Les étudiants français souffrent (de plus en plus) du stress et du manque de sommeil

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Miss Lu, le 11 décembre 2015.

  1. Miss Lu

    Miss Lu
    Expand Collapse
    Des moutons et des nuages, du chocolat et des pandas.

  2. Kymi

    Kymi
    Expand Collapse
    .

    Aha.
    Pile quand je fais manifestement un burn-out.
    Marrant.
     
    muffinjedi a BigUpé ce message
  3. marye-me

    marye-me
    Expand Collapse

    Bac +2 en poche j'ai repris une première année en droit, même avec de l'expérience je galère à gérer mon travail quotidien ( je vais pas me vanter mais en tout cas je suis certaine que c'est pas non plus un problème d'intelligence et d'excès dans ma vie étant qqun de relativement posé). Le problème ne vient pas de là à mon avi, je pense que la manière d'aborder l'apprentissage de façon générale en France notamment est à revoir à 90%... Sur la forme par exemple, je pense qu'on devrait vraiment aborder les études de manière positive. Je pense pas que le contrat d'embauche d'un prof ait une clause interdisant de complimenter les élèves et de les encourager...il faudrait que les profs aiment vraiment faire leur job pour que ça se transmette aux élèves. Ça serait loin de suffir mais dejà un bon point ;)
     
    Chouette-Culotte, Vanities, Dune06 et 3 autres ont BigUpé ce message.
  4. wally24

    wally24
    Expand Collapse
    Soyez vous-même, tous les autres sont déjà pris

    C'est malheureusement vrai. Je ne dirais pas que je suis complètement à cran, je pense bien m'en sortir par rapport à d'autres, mais arrivée en Master 2 je sature complètement.
    Le stress est réellement présent, surtout en Master où le programme est vraiment dense et où on nous met la pression.. Du coup, forcément, le sommeil s'en ressent..
    Pour vous dire, j'ai vraiment hâte de partir en stage (6 mois) en Février car même si il va y avoir du boulot, j'ai l'impression que je vais souffler ^^ Pourtant pas de vacances ni rien, mais au moins plus autant de pression !
    Donc oui je penses que le système pourrait être revu, mais malheureusement comment savoir quoi changer pour que ça soit mieux ? :hesite:
     
  5. marye-me

    marye-me
    Expand Collapse

    Ça a l'air d'être une bonne idée le dossier bibliographique ! Et justement pourquoi ne pas s'inspirer des méthodes qui marchent à l'étranger ? Certaines methodes anglosaxones sont aussi tres efficace pour l'apprentissage de la langue notamment.
     
  6. Jus d'orange au sel

    Jus d'orange au sel
    Expand Collapse
    Et si on mangeait ?

    ah le stress des étudiants ! Malgré un emploi du temps hyper chargé, je m'en sors pas trop mal je crois, j'ai dû apprendre à gérer à peu près :nod:. Bon mon entourage se prend quelques craquages de temps en temps en mode "salut je vais éclater de rire pendant 15 minutes sans savoir pourquoi puis te rappeler en pleurant" mais en dehors de ça, ça va :cyclope:

    Je crois que ce qui me fatigue le plus, en revanche, c'est que les gens ne te prennent pas au sérieux quand tu dis que tu es fatiguée. Que non tu ne vas pas faire telle ou telle activité parce que tu as besoin de repos, que non, je ne suis pas disponible pour téléphoner pendant 2h, non je ne veux pas faire des heures sup au travail, et non je ne peux pas m'occuper de ta vie sentimentale maintenant. Je ne sais pas comment ça se passe pour vous autres étudiant-e-s, mais j'ai régulièrement droit à ce sourire moqueur qui dit "oui oui c'est ça, t'as juste encore fait la fête et tu veux pas me le dire" et ça m'exaspère totalement. On dirait que tout le monde croit tout le temps que faire des études, c'est juste glander aux frais de ses parents pendant X années, faire la fête 7j/7, se vautrer dans le stupre et l'alcool XD Alors que bon, de mon côté en tout cas rien d'aussi glamour : je bois ma tisane au-dessus de mes bouquins et j'ai l'impression de faire quelque chose d'extraordinaire quand je sors "sans but" (genre pas pour faire des courses, ni pour aller en cours. c'est fou!)
     
