Législatives 2017 : sondage, infos et débat

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 13 mai 2017.

?

Que feras-tu au premier tour des élections législatives ?

  1. Je voterai Parti Communiste

    2 vote(s)
    1.1%
  2. Je voterai France Insoumise

    85 vote(s)
    47.0%
  3. Je voterai Europe Ecologie/Les Verts

    18 vote(s)
    9.9%
  4. Je voterai Parti Socialiste

    11 vote(s)
    6.1%
  5. Je voterai République En Marche

    40 vote(s)
    22.1%
  6. Je voterai Les Républicains/UDI

    0 vote(s)
    0.0%
  7. Je voterai Front National

    2 vote(s)
    1.1%
  8. Je voterai pour un autre parti

    10 vote(s)
    5.5%
  9. Je voterai blanc ou nul

    2 vote(s)
    1.1%
  10. Je m'abstiendrai

    11 vote(s)
    6.1%
  1. MorganeGirly

    MorganeGirly
    Expand Collapse
    Si tu veux avoir quelque chose que tu n'as jamais eu, il va falloir que tu fasses quelque chose que tu n'as jamais fait

    Bon moi perso j'ai fait une recherche rapide sur mon candidat LR. C'est pas facile car il n'a exercé aucun mandat national jusqu'à présent. En revanche, il fait partie de l'équipe de ma mairie d'arrondissement que je porte pas dans mon coeur (ma circonscription est à gauche mais mon arrondissement est très à droite, je me souviens encore des propos du maire sur le mariage pour tous). Bref, j'ai trouvé un texte pas glob avec les mots clés "Candidat X + mariage pour tous". Mon candidat LR l'a signé et ça dit en gros que le mariage pour tous est une mauvaise idée (avant que la loi soit votée). Puis je sais même pas comment j'ai trouvé ça car j'ai pas pensé à chercher "Candidat X + laïcité" mais il a également co-signé une tribune sur le fait qu'il respecte la diversité des cultures mais que la laïcité est en danger à cause des extrémismes (sous-entendu musulmans j'imagine vu le texte sur le mariage pour tous cosigné avec des évêques et autres qu'il n'a pas eu l'air de trouver extrémiste).
    Après, ce qui est perturbant c'est que dans le cadre de son activité professionnelle, il a été impliqué dans des trucs assez "ouverts d'esprit" mais bon c'est le propre de sa profession en fait...
    Bref, je vais continuer un peu mes recherches mais a priori c'est plutôt la droite Filloniste que la droite NKM :rolleyes: En fait, j'avais entendu des gens de droite comme NKM justement qui critiquaient des points spécifiques des lois voulues par Macron pour des raisons de droite, mais leur opposition pouvait également servir la gauche. Donc j'espérais que mon candidat serait un peu dans cette veine-là.
    Enfin bon, franchement, si le fait de devenir un pays avec un parti unique sous Etat d'urgence n'était pas aussi flippant, c'est sûr que je choisirais le MoDem justement pour empêcher ce candidat LR de devenir député. Franchement, en temps normal je n'hésiterais pas une seconde. Le MoDem est à droite à mes yeux mais ils proposent des choses assez modérées qui valent mille fois mieux que les Républicains (enfin c'était le cas à l'époque où j'avais voté pour eux, ce qui remonte quand même - depuis j'ai pas trop suivi leur évolution). Mais là, j'ai peur d'approuver une situation très dangereuse pour la démocratie en votant MoDem.
    Non mais à la limite je comprends ton découragement à toi. Je me souviens pas d'avoir lu pendant les présidentielles que tu clamais partout avec ferveur que Macron allait mettre le pays à feu et à sang, que tu le haïssais plus que tout au monde et que tu préférais boire de la cigüe que de voter pour lui :lunette: Donc voilà, tu n'es pas allée déblatérer sur lui partout pour ensuite aller piquer-niquer avec tes potes le jour des législatives parce que t'avais autre chose à faire :cretin: Je me souviens plus bien si tu as dit que tu t'abstenais ou pas au deuxième, mais si c'était le cas, tu ne m'as pas donné l'image d'être particulièrement dans le militantisme anti-Macron.
    Or, moi ce que je trouve choquant c'est tous ceux qui se sont drapés dans une morale politique soi-disant pure en faisant la leçon à tout le monde sur Macron dans l'entre-tour et en beuglant que les Français sont des moutons stupides pour finalement... ne pas chercher à réduire sa majorité au Parlement. Enfin j'exagère mais franchement, je l'ai bien en travers de la gorge d'avoir passé autant de temps à devoir me justifier sur pourquoi je trouve Le Pen pire que Macron (:shifty:) pour que finalement ce soi-disant ultime danger suprême qui-va-tuer-les-pauvres-et-vous-vous-en-foutez-car-vous-êtes-riches n'intéresse plus les passionnés des Présidentielles au moment de réduire son influence. C'est vraiment le militantisme Twitter appliqué à la vie politique, violent et qui s'estompe au bout de quelques jours parce qu'on change de cause à défendre en fonction de l'actualité.
    (Désolée pour le coup de gueule :yawn:)

    Après, je comprends aussi d'avoir été débordée par le nombre de candidats, moi même j'ai eu un moment de solitude au moment de prendre mon bulletin sur la table, je l'ai cherché longuement avant de le repérer. Mais j'ai honnêtement pas lu tout les programmes. Certes, le fait d'avoir décidé que je me reconnaissais dans EELV et d'avoir un député PS assez satisfaisant faisait que j'avais déjà deux choix potentiels tous prêts, donc ça m'a facilité la tâche. Mais je pense qu'on est pas obligé de tout lire pour trouver quelqu'un qui nous convient mieux qu'En Marche, le FN et les Républicains, ne serait-ce qu'en lisant les professions de foi et en googlant le nom du candidat qui attire notre attention! Je ne te reproche rien du tout :) , encore une fois mon coup de gueule n'est pas contre les abstentionnistes qui n'ont vraiment pas d'avis, parce que je peux très bien comprendre qu'on se dise "pourquoi pas Macron" ou "je sais pas ce qui est le mieux". Il est contre les abstentionnistes qui avaient un avis très marqué il y a un mois : celui de détester Macron. Quand on fait partie de ceux-là, il vaut mieux voter pour le parti qui met des photos de chatons sur ses professions de foi avec une police fantaisie sur un papier mal imprimé que de ne pas voter je pense.
    Je pense que le FN est dans une situation similaire à celle des années passées mais ce n'est pas le cas de la France Insoumise qui a vraiment fait l'objet d'une ferveur très particulière et qui a récupéré un électorat différent des années passées (notamment un électorat PS qui y voyait l'avenir de la gauche). Donc on aurait clairement pu attendre mieux de FI niveau motivation.
     
