Les films qui ne prennent pas les femmes pour des quiches

Sujet dans 'Forum Cinéma / DVD' lancé par Imago, le 12 août 2016.

Tags:
  1. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    L'optimisme, c'est sauter d'un immeuble et se dire «jusqu'ici, tout va bien» à chaque étage.

  2. hellrosa.

    hellrosa.
    Expand Collapse
    “porcelain eyes... forgive again and again and again... ”

    Merci pour ce sujet ! :pray:

    Ma contribution (je vous laisse faire une recherche Google si un titre vous interpelle. Je vais mettre des mots-clefs. Vous pouvez aussi me posez directement des questions sur les films !) :

    Films
    • Jamaica Inn (L'auberge de la Jamaïque), une adaptation du roman éponyme de Daphne du Maurier par Alfred Hitchcock (anglais, 1939) – héroïne contre-stérotypique
    • The Rose de Mark Rydell (américain, 1979) – inspiré de la vie de Janis Joplin (dois-je en dire plus ?)
    • Les sœurs Brontë d'André Téchiné (français, 1979) – tout est dans le titre
    • XXY de Lucía Puenzo (argentin, 2007) – intersexuation, (recherche de) identité de genre, sexualités alternatives
    • Naissance des pieuvres de Céline Sciamma (français, 2007) : questionnement autour des orientations sexuelles, héroïnes qui ne sont pas des quiches !
    • The Summer of Sangailé (Summer) de Alanté Kavaïté (lituanien, 2015) – lesbianisme, destin atypique
    • Emily Dickinson: a Quiet Passion de Terrence Davies (britanno-belge, 2017) – « biopic » d'Emily Dickinson (néanmoins sans aucune mention de son attachement à Susan Hungtington-Dickinson...)
    • The Beguiled (Les proies) de Sofia Coppola (américain, 2017) – mouahahah !
    Je ne sais pas si vous avez mentionné les films de David Lynch ? Je pense à Blue Velvet, Wild at Heart (Sailor et Lula), Lost Highway et Mulholland Drive.
    D'autres films qui me viennent en tête : Cry-Baby de John Waters (américain, 1990), tous les Quentin Tarantino (mon préféré étant Death Proof aka Boulevard de la mort), Et Dieu... Créa la femme de Roger Vadim (français, 1956), Le mépris de Jean-Luc Godard (français, 1963), Pepi, Luci, Bom y otras chicas del montón (Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier) mon film préféré de Pedro Almodóvar (espagne, 1980), Rosemary's Baby de Roman Polanski (américain, 1968 et ça me met un smiley !) The Innocents (Les innocents) de Jack Clayton (anglais, 1961) – adapté de la nouvelle The Turn of the Screw (Le tour d'écrou) de Henry James.

    Documentaires et docufictions
    • Madonna: Truth or Dare (In Bed with Madonna) de... Madonna suivie d'une bonne liste de réalisateurs – Madonna
    • Je suis Annemarie Schwarzenbach de Veronique Aubouy (franco-suisse, 2015) – Annemarie Schwarzenbach
    • Janis: Little Girl Blue d'Amy Berg (américain, 2015) – Janis Joplin
    (J'ai essayé de ne pas faire de redite ! Je valide beaucoup de films qui ont déjà été cités).
     
    #98 hellrosa., 17 février 2018
    Dernière édition: 17 février 2018
    Whitemountain, Barbe Bleue et Faolán ont BigUpé ce message.
  3. lafeemandarine

    lafeemandarine
    Expand Collapse
    Y'en a pour trois pages...

    Je ne sais pas si quelqu'un a déjà cité les OSS-117, deux parodies des films d'action de type "James Bond". Le protagoniste est terriblement raciste et sexiste mais tout est fait pour qu'on soit du côté des femmes compétentes qui sont obligées de travailler avec lui.


    Sinon, "Les triplettes de Belleville"? Les protagonistes sont courageuses, intelligentes, créatives, solidaires et ne se laissent jamais abattre. C'est le petit-fils de l'une d'elles qui apparaît comme un damoiseau en détresse qu'il faut venir sauver.
     
    Whitemountain et Jeannedarkh ont BigUpé.
  4. Margay

    Margay
    Expand Collapse

    Je propose Black Panthers, je crois pas l'avoir vu dans la liste. Alors même si ça reste un méchant homme face à un gentil homme, les personnages secondaires féminins sont juste TROP BIEN. C'est pas des personnage secondaire en mode "caution féminine, tu sers à rien/coucher avec le héros ou le méchant". C'est juste des personnages, voilà, ils sont là, et en fait ces des femmes, mais on se fiche que ce soit des femmes :jv:
     
    Pau La a BigUpé ce message
  5. Neverland90

    Neverland90
    Expand Collapse

    Je pense qu'on peut ajouter hyperlight, c'est un court film de SF de 17 minutes environ écrit par Nguyen-Anh Nguyen.
    Résumé: Two elite astronauts wake up in the abyss of space; they return to their stranded ship and discover the surprising reason behind their mission's catastrophic failure.
    Malheureusement c'est en anglais mais visuellement il est vraiment beau et le dénouement est assez intéressant.
     
  6. Jeannedarkh

    Jeannedarkh
    Expand Collapse
    Est-ce que les échanges éphémères laisseront des traces indélébiles ?

    Je crois pas les avoir lu cités ici, donc je suggère :

    - Darling avec Marina Foïs que j'avais beaucoup aimé à l'époque. Je l'ai vu il y a un bout, mais je me souviens que cette femme écorchée par la vie et pourtant battante jusqu'au bout m'avait émue. Cette phrase, à mon sens très vraie et touchante
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    reste gravée. Pourtant je suis du style à oublier un scénario au bout de quelques mois (même quand j'aime un film :sweatdrop:) Et la prestation de Marina Foïs m'avait vraiment plu (à l'époque toujours ^^).

    - Mommy Le rôle d'Anne Dorval, incarnant Diana cette femme-enfant, au caractère fort, qui rame pour élever Steve, son fils atteint de TDAH, et celui de Suzanne Clément, cette voisine réservée qui s'épanouit au contact de la mère et du fils, sont deux sublimes interprétations. On découvre deux femmes très différentes, et IMO très éloignées du stéréotype hollywoodien (ou occidental pour le sens large), avec plein d'aspérités, pour l'une des fêlures immense cachées sous un fort bagout, pour l'autre une joie de vivre tue par... on ne sait pas bien, mais le carcan du couple peut-être ? Bref. Ce film... :loveeyes:
    C'est un de mes plus grand coup de cœur ciné, il m'a bouleversée. Les rôles féminins de Dolan sont toujours traités avec une particularité propre au réal' (enfin le dernier vu c'est Mommy, donc après je sais pas). Les femmes ne sont pas des objets, ni des êtres "doux et maternels" dans ses films. Non ce sont des humains, avec leurs failles, leurs forces.
     
    #102 Jeannedarkh, 26 avril 2018 à 23:34
    Dernière édition: 27 avril 2018 à 00:03
    Geny a BigUpé ce message
Chargement...