Les hommes victimes de violences sexuelles ne sauraient pas les identifier

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Fab, le 16 septembre 2018.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    ----- Publicité -----
  2. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    Ce qui me fait surtout enrager, c'est quand cette thématique est utilisée pour tenter de discréditer les combats féministes par des gens qui s'en désintéressent le reste du temps.
     
    Mélusine94, Asilentio, Karamelle et 7 autres ont BigUpé ce message.
  3. Margay

    Margay
    Expand Collapse

    Ca m'étonne tellement pas.
     
    Mélusine94 a BigUpé ce message
  4. Olduvaï

    Olduvaï
    Expand Collapse
    Pouêt-pouêt pouêêêê-ouêt POUÊT (pouët)

    Ca ne m'étonne pas non plus. En plus du rapport à soi même (l'idée qu'en tant qu'homme, ça ne peut pas nous arriver et La remise en cause de sa propre masculinité ainsi autres raisons citées dans l'article), il y a aussi le fait que les récits sont encore moins bien reçues et entendues par l'entourage, qui participe souvent à cette minimisation et à ce sentiment général.

    J'ai connu des mecs violés dans leur adolescence par des hommes adultes, et quand ils ont le courage de raconter ça à leur famille, les réactions sont souvent de l'ordre de la moquerie teinté d'homophobie du type "aha, tu plais aux hommes".
    Hilarant, n'est-ce pas ? :|

    Y'a aussi un réel manque d'écoute de ses propres envies chez les filles comme chez les garçons je trouve.
    Dans mon adolescence on m'a beaucoup dit de ne pas commencer "avant d'être prête", mais je crois tout de même que ce n'est pas suffisant et que la pudibonderie qui entoure ces faux conseils empêche souvent d'être plus précis à propos de ce "être prêt" qui ne veut pas dire grand chose en lui même.
     
    AprilMayJune, jorda, Mad'moizelle Meredith et 18 autres ont BigUpé ce message.
  5. ShyBGirly

    ShyBGirly
    Expand Collapse

    Comment ça discréditer les combats féministes ?
     
  6. LovelyLexy

    LovelyLexy
    Expand Collapse

    Dans le sens: quand les féministes parlent de mesure contre le viol, répondre "ah mais les hommes aussi se font violer et vous vous en foutez, vous pensez qu'à vous, vous voulez dominer!" Par contre quand un homme parle effectivement de son viol: "oh la chochotte, on lui a lavé le cerveau, j'aurais bien aimé être à sa place!"
     
    jorda, Cornélie, Trémazane et 9 autres ont BigUpé ce message.
  7. ShyBGirly

    ShyBGirly
    Expand Collapse

    Comme c'est le cas avec le mouvement NousToutes et la pétition de Muriel Robin sur les violences conjugales, où les concernés sont seulement les femmes (pour les violences conjugales), femmes et enfants (pour le mouvement NousToutes), aucunes des deux ne parlent pas des hommes comme statut de victimes.

    Surtout quand Muriel Robin aurait dit que les hommes battus peuvent se défendre, ils ont des muscles et une force supèrieur aux femme, je trouve ça sexiste et discriminant envers les hommes battus.
    Moi je ne comprend pas pourquoi, on ne parle pas des hommes (même un petit peu) dans ce genre de mouvement au lieu de montrer sans cesse les hommes comme des agresseurs. Cela peut montrer à tous que ce genre de violences touchent tout le monde et qui faut dire stop.

    La grande majorité des cas, quand un homme victimes témoigne, c'est toujours le plus souvent dans un mouvement féministe, comme le mouvement MeToo, il y a eu des témoignages et des plaintes.

    Quand on ne parle pas des hommes comme statut de victimes, ça minimise les violences qui peuvent recevoir et renforce le tabou sur eux, non ?
    Ca renforce les mythes et préjugé sexiste les plus connus, comme par exemple :

    «Les garçons et les hommes ne peuvent pas être des victimes car la société patriarcat dit que les hommes sont capables de se défendre car ils possèdent des muscles et une forces supérieur à une fille et une femme.»

    «La plupart des hommes qui agressent sexuellement des garçons ou des hommes sont des homosexuels.»

    «Les garçons et les hommes agressés sexuellement par des hommes deviennent des homosexuels.»