    doudouillitsa, TarteTatin, Maia Chawwah et 8 autres ont BigUpé ce message.
    ----- Publicité -----
  2. Jenjirah

    Jenjirah
    Expand Collapse

    Car ministre = gros nom. Gros nom = j'attire les votes.
    Depuis 10 ans. Le gagnant des elections présidentielle est le gagnant des vote par défaut.
    On ne peut pas gagner qu'avec des votes d'adhésion. Il faut convaincre Sebastien, le citoyen sans préférence politique.
    Aux legislatives. On ne propose pas un programme en général. Le député ne fait pas des promesses ou de programme comme aux présidentielles.
    Donc on vote généralement pour le parti. Le citoyen a du mal à contrôler l'efficacité du travail de son député en général.
    A part quelques sites qui référencent la participation d'un député. On peut pas calculer si il travaillent beaucoup ou pas en vrai.

    @Mama Sara Sauf que sur l'état d'urgence. On ne revendique pas l'interdiction définitive de manifester. On revendique de pouvoir controler les flux massifs de personne dans des situations dangereuses. Aujourd'hui, un attroupement de personne est une cible.
    Si demain il y'a un attentat dans une manif. Je vois déjà l'opposition dire "mais que fait Macron pour empecher ça"

    Les dés ne sont plus les même. L'eternel débat de la liberté sur internet doit être revue.
    On ne va pas voler nos mot de passe sur le forum. On sait très bien pourquoi on veut ça.
    Internet est devenu le repaire idéal pour certains groupe.
    C'est ça l'ennemi principal.

    Sur ton premier article sur la liberté de la presse, tu trouve ça choquant de porter plainte pour un vol de document et une divulgation?
    Ce sont des études ici. Pas des faits. Des etudes.

    Pour l'affaire Bayrou. Si cela vient à être confirmer que Bayrou veut faire le kéké en mode "je suis le boss arrête ça" Il doit être dégagé immédiatement.
    Si il est juste venu se plaindre. C'est une victime alors. Victime dans le sens "touch pas à mon jouet :'(" et on peut rien faire pour lui. A part lui trouver un peu de charisme (tacle lache et gratuit)

    Pour la conseillère ancienne lobbyste evident. Je ne dirais rien à part qu'elle devra être dégager si il s'avère qu'elle fait ce dont on lui reproche

    QUOTE="ChansonMuette, post: 9545827, member: 193287"]Est-ce que avoir la tête hors de l'eau c'est n'avoir aucun droit du travail,[/QUOTE]
    Prouve moi A + B que Macron veut qu'il n'y ai plus aucun droit du travail

    Ah je ne savais pas que Macron voulait supprimer les RTT. On en apprend tous les jours

    Le travail coute et rapporte de l'argent : A+B=C

    Après soi disant ton argument serait de dire : on serait pas une des premières puissances du monde si l'emploi coutait si chère.
    Cela fais combien d'année qu'on a pas eu de bonne année économique? On est une des plus grandes puissante du monde c'est un fait mais cela ne veut pas dire que depuis quelques années la France n'est pas dans le vert. Voir des dizaines d'année en soi.

    Le droit du travail n'est pas une tare à 100 % comme tu le démontre mais il complique beaucoup de choses dans certains cas.
    Arrêter de sous entendre qu'on veut le démolir de A à Z et qu'on veut revenir sous l'Angleterre pendant l'industralisation en mettant des gosses de 9 ans au charbon.
    On parle de débloquer certaines situations. Permettre plus de flexibilité dans le travail par exemple. Remettre le travail sur l'entreprise et les accords d'entreprises. Pas de remettre l'esclavage, ni de faire travailler quelqu'un 50H/mois.

    Redistribuer les richesses c'est toujours le mot magique mais comment tu le fais?
    Le système communiste qui sous entends remettre tout le monde sur le même pied d'estale va t'il détruire les inégalités ?
    Combien auront nous ? Tous pareil ?

    Et le fameux exemple du 1-99.
    Comme quoi. Pourquoi les gens n'aiment pas les libéraux. C'est définitivement car ils perdent.
    Et revenons sur cette argument même

    On est une des plus grandes puissances du monde grâce au passé.
    En quoi on se vante d'être une plus grande puissance du monde ? Car on est le 5 e PIB du monde?
    L'Inde est juste derrière nous. On en parle de la situation des habitants en Inde ?

    Etre une grande puissance mondial ne veut pas dire qu'on est un des meilleurs pays du monde et je ne vois même pas en quoi nous sommes actuellement un des grand du monde.

    Nous sommes actuellement le pays affichant les pire résultats en mathématique dans les classes de primaire, 39 en liberté de la presse. Oh et soi disans notre chomage. 10 % selon les chiffres d'une certaines catégorie est en fait
    Le chomage a augmenté bien plus qu'on le croit car on regarde que la catégorie A
    Aujourd'hui c’est plus de 750 000 jeunes de moins de 25 ans qui sont inscrit au chomage
    Le taux de chômage des plus de 50 ans a lui augmenté de 4,7% en un an, avec plus de 1,3 millions de chômeurs inscrits en catégorie A, B et C
    Plus de 14,5% de la population française en 16 et 60 ans est au chômage (en catégorie A, B ou C) soi environ 5,5 millions
    Plus de 700 000 dans les catégories D et E .
    Sans compter qu'on a atteint les presque 9 millions de pauvres en France

    Un moment il est évident que cela ne marche plus.
    La solution serait quoi ? Redistribuer mieux les richesses? Donc on va prendre l'argent des propriétaires d'entreprises privée. Qui ont fait leur fric dans leur coin et les donner aux gens ?
    Franchement, on va dire à des gars qui gagnent enormement grâce à leurs réussite de nous donner de l'argent?

    On dit qu'on est une des grandes puissances du monde. Alors économique oui on gagne de la tune mais à part ça. Vous trouvez vraiment qu'on l'est en ce moment ?
    On est probablement premier dans un endroit. Ceux qui détestent le plus les riches (80%) Quand on me parle de puissance, réel puissance mondiale je ne vois vraiment pas de quoi les gens parlent

    EDIT:

    On l'a été. On se levait pour ce qui était juste et bon. On a passé des année à combattre et batir des lois. On a fait émerger de grandes personnes, de grandes avancés médicales. On ne se faisant pas définir par notre bulletin de vote. On a fait emerger des réussites depuis on ne fait que les rabaisser, les critiquer et les conspuer ces gens qui réussissent.
     
