Les discussions entre auteures

Sujet dans 'Forum Ecriture' lancé par Yana, le 26 juillet 2010.

  1. Yana

    Yana
    Expand Collapse
    <<= Gauche // Droite =>>

    Vous avez des questions à posez aux autres filles du forum écriture ? C'est ici que ça se passe ! :d
     
  2. Minuscule

    Minuscule
    Expand Collapse
    J'ai suivi mon coeur et il m'a guidé jusqu'au frigo.

    Oh c'est chwette!
    J'ai envoyer un MP a Zinzoline mais elle ne répond pas et je suis genre super impatiente :)
    Alors ça concerne le nouveau thème, je n'ai pas compris exactement ce qu'on attendait de nous, voila :)
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je viens de t'envoyer une petite explication par MP, qui j'espère suffira ! Sinon n'hésite pas, je peux t'expliquer avec encore plus de détails, il n'y aucun mal à ne pas comprendre. :fleur:
     
  4. Ayden

    Ayden
    Expand Collapse
    Guest

    (Bouh moi aussi, j'ai envoyé un MP à Zinzoline)

    Alors moi, ma question, c'est par rapport à votre façon d'écrire (aisance, tournure de phrase, tout ce qui donne un coté littéraire à vos textes) parce que moi j'ecris comme un bébé, avec des phrases assez basiques en général.

    Donc, ma question c'est, d'où viennent vos capacités d'écriture? de vos études ou autre ?

    EDIT: Désolée mais je suis obligée de le dire, c'est mon 1000e post :danse:
     
  5. azertg

    azertg
    Expand Collapse
    J'aime la bière et les frites.

    Je ne suis pas certaine d'écrire d'une façon particulièrement littéraire, mais quand ça m'arrive, je crois que c'est un jeu. Un jeu de jouer avec les mots, d'oublier l'oral et de se permettre toutes les fantaisies possibles et imaginables sur le papier.

    Ma prof de français me dit que dans mes dissertations j'écris vraiment bien (ça fait un peu je me lance des fleurs alors que j'ai horreur de ça, mais c'est histoire d'argumenter mes propos), alors que je suis dans une section scientifique, donc je pense que ça ne vient pas des études, plus de la lecture et du fait de tenter plein de trucs avec les mots par plaisir =). (ou parfois aussi parce que ça vient comme ça, tout simplement. moins on réfléchit, mieux c'est je trouve).
     
  6. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    En réponse à cette question et à ton MP par la même occasion, je n'ai pas véritablement conscience de posséder certaines capacités ou une quelconque aisance, en réalité. Egoïstement, j'aime faire ça, j'aime assembler les mots, les recadrer, les associer, les dénicher, et ce depuis mes années de primaire.
    Ce n'est que plus tard que j'ai pu prendre conscience que ce plaisir à prendre pour moi plaisait également à certains, et qu'à partir de ce simple fait là je pouvais continuer sans craindre. Et oser, plus encore, ce que je ne sais pas faire dans bon nombre de domaines quotidiens. Oser sur le papier relève pour moi du facile (voire du lâche), de la gueule qui s'ouvre pour dire certaines choses que je crèverais d'envie de révéler dans la vraie vie, mais que je garde pour moi.
    Je suis d'un tempérament aussi passionné qu'impulsif, mais ma trop grande timidité m'a durant de nombreuses années considérablement handicapée. Ecrire relevait donc pour moi d'un moyen de création, d'imagination et d'expression fabuleux, derrière lequel je pouvais aisément me dissimuler en cas de perçage ou de mise à jour.

    J'ai continué à écrire tous les jours, sur des RPG, sur des fictions, sur tout et n'importe quoi sauf sur moi. Lorsque j'écris, je m'empêche parfois, ma personnalité m'encombre, et je me dois donc de la laisser tomber partiellement au profit d'un Hyde moins pudique, moins gêné, aux pommettes moins roses. Ecrire c'est s'éclater, s'éparpiller, se renouveler, c'est une possibilité incroyable de ne plus être soi. J'agis dans l'écriture comme un comédien enfile un costume, je me déshabille de mes névroses et crée par plaisir, me fiche d'inventer certains mots ou certaines locutions qui n'existent pas. Cela en gêne certains, mais Jeckyll est trop loin, ça ne m'importe plus.