    «Les garçons et les hommes sont moins traumatisés par une agression sexuelle que les filles et les femmes.»

    «Si un garçon ou un homme est sexuellement stimulé ou a un orgasme lors de l’agression, cela veut dire qu’il participe volontairement ou ressent du plaisir.»

    «Les garçons et les hommes qui ont été agressés sexuellement deviennent des agresseurs sexuels.»

    «Si l’agresseur sexuel est une femme, le garçon ou l’adolescent devrait se considérer comme chanceux d’avoir été initié aux relations sexuelles.»

    «Si l’agresseur sexuel est une femme, l'homme devrait se considérer comme chanceux d’avoir eu une relation sexuelle, peut importe si c'est consentie ou non.»

    Voici une source de ONDRP 2017:
    En France, un homme est battu ou abusé sexuellement dans son couple toutes les 4 minutes. (Peut importe le sexe de l'agresseur)

    - 1 homme sur 4 est victime de harcèlement sexuel au travail.

    - 1 600 000 hommes victimes d’un stress post-traumatique (SPT) à la suite d’un viol ou d’une tentative de viol subi dans leur vie.

    - 146 000 hommes victimes par an de violences conjugales tous types confondus.

    - 26 000 hommes victimes par an de violences sexuelles commises par leur conjoint.e ou ex-conjoint.e.

    - 67 500 hommes victimes chaque année de violences sexuelles physiques au travail.

    Sachant que les chiffres sont sous-estimer, pour plusieurs raisons.

    Les hommes portent moins plaintes que les femmes (même si une majorité des femmes ne portent pas plaintes), ils n'ont pas d'aides, ni d'hébergement urgence, etc.
    Quelques associations qui viennent en aides aux hommes qui sont victimes sont en manque de moyens et d'aides extèrieur. Comme c'est le cas pour Sos Hommes Battus, une association tenue par une psychologue mais que l'association est en manque de moyen. Surtout qu'il y a encore des tabous, donc ces associations ont du mal à faire surface.

    Les personnes qui disent "Oh la chochotte, on lui a lavé le cerveau, j'aurais bien aimé être à sa place, etc et je rajoute, les hommes ne peut pas être victimes, il sait se défendre contrairement aux femmes (ce genre de propos sont dites souvent par des femmes féministes ou non), ceux-là discréditer tous les combats sur les violences sexuelles, sexistes et physiques envers les femmes, les hommes et les enfants. Parler des hommes, ça ne discrédite en aucun cas les combats féministes, ni minimiser les femmes qui sont victimes.
    Pour moi en parlant aussi des hommes ça renforce plus le combat, que ces violences touchent tout le monde et qu'il faudrait arrêter.

    Quand je parle des hommes, je me fais insulter, moquer, etc par les femmes féministes ou non et par des hommes.
    J'ai eu des coups de pouces des femmes (majoritairement des non féministes) des hommes concernés ou non, la majorités des cas qui en parlent le plus souvent sont les hommes eux mêmes victimes, changer la loi sur le viol, je l'avais mentionner au tout début (octobre 2017) sur les réseaux sociaux qu'il fallait la changer, condamner aux mêmes peines les femmes, construire plus de prisons hommes et femmes, etc.
    Sachant qu'il y a des hommes qui rectifie les tir des féministes, comme les stats, etc et ils sont eux mêmes victimes.

    Les premières moqueries et insultes venait d'une infirmière féministe.

    Bref, désolée pour les fautes et mon pavés, j'aime bien cette thématique ça discrétise en aucun cas le féministe et ses mouvement, je trouve que ce site à eu la bonne idée de parler sur la masculinité positive et leurs problèmes. Sachant que MadmoiZelle ont eux même été menacer sur les réseaux sociaux quand elles ont pour la première fois les violences sexuelles chez les hommes.
     