    #146 Jenjirah, 12 juin 2017
    Dernière édition: 12 juin 2017
    Tamiat et Elliana ont BigUpé.
  3. ChansonMuette

    ChansonMuette
    Expand Collapse

    Ben non, je ne trouverai pas par A+B que Macron ne veut plus aucun droit du travail parce que ce n'est pas mon propos en fait. Tu étais dans la comparaison avec d'autres pays en disant, je te cite
    Nos spécificités dont tu sembles parler, c'est bien le droit du travail. L'emploi en France coûte trop cher ? Oui, par rapport aux pays comme la Roumanie où le salaire minimum est de 220euros, bien qu'ils restent coûteux ces salariés comparés à la Moldavie où c'est 46euros par mois. Par rapport à la Chine, où ce sont des gosses qui travaillent dans les usines. Donc je le répète, le but c'est qu'on se mette au même niveau c'est ça, pour être compétitifs ? Pour qu'on puisse concurrencer tous ces pays dans lesquels les entreprises font de l'offshore ou de la sous-traitance ?
    Le droit du travail, ce n'est pas " juste " un truc qui emmerde les patrons, qui complique tout et qui tue l'emploi hein. C'est le résultat d'années de lutte sociale et c'est la protection des travailleurs, et si ça ne s'appelle pas " droit du patron " c'est parce que ce sont les salariés qui sont à protéger du patronat, surtout dans une situation économique difficile comme la notre, et pas l'inverse.
    Tu fais ensuite la comparaison avec des pays comme l'Allemagne, où le droit du travail est déplorable, je t'ai cité les emplois à 1euro de l'heure, les micro-emplois à 400euros le mois. Alors oui, c'est subjectif, je n'ai pas d'article disant que c'est déplorable, je trouve ça déplorable. Si on n'est pas d'accord à ce sujet, je ne peux rien faire pour te convaincre.

    Sinon, c'est venu à l'idée de quelqu'un que les pauvres patrons qui galèrent à employer pouvaient aussi, très éventuellement, envisager de baisser leurs salaires pour ré-injecter plutôt l'argent dans l'entreprise ? Je sais, ça paraît dingue, plus visiblement que de demander aux gens de travailler plus pour moins.

    Le patron d'Axa -> 2 860 044 € en 2015
    Sanofi -> Début 2015, Olivier Brandicourt a été accueilli au sein du groupe Sanofi avec un bonus de bienvenue de quatre millions d'euros sur deux ans. Un « golden hello " qui avait alors suscité de vives critiques. Au titre de l'exercice 2015, il a reçu près de 4,4 millions d'euros de rémunération fixe et variable.
    Renault -> 7,2 millions d'euros pour l'exercice 2015.
    Total -> Patrick Pouyanné a bénéficié d'une rémunération globale de 6,4 millions, une augmentation de 25%
    LVMH -> 3,35 millions d'euros en 2015

    Si on en veut encore -> https://www.challenges.fr/entreprise/les-vraies-remunerations-completes-des-patrons-du-cac-40_13209

    Comme je l'ai dit plus haut, ce type d'entreprises, les ETI et GE, emploient la moitié des salariés en France.
    Selon quelle logique les salariés auraient à se serrer la ceinture pour " sauver les entreprises et la compétitivité " alors qu'en haut, personne ne se serre la ceinture ? C'est juste toujours pareil, c'est désolant.

    Oui, en s'informant.
    source

    Alors non, ce n'est pas Macron lui même qui va " supprimer les RTT " ( supprimer des RTT en fait, la nuance existe, je ne suis pas dans la caricature même si je suis dans l'opposition ). Il donne juste la possibilité aux patrons de le faire. C'est différent ?
    Donc je ne peux pas te sortir de programme écrit par Macron disant " je veux supprimer des RTT ". Le propre de la loi travail et de sa nouvelle copine la loi MaxiMacron, c'est de laisser champ libre aux patrons pour faire ce qu'ils veulent. Suis-je cynique de penser que ce que veulent les patrons, ce n'est pas augmenter les RTT, garder haute la majoration des heures supplémentaires, se contenter des 35h, payer plein pot les indemnités prud’homales ?

    ( Pour ne pas qu'on m'accuse d'affabulation ou que sais-je, je cite les sources :
    http://www.leparisien.fr/economie/r...ts-cles-du-plan-macron-05-06-2017-7018110.php
    http://www.liberation.fr/france/201...-que-prepare-vraiment-le-gouvernement_1574980 )

    Mais de toute façon, il faut arrêter de croire que parce qu'on bazarde la moitié du code du travail, les entreprises vont recruter plus. Certes, il y a des entreprises qui ne recrutent pas parce qu'elles jugent que le droit du travail est trop complexe et que ça les décourage. Mais il y a aussi énormément de postes vacants, de création d'emplois. Le truc ? Ce sont des emplois de technicien, mais étant donné qu'en France être technicien c'est être mal considéré, mal payé + être le premier impacté quand le gouvernement part dans des délires de loi travail et de flexibilité, les gens n'ont pas envie de l'être. On est donc face à une génération de personnes qui se forment en espérant être cadres alors qu'on a pas besoin d'autant de cadres, parce qu'elles espèrent échapper à la merde qui atteint les employés techniques à qui on demande de faire toujours plus avec toujours moins et qui ont les plus bas salaires dans un pays où visiblement ce qui devrait compter c'est pouvoir se payer un costume et « avoir envie de devenir milliardaires» ( dixit notre bon président ).
     
    doudouillitsa, Marie Requin, Faolán et 22 autres ont BigUpé ce message.
  4. Carlawn

    Carlawn
    Expand Collapse

    @Jenjirah
    Tu pars du principe que si notre économie va mal, c'est la faute aux restrictions subies par les entreprises et aux salariés qui coûtent trop cher. Alors évidemment, c'est sans doute une cause, mais pas la seule et l'unique, contrairement à ce que nous répètent les médias. Moi je pense que si l'économie va mal, c'est surtout à cause de notre système éducatif qui s'effondre, et qui contribue à renforcer les inégalités.

    Tu dis toi même que notre niveau en mathématiques est catastrophique. Pourquoi à ton avis ? Parce qu'être prof ne rapporte pas grand chose en début de carrière, que les conditions d'enseignement se sont dégradés (trop d'élèves par classe), sans parler de la pression de l'inspection et du système d'évaluation, d'un concours de recrutement difficile où on te parachute n'importe où et du manque de reconnaissance social. Du coup, on peut comprendre pourquoi ça n'attire pas ceux qui sont forts en maths, parce qu'ils disposent de bien plus de débouchés.
    En comparaison en Allemagne, les profs sont bien mieux payés.