    Muwglyk, muffinjedi, MadKingBunny et 7 autres ont BigUpé ce message.
  7. KittyBear

    KittyBear
    Expand Collapse

    Rolala c'est tellement vrai ! enfin je suis en master 1 et j'avoue que la pression est quand même beaucoup plus présente.. le manque de sommeil et la malbouffe c'est vraiment un bon combo... bref ! bon courage à toutes ! <3
     
    Jus d'orange au sel a BigUpé ce message
  8. Plume*

    Plume*
    Expand Collapse
    Per aspera ad astra.

    @_Almia_ On ne peut pas traiter tous les problèmes en même temps :fleur: Le stress est un sujet à part entière et je trouve ça bien qu'il soit traité comme tel. On peut être victime du stress même sans être victime d'autre chose. Il ne faut pas, selon moi, mélanger tous les sujets. :fleur:

    __

    Pour ma part je suis en 5ème année de médecine et le stress est devenu mon plus fidèle acolyte. Poussées d'acné, crises d'asthme, fatigue.. Je trouve que globalement en France, les étudiants ont vraiment la pression. Et c'est vrai que le système est à revoir. J'ai également fait un semestre Erasmus en Finlande et le système pédagogique est tellement mieux là-bas. Il n'y a pas toute cette hiérarchie : c'est un échange ; on ne bourre pas le crâne : on apprend "Utile" ; les examens ne sont pas là pour nous plomber. Les médecins sont zen, l'hôpital est zen, ce soit être tellement plus confortable comme façon de vivre..
     
  9. Aquarium

    Aquarium
    Expand Collapse

    Le pire pour moi, ça a été la prépa.
    Honnêtement je ne comprends pas comment on peut autant prêcher un système aussi anxiogène et non-épanouissant. C'est là que tu te rends compte à quel point le pseudo-élitisme français et la culture de la performance atteignent des sommets de connerie.
    Manque de sommeil, mauvaise alimentation (car pas le temps), pas pouvoir faire du sport quotidiennement, les mauvaises notes à gérer, le DS que tu dois préparer malgré le moral à zéro... Et puis tu lis plus, tu rencontres moins de monde. Et qu'on vienne pas me répondre "c'est qu'une question d'organisation!!!!!", non c'est pas une question d'organisation. Parce que t'as beau être hyper organisé, y a un truc qui s'appelle la contingence et qui peut faire qu'un week-end tu apprends que ton père a un cancer, la personne que tu aimes te largue, etc. Et ça vient complètement bouleverser ton quotidien parce que t'es humain et tu peux pas dissocier tes émotions de ton travail. Cela demande des capacités de résistance au stress physique et mental, des capacités de travail, d'organisation, d'être capable de rebondir... et ça tout le monde ne l'a pas. C'est pas en faisant ton planning pour la semaine que tu réussiras, même si t'es réglé comme une horloge. Alors STOP IT NOW avec ce mythe culpabilisateur du manque d'organisation.
    La prépa, c'est un super système en théorie, mais en pratique, c'est difficilement possible. Bien évidemment il y a des personnes qui réussissent (et c'est top pour elles), parce que comme tout système, ça convient à certains et ça convient pas à d'autres. Mais dans la grande majorité des cas, ce que j'ai pu constater, ce sont des personnes qui ont désormais un véritable dégoût du travail, de la lecture, de telle ou telle matière... à cause de la prépa. Faut quand même le faire.
    Et puis let's not forget la connerie de ma prof de français qui balançait à tout bout de champ "dormez la nuit et ça ira mieux!!!!!!" MDRRRRRRR mais stop quoi. Comme si le problème c'est le manque de sommeil des étudiants. C'est quand même grave d'être aveugle à ce point.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Voila c'était le bashing du soir, bonsoir et bonne nuit à tout le monde :cheer:
     
    Arrrum, Muwglyk, Chouette-Culotte et 5 autres ont BigUpé ce message.
  10. 100 ans de solitude

