Législatives : le psychodrame de La Rochelle

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 14 juin 2012.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Résumé des épisodes précédents :

    Ségolène Royal, en course pour la présidence de l'Assemblée nationale, décide de se présenter à La Rochelle, avec le soutien de la direction du PS, pour être élue député.

    Une partie des socialistes locaux s'insurge contre ce parachutage. Leur chef de fil, Olivier Falorni, décide de se présenter.

    Au premier tour, Ségolène Royal arrive en tête avec 34,26% des voix, Falorni second avec 30,25% des voix. La candidate Ump est éliminée.

    En toute logique, selon la règle en vigueur à gauche, Falorni devrait se désister en faveur de l'ex-candidate à l'élection présidentielle. Mais malgré les pressions en provenance de l'état major du PS, il décide de se maintenir.

    A partir de là, on entre dans le bizarre...

    Alors qu'il s'était engagé à se tenir au dessus de la mêlée et à ne soutenir personne lors de ce scrutin, le président Hollande autorise Ségolène Royal à affirmer qu'elle est la seule candidate "à représenter la majorité présidentielle".

    Quelques heures plus tard, mardi en fin de matinée, l'actuelle compagne du président, Valérie Trierweiller, adresse son fameux tweet à la terre entière :

    [​IMG]

    Au PS, à l'Elysée et dans toutes les rédactions, ces quelques lignes font l'effet d'une bombe.
    Voilà que la "première dame" prend ouvertement parti pour l'adversaire de l'ex de son compagnon, n'hésitant pas à contredire celui-ci sur la place publique. Du jamais vu.

    Hier, un sondage réalisé par l'Ifop-Fiducial pour France Bleu La Rochelle, Sud Ouest et France 3 Poitou-Charentes donne Olivier Falorni, en tête du second tour avec 58 % des voix. Un score élevé qui s'explique pour partie par le soutien que lui apporte une fraction de la droite locale.

    Dans la soirée, Ségolène Royal se livre à la tribune d'un meeting : "je n'ai pas voulu volontairement réagir hier car la violence du coup était trop forte et moi je n'ai pas le droit de me laisser abattre. Je n'ai pas le droit de dire des choses qui pourraient envenimer la situation, je n'ai pas le droit d'aller au-delà du discours politique.
    Ce ne veut pas dire que je ne suis pas meurtrie, que je ne suis pas touchée, je ne suis pas un robot.
    Je demande aussi le respect à l'égard d'une femme politique, le respect à l'égard d'une mère de famille dont les enfants entendent aussi ce qui est dit."

    Ce matin, c'est panique à bord au PS où l'on redoute désormais la défaite de Ségolène Royal dimanche prochain, ce qui bouleverserait les subtils équilibres internes qui régissent la vie de ce parti multi-courants et pourrait bien empoisonner le début du quinquennat de François Hollande.

    On en est là...

    Que pensez-vous de ce psychodrame politico-familial ? Pensez-vous qu'il peut avoir une incidence sur les résultats du second tour des législatives ? Si vous votiez à La Rochelle, à qui irait votre suffrage ? Pourquoi ?
     
  2. La_Guincheuse

    La_Guincheuse
    Expand Collapse
    Reine de Glace

    Si j'étais à La Rochelle, je crois que je ne voterais pour aucun des deux.
    Comment se fait-il qu'ils ne se soient pas entendu avant ?
    Pourquoi Royal n'a pas choisi une autre circonscription?
     
  3. Dies Irae

    Dies Irae
    Expand Collapse

    Plusieurs choses de mon point de vue :
    - j'ai vu presque en direct le tweet de Trierweiler et je n'ai au début pas compris pourquoi il défrayait tant la chronique. Je n'y ai pas vu un soutien, juste une marque de sympathie. Elle n'a pas dit "je soutiens Falorni contre Royal", juste "bon courage parce qu'il a fait du bon boulot". Et c'est probablement le cas, j'en sais rien...

    - ça m'énerve qu'on parle de parachutage pour les élections législatives. Ce ne sont PAS des élections locales ! Je me fiche totalement que mon député soit de ma région, qu'il ait grandit là, qu'il soit ancré dans le terroir blablabla, son boulot n'est absolument pas de gérer ce qui se passe au niveau local ! Un député n'est pas élu DE sa circonscription, il est élu PAR sa circonscription. Donc qu'il vienne d'ici ou d'ailleurs j'en ai rien à faire tant qu'il vote les lois avec lesquelles je suis d'accord à l'assemblée. Et pour ça, oui, ça me paraît normal, ou du moins pas du tout scandaleux, qu'on fasse appel à des personnalités pour se faire élire ici et là.
    Le seul truc qui me dérange du coup c'est que Falorni était député depuis déjà un moment, et que s'il faisait un bon travail ça n'était hyper cool de le renvoyer pour laisser sa place à quelqu'un de plus important. Mais que Royal ait été parachutée alors là, j'en ai vraiment rien à cirer.
     