    En France, l'important c'est le diplôme, et quelle école/université tu as fait. En Allemagne, ils ont fait en sorte d'harmoniser tout ça, et les recruteurs regardent surtout ton parcours, ton expérience et les notes que tu as obtenu. Ça fait que tu peux avoir un candidat à la chancellerie qui n'a même pas le bac, alors qu'en France, un président qui ne soit pas passé par l'ENA, c'est limite impensable. Bon après, niveau chômage, la France a plus de difficultés, car elle a une population jeune beaucoup plus importante (pays nataliste). Surtout qu'on encourage les jeunes à intégrer des filières générales, car plus valorisées, alors qu'elles ne sont pas forcément adaptées à tous les profils. Il y a aussi de gros problèmes en France au niveau de la formation professionnelle.

    Donc pour moi, la France devrait plutôt investir dans des secteurs qui lui font défaut pour le moment (éducation, santé, environnement) mais qui rapportent sur le long terme, plutôt que de faire n'importe quoi avec le code du travail. D'ailleurs, l'assouplir n'empêche en aucun cas certaines entreprises de délocaliser ou de frauder le fisc.

    Le système économique allemand ne fonctionne que pour ceux qui sont déjà privilégiés.
    A Berlin, j'ai la chance d'être en CDI (et aussi d'être blanche, européenne, maîtrisant la langue locale et d'avoir fait des études) mais j'ai surtout la chance de ne pas faire toutes mes heures officielles, sinon je serai tout le temps en arrêt car mon métier est pénible physiquement. Et heureusement, d'ailleurs, parce que j'ai pas droit d'être malade plus d'une journée car je ne peux pas être remplacé (pratique quand on travaille avec des gosses qui vous refilent toutes les maladies du monde XD). Mais bon je me plains pas en comparaison à mon pote qui bosse 60 h et n'a plus de vie social ou à une amie qui cumule des mini-jobs et qui peine à pouvoir payer son loyer (qui ne fait qu'augmenter).
    Et je parle pas de nombreuses personnes âgés que je vois encore travaillés parce que leur retraite ne suffit pas pour vivre (y'en a même qui en viennent à regretter les communistes :rolleyes:).

    Tout le monde nous rabâche que l'austérité, c'est la seule solution, mais en attendant même le FMI alerte l'Allemagne sur son taux de pauvreté et préconise une relance de la croissance: http://www.lemonde.fr/economie/arti...ue-de-pauvrete-en-allemagne_5128170_3234.html
    Puis vouloir lutter contre le terrorisme tout en renforçant les inégalités (donc la pauvreté) et la violence policière, je trouve ça totalement contre-productif.
     
    doudouillitsa, Faolán, Maia Chawwah et 14 autres ont BigUpé ce message.
  5. Hyperbole

    Hyperbole
    Expand Collapse
    Pas de Valse

    Je lis votre conversation sur le marché du travail et je lis souvent sur Madz cette opposition frontale à toute réforme du travail comme si c'était une vache sacrée.
    On a l'impression qu'il y a un endroit où se trouve tous l'argent de la France et qu'il suffit d'aller le chercher. Sauf que ce n'est pas le cas, pour les grands patrons le calcul de leur salaire est un savant mélange de liquidité et d'actions, et la valeur des actions est indexé à la bourse donc d'ici là qu'on puisse mettre la main sur "l'argent" il va s'en passer du temps. Et quand bien même on diminuerait le salaire de nos grands patrons (il me semble que c'est 20 fois le smic donc à la fourchette 20 000 euros) déjà ce qui va se passer c'est qu'ils vont tous s'expatrier, je suppose que les conseils d'administrations iront dans le même sens. Donc on a un corps sans tête, en soi ce n'est pas très grave encore faut-il qu'ils n'emmènes pas les actifs avec eux. Et comme on ne vit pas dans un monde fermé et que ces grandes entreprises ont des branches dans le monde entier et n'ont de français que le nom, même si le gouvernement parvenait à faire appliquer la mesure en France il serait dans l'incapacité de le faire appliquer ailleurs. Autrement dit, LVMH qui fait les 3/4 de ses bénéfices en Asie n'aurait qu'à délocaliser sa production et le gros du siège en Asie et personne pourra l'en empêcher. A part si vous compter prendre en otage personnel et matériel dans ce cas là, quid de la propriété privée.
    Le travail change comme nous d'ailleurs. Pourquoi il faut nécessairement être dans une opposition de principe à tous changements ? Si on prend le référendum d'entreprise, ceux que ça fait le plus chier c'est les syndicats parce qu'on passe au-dessus de leur tête. Demander aux salariés de voter pour leur conditions de travail, je trouve que c'est une bonne idée, le fait d' intégrer tous les salariés non syndiqués qui était écartés des discussions jusqu'alors est une bonne initiative. Maintenant les syndicats ont le devoir de protéger les salariés et de négocier au mieux.
    Si on prend un changement de temps de travail, disons le fait de 35h à 40h par semaine payé 40h, ça veut dire une heure de plus par jour ou le fait de travailler le samedi matin, entre les deux il y a une sacrée différence de condition de vie. Les syndicats sont là pour expliquer et voir ce qui est possible de faire : si c'est une entreprise avec beaucoup de femme, vu qu'elles ont souvent la charge des enfants est-ce que les salariées peuvent bénéficier de contrepartie, quel format est le plus adapté, si c'est même envisageable. Si on a une majorité pour le changement il faut que les syndicats essayent de tous leur poids d'avoir des contreparties avantageuses. S'il n'y a pas de majorité, bah il n'y pas de majorité. Je prend l'exemple d'un grand magasin parisien qui a fait un référendum pour l'ouverture le dimanche , il y a eu une majorité contre et bah ils sont fermés le dimanche. Il y a évidemment des répercussions en terme de chiffres d'affaires en comparaison avec les grands magasins ouvert le dimanche. Mais on infantilise énormément les salariés en disant qu'ils n'ont aucun pouvoir fasse leur patrons et qu'il ne peuvent pas prendre des décisions qui les concernent collectivement et comprendre les tenants et les aboutissant d'un sujet. Et puis bon sang, les syndicats à part faire du corporatisme exacerbé ne font pas leur boulot de syndicat en étant proactif et en étant de bon négociateur. Typiquement le plafonnement des indemmnités prud'hommale, au lieu de dire non d'emblée et de protester dans la rue (les derniers mouvement sociaux ont été une telle débâcle), il se doivent de faire en sorte qu'elles soient plus que dissuasive (surtout le plancher minimum) que les juges aient au moins de quoi punir convenablement les licenciements abusifs. Personnellement je ne pense pas que cela va créer des emplois mais au moins ça mettra tout le monde sur le même pied d'égalité. Les indemnisations jusqu'alors étaient à l'appréciation du juge mais je pense que tout comme les peines de prison savoir ce que l'on risque à faire un licenciement abusifs peut être salvateur sans pour autant enlever les prérogatives du juge