    100 ans de solitude
    Expand Collapse

    Mais je me retrouve totalement dans cet article, je suis en master 2 de droit, je pensais que le plus dure était passé mais non on encore eu droit au discours de rentrée bien anxiogène avec tout le monde ne l'aura pas, vous ne pouvez pas redoubler, vous avez intérêt à vous rappeler des tout les moindres cours que vous avez eu etc... Résultat je suis hyper stressée, j'ai passé 5 ans de ma vie en stresse permanent et en plus ce système d'éducation merveilleux me permet pas de me sentir compétente, je sais pas si pour les autres c'est pareil, mais je me sens tellement nulle, en conséquence je stresse rien qu'à l'idée de me retrouver dans le monde du travail. J'ai peur de trouver aucun travail... Bref, je sais que je suis quelqu'un de stressée par nature mais quand même le système a un problème
     
    muffinjedi, Chouette-Culotte, Livsnjutare et 3 autres ont BigUpé ce message.
  11. Oh Haappy Day

    Oh Haappy Day
    Expand Collapse

    Merci merci merci !! Cet article tombe pile pile poil au bon moment pour moi !
    Je m'explique : Je suis en deuxième année en science politique. J'adore ce que je fais, c'est passionnant mais je n'ai plus de vie.

    Je suis énormément stressée, j'ai perdue pas mal de kilo, et je pensais être juste une inadaptée du système. Tout le monde le dit ; les études ( tout dépend lesquelles aussi ), ça va être dur, mais maintenant tout le monde doit passer par là.
    Marre de ce pessimisme comme quoi la vie se construit grace à la douleur !

    Je n'ai plus de vie, plus de confiance en moi, un stress permanent à gérer alors que je suis censé être dans les "meilleures années de ma vie".
    J'en viens régulièrement à vouloir tout arrêter au niveau des études... Mon futur m'angoisse quand je me dis que j'ai au moins encore 3 années à tenir...
    Ce système est malsain, et non ce n'est pas normal que les étudiants souffrent à ce point.
     
    muffinjedi, Bernarde, Astyana et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  12. Eleenore

    Eleenore
    Expand Collapse

    Ahhh, doux jésus, le stress et la fatigue ! Mes bons amis, ce beau cercle vicieux.
    Ça me fait penser à la dernière fois ou je suis rentrée chez mes parents, l’incompréhension de mon père sur le sujet m'avais tellement énervée !
    Je venais de m'affaler sur le fauteuil après manger, c'était genre la première fois que je me posait vraiment depuis quoi, un mois à peu près (et encore j'avais cette petite voix qui me faisait culpabiliser de ne pas travailler).
    Et la, mon père : "tu pourrais laisser la place à ta mère, elle doit être fatiguée " (elle n'était pas particulièrement fatiguée, et ne fait pas un boulot épuisant, vraiment)
    "moi aussi je suis fatiguée " je lui répond.
    Et là, il fait un espèce de 'rhooo" genre "fatiguée, tout de suite, pauvre enfant tu ne sait pas ce qu'est la fatigue !"
    Mais putain ! je bosse tout les jours, de 8h à 18h, des fois 20h, je suis stressée, je prépare un putain de concours, les seul temps que je prend pour moi c'est regarder une série, ce qui me fait culpabiliser, mais si je ne fait rien je pète un câble, et toute autre activité (genre sortir) n'est même pas imaginable parce que ça fait perdre bien trop de temps et je risquerait d'y prendre goût et de rendre un peu trop compte que cette année d'étude n'est absolument pas épanouissante, et ce pour la deuxième année consécutive (j'ai retapé ma première année de médecine), de quelle droit tu dénigre ma fatigue comme ça ? :scream::scream::scream:
    En plus il n'a jamais fait d'études, il ne sait pas ce que c'est la fatigue intellectuelle et le stress des résultats !
    Voilà, c'est un coup de gueule contre mon père en particulier mais ça vaut un peu pour tout ceux qui dénigrent et minimisent le stress des étudiants, dont la plupart vont toujours ressortir un bon vieux "vous n'avez qu'a dormir la nuit", "si vous sortiez un peu moins, vous n'auriez pas de problèmes", mais bordel, les étudiants ne sont pas des machines, ils ne peuvent pas travailler 12h par jour (temps moyen si on écoute ce que demande chaque prof) manger-dormir et basta !
    Enfin bon, je ne vais pas en écrire plus, il faut vraiment que j'aille réviser :buzy: :lol::lol::lol:
     
    Muwglyk, Chachachou, muffinjedi et 3 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...