Les cours d'éducation à la sexualité et à la contraception — Témoignages et éclairage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 24 mars 2015.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Si je me souviens bien c'était en 4ème, ils avaient divisé la classe en garçons et filles et l'intervenante nous avait surtout parler des règles, des serviettes tampons et du préservatif pour se protéger. Si d'autres choses ont été abordées mon cerveau les a effacées, ça ne m'intéressait pas à l'époque, le reste.
    Mais ce qui m'a vraiment aidé au niveau sexuel ça a été Les enfants de la terre qui était au CDI. Ou comment fantasmer à mort sur Jondalar et son pilier central!
     
    Mlle Macaron, loxlady, BiBee et 3 autres ont BigUpé ce message.
  3. Valou.Rossi

    Valou.Rossi
    Expand Collapse
    Leviôsa, pas Leviosâââh !
    Ambassadrice de Ville

    Waouh c'est fou les différences qu'il y a entre les uns et les autres !
    Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à avoir eu droit au cours par une vieille dame aigrie... Enfin contente, pas vraiment, dans le sens où ça peut certainement avoir des conséquences désastreuses.
    En tout cas, les témoignages se complètent bien et donnent une bonne vue d'ensemble je trouve !
     
  4. Ewina

    Ewina
    Expand Collapse

    Bon résumé, qui colle plutôt à mon vécu sauf sur le focus (encore) négatif sur les établissements privés catholiques.
    Dans mon collège, les deux intervenantes avaient bien parlé de plaisir, de consentement et de contraception, et pas du tout du sexe uniquement dans l'optique d'avoir des enfants. J'imagine que ce n'est pas le cas dans tous les établissements catholiques, mais quand même, ça me gène qu'on assimile tout le temps les deux.
     
  5. Marie

    Marie
    Expand Collapse
    Événements & Box madmoiZelle
    Membre de l'équipe

    Je me retrouve complètement dans la majorité des commentaires. BIG UP à la capote enfilée sur un pied de chaise \o/

    J'ajouterais que j'avais aussi eu une séance de SVT (en 4ème) qui a été littéralement traumatisante : la prof a utilisé la télé et le magneto pour la seule fois de ma scolarité afin de nous montrer un reportage d'accouchement. Des minutes interminables de gros plan sur la chatte de la mère qui se déchirait (sang à gogo...) à mesure que la tête du bébé sortait. 12 ans après, j'en ai encore l'image dans la tête et autant vous dire qu'avec ça je suis pas prête de faire des enfants !
     
  6. BurrHurr

    BurrHurr
    Expand Collapse
    Trop de boulot

    Wow, je pensais pas avoir été si chanceuse dans mes cours d'éducations sexuelles. (Je suis au Québec)
    Mes établissements scolaires étaient très impliqués dans la prévention, car étant dans un milieux rural ont été très inclins à tombé dans l'ALCOOL, la DROGUE et le SEX. (Parce que les ados qui s'emmerdent font cela.........)

    BREF,
    en 5e année, (10-11 ans) on a eu nos premiers cours d'éducation à la sexualité et aux drogues. nous c'était des cours sous formes d'atelier de 2-3 heures et fait par une intervenantes et une infirmière. Fille et Garçons étaient ensemble. On à appris le système reproducteur, la technique pour avoir des bébés "pénis dans le vagin". Ce que sont les spermatozoïdes. etc. (Et pour la drogues bien, toute les sortes de drogues, ce qu'elles font, les dangers, comment refuser, etc) On a aussi parler de l'alcool. (Danger, etc)

    en 6e année (11-12 ans), l'infirmière est revenu, on à séparé fille et garçons et on à parlé du cycle menstruel, la contraception (surtout le préservatif et la pillule), les ITS, le Sida, l'homosexualité,
    elle nous a parlé que le plaisir allait automatiquement avec un bébé, alors on pouvait pas se passer de contraceptions. Elle nous parlait librement de pipe et de cunnilingus, mais qu'ils n'étaient pas sans danger.

    en 1er secondaire (12-13 ans) l'infirmière et l'intervenante sont revenus nous rafraîchir la mémoire avec l'alcool, la drogue et le sexe. On a principalement parlé de tampons (comment le mettre), les serviettes sanitaires, cycle menstruels, ITS, contraceptions, etc

    Alors quand en 3e secondaire (14-15 ans) on parlait de reproductions en science c'était plutôt les gènes et l'hérédité. On recevais aussi régulièrement des brochures de préventions pour l'alcool, la drogue et la contraceptions. Et dans mon écoles secondaire (12-17 ans) ont avait accès à une infirmière et un médecins (2 jours semaines) pour nous faire prescrire un moyen de contraception. (à 14 ans au Québec tu peux consulter un professionnel de la santé sans que tes parents ne soient au courant)

    Avec toute ses informations, mes parents ne m'ont rien appris, surtout que c'est pas un sujet facilement abordée par eux.