    De même que les charges des entreprises, quand tu sais que dois payer 40% de ton bénéfice en impôts (hors charges sociales), c'est pas étonnant qu'il ait si peu de PME qui arrive à garder la tête hors de l'eau vu qu'il est quasiment impossible de réinvestir. Et puis créer des emplois, quand on sait que les charges pour un salariés sont équivalent à presque 50% de son salaire, sans parler des charges déduites du salaire du salariés (retraites, CSG, ect). parce que ce que font les entreprises est de tirer les salaires vers le bas pour payer moins de charges (un Smic ne coute pas la même chose qu'un salaire de 2500 euro), il faut clairement que l'Etat arrête de se servir pour balancer ça dans des puits sans fonds j'ai nommé la dette et la sécu.
     
    TarteTatin, Tamiat, _Plume et 4 autres ont BigUpé ce message.
  6. Mama Sara

    Mama Sara
    Expand Collapse
    C'est effrayant, la vie

    @Jenjirah
    C'est l'éternel débat: vaut-il mieux privilégier la liberté ou un semblant de sécurité? (puisque le risque zéro n'existe pas, que quelqu'un déterminé à tuer trouvera toujours un moyen de le faire et qu'encore une fois dans cette configuration le risque vient principalement de ceux censés assurer notre sécurité)

    A mon avis si on veut vraiment assurer la sécurité des citoyens, il serait préférable de régler le problème à la source en s'interrogeant sur les corrélations entre la présence militaire française/européenne à l'étranger et les attentats perpétrés en France et en Europe, et en faisant passer la sécurité des citoyens (français, européens mais également ceux des pays que l'on attaque) avant les intérêts politiques et commerciaux.

    Concernant l'article sur la publication des informations sur la loi travail: je trouve bénéfique que des informations qui concernent le peuple soient dévoilées au peuple. Et par extension je trouve normal que les lanceurs d'alerte soient protégés et non attaqués en justice.
     
    Faolán, Maia Chawwah, Balsamique et 13 autres ont BigUpé ce message.
  7. Cleos

    Cleos
    Expand Collapse

    Je viens de recevoir les professions de foi pour le second tour, rolala ils me fatiguent :lol:
    On dirait le concours du meilleur ami du mec le plus populaire du lycée. T'as le gars REM qui a une photo gigantesque de Macron, devant sa photo à lui, en regardant de loin on dirait que Macron c'est le député et le mec c'est le suppléant; et en face t'as le député sortant PS "avec Emmanuel Macron" qui dit, à l'aise :"j'arrive en seconde position derrière le candidat du MoDem" traduction : gnagnagnagna je suis peut-être PS mais lui il est MoDem! :facepalm:
    Je crois que j'ai loupé le moment où on est passé de "président le moins populaire de la Ve république en début de mandat" à "moi je suis copain avec le président moi, votez pour moi!" :hesite:
    Bref, de toute façon problème résolu pour moi : j'avais échangé mes jours de boulot pour être libre dimanche et aller voter. Bah finalement j'ai repris cette journée, j'aime bien bosser le dimanche, en plus on est mieux payés, je vais pas perdre mon temps pour leurs gamineries. :rolleyes:
     
    TarteTatin, Kazia, Lis et 2 autres ont BigUpé ce message.
  8. Ada or ardor

    Ada or ardor
    Expand Collapse
    "Si dure que soit la solitude, elle te ramène à ton destin" (Je ne peux plus dire Je t'aime, Jacques Higelin)

    @MorganeGirly : Ah effectivement j'avais pas compris que tu parlais de l’abstention de la part des gens qui voulaient faire des votes d'adhésion et conspuaient Macron au point que c'était un vrai dilemme moral de voter pour lui :cretin: (bien vu, personnellement y'avait pas de dilemme. Même s'il a réussi en un temps record à me faire flipper).
    Je comprenais pas si tu parlais des madz spécifiquement ou pas, mais en te relisant je réalise que non. Je crois que j'ai eu du mal à te suivre parce que je ne comprends pas comment tu estimes que ces gens là ne sont pas allés voter, mais au final le taux d'abstention / la prépondérance de LREM parlent d'eux même je suppose :lunette:. Je comprends ta déception !

    Moi en supprimant d'office la droite et les centristes il restait au moins 7/8 candidats et j'ai été paresseuse ! Je regrette de pas y avoir été pour plein de raisons (par exemple j'ai bien aimé constater l'évolution de mon implication / mes idées entre 2012 et 2017 pour la présidentielle ET je voulais faire barrage à Macron, ouais raté :lol:), mais t'inquiète je suis juste honnête avec moi-même. Le truc que je me suis dit pour justifier la flemme (en mode bonne excuse) ça a été "bon mais dans cette circonscription y'aura forcément la gauche au second tour", au moins j'avais vu juste et du coup je suis pas déçue par les résultats.

    Tu parles de l'emballement / oubli façon twitter, mais j'ai l'impression (impression parce que j'ai pas suivi de près l'actualité) que pour les médias ça a été pareil. Je me souviens de l'unique sujet de Quotidien "oh mais comment parler des élections législatives en étant pas chiants" -> "cette députée s'appelle Bérengère Delapipe". Je me souviens plus de la formule mais c'était vraiment dit "comment intéresser les gens en parlant de ces élections ?". Je suis sûre que certains médias ont su l'être, mais je suis presque jamais tombée sur des sujets qui en parlaient ! Du coup en début de semaine dernière j'avais complètement oublié que c'était ce dimanche :shifty:.
     
