours les mêmes et surtout pas des "leaders naturels". C'était mélangé et c'était très bien comme ça. :happy:
    La place devant le prof ? Une de mes places préférées. :lunette: Déjà parce que c'était une zone calme, sans bavardage et sans risque de "copiage" :cretin: et aussi parce que pour moi les profs étaient limite des héros puisque des puits de science sans fonds et - surtout en primaire - des adultes à qui me confier. Donc j'étais aux anges. Au lycée on a eu le droit à des classes rangées par ordre alphabétique : ça ne m'a jamais aidé à sympathiser avec mes voisins. :yawn:

    En ce qui concerne les notes.. Oui, il y a des profs assez méchants voire sadiques mais il y a aussi des profs plein de bonne volonté et de bonté. Au lycée, notre prof de philo venait nous voir un par un pour nous donner notre copie et la commenter. C'était un moment stressant mais formateur. Les profs qui ont eu tendance à m'humilier ou à en humilier d'autre ne me touchaient pas plus que cela parce que je ne considérais pas les notes comme le plus important dans ce cas là. Je me souviens d'un prof d'anglais au lycée qui m'avait déconseillé de prendre le cours d'anglais renforcé  parce que selon lui je serais avec "les meilleurs" et je ne pourrais pas suivre... Il avait aussi tendance à me noter entre 7 et 11. :lol: J'ai perdu confiance, j'ai beaucoup pleuré. Puis il est parti à la retraite au bout d'un an, j'ai pris le cours d'anglais renforcé en dernière année (qui n'était donc plus assuré par lui) et... guess what ? J'avais 17 de moyenne. :rockon: Et oui, "les meilleurs" restaient meilleurs que moi mais ça ne voulait pas dire que ce cours n'était pas à ma portée.
    Tout ça pour dire : les notes ça ne veut pas dire grand chose selon le prof que vous avez en face de vous. :happy: C'est pourquoi j'aimais beaucoup les rares moments où on s'échangeait les copies pour les corriger. Parce que à ce moment là tu réfléchis sur la notation, sur les pièges de l'exercice et tu comprends beaucoup mieux quelle partie du cours tu connais et quelle autre tu ne connais pas, quelles sont tes faiblesses et quelles sont tes forces. Ca ne renforce pas l'estime des bons élèves, généralement ceux là détestaient ce type d'exercice. Et quand bien même ? Je ne comprends pas comment on peut accorder autant d'importance de ce que pense les autres élèves de ses notes. :yawn: J'en jamais rien eu à battre d'avoir 5 ou d'avoir 15 (ce qui semblait profondément choquer mes potes mais bon..).

    Bref, je trouve ça un peu dommage de faire tout un article sur les mauvais côtés de l'école et de finir par "non mais il y avait des bons profs aussi, bisous". ... :shifty: La balance penche un peu trop du mauvais côté pour prendre au sérieux cette soudaine déclaration d'amour pour les autres profs. :yawn:
     
  6. hatalide

    hatalide
    Expand Collapse

    Je suis très contente que le collège soit fini depuis très très très longtemps. Même si on me donnait des milliards ou qu'on me promettait la vie/beauté éternelle je ne voudrais pas y retourner.
     
    Lesalerat, Lis, MilanKey et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. -Popi-

    -Popi-
    Expand Collapse

    Ahah ! La piscine au collège c'était qqc ! ... Wait ! ... Je n'en ai pas fait ! \o/ Comme dans ma petite ville, il n'y avait pas de piscine, bheee ... Je n'en ai fait qu'une fois arrivée au lycée et là, j'assumais déjà un peu mieux (oui bon ça n'était pas l'éclate non plus) mon corps. Et puis si certains avaient un peu rigolé devant mes grosses cuisses, ils ont vite déchanté en voyant mes résultats ^^ (héhé oui... Je fais partie de ces gens qui vont plus vite en brasse qu'en crawl. Sous entendu, j'en dépassais pas mal avec ma brasse de bourrin. Donc vite, ça passe l'envie de se moquer. Puis surtout, j'étais dans une classe assez mature, je m'entendais avec tout le monde... Pas de raisons de se faire railler :) )