    PS: J'en ais eu des capotes gratuites avec eux, grâce à eux j'avais 5-6 capotes qui pourrissait dans ma table de chevet XD
     
    loxlady, Lilou la licorne, Jus d'orange au sel et 4 autres ont BigUpé ce message.
  7. MookieA

    MookieA
    Expand Collapse
    HA-HA-HOLIDAY [I]yeee :headbang:[/I]

    @Gringo Tiens donc, je ne suis pas la seule à avoir découvert la notion de plaisir avec ce livre... :winky:

    Je voulais témoigner mais, finalement, je n'aurais pas ajouté grand chose. Les rares cours auxquels j'ai eu droit ne m'ont pas appris grand chose, c'est par mes propres lectures que je me suis fait une idée, ou par ma famille.
    Je suis d'accord pour commencer tôt, avec des étapes. Ne serait ce qu'expliquer les règles, sacrebleu, c'est toute une histoire :halp:
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    Alors je n'ose même pas imaginer le niveau d'ignorance pour les autres sujets qui devraient abordés dans ce genre de cours, contraception, maladie, viol...
    Je suis contente que les témoignages des Madz les plus jeunes tendent à croire que l'accès à l'information s'est amélioré, c'est déjà un pas !
     
    Gringo a BigUpé ce message
  8. Kataplasme

    Kataplasme
    Expand Collapse
    "Allez le dernier arrivé dans la chambre... est une boîte de conserve !"

    Je ne suis pas étonnée du manque d'informations lors de ces cours.
    Pour ma part, il me semble qu'on avait eu un seul cours en 4ème avec une infirmière, filles d'un côté et garçons de l'autre. Aucune notion de plaisir, consentement ni de viol. A la fin, l'infirmière a distribué des serviettes hygiéniques aux filles (que j'ai donné à mes soeurs aînées comme je n'avais pas encore mes règles) et des préservatifs aux garçons. Tout ça pour dire que ça ne m'a pas trop marqué :erf: .
    Big up pour le "Guide du Zizi sexuel" je remercie encore ma mère de me l'avoir acheté dès mon entrée au collège !
     
  9. Marjolaine29

    Marjolaine29
    Expand Collapse

    Tiens cet article tombe bien, je suis en plein dedans en SVT (1ère L) ! Je rejoins beaucoup de madz dans ces témoignages. Premier cours d'éducation sexuelle en 4ème, là encore nous n'avons vu que l'aspect purement mécanique + contraception (capote/pilule, sans détails sur les autres méthodes...), mais la prof avait répondu librement de façon détendue à toutes nos questions, même les plus bizarre. J'ai aussi eu une intervention avec le planning familial très intéressante en 3ème, avec des intervenantes très ouvertes qui parlaient sans gêne et ont démonté pas mal de mythes, mais c'était beaucoup trop court et je ne me souviens pas que le viol ni même le consentement aient été évoqués :erf: Point positif : nous avions pu donner des questions anonymement à notre prof principale qu'elle avait transmises aux deux dames. En 2nde, intervention sur les IST, et cette année, rebonjour les cours centrés sur l'aspect biologique. Il y a bien une sous-partie dans le chapitre qui parle d'identité sexuelle mais le prof l'a zappée et a préféré donner un polycopié. Une phrase sur l'homosexualité, rien sur la bisexualité, la pansexualité ou l'asexualité, rien sur le désir, le plaisir, le porno, les sextos, les plan-culs ou la masturbation... J'enrage ! :mur: J'essaye d'informer mes amis (merci Laci Green, Madmoizelle et Zep qui m'ont tout appris) mais pression sociale oblige, une fille qui parle librement de sexe, c'est plutôt mal vu...

