Les contes de fée pour les nullos (pour les nuls c'était déjà pris)

Sujet dans 'Forum Ecriture' lancé par SchizOphé, le 9 juin 2015.

  1. SchizOphé

    SchizOphé
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Les belles histoires commencent toujours par "il était une fois". Il était une fois un garçon et une fille, une fille et une fille, ou un garçon et un garçon, ils étaient un peu pareils ou un peu différents, mais le destin s'était fixé pour but de les réunir à tout prix. Évidement, ici on parle de contes de fées, de ces récits qui se concluent à tous les coups par "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants."

    Ce ne sont que des histoires pour les petits et grands enfants, on y croit qu'à moitié, nous les adultes. On nous l'a répété que le prince charmant n'existait pas, et que seul un minuscule pourcentage de la gente féminine peut véritablement se vanter d'être une princesse.

    En même temps, je sais pas... Le prince charmant, c'est pas vraiment ma came. C'est sûr que ça envoie du fat de mettre un dragon à l'amande, mais moi j'le connais pas ce type, et merci, hein, d'escalader une tour de cinquante mètres pour venir me délivrer de ma belle mère qui présente tous les symptômes d'une perverse narcissique, je lui en suis extrêmement reconnaissante, mais est ce que ça m'oblige à l'épouser? On pourrait peut être apprendre à se connaître un peu avant non? Que je me remette de ma séquestration ainsi que des multiples tentatives d'assassinat dont j'ai été victime? On va dire que j'entame une thérapie et on se recontacte, ok?

    Comment est-ce qu'on pourrait bien tomber amoureux de quelqu'un avant même de savoir s'il n'est pas raciste, misogyne ou tout simplement con? Avant même de savoir si on rit aux même choses, et si on aime être en désaccord? Et pourtant on nous gave avec ces conneries depuis notre plus tendre enfance.

    C'est pour ça que le prince charmant ne m'intéresse pas, même si c'est un excellent orateur et qu'il possède une musculature impressionnante, même s'il a risqué sa vie pour moi, je lui demande de passer son chemin parce qu'il n'écoute pas mon choix. Il est déjà certain que je vais dire oui, c'est pour ça qu'il n'hésite pas à faire le guignol sur son cannasson immaculé en zigouillant à tout va des créatures qui pourraient le réduire en cendre d'un simple éternuement, c'est parce qu'il est certain de pécho, et ça ça m'agace!

    Il ne m'intéresse pas, heureusement puisqu'il n'existe pas, et pourtant il est le fantasme de nombreuses femmes... Alors quoi les filles? C'est quoi cette connerie? Le prince charmant c'est un pauvre type, et on a carrément pas envie d'être Blanche neige, Cendrillon ou Raiponce (Même si elle a des beaux cheveux la pute...), je vais vous dire pourquoi, parce que si elle passe de 5 ans à 18 ans en l'espace de deux minutes, c'est parce que, dans ce laps de temps, au choix:

    Elle se fait chier, mais comme jamais, plus encore qu'à un meeting de représentants en cartouches d'encres, elle n'a aucun potes, et doit souffrir d'une énorme carence affective. (ce qui explique pourquoi elle se jette dans les bras du premier venu, ça aurait été le gros Gérard, de la RH, elle aurait fait pareil, la pauvre...)

    Elle est dans le coma, pendant 13 ans, son cerveau présente donc obligatoirement des séquelles, surtout à l'époque où se déroule l'histoire, enfin bon... La meuf se réveille, elle est dans le coltard hein, forcément. Imagine, toi aprés seulement huit heures de sommeil il te faut un temps pour émerger, bon, au bout de 13 piges y'a moyen que ça pique un peu... Mais non, le type s'en cogne, il l'embarque, il l'épouse, il lui fait des gamins... Ok... Normal...