    #7 ShyBGirly, 29 octobre 2018
    Dernière édition: 30 octobre 2018
    Piperade, Asilentio, Pimprestinguette et 2 autres ont BigUpé ce message.
  8. Cépamoi

    Cépamoi
    Expand Collapse

    @ShyBGirly
    Si les hommes commencent à pouvoir parler de leur viol, c'est grâce aux féministes.
    Par contre, quand on parle de la culture du viol envers les femmes, ce n'est pas supportable d'entendre une personne discréditer leur parole avec "les hommes aussi" parce que :
    - les féministes le savent et ont même été les premières à les défendre (Shia Lebeouf) donc où est le rapport avec la choucroute et les stats de viol sur des femmes?
    - ce n'est pas acceptable d'en parler uniquement en négation (les hommes aussi donc "vos gueules" ), d'autant plus quand c'est pour dire après qu'un homme ne peut pas être violé, qu'il aime forcément ça, est toujours en demande et la preuve "il bande".
    Édit:
    Je pense aussi que les stats des viols sur hommes sont fausses pour diverses raisons. Il faut en parler.
    Mais c'est vrai aussi que la majorité des victimes sont des femmes donc parler des unes pour combattre le sexisme ne veut pas dire mettre à équivalence (en nombre, en système) ou minimiser ce qui arrive à l'autre genre (au motif qu'il y en a moins).
    Je dirais que tout dépend du but qu'on vise et d'avec qui on parle :hesite:
    En parlant de la culture du viol qui vise principalement les femmes, on en arrive forcément à libérer la parole des hommes. Ce qu'il faut éviter, c'est l'instrumentalisation de la parole des hommes violés pour empêcher les femmes de lutter et par là même faire un statu quo pour les victimes tout genres confondus.
     
    #8 Cépamoi, 29 octobre 2018
    Dernière édition: 29 octobre 2018
    jorda, MAAAL, Cornélie et 10 autres ont BigUpé ce message.
  9. Cépamoi

    Cépamoi
    Expand Collapse

    DP pour notif @ShyBGirly
    Je reviens sur un point: je pense que le genre de la personne qui agresse dans son couple n'est pas une variable à mettre à l'écart, tout simplement parce que les hommes sont éduqués à la violence.
    Si le genre agresseur est toujours dominant quel que soit l'orientation sexuelle du couple, ca donne des indices sur ce qui se passe et sur la manière d'agir. Ca indique les forces en cause puisqu'un genre n'est pas naturellement plus agresseur que l'autre. On ne nait pas victime ou bourreau selon son genre, par essence. On a par contre plus de chance de devenir l'un ou l'autre par l'éducation et les normes de la société dans laquelle on vit.
     
    Mischievous, Cornélie, Mélusine94 et 6 autres ont BigUpé ce message.
  10. ShyBGirly

    ShyBGirly
    Expand Collapse

    Si les hommes commencent à pouvoir parler de leur viol, c'est grâce aux féministes.

    Mmh, les hommes concernés ne pensent pas de cette façon, ils pensent que le féministes sont responsables du silences des hommes victimes, dans les mouvements féministes, dans les médias,etc.
    * Ils disent qu'elles minimisent les victimes et montrent plus les hommes comme agresseurs et les femmes comme des victimes, comme on peut voir dans les campages féministes et ainsi l'état avec ses spot campagne où les victimes sont seulement des femmes.* Moi je penses qu'ils en ont marrent qu'ils se voient minimisé par les féministes et du coup ils parlent. Comme cette chaîne youtube OsAlnef qui en parlent sur les hommes victimes oubliés, etc
    Il y a plusieurs vidéos sur ça, personnellement il est des fois neutre, mais il explique tout ce qui ne va pas et il est a l'écoute des féministes et mascus négatives, sachant qu'ils n'aiment pas les mascus négatives et les féministes et ils se méfient des hommes féministes va savoir pourquoi.

    En faite il est comme moi, il préfère un mouvement tous ensemble pour combattre tous ensembles, (qu'il y est des femmes, hommes et enfants concernés) avec des stats globales qu'un mouvement féministe parlant que des femmes et dire du mal des hommes (*expliqué en haut pourquoi*) et des mascus parlant que des hommes en disant du mal des femmes. Il veut regrouper les féministe et les mascus (positives) pour en formé un seul.

    J'en ai vu des commentaires dans ses vidéos, des personnes féministes qui adorer sa vidéo et quelque féministes faisant son extrémiste.

    J'ai lu dans ses commentaire qu'un homme féministe lui même victime d'abus sexuelle, ne voulait pas se mettre en statut de victime par peur de discrétiser les statut victimes des femmes.

    Par contre, quand on parle de la culture du viol envers les femmes, ce n'est pas supportable d'entendre une personne discréditer leur parole avec "les hommes aussi" parce que :
    - les féministes le savent et ont même été les premières à les défendre (Shia Lebeouf) donc où est le rapport avec la choucroute et les stats de viol sur des femmes?


    S'il y a des personnes qui dit "et les hommes aussi", c'est qu'il y a une raison derrière.
    Oui les féministes le savent, oui ce sont les premières enfin je ne pense pas mais j'ai vu des féministes comme des hommes défendre des hommes victimes et croit le ou non, j'ai vu aussi des féministes qui ont tendance à refuser de voir qu’un homme puisse se faire violer ou frapper par une femme, de même si la victime est une femme et que l'agresseur est une femme.

    - ce n'est pas acceptable d'en parler uniquement en négation (les hommes aussi donc "vos gueules" ), d'autant plus quand c'est pour dire après qu'un homme ne peut pas être violé, qu'il aime forcément ça, est toujours en demande et la preuve "il bande".

    Les personnes qui parlent en négation sont des personnes négatifs et faut être neutre j'ai déjà a eu affaire avec eux où j'expliquais à une féministe mais lui il était vulgaire, je n'étais pas seule a ce moment là, il y a d'autres meufs qui venaient en aide, puis il y a eu un mec qui posé des questions sur la force physique et qu'il pesait 100Kg, sauf que Terry Crews s'est bien fait agresser sexuellement, non ?
    Je traîne avec des personnes qui parlent positivement.

    Oui j'ai vu des hommes parlé de fantasme sur le viol, etc, je trouve ça insupportable et discriminant envers les victimes, mais ce ne sont pas les mêmes qui disent "et les hommes aussi", sinon c'est incohérent et débiles de dire l'inverse.
    J'en ai vu plus souvent ces cas. Mais je vous croit qu'il y a des féministes qui défendent et qu'elles savent car je les ai vu sur les réseaux sociaux mais je les voient rarement.
    Et comme je l'ai dit, la première fois quand j'ai parlé des hommes c'était plus les féministes qui me faisait la morale, en disant "ouais mais si on en parle, ça minimise les violences sur les femmes, etc" ce genre phrases qui me donnent envie de frapper dans un punching ball. Suite à ça on s'est moqués de moi et insulter, de même pour mon orthographes suivis par des hommes féministes.

    Sinon, pourquoi Peggy Sastre qui a reçu des menace de viol par des féministes ( alors qu'elle a déjà subit un viol) car elle a osé être une des auteur du "droit a importuner.

    Pourquoi le magazine MadmoiZelle à été menacé d'incendier leurs locaux par une personne soit disante militante féministe à cause d'un article sur le tabou des hommes victimes des violences sexuelles ?

    Pourquoi les féministes ont interdit l'accès à Erin pizzey (celle qui a créé en Angleterre le premier centre au monde pour les femmes battues) à son propre centre pour les femmes battues en Anglettere et qui a du fuir le pays à cause des menaces, parce qu'elle avait eu ensuite dans l'idée de créer aussi le premier centre au monde pour les hommes battus ?

    Je pense aussi que les stats des viols sur hommes sont fausses pour diverses raisons. Il faut en parler.
    Mais c'est vrai aussi que la majorité des victimes sont des femmes ...

    On ne sait pas si les femmes sont plus nombreuses, sachant qu'une études aux USA démontrent que les hommes sont autant victimes de viol que les femmes, mais que les sondeurs de ce sondage ne considère pas que la fellation et la pénétration sans leur consentement est considéré comme un viol.
    Pour l'instant elle sont majoritairement victimes que les hommes, moi je pense que si les stats sont bien représenté, les hommes sont autant victimes que les femmes, du genre 1 270 000 femmes ont été violées les 12 derniers mois, contre 1 267 000 hommes ( ce sont les chiffres aux USA dont je parlais en comptant les hommes victimes forcer à pénétrer etc )

    Et j'ai vu ce genre de sondage aussi en France, où les questions n'était pas posé aux hommes (à part le soulèvement de la jupe c'est normal), par exemple dans ce sondage il n'y a pas eu de question sur la forcer à la fellation ou force à pénétrer.