    TarteTatin, Kazia, Mama Sara et 2 autres ont BigUpé ce message.
  9. MorganeGirly

    MorganeGirly
    Expand Collapse
    Si tu veux avoir quelque chose que tu n'as jamais eu, il va falloir que tu fasses quelque chose que tu n'as jamais fait

    Aussi le fait que les électeurs FN et France Insoumise n'était pas franchement présents :lunette:
    Alors je n'ai pas franchement de truc à dire sur le reste car j'ai un avis en construction et hésitant sur les réformes du travail mais par contre je connais très très bien la question du dialogue social en entreprise et je trouve ce que tu décris assez décalé de la réalité. Après, peut-être que toi aussi tu bosses dedans mais dans ce cas on n'a absolument pas la même expérience du rôle des représentants du personnel et je tenais à le dire...
    Déjà, je ne vois pas pourquoi tu dis que les "salariés non syndiqués étaient écartés des discussions jusqu'alors". Les représentants du personnel ne sont pas nécessairement syndiqués, en particulier quand ils siègent au CHSCT qui gèrent les questions de sécurité et de conditions de travail. Mais même quand dans une entreprise tous les membres du CE, les DP et les membres du CHSCT sont syndiqués, ils représentent TOUS les salariés et pas juste les salariés syndiqués. C'est assez fréquent que les seuls salariés syndiqués soient les représentants du personnel, et ce n'est pas nécessairement parce qu'ils sont ultra-politisés mais parce qu'ils veulent bien faire ce job et que les syndicats leur offrent un accompagnement, un soutien militant, de la documentation et des tas de formations.
    Donc même si tous les représentants du personnel sont syndiqués, ils représentent l'ensemble des salariés de l'entreprise. Les salariés ont élu ces représentants, donc ils peuvent s'adresser à eux pour toutes questions ou revendications liées à leurs conditions de travail. Ils soient loin d'être écartés des discussions :dunno: Après si leurs représentants ont un agenda politique et non un désir de les défendre, bah c'est comme pour les élections législatives, faut élire quelqu'un d'autre la fois suivante ou se présenter soi-même :dunno:
    Et les salariés lambdas peuvent demander à participer aux Commissions s'il y en a dans l'entreprise pour participer aux débats et aux discussions sur un thème précis (égalité professionnelle, oeuvres sociales, handicap etc.) par exemple, pas besoin d'être élu pour ça normalement. Le problème c'est qu'en vrai, la majorité des salariés n'a pas envie de s'investir à ce point dans la vie de l'entreprise, ce qui peut se comprendre vu à quel point ce serait chronophage, c'est pour ça que ce sont toujours les mêmes qui sont élus ou siègent aux Commissions :dunno: Le référendum d'entreprise présente donc le risque d'avoir un très très faible taux de participation et d'être encore moins représentatif que les élections professionnelles.

    De même, quand tu dis "On infantilise énormément les salariés en disant qu'ils ne peuvent pas prendre des décisions qui les concernent collectivement et comprendre les tenants et les aboutissant d'un sujet", bah oui ils peuvent comprendre mais encore faut-il qu'ils aient le temps et l'envie d'étudier les dossiers.
    Les représentants du personnel ont des heures de délégation où ils sont dispensés de travailler pour se consacrer à leurs missions d'élus ou de syndicalistes. Et ces heures existent tout simplement parce que ce rôle prend un tout fou. Il faut généralement plusieurs heures de présentation d'un projet par la Direction pour que les représentants comprennent les tenants et les aboutissants. Ils doivent également étudier les différentes pièces des dossiers, consulter leurs experts et leurs avocats pour avoir un avis extérieur. Et c'est sans compter sur le fait qu'un seul salarié est loin de comprendre tous les métiers de son entreprise. Or, un projet peut impacter différemment différentes personnes. Les représentants du personnel sont généralement issus de service différents, exercent des métiers différents, ils échangent entre eux pour partager leurs points de vue, interrogent les salariés concernés pour mieux comprendre les impacts potentiels et avoir leur avis...
    Bref, les salariés peuvent parfaitement comprendre les tenants et les aboutissants d'un projet si on leur donne tous les documents pour ça, du temps pour ça, que les responsables les réunissent pour leur expliquer tout ça et qu'ils ont la possibilité d'interroger d'autres salariés... et c'est justement parce que c'est une tâche monstrueuse que les salariés la confient à un petit nombre d'entre eux qui sont chargés de négocier et de les tenir informés des évolutions : les représentants du personnel.
    Le salarié lambda qui n'a aucune heure incluse dans son emploi du temps pour ça, il ne sera certainement pas en mesure d'avoir un avis complet et éclairé sur la question, sauf si son boulot est une planque et qu'il n'a pas grand-chose d'autre à faire que de décortiquer les textes de loi sur le temps de travail ou qu'il est vraiment passionné par sa boite et qu'il passe son temps perso à lire des rapports indigestes rédigés par la DSI ou le service compta.

    Et du coup, quand tu dis "Et puis bon sang, les syndicats à part faire du corporatisme exacerbé ne font pas leur boulot de syndicat en étant proactif et en étant de bon négociateur", je sais pas trop sur quoi tu te bases :dunno: D'ailleurs de qui tu parles en parlant des "syndicats"? De Laurent Berger le patron de la CFDT ou de Philippe Martinez le patron de la CGT? Ce n'est pas eux qui négocient le travail du dimanche aux Galeries Lafayette du Boulevard Haussmann en l'absence d'un accord de branche :dunno: C'est Francis, Amar et Géraldine, délégués syndicaux et en poste en caisse, au département des ventes ou à la maintenance. Oui, il y a des boites où il y a des guéguerres internes de syndicats et peut-être que Francis et Amar s'embrouillent tout le temps pour des questions politiques. Mais dans la majorité des cas, Francis, Amar et Géraldine signeront l'accord d'entreprise. Et si les conditions qu'ils ont négociées ne sont pas très favorables, c'est probablement parce que les leviers dont ils disposent en cas de mauvaise volonté de la Direction sont assez limités et qu'ils veulent justement éviter le "corporatisme exacerbé" en faisant grève ou en trainant la boite en justice tous les quatre matins.
    Dans les faits, la CFDT "sur le terrain" et la CFDT qui parle dans Le Monde, c'est pas franchement la même chose. Les représentants du personnel CFDT de Marcel Pichet SARL et le Bureau national CFDT ne négocient ni les mêmes choses ni avec les mêmes interlocuteurs. Donc si tu peux pas blairer Laurent Berger, c'est pas vraiment en changeant la négociation au sein des entreprises que tu le rendras moins corporatiste :dunno:

    Bref, je ne partage pas du tout ta vision des syndicats et à vrai dire je pense que Macron non plus en fait. Car la négo avec les syndicats d'entreprise arrange pas mal les Directions. C'est tout dans leur intérêt de ne pas prendre des décisions seules dans leur tour d'ivoire mais d'échanger avec des gens sur le terrain, d'avoir un médiateur parmi les salariés capable d'expliquer et de justifier un accord d'entreprise, et de légitimer ce genre d'accord en disant "vos élus sont pour".
    J'avoue que j'ai d'ailleurs du mal à comprendre ce qui est prévu pour les représentants de l'entreprise, ça change tous les 6 mois :hesite:
     