    Elle fait une colloc' avec une association de nains, bon jusque là c'est le meilleur scénario, c'est bonne ambiance, si on ferme les yeux sur le fait que sa belle mère à souhaité l'éliminer en engageant un tueur à gage. Belle mère qui entre parenthèses souffre d'une jalousie chronique compulsive raremement observée, même dans confessions intimes, et qui semble vraisemblablement sous l'emprise de stupéfiants, si on prend en compte le fait qu'elle dialogue avec son miroir... La pauvre enfant perd alors complètement la boule et s'occupe comme elle peut en entamant des chorégraphies chantées, mais pas avec ses potes les nains personnes de petites tailles, non non, elle, elle pousse la chansonnette avec des lapins et des petits oiseaux... Ah ouais... Quand même... Ensuite bon... On connaît la suite, la belle doche se pointe, crac, la pomme, elle passe l'arme à gauche et les petites personnes sont super tristes, sauf que... Au lieu de l'enterrer, comme le font les gens qui ne sont pas atteints d'un trouble mental quelconque on va dire, les gars deviennent super bizarres, ils l'exposent sous verre... Pourquoi? Alors là je sais pas quoi dire les mecs... C'est pour faire une expérience sur la décomposition des tissus humains ou bien? Non, je veux pas savoir en fait, laissez tomber, et je ne veux pas savoir non plus lequel des sept a eut cette idée, une seule chose: c'est tordu. Heureusement la belle (folle) n'est pas morte, hum... Du coup elle se réveille avec le baiser du prince (qui devait refouler sévère du goulot pour réussir un tel exploit, on parle de réveiller un mort là quand même...).

    Ouah mais c'est trop cool d'être une princesse, je veux trop en être une!
    Beurk, je préfère encore me faire tatouer une teub sur le front que vivre une semaine dans la peau d'une de ces nanas (non en fait je vais y réfléchir, parce que je laisse repousser ma frange...).

    C'est cool qu'on soit dans la vraie vie, et pas dans une de ces histoires à la con, c'est tellement mieux, c'est tellement mieux de ne pas savoir comment ça se termine, ni même parfois comment ça a commencé.

    Le problème c'est qu'on croit toujours que c'est plus beau dans les livres, ou dans les films, dans les chansons... Parce que c'est dit avec des jolis mots, parce que c'est réfléchi, mais ça n'est pas plus beau dans les films, ça non, c'est juste mieux présenté.

    Je me souviens du jour où j'ai appris: "le secrêt des grands" c'est à dire la non-existence du gros barbu qui n'aimait pas les enfants méchants. J'avais huit ans, et pour la première fois je me suis sentie trahie par mes darons, je me sentais complément con d'avoir été roulée de cette manière. Bien entendu, une bonne paire d'années plus tard, j'ai compris. En voyant mes petits cousins ouvrir leurs cadeaux sortis de nulle part, des étoiles pleins les yeux, j'ai su qu'il avait toujours existé, en fait... Bien sûr qu'il ne fait pas le tour des cheminées en une nuit, il n'est pas obèse et ne conduit pas un traîneau dirigé par des reines alcooliques, il est carrément plus génial que ça, il t'a bordé tous les soirs aprés t'avoir raconté des histoires de princesses et d'escarpins taille 28, il t'as emmené à la danse ou au karaté et il t'a regardé enchaîner les raclées en ne cessant jamais de te clamer que tu étais le meilleur, il te mettait un goûter chaque matin dans ton sac à dos tortue Ninja, ce délicieux goûter qui remplissait l'estomac de Gaston, jeune terroriste de huit balais. Le pére noel a soufflé sur tes genous sanglants en te persuadant que tu étais un vrai cascadeur, et grace à lui tu as appris à faire du vélo, il t'as même fait répéter tes cours de flûte! C'est pas carrément plus impressionnant que travailler un jour par an et déléguer le reste à des enfants? Oui des elfes... Appelle ça comme tu veux, en tout cas c'est plutôt suspect comme trafic, ces personnes semblent extrêmement jeunes et ne se reposent qu'un seul jour par an! J'appelle ça de l'esclavage... M'enfin...

