Les émotions que vous font susciter vos lectures

Sujet dans 'Forum Littérature / BD / Manga / Comics' lancé par celeste-san-2, le 25 juillet 2011.

  1. celeste-san-2

    celeste-san-2
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres Guest

    Bon , tout est dans le titre comme on dit . ^-^

    Pour être plus claire , il est souvent difficile de rester stoïque face à ce qu'on lit . Et parfois, nos lectures font naitre des sentiments assez violent : parce qu'ils sont tristes, chiants , éc?urants etc ect ..


    Par exemple , le livre qui m'a fait le plus pleurer c'est Crève! de James Carr .
    La série que j'ai refusée de finir parce que je n'étais pas d'accord avec le déroulement de l'intrigue amoureuse ( si si ça peut arriver ) c'est La trilogie D'axis de Douglass

    Bref, quand vous finirez une lecture et qu'un sentiment impromptu débarque... ce topic est pour vous . Ou si vous avez des souvenirs de réactions violente de votre part suite à une de vos lectures "viendez ici ma bande" :P

    Oui donc , je viens de finir " treize raisons" de Jay et euh .... pfffiou j'ai qu'une seule envie c'est de balancer ce livre très loin de moi et de l'oublier ...
     
  2. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    A douze ans, j'ai lu ceci :

    [​IMG]

    Sa majesté des clones, de Jean-Pierre Hubert.
    Il s'agit d'une version du livre "Sa majesté des Mouches" version science-fiction.
    Ce bouquin m'avait retourné l'estomac. Trois jours après l'avoir fini, j'étais restée comme sonnée. C'est censé être un livre pour enfants. ça l'est bien sûr, mais il est tellement violent qu'il ne laisse pas insensible. Je me demande s'il me ferait le même effet si un jour je tentais de le relire.
     
  3. Eloyce

    Eloyce
    Expand Collapse
    Cheese nacho baby

    Comme sentiment très fort, je pense tout de suite au recueil La douleur de Marguerite Duras, au moment du retour de Dachau de Robert L. La lecture est véritablement douloureuse. La description du personnage, qui n’est plus qu’une forme, est effrayante. Et c’est d’autant plus fort que par le retour de Robert L., Duras évoque le retour de son propre mari. J’ai vraiment ressenti du dégoût à cette lecture, j’avais la nausée en tournant les pages. Ca ne m’a pas empêché d’aimer ce livre, pour son écriture, le choix des mots est parfait. Il ne peut en tous cas pas laisser indifférent, je trouve.

    Je ne sais pas trop si c’est dans le sujet, mais je pense aussi au livre Le parfum de Patrick Süskind, qui fait appel à l’odorat, de la même façon qu’il en est le sujet principal. Ce n’est pas une émotion à proprement parler, mais le fait de faire appel à ce sens en particulier fait vraiment ressortir cette lecture parmi toutes les autres. J’ai l’ai lu récemment et il m’a marqué, même si ce n'est pas quelque chose de violent.

    J’ai rarement ressenti de la colère ou de la tristesse devant un livre, ils m’interpellent presque tous, mais sans émotion particulière.
    Si ça me revient, j’éditerais.
     
Chargement...