L'effet Spring Breakers : sous les jupes des icônes jeunesse

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 22 février 2013.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  2. DolceVita

    DolceVita
    Expand Collapse
    home sweet home

    Je suis surement une ado attardée (26 piges à mon actif) mais j'ai trop envie d'le voir ce film ! :shifty:


    Sinon, chouette article @Laystary, comme d'hab.
     
  3. Marveloose

    Marveloose
    Expand Collapse
    En régression

    Ce serait intéressant d'avoir un article sur le phénomène Spring Break en France!!

    Pour le film, j'ai comme un doute sur le niveau d'intéressement que je suis susceptible d'avoir vis à vis du scénario:rotate:
     
  4. Polly Maggoo

    Polly Maggoo
    Expand Collapse
    .

    J'ai lu sur Brain qui des parents avaient emmené leurs enfants fans de Selena Gomez et Venessa Hudgens à l'avant première de Spring Breakers. D'après l'article des gamines ont quitté la salle en pleurant et leurs parents étaient outrés... :facepalm:
     
  5. Shanes

    Shanes
    Expand Collapse
    Enjoy it wildly

    En même temps les parents sont pas fut-fut, même s'ils n'ont pas vu la bande annonce, l'affiche et le titre suffisent à eux seuls à comprend que le film n'est pas destiné aux enfants !

    Sinon j'ai bien envie de voir le film pour me forger mon opinion, savoir si les actrices ont juste été engagé pour faire ce buzz ou si c'est réellement utile à l'histoire. (Et aussi parce qu'il y a Ashley Benson <3 )
     
  6. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Mais si les "icônes Disney" deviennent plus délurées avec le temps, c'est pas aussi pour coller un peu avec leurs fans qui, eux aussi, grandissent ?

    Enfin c'est ce que j'avais ressenti avec Lorie par exemple (bien que je n'ai jamais été fan hein je précise), mais j'avais trouvé que son évolution correspondait aussi à l'évolution potentielle de ses fans.

    Après, que cette évolution passe par une hypersexualisation, c'est un peu la société qui veut ça aussi.
     
  7. Heyheymymy

    Heyheymymy
    Expand Collapse
    Rétronaute

    Typiquement le genre de film pour se reposer les neurones, avec le bonus James Franco pour sauver le tout et qui fait ressortir encore plus (par contraste) l'air niais façon "kikoo j'M tro le seks & la drogue YOLO" des 4 actrices.

    Après, je trouve pas le film choquant :

    1) le marketing autour du film ne cache pas (au contraire) le côté choquant. on ne ment pas sur la marchandise
    2) comme on le disait précédemment, les fans de S.G. et V.H. ont eux-aussi grandi, donc la cible correspond aux actrices.
    3) le sex&drug n'est pas nouveau dans les teen-movies : il suffit de voir Nowhere de Gregg Araki (oui, ça me tue de comparer ces deux films) ; la différence c'est que dans Spring Breakers les héroïnes ont l'air terriblement vides
    4) on va pas faire semblant qu'on ne savait pas que la sexualisation était la réponse au manque de médiatisation de beaucoup de célébrités.

    A part ça, je me dis que c'est surement ce genre de film/lifestyle dont on se souviendra quand on pensera à la décennie 2010-2020... alors ça me donne terriblement envie de me téléporter dans les 70s ou même 90s, l'esprit y semblait tellement moins creux.
    Enfin, peut-être n'ai-je pas le recul nécessaire pour apprécier le "YOLO".
     
  8. flyspanish

    flyspanish
    Expand Collapse
    Badassius Swaggia

    Il me semble qu'on écrit "entrouverte" et non "entre-ouverte" :shifty: @laystary
     
  9. Chaïka

    Chaïka
    Expand Collapse
    Des pâtes et de la bière, nom de Dieu !

    Après il faut dire que Nowhere et Araki en général sont restés dans une sphère beaucoup plus restreinte et avertie que celle de Spring Breakers. Je n'ai pas vu le film lorsqu'il est sorti, mais il me semble qu'il n'a pas été distribué à aussi grande échelle, sans parler de la campagne de pub monstre.

    Après je suis toujours autant intéressée par le fait que les actrices clairement en rapport avec tout le système Disney ressentent le besoin de casser leur image à coups de photos lascives/rasage de crâne. Peut-être parce que le public jeune d'aujourd'hui réclame plus de "trash" qu'avant, et qu'elles espèrent ainsi rester dans le circuit. Mais je pense à des acteurs comme Joseph Gordon-Levitt, qui a eu du mal à retrouver une crédibilité en tant qu'acteur après ses rôles dans Third Rock from the Sun ou Ten Things I Hate About You, qui se retrouve aujourd'hui derrière la caméra aussi bien que dans de gros blockbusters après un (re)début dans des films indépendants quasiment inconnus du grand public.
    J'ai du mal à croire que ce soit à cause de la sur-sexualisation des icônes jeunesse féminines que ces jeunes femmes ont décidé de jouer dans ce genre de film, et je suis d'accord avec l'auteure pour dire que c'est vraiment dans la continuité "logique" de leur temps chez Disney. Peut-être que j'ai l'air d'une hipster de merde à dire ce genre de choses, mais je trouve ça d'un conventionnel à mourir.
     
  10. tomiko

    tomiko
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    y a les affiches partout dans le métro depuis un moment et c'est le genre d'affiche qui me débecte..
     
  11. Nine*

    Nine*
    Expand Collapse
    Euphorique

    Mon avis rejoint celui de @Kita , en général.
    Truc à la rien à voir mais je comprends pas du tout comment Miley a pris la photo, son bras est vraiment mis de façon bizarre non? :shifty:
     
  12. Babbit

    Babbit
    Expand Collapse
    c'est le meaning of life

    pour avoir vu le film, j'ai trouvé que justement, il y a du recul sur le côté 'cool' du spring break. Je m'attendais à une grosse bouse débile, mais en fait c'est filmé de telle façon que on se retrouve très rapidement mal à l'aise face à la surenchère de drogues/armes/violence. Ce n'est absolument pas l'apologie de ces fêtes. En fait, Selena Gomez m'a carrément étonné, tant son rôle est réellement touchant ; on adopte son point de vu sur ce qu'il se passe. Je trouve ça dommage de dénigrer un film parce que des actrices Dysney y jouent. Je ne le savais même pas en allant le voir. Et il est bien.
     
Chargement...