    Sinon, le système où les élèves corrigent les autres élèves, personnellement je trouvais ça très bien. (peut être parce que j'ai passé mon collège à 17-18 de moyenne générale... Hmm...) Mais comme le dit @-Molly- , je me suis effectivement sentie responsabilisée et impliquée dans ces corrections. D'ordinaire, de part mes notes (17-18, donc), je ne relisais jamais ma copie et quand les profs faisaient une correction, je discutais avec ma meilleure amie (dans le même cas que moi) parce qu'on s'ennuyait ferme à corriger qqc parfaitement acquis pour nous. Alors oui, c'est sur que ce genre de correction peut rebuter les élèves en difficultés mais pour les élèves moyens ou bons, j'ai trouvé ça vraiment chouette.

    Sinon, j'avais un professeur de maths qui, lorsqu'il rendait les contrôles, nous faisait tous lever puis nous interrogeait un à un sur une question de calcul mental. Tu te trompais, tu devais t'asseoir. Et le dernier debout avait un point bonus sur sa copie (mon frère a ainsi décroché un 21/20 une fois, ce saligaud). Avec le recul, je ne sais pas si c'était la meilleure idée du monde. Sur le coup, on stressait tous comme des fous. Et bien que le prof adaptait ses demandes de calcul en fonction du niveau des élèves, à la fin, c'était quand même très souvent de déjà bons élèves qui remportaient ce point supplémentaire ... :/
     
    Ptit_Lili a BigUpé ce message
  8. yuuki

    yuuki
    Expand Collapse
    Guest

    Oh mon dieu, les chefs d'équipe en sport, mon cauchemard ; pareil toujours choisie en dernière.. je trouve ca super humiliant pour les gosses franchement ... Les profs voient bien comment ca se passe pourtant ,mais ils continuent à le faire.. je comprend pas ...
     
    Lesalerat, Lis, Ame de Knulpette et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  9. Mclennon

    Mclennon
    Expand Collapse
    Yé souis ton père méhé !

    Ahah Merci Cy ! c'est exactement ça ! le même problème surtout en EPS. Moi c'était ma prof de math et d'histoire qui s'amusait à me rebaisser à coup de "plus tard tu seras caissière et je ne sais même pas si on voudra de toi !" ou alors à des "tu n'auras jamais ton brevet/bac" OH WAIT mais j'ai eu mon brevet et mon bac et maintenant je suis en licence x___x Quand on est ados, on n'a pas vraiment envie d'entendre qu'on est nulle et je me demande toujours ce qui a bien pu passer par la tête de mes profs pour être aussi méchante.
     
    Lis, MilanKey et Ptit_Lili ont BigUpé ce message.
  10. Zgu

    Zgu
    Expand Collapse

    Ah l'échange de copie pour la correction pour moi ça a bien fonctionné ce truc. C'était souvent pour les dictées, et j'ai réalisé que dès que j'avais en mains la copie du voisin les fautes me sautaient aux yeux, alors que sur ma propre feuille j'avais beau relire trois fois avant de la donner, plein de fautes m'échappaient. Quand j'ai compris le mécanisme, je faisais comme si c'était pas ma copie et là miracle je voyais tout. (un peu comme quand on lit les articles madz et qu'il y a des fautounettes ;)  )

    Pour l'histoire du prof qui "s'amuse" à ridiculiser le mauvais élève, moi c'était une prof de math, j'étais déjà pas fortiche en math mais alors avec elle j'ai complètement abandonné. Le début de l'année elle me faisait passer au tableau et quand je bloquais parce que je savais pas comment faire, elle me regardait les bras croisés et sortait "On peut attendre longtemps comme ça...". Moi penaude je fixais les chiffres sur le tableau comme s'ils allaient me souffler la réponse. Des fois elle disait aux autres de continuer leurs exercices genre ne perdez pas votre temps, je vais me la finir... Et puis j'en ai eu marre, à la fin je m'en foutais complet, et elle aussi a arrêté de m'interroger, je crois qu'elle s'est lassée. Avec le recul ça devait être marrant les réunions entre profs : "Zgu participe bien, des difficultés mais pleine de bonne volonté (c'est pas  pour me jeter des fleurs, c'est ce qui ressortait souvent dans les appréciations), et toi ? - Oh moi c'est une élève fantôme..." AH OUI ? LA FAUTE A QUI ??