    Marie Requin, TarteTatin, Maia Chawwah et 15 autres ont BigUpé ce message.
  10. Hyperbole

    Hyperbole
    Expand Collapse
    Pas de Valse

    @MorganeGirly
    Je pense que tu as du comprendre que je souhaitais l'abrogation des représentants du personnel mais ce n'est pas le cas mais je pense que pour des sujets globaux les salariés peuvent eux-même choisir, je crois que pour des sujets qui mettent en jeu la survie de l'emploi, un changement drastique de conditions de vie (comme le fait de passer à 40h pour ceux qui était aux 35h) ou la possibilité d'avoir de nouveau emploi et bien les salariés devraient pouvoir s'exprimer. Autant je ne suis pas pour des référendum à tout-va pour savoir si on doit changer la marque de café ou trop complexe est-ce que l'on doit se lancer sur le marché mongol ? Mais pour se dernier cas, c'est certes un peu compliqué d'expliquer en peu de temps les ouvertures de marché, les négociation et les nouvelles législations mais je pense que tout le monde comprend que si on y va il va falloir travailler plus et/ou embaucher du personnel parce que plus gros marché = plus gros volume. Les représentants du personnel seront toujours là pour traiter de la complexité. Je trouve que le référendum permet de responsabiliser l'ensemble des personnels cadre et employés, les représentants du personnels et/ou les syndiqués dans la vie de l'entreprise et d'éviter d'avoir un petit groupe de personne responsable de telle ou telle décision.

    Les syndicats sur le terrain sont bien différents des syndicats nationaux. Mais ce qui m'agace prodigieusement c'est qu'effectivement les syndicats nationaux sont devenus une espèce d'hybride entre le syndicat et le parti politique qui a été dans des postures idéologiques monstrueuses. Ils ont les même postures depuis des années (mis à part à la CFDT à la rigueur) mais la CGT, FO et consort sont dans la même ligne depuis les années 1970 et les krach pétroliers . Les syndicats se targuent d'être les représentants de l'ensemble des salariés mais il y a 11% de syndiqués national et un taux de 50% de participation aux élections professionnelles en 2014, sachant qu'ils sont à peu près 20% de syndiqués dans la fonction publique et à peine 8% dans le privé, sachant que c'est principalement dans les moyennes et grandes entreprises. Les lois travail ne concernant que le secteur privé, on repassera pour la représentativité.
    Pour les syncalistes sur le terrain, déjà s'ils sont dans un syndicat national c'est qu'ils en partagent les grandes lignes donc quand on décide de la grève à Paris, il est de bon ton de suivre le mouvement. Il y toujours des exceptions à la ligne nationale. On peut prendre l'exemple de la CGT aux chantiers navals qui a voté la flexibilité, certes. Mais les syndicalistes sur le terrain sont souvent les mêmes et font parti d'un cercle, ils manquent cruellement d'ouverture au niveau du recrutement et en plus de ça dans les petites à moyennes entreprises ils sont absent de l'entreprise elle-même et ne sont présent qu'au niveau de la branche.
    Pour ce que tu as dit sur les grands magasins, je ne comprend pas très bien. Est-ce que tu dis qu'ils vont signer l'accord d'entreprise même sans référendum parce qu'eux même auront fait une sorte de sondage ?
     
  11. ChansonMuette

    ChansonMuette
    Expand Collapse

    Mais en soi, qu'est-ce qui empêche les grands patrons et leurs salaires mirobolants ( quelle que soit la façon dont ils sont calculés ) de prendre une part de leur salaire et de le ré-injecter dans leur entreprise ? Il y a un côté technique ou c'est purement la mentalité de " je rêve d'être le plus riche du cimetière " qui fait que même en étant milliardaires les gars refusent de " perdre " un seul centime pour investir, créer de l'emploi ou même augmenter les salaires des employés déjà présents qui sont plutôt figés depuis des années ? Ce qui implique donc que les entreprises pourraient tout à fait faire l'effort de l'investissement et du recrutement mais qu'elles ne veulent pas. Donc je trouve injuste qu'on demande à ceux qui sont plus bas dans l'échelle de faire des efforts pour l'entreprise. ( un exemple concret : Axa qui enregistre son meilleur chiffre d'affaire et qui demande à chaque employé de réfléchir à comment il pourrait lui en tant qu'individu faire économiser 10 euros à l'entreprise. )
    Après bien sûr je ne prétend pas du tout avoir une solution magique ni connaître tous les tenants et aboutissants ( loin de là ) mais je pense qu'il y a moyen de récupérer de l'argent en arrêtant par exemple les cadeaux fiscaux. On a des entreprises sur le territoire français qui ne payent pas ou quasiment pas d'impôts alors qu'elles y sont implantées et y font bien évidemment une part de leur chiffre d'affaire et des bénéfices. Donc j'entend que c'est pour donner envie aux entreprises de venir s'installer sur le sol français mais quel est l'intérêt ? Ok, ça crée de l'emploi mais ce n'est rien comparé à l'argent qui est " perdu " par le biais de l'optimisation fiscale. On a donc des grosses franchises qui mettent à mal le commerce local ( qui lui au moins permet une rentrée d'impôts ) et qui se goinfrent sans payer. C'est tout à fait possible qu'on y ai un intérêt qui m'échappe mais j'avoue donc que je ne le vois pas.
    Après, à un niveau individuel c'est vrai que je ne comprend pas pourquoi on devrait toujours baisser les impôts des plus riches par peur de fuite des capitaux => ça implique au choix que l'on augmente les impôts de ceux qui peuvent moins se le permettre, ou que l'on injecte moins d'argent dans le secteur public. Donc je sais qu'on ne peut pas contraindre les plus riches à rester sur le territoire mais j'avoue être personnellement en faveur de l'impôt universel, par exemple.