    Au fil des années je n'ai pas acquis un quelconque talent mais de l'assurance, du savoir-oser, et du ne-plus-craindre-de-faire.
    J'ai appris à ne plus me fier qu'à l'écoute et je raisonne toujours de la sorte. J'écris à l'oreille tout autant qu'à l'instinct, et le moindre son possède pour moi son importance : les jolis déliés du "L", les frappes sèches du "P", ou la rage sourde du "R". Je suis capable de rester un temps monumental sur un morceau de phrase jugé trop long, sans assez de puissance dans la forme pour en exprimer le fond. J'ai besoin que les mots claquent, roulent ou crissent, et en cela j'y passe du temps et de l'envie, de l'ncroyable envie.

    Au final, je n'ai guère de conseil à offrir autre que celui de tenter, car qu'importe ? Si écrire plaît à soi, tout est déjà acquis, et tout est déjà fait pour plaire.
    J'ajouterai qu'ici, j'ai la chance indéniable d'être crue et portée. Les encouragements de Fab, de Flo, de Yana, de tout un tas d'autres demoiselles me sont précieux et me réchauffent, car ils m'incitent à voir au-delà de cette incroyable sphère proposée par le web. M'étendre.
    Je ne prétends à rien, et ne pense pas pouvoir prétendre, au final. Mais constater que l'on me donne déjà bien plus que ce à quoi je croyais il y a des années m'offre une petite satisfaction qui - à mes yeux - est tout simplement considérable.

    [Ou comment raconter ma vie pour ne pas répondre correctement à la question...]
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je trouve horriblement prétentieux de répondre à cette question, mais tant pis, je me lance :d

    Je pense que mon 'aisance' à l'écriture me vient du fait qu'il s'agit d'une passion qui n'a jamais été régie que par le plaisir. Je n'ai pas fait d'études littéraires et n'ai donc jamais vu l'écriture comme une contrainte. Ca m'est venu très naturellement (j'écrivais déjà enfant, ensuite, adolescente ça a pris tout son sens, ça me permettait d'avoir un jardin secret dans lequel je déposais tout ce qui me faisait mal ou qui sonnait comme le bonheur.. C'était un véritable refuge).
    Je pense n'avoir aucune technique particulière (d'ailleurs, lorsque les thèmes sont plus compliqués, j'atteins tout de suite mes limites : je ne connais rien en poésie, rien aux alexandrins, ne sait pas même compter mes syllabes correctement, je ne connais pas le vocabulaire propre aux jeux de lettres, ...). Avec 'lucidité', je me dis que mes textes, mes écrits, ont la capacité de toucher la personne qui me lit parce que j'écris du ressenti, de l'instant. Je ne suis pas dans la construction d'histoires longues, dans l'élaboration de personnages conséquents ou dans les descriptifs (je pense ne pas en être capable, simplement) mais dans le moment. Jusque là, on m'a souvent dit qu'on se 'retrouve' dans mes mots, et c'est le compliment qui me touche le plus.

    Je ne donnerais qu'un seul et unique conseil : écrivez avec les tripes, le coeur, l'âme, appelez ça comme vous voulez, mais écrivez sur ce qui vous retourne. Le reste viendra tout seul.



    Zinzoline me fait penser : j'ai très longtemps écrit pour moi, ensuite pour des inconnus, sur un blog dont je tenais l'adresse secrète pour la 'vraie vie', et ce qui m'a toujours portée, poussée à ne rien lâcher, c'est le soutien sans faille de certaines personnes, rencontrées au hasard du web. Ensuite, les petits mots d'inconnus qui ne passaient peut-être qu'une fois donnaient un souffle, la sensation d'être entendue. J'ai récemment pris mon courage à deux mains et permis à mon copain d'entrer en partie dans mon monde de mots. Le voir sourire en lisant est probablement ce qui m'a le plus donné confiance, tout comme le fait de remarquer qu'on 'veut de moi' pour écrire (que ce soit des lettres pour des proches, des dissert' pour copains fainéants, des textes humoristiques pour des cadeaux originaux).
    Enfin, tout ça pour dire : Montrez vous, le soutien des gens (que ce soit vos proches (le plus difficile, à mon sens..) ou des inconnus) est un véritable atout, qui empêche de se dénigrer quand on manque de confiance. Prenez tout, y compris les compliments subjectifs de ceux qui vous aiment ;) C'est quand on est porté qu'on rêve plus loin.
     
  8. Ayden

    Ayden
    Expand Collapse
    Guest

    Zinzoline, _lilou_, Spiracle et Coclicot, merci de vos réponses.
    Je vois qu'il ne me reste plus qu'à me lancer, alors.
     
Chargement...