    Et puis il y a eu cette prof de français, qui faisait son cours comme si elle racontait des histoires. Et la prof de dessin qui m'a fait réaliser que j'avais "le coup d'œil", que je savais bien reproduire les choses. La prof d'espagnol qui nous amenait des mantecados et autres gâteaux espagnols pendant les cours...
    C'est ceux là qu'il faut retenir, ceux qui ont su nous apprendre avec passion et envie.
     
    MilanKey a BigUpé ce message
  11. Cy.

    Cy.
    Expand Collapse
    JAIME LE VANDAME

    Bah oui, je raconte les parties traumatisantes (qui manifestement sont communes à beaucoup d'autres mads) pour peut-être faire bouger les choses (même si la manière de d'enseigner à beaucoup changer en 10 ans).

    Tu sais, c'est comme partout on a tendance à énumérer les choses qui ne vont pas, et les choses qui vont, on leur dit un simple "C'est très bien".
    Le but de mon strip est de montrer les absurdités de la pédagogie commune à un bon paquet d'école, mais j'ai aussi eu des bons profs, et je trouvais bien de dire à la fin que j'en ai eu et que je m'en souviendrais toute ma vie.

    Je pense qu'il y a pas mal de mads profs ou futures profs, et, je pense, qu'il n'y a rien de plus valorisant de marquer (dans le bon sens hein ! :d ) à vie, un enfant.

    @Mrs Heisenberg
    Si tu te poses cette question, je pense que tu n'auras pas trop de souci :d ! Les profs qui ont été les plus durs/sadiques/déprimés étaient souvent des gens arrivés dans l'enseignement par dépit. Après, c'est un métier puta*n de compliqué, avec des pré-ados souvent difficile à gérer. Il doit y avoir rien de plus épuisant que s'évertuer à faire rentrer dans la caboche de ces gosses des choses, sans y arriver faute de travail minimum de leur coté. :bomb:

    Et puis, quand je dis "bons profs", "mauvais profs", c'était mon seul jugement. Leurs enseignements me convenaient mais c'était pas la même pour tous mes camarades de classe :d ! "Ma bonne prof " de Histoire Géo était la bête de noire de ma pote de collège ! XD
     
    Ptit_Lili a BigUpé ce message
  12. Fenotte

    Fenotte
    Expand Collapse

    Moi les traumatismes liés aux profs ils remontent plutôt à l'école primaire: à 7 ans lors d'une activité de cuisine l'institutrice m'a lancé "tu sais rien faire de tes 10 doigts", je m'en rappelle encore 23 ans plus tard à chaque fois que je fais un truc manuel... Et avant l'entrée au collège mes institutrices ont dit à ma mère que je ne réussirais pas à cause de ma timidité... Un bac avec mention très bien + un master avec mention plus tard, moi et ma timidité on a bien envie de les recroiser :)

    Par contre ma professeur d'espagnol en dernière année de lycée, elle, a été un énorme soutien psychologique pour la suite... Quand je lui ai indiqué mon choix d'études, elle a simplement dit "ce sont des études très compliquées, mais je pense que tu as les capacités pour y arriver"... Et j'y suis arrivée, en pensant souvent à elle!

    D'une manière générale, les années collège et lycée ont été assez pénibles pour plusieurs raisons, mais je trouve que ce sont les années primaire qui ont été "fondatrices" au niveau estime de moi... Bizarre parce qu'en général c'est plutôt l'inverse!

    Et oui, le calvaire de la formation d'équipes en éducation physique (ah oui parce qu'en plus d'avoir dix doigts gauches et d'être timide j'étais nulle en sport, le gros lot :cretin:)... Je me rappelle un jour qu'aucune des deux équipes ne voulait m'accueillir même en dernier choix, j'ai passé mon temps à aller de l'une à l'autre telle une mouche qu'on envoie balader avant que le prof ne finisse par trancher!
     
    Shann a BigUpé ce message
Chargement...