    Est-ce que c'est une question d'infantilisation ou de protection ? Je pense qu'à l'heure actuelle les relations patrons/salariés sont déséquilibrées : on est en situation de fort chômage ( moins que d'autres pays de l'UE mais tout de même ), certains secteurs sont en perte de vitesse donc moins de possibilité de retrouver un emploi et il y a également la façon dont on considère l'emploi en France : concrètement, passé 50ans tu es un produit périmé et bonne chance pour retrouver un poste similaire sans brader tes exigences ( et même ). A partir de là, il y a quelque chose de prévu pour éviter la pression des patrons au cas où ils organisent un referundum pour les salariés, ou absolument pas ? Parce que dire " je suis sûr que d'autres seraient très contents à votre place " ou faire des sous-entendus de licenciement ( facilité depuis la loi travail, à faciliter encore d'après la loi travail bis ) ça ne permet pas une expression sereine de la volonté de chacun. C'est comme la flexibilité, ça fonctionne dans les pays où l'on est sûr de retrouver de l'emploi ( Danemark par exemple ) : au moindre désaccord ou licenciement on change de boîte, ok pourquoi pas. Mais ils n'ont pas la même situation de l'emploi ni le même taux de chômage que nous.

    Après, au delà de ça on peut se dire opposé à la loi El Khomri et la loi que prépare Macron mais ne pas être réfractaire à toute réforme du droit du travail. C'est pas une question de freiner des quatre fers dès qu'il y a un changement, mais on peut aussi trouver que ce changement là est mauvais et qu'il vaut mieux pas de changement qu'un changement qui va dans le mauvais sens. ( Je dis ça parce que j'ai remarqué cette dichotomie sur ce sujet et sur un autre ; on dirait qu'il y a les progressistes qui regardent vers l'avenir VS les opposants frigides qui couinent à la moindre réforme, alors que non ). Une des aberrations de cette loi et du CICE c'est de loger à la même enseigne les TPE PME et les grandes entreprises alors qu'elles ne font pas du tout face aux mêmes difficultés.
     
    Maia Chawwah, Balsamique, Silure_ et 9 autres ont BigUpé ce message.
  12. Hyperbole

    Hyperbole
    Expand Collapse
    Pas de Valse

    @ChansonMuette

    Pour le salaire des grands patrons, ils ne sont pour la plupart (je parle du CAC 40) pas "propriétaire" de leur entreprise, ils sont mandatés par le conseil d'administration pour le poste PDG. Ils négocient leur salaire, et ensuite ils ont des actions plus ou moins majoritaires dans l'entreprise donc ils sont plus au moins propriétaire. Leur performance sont évalués par le CA qui a pour but grosso modo de faire des bénéfices pour pouvoir avoir un retour sur investissement et/ou recevoir la rente de leur propriété/entreprise. Quand ils s'en vont ils revendent leur actions d'où leur parapluie dorée et en plus ils négocient à l'avance une "indemnité de départ minimal", forcément si l'entreprise va bien le chèque est élevé mais si elle va mal ils ont assuré leurs arrières. Leur contrat sont des schmilblick monstrueux c'est pour cela que je disais qu'il serait difficile de pouvoir concrètement mettre la main sur "l'argent".En gros pour caricaturer, ce sont les premiers managers de l'entreprise qui ont un contrat qu'ils ont négocié en avance en cas de départ et ils sont tenus à une certaine performance. L'entreprise est une entité séparé de leur propre personne.
    Si on prend l'exemple fameux de l'Oréal, l'actionnaire principal à 51% c'est Liliane Bettencourt qui a délégué son poste au conseil d'administration à d'autres qui agissent en son nom, le PDG de l'Oréal qui gagne dans 1-2 millions d'euro n'est pas propriétaire de l'Oréal mais a quelques parts sur lequel il peut toucher des dividendes mais s'il part il revend ses actions. On rajoute la présence des immenses fonds d'investissement qui sont au capital. Et surtout elles ont beau être immense, il ne faut pas oublier qu'il s'agit de propriété privée, au nom de quel principe on va retirer les bénéfices de sa société à L.Bettencourt, pourquoi on demanderait au PDG de mettre la moitié de son salaire dans une entreprise qui n'est pas la sienne sans en avoir en contrepartie des actions dans celle-ci (je ne dis pas que c'est bien ou pas, je pose le questionnement). Autrement dit, investir dans une société signifie en devenir actionnaire, c'est du business pas de la charité, personne n'accepte de travailler pour rien de son plein gré, pareil si on te demande de rénover une maison à défaut d'habiter dedans, tu demanderas au moins une contrepartie (financière ou en nature), ici le principe est le même.

    Pour l'investissement, comme je l'ai dit ce sont les actionnaires qui le font pour avoir un retour sur investissement. Donc ce qui coûte le plus cher en général c'est l'investissement humain , donc employer du personnel. Pourquoi ? Ca demande une prise de risque, nonobstant le coût du travail, la productivité est aléatoire d'un individu à un autre pour pleins de raisons et pour aucune raisons d'ailleurs, donc le retour sur investissement est lui aussi aléatoire. SI je schématise : tu possède un machine, tu mets du carburant pour qu'elle produise, la dernière chose dont tu as envie c'est qu'elle tombe en panne, qu'elle refuse de travailler ou qu'elle dispose d'une roulette de black jack en guise de logiciel sur lequel tu dois parier pour pouvoir avoir ta production.
    A mon avis, c'est pour cela que recruter à tendance à être l'option "on a plus choix". Pour reprendre l'exemple d'Axa, il dispose d'un très gros capital humain, comme ils sont frileux à investir dans l'humain vu qu'il est aléatoire, sans nécessairement vouloir faire des économies, on essaye de réduire les coûts de fonctionnement autrement dit demander aux personnels de "couter moins cher" pour maintenir le niveau atteint.
    J'ai oublié de préciser mais on ne touche jamais au capital d'une entreprise. C'est la colonne vertébrale de l'entreprise. Si elle est côtée en bourse, son capital est indexé sur la bourse donc les bonnes performance de l'entreprise (son chiffre d'affaire notamment), sa bonne visibilité permettent de maintenir le capital. Par ailleurs, réinvestir ne signifie pas nécessairement employer du personnel, ça peut prendre des formes très diverses allant de l'achat d'immeuble, aux machines en passant par des formations ou l'élaboration de système d'information, la création d'emploi est bien souvent l'une des dernières options (je parle que des grands groupes pour les PME et les TPE s'est certainement différents)

    Pour le référendum, c'est évident qu'il y a des patrons qui vont tenter de faire du chantage à l'emploi mais je crois à la force du collectif et à sa force de persuasion. C'est peut être idéaliste mais je crois que c'est en étant tous concerné et avec un pouvoir de décision qu'on peut essayer de faire évoluer nos conditions de travail. Pour le contexte économique dans lequel nous sommes n'est pas éternel, il va pas se résoudre en une nuit non plus.
     
    Tamiat, _Plume, ImatinibGlivec et 1 autre membre ont BigUpé ce message.