Les écrits de Youlie.

Sujet dans 'Forum Ecriture' lancé par Youlie., le 23 juillet 2010.

  1. Youlie.

    Youlie.
    Expand Collapse
    Everything was beautiful and nothing hurts.

    Première participation à l'atelier écriture.
    Je débute avec le thème : ADDICTION


    Addiction, mode d'emploi en 5 étapes.

    * Fragile. Innocent. Sans danger.
    * Constance. Répétition. Attachement.
    * Pensées. Perpétuel. Désir. Hanter.
    * Attente. Angoisse. Stress. Soucis. Tentation
    * Vouloir. Céder. Jouir. Profiter. Plaisir.


    (Un petit rien, mais voilà ce que m'a inspiré l'addiction)
     
  2. Youlie.

    Youlie.
    Expand Collapse
    Everything was beautiful and nothing hurts.

    * Orgueil et préjugés.

    Mr Darcy, homme d'apparence prétentieux et de la haute bourgeoisie, qu'Elizabeth Bennet a souvent critiqué pour sa conduite méprisable et égoïste laisse libre cours à ses sentiments face à la jeune et belle Elizabeth ..

    Darcy : « En vain ai-je lutter. Rien n'y fait. Je ne puis réprimer mes sentiments. Laissez-moi vous dire l'ardeur avec laquelle je vous admire et je vous aime. »
    [?]
    Elizabeth : « Depuis le commencement, je pourrais dire dès le premier instant où je vous ai vu, j'ai été frappé par votre fierté, votre orgueil et vos mépris égoïste des sentiments d'autrui. Il n'y avait pas un mois que je vous connaissais et déjà je sentais que vous etiez le dernier homme du monde que je consentirais à épouser. »



    Dans la peau d'Elizabeth Bennet


    L'a-t-il dit? L'a-t-il vraiment fait ? Qu'il est naïf de croire qu'il puisse me tromper en jouant avec des sentiments. Me faire croire à un amour, alors qu'il n'est que vanité. Cet homme est irrespectueux de l'amour. Il manipule ce sentiment croyant pouvoir contrôler ce qui l'entoure, abusant excessivement de son charisme pour faire perdurer cette notoriété. Son charme a fait chavirer le coeur de plus d'une, toutes sont tombées dans le piege de l'amant parfait. Et malgrè ces innombrables qualités, aucunes ne m'atttirent. Aucune sympathie n'émane lui. Il est l'orgueil en personne, son égoïsme est d'une telle ampleur qu'il fait de lui un homme hors course. Je me demande pourquoi fait-il cela avec moi ? Je ne suis pas dupe; Croit-il que je me divertis à considérer l'amour comme un sentiment des plus simples ? Qu'il se détrompe. Qu'il aille voir ailleurs. Il se joue de moi, comme de l'amour qu'il néglige. Cet homme ne mérite pas un regard, pas une once d'attention. Même si sa beauté n'a d'égal, son personnage n'est que sournois. Il a l'ardeur et le cran de vouloir badiner avec l'amour et avec moi-même, quel être écoeurant. Mais quel être attachant ..
     
  3. Youlie.

    Youlie.
    Expand Collapse
    Everything was beautiful and nothing hurts.

    Thème : L'affiche

    Je l’avais déjà vu la veille, cette affiche m’avait intrigué. Mais comme tous ces passants, je passais devant seulement. Seuls les plus courageux s’étaient lancé. Je pense que chacun aurait aimé tenter l’expérience, mais nous avons tous peur. Peur de la solitude, peur du ridicule, ou peur d’aller à la rencontre de l’autre, simplement.



    Ce matin, j’y repasse. Il était brun, les cheveux à peine coiffés et décoiffés par le vent, il riait, certainement par le ton insolite de l’exercice. Un joli sourire qui laissait paraître une fossette mal dissimulée sur la joue gauche. Oui seulement la gauche, et pas la droite. Je ne pouvais pas trop juger de sa taille, je ne sais jamais juger de ce genre de chose. Il portait une chemise, siglée, mais qu’importe et avait pris soin de mettre une veste, car la brise se faisait sentir ces derniers jours. Un jean, troué sur le genou, et une montre orange. Qui porte encore du orange ? On pouvait dire que c’était un homme, un vrai. Du moins, un jeune homme. Il n’avait pas plus de 21 ans, oui un jeune, c’est ce que je vous dis.
    Alors je me suis approché, le personnage avait retenu mon attention. Il s’est tourné vers moi, surpris de voir quelqu’un qui s’engageait dans le même chemin que lui. Son regard avait quelque chose de perçant. On s’est longuement fixé, et je vous avoue, que j’étais déstabilisée. Je me demandais seulement, pourquoi j’avais fait ça. Je suis inintéressante, je n’ai rien à dire, je n’ai pas de passion et ma vie se résume à quelques bouquins. Il m’a souri, j’étais rassurée. Il s’est alors présenté, et je l’ai suivi. Après quelques brefs mots, j’ai alors retiré ma main de cette affiche, et m’en est allée. Il m’a suivi, et me disait qu’il ne connaissait encore rien de moi, et m’a demandé si cette affiche pouvait être un prétexte pour m’inviter à prendre un verre …
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Euclide
    Réponses :
    19
    Affichages:
    1942
  2. petiteaï
    Réponses :
    6
    Affichages:
    1317
  3. Lapsus.
    Réponses :
    3
    Affichages:
    1957
  4. Snow
    Réponses :
    23
    Affichages:
    2990