  4. Ancien membre

    Ancien membre
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai surtout lu que le compte de la compagne de François Hollande aurait été piraté.. :shifty:

    Source : Franceinfo.fr
     
  5. Azeban

    Azeban
    Expand Collapse

    Je suis tout à fait d'accord avec Dies Irae sur l'importance hallucinante accordée à ce tweet et sur l'histoire de "parachutage".

    Et honnêtement, si j'étais à La Rochelle, je ne sais pas ce que je ferais.
    Je pense que je commencerais par m'interroger sur "est-ce que Royal et Falorni sont sur la même ligne politique exactement ou pas ?" (ils sont dans le même parti, mais Montebourg et Valls aussi sont dans le même parti, et à vrai dire je ne connais pas grand chose sur Falorni).
    Si leurs lignes diffèrent, je voterais sans doute pour celui ou celle dont je me sens le plus proche, ou peut-être blanc si aucun des deux ne me réjouit.
    Après, j'éprouve de la sympathie, au sens étymologique du terme, pour Royal. Elle s'en est souvent pris plein la tête de façon assez injuste, et je pense que le sexisme de la société lui a beaucoup coûté. (ça ne veut pas dire que j'aurais voté pour elle)
     
  6. Yana

    Yana
    Expand Collapse
    <<= Gauche // Droite =>>

    Il n'y a que deux choses qui me choquent dans cette histoire : la couverture médiatique qu'elle a entrainé alors que l'actu internationale est chargée, et la réaction de S. Royale qui joue la carte de la pauvre mère de famille qui ne souhaite que protéger ses bambins.

    On savait que Trierweiller serait indépendante, et je trouve ça plutôt bien qu'elle ose opposer des divergences de points vue aux cadres du PS. Même si un tel camouflet envers l'ex-femme de son compagnon n'est pas très délicat, je ne pense pas qu'elle ait fait ça pour des raisons personnelles et c'est indigne de tourner ça de cette façon.
     
  7. Dies Irae

    Dies Irae
    Expand Collapse

    Bambins qui ont tous entre 20 et 30 ans d'ailleurs, cimer le besoin de protection.
     
  8. boreale-2

    boreale-2
    Expand Collapse
    Save the mermaids ! Guest

    Peut être que le mot parachutage n'est pas correct, mais je comprends l'envie des habitants de voter pour une personne de leur région, quelqu'un qui vit près de chez eux.
    Par exemple, un des candidats de ma circonscription est aussi le maire d'une des ville et je pense que ça joue en sa faveur, parce que si il fait du bon boulot, les habitants vont vouloir le "remercier" on va dire en leur donnant leur voix, lui permettre d'accéder à une fonction honorable etc. On a plus tendance à voter pour quelqu'un qu'on "connait", que quelqu'un qui n'a jamais fait d'action pour la région, enfin ça me semble logique, pas vous ?
    C'est peut être pour ça qu'il a un rejet de Royal vers la Rochelle, le clivage Urbain/rural est je pense toujours d'actualité, et il peut y avoir un rejet de l'élitiste parisien, un peu représenté par la personne de Ségolène Royal...
     
  9. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Royal s'en prend aux "machos" de l'UMP (JDD)

    Extrait :

    Ségolène Royal continue de régler ses comptes. Après ses confidences lors d'un meeting organisé mercredi soir à La Rochelle et une interview à Libération jeudi, la candidate du PS dans la 1ère circonscription de Charente-Maritime s'en est prise à deux personnalités locales de l'UMP, les qualifiant de "gros machos". La présidente de la région Poitou-Charentes l'a affirmé en saluant la candidate de droite, Sally Chadjaa, éliminée au premier tour avec 19,47% des voix, qui a refusé d'appeler à voter contre elle.

    L'ex-candidate à la présidentielle a ainsi évoqué lors d'un déplacement "une femme courageuse qui a été maltraitée par les gros machos de l'UMP, Raffarin et Bussereau, qui n'ont pas cessé de la dénigrer y compris lors de réunions publiques". Le sénateur UMP de la Vienne et le président du Conseil général de Charente-Maritime ont, selon Ségolène Royal, "dit des choses très malveillantes, notamment sur ses origines". "C'est insupportable, c'est intolérable, en tant que femme je suis solidaire", a-t-elle ajouté.
     
  10. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Cela ne s'arrange pas pour Ségolène Royal. Un sondage BVA la crédite aujourd'hui de 45 % d'intentions de vote, contre 55 % pour son concurrent Olivier Falorni.

    On voit mal comment elle pourrait remonter la pente en 48h...
     
  11. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Le tweet dont nous parlons a bien été confirmé par Valérie Trierweiller en personne.

    L'histoire du compte piraté concerne un second tweet posté le lendemain...
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Ecleyosia
    Réponses :
    34
    Affichages:
    1430
  2. Flo
    Réponses :
    15
    Affichages:
    514