    Il y a juste un point de l'article qui m'a gênée, le point sur les écoles catholiques... Ca n'est sûrement pas voulu mais j'ai l'impression qu'on les diabolise un peu, 3 témoignages à la suite qui montrent un enseignement conservateur et passéiste.... J'ai moi-même été dans un collège catho et à aucun moment dans les cours d'éducation sexuelle la religion n'a été évoquée, ni le sexe dans le but unique d'avoir en enfant, ni l'idée qu'il faudrait rester vierge jusqu'au mariage et attendre "l'Amour avec un grand A", ni l'abstinence ou la prise de température comme contraception... Ce n'est donc pas général. Désolée si je parais critique ! A part ça l'article est top <3
     
  10. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    Coucou ! Hé bin, c'était rapide, j'allais envoyer mon témoignage mais l'article était déjà fait... Mais je vais quand même vous raconter ma vie XD

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
  11. Postiche

    Postiche
    Expand Collapse
    La folle du volant

    Je viens aussi dans les commentaires mettre un gros big up à Zep (et à mes parents qui m'ont offert le Guide du zizi sexuel) ! Je me rappelles plus vraiment de mes cours au collège ou au lycée, mais c'était il me semble vraiment mécanique, contraception et voilà (de toute façon j'étais déjà bien informée par Zep).
    J'ai aussi eu droit à la vidéo d'accouchement en 4ème, qui reste aussi un traumatisme, et je me rappelle qu'a l'époque on avait vu ça comme le meilleur moyen de plus jamais toucher quelqu'un d'un autre sexe, et qu'on est sortis un peu traumatisés...
    Enfin, ça a l'air bien parti pour évoluer, donc tant mieux...
     
  12. Y.

    Y.
    Expand Collapse

    J'ai eu exactement un cours d'éducation sexuelle en quatrième en SVT... et je n'étais pas là ce jour-là. Je me rappelle encore d'une phrase du cours que j'ai recopié : "L'érection est provoquée par un afflux sanguin dans les corps caverneux qui provoque leur turgescence". Je l'ai apprise par coeur sans rien y comprendre :egyptian:

    On n'a même pas eu droit au préservatif sur la banane, ni à un seul mot sur la contraception d'ailleurs. En troisième, l'infirmière nous a fait un cours sur les règles. En troisième. On savait déjà toutes ce que c'était, mais on y est allées quand même pour échapper au cours de techno :cretin:

    Bref, c'était n'importe quoi.

    Petit coup de gueule ici : je trouve ça entièrement irresponsable de ne pas s'assurer que tous les jeunes reçoivent une information suffisante sur la sexualité AVANT leurs 15 ans. A 15 ans on est censé avoir l'âge de consentir à des rapports sexuels. Comment est-ce qu'on est censés consentir à quelque chose si on ne sait même pas ce que c'est ? Je trouve aussi assez énorme qu'on n'ait pas le droit de mettre les pieds dans un sex-shop ou de regarder du porno avant 18 ans, mais qu'on ait le droit d'avoir une sexualité à partir de 15 ans. En gros, à 15 ans, on est assez mûr pour le faire mais pas assez pour le voir ou en entendre parler ? Euh...

    En fait je trouve nos lois assez antédiluviennes sur le sujet. On parle de contraception en quatrième, mais il ne commence à être question de plaisir qu'au lycée, et encore. Des amis à moi étaient récemment choqués qu'une collégienne se soit fait offrir un sex-toy par ses amis. On dirait qu'on est à la rigueur prêts à autoriser la sexualité aux ados, du moment que c'est uniquement une sexualité hétéro qui mime la sexualité à but reproducteur. Tout ce qui s'en éloigne est considéré trop osé. Mais réveillez-vous les gens, il vaut mieux quoi ? Qu'une ado de 13 ans s'amuse avec un sex-toy et découvre son corps d'une manière saine et sympathique, ou qu'elle ait à partir de 15 ans des rapports pour faire plaisir à son copain, sans trop de plaisir et sans trop se poser la question de son propre désir, mais avec un préservatif alors ça va ? Il faudrait sérieusement que les gens qui ont le pouvoir de prendre ce genre de décision revoient leur conception de ce qui peut être sain et accessible pour des jeunes, et un peu plus rapidement qu'à petits pas de tortue, si possible...

    Ok, c'est tout pour le coup de gueule, j'avais besoin que ça sorte :fleur:

    EDIT : je précise que mon collège était un établissement public laïc. Comme quoi, hein ;)
     
    #12 Y., 24 mars 2015
    Dernière édition: 24 mars 2015
    Kyubey, leaking_b, loxlady et 7 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...