    Papa noël est tellement plus génial dans la vraie vie que dans les histoires: ton pére et ta mére, ceux qui ont réussi à te faire croire à la magie, ceux qui t'ont mis des étoiles dans les yeux. Alors quand on te regarde de haut en te demandant si tu crois encore au pére noël, réponds que oui tu crois très fort en tes parents, parce qu'être la petite souris, le lapin de pâque ou autre, dans les histoires c'est bonnard, mais dans la vraie vie c'est un boulot à plein temps.

    Moi je crois au pére noël, mais je comprends que certains n'y croient pas (si par exemple ton pére c'est Émile Louis.) et même si j'ai dit qu'il n'existait pas, je crois aussi au prince charmant, mais pas comme on veut me le présenter. On nous le décrit d'une seule manière, et on croit que c'est à ça qu'il ressemble, mais il est partout, il est différent pour chacun d'entre nous, on peut même en avoir plusieurs (bon pas en même temps, c'est mal vu, sauf s'ils sont d'accord), oui il existe bel et bien et il est tellement mieux que ce que Disney essaie de nous refourguer depuis le berceau.

    Les garçons sont aussi touchés que nous par ces conneries de contes de fées, ils connaissent les histoires aussi, et ils savent que c'est ce qu'on attend d'eux, qu'ils soient nos sauveurs, qu'ils règlent tous nos problèmes, qu'ils nous considèrent comme la créature la plus extraordinaire jamais créée, ouais... Bah bonjour la pression bon courage les mecs!

    Alors qu'on arrête toutes nos bêtises maintenant, la vie c'est tellement plus bonnard que Disneyland, donc on va se sortir le poing du trou de balle et essayer d'y croire un peu, le conte de fée, il est là: c'est quand tu sens un rayon de soleil te réchauffer la peau en allant chercher ton pain, c'est quand tu te tapes des barres devant une vidéo de lama sur YouTube, quand tu enlèves l'opercule sur le pot de Nutella, quand tu décides qu'aujourd'hui tu n'ouvriras pas ton courrier (vas te faire mettre enculé d'EDF), quand tu sors quand même, ce soir, même si personne n'est dispo.

    Et le prince charmant est là, pas pour te secourir, ni pour te délivrer, il est là pour t'aimer. Et peut être qu'il ne t'aimera pas toute la vie jusqu'à ce que la mort vous sépare, peut être qu'il s'entichera de quelqu'un d'autre aprés toi, ou peut être que ce sera l'inverse, mais peu importe, rien dans la vie n'est un échec. Si tu plantes tes partiels, si l'huissier se pointe à ta porte, si ton roudoudou se barre avec une autre, ça n'est que la vie. C'est triste, ça fout un peu les glandes c'est certain, mais rien ne s'arrête pour autant, le monde continue de faire des petits ronds, et des princes charmants, il y en a partout sur terre crois moi (et en attendant un bon plan cul ça peut aider).

    La vie ça n'est pas mieux dans les films, ni dans les livres, ni dans les chansons de Jean-Jacques Goldman, la vie, c'est mieux en vrai, même si on se tape des infections urinaires et qu'on doit souvent sortir les poubelles, même si on est jamais sûr d'être aimé jusqu'à la fin, même si on doit enterrer des gens qu'on aime, même si on renverse une bouteille d'huile sur notre tapis. Donc arrête de bloquer sur Netflix copain, et respire, mange, boit, baise, hurle, pleure, rit, fais tout ce que tu veux du moment que tu cesses de vouloir entrer dans la peau d'Anne Hattaway. Et crois moi si tu veux ou pas, mais ça ira mieux, tu verras.

    Peace.
     
    mymy31 a BigUpé ce message
Chargement...