    ... donc parler des unes pour combattre le sexisme ne veut pas dire mettre à équivalence (en nombre, en système) ou minimiser ce qui arrive à l'autre genre (au motif qu'il y en a moins).

    En fait si car tu prétend qu'il y en a moins, mais il y en a beaucoup plus que vous pensez, OsAlnef en parlent, Mymy avec sa rubrique Masculinité le prouve, des hommes en Norvèges en ont parler sur les réseaux, des hommes le disent, ça s'arrête pas que sur l'éducation d'être un homme, etc, c'est plus vaste encore.

    Je dirais que tout dépend du but qu'on vise et d'avec qui on parle :hesite:
    En parlant de la culture du viol qui vise principalement les femmes, on en arrive forcément à libérer la parole des hommes. Ce qu'il faut éviter, c'est l'instrumentalisation de la parole des hommes violés pour empêcher les femmes de lutter et par là même faire un statu quo pour les victimes tout genres confondus.

    Mais est-ce que la culture du viol qui vise les femmes ressemble pour les hommes.

    J'en ai aucun cas vu parler de culture de viol qui parle aussi des hommes en parlant des femmes ou grâce à la culture de viol libérer la parole des hommes. Ce n'est pas ça qui va liberer et détruire le tabou qui planent sur les hommes mais d'en parler et quand je dis en parler ce n'est pas vite fait et je ne suis pas la seule à le dire. Genre mettres des stats en dessous les stats des femmes, ou en parler franchement, etc.
    Les hommes ont toujours témoigner plus ou moins, la seule chose, c'est qu'ils témoignent plus lors des mouvements féministes sans doute pour dire nous aussi et transforme le mouvement en mixte, comme c'est le cas avec MeToo, il y a eu MenToo, WeToo, etc. Et un autre mouvement est venu Survivor Culture qui est un groupe contre la culture de viol en parlant des femmes, des hommes et enfants (c'est plus les abus sexuelles pendant l'enfance mais tout le monde trouve sa place) ce groupe a été créer par un homme victime d'abus sexuelle et la même chose pour BalanceTonPorc qui devient BalanceTaTruie ou autre.
    Il y a un autre mouvement mais c'était débile de leur part, mais j'ai vu des vrais témoignages passé a côter et je trouve ça triste car les féministe se moquer de ce mouvement en parlant que des cons mais en aucun elles ont chercher les vrais témoignages et il y avait aussi des trolleurs.

    Mais d'après vous pourquoi il y a eu des conférence non mixte sur les violences sexuelles dans les universités ? Surtout en Amérique. Alors que les féministe ont libérer la paroles pourquoi ne pas vouloir libérer la paroles dans des conférences sur la culture de viol ou autre.

    Pourquoi il y a des professeurs féministes qui n'ont aucun cas parler des hommes sous le statut de victimes mais sous le statut d'agresseur et violeur ?

    Je reviens sur un point: je pense que le genre de la personne qui agresse dans son couple n'est pas une variable à mettre à l'écart, tout simplement parce que les hommes sont éduqués à la violence.
    Si le genre agresseur est toujours dominant quel que soit l'orientation sexuelle du couple, ca donne des indices sur ce qui se passe et sur la manière d'agir. Ca indique les forces en cause puisqu'un genre n'est pas naturellement plus agresseur que l'autre. On ne nait pas victime ou bourreau selon son genre, par essence. On a par contre plus de chance de devenir l'un ou l'autre par l'éducation et les normes de la société dans laquelle on vit.


    Alors déjà tous les hommes ne sont pas éduqué à la violence, et les hommes qui sont éduqué à la dur ne sont pas tous violent.

    Si j'ai bien compris ce passage.

    Oui comme les femmes battues peuvent très bien battre leur maris, même une femme violé ou abusé peuvent très bien faire de même sur un homme. Çà était le cas pour une actrice récemment, non ?

    Le dominant peut être un homme comme une femme et hétéro, homo, bi, etc
    Mais si les hommes sont battus cela ne veut pas dire qu'il deviendront des dominants, c'est aussi un mythes.

    C'est comme le fait de ne pas ouvrir les portes aux hommes par peur que l'homme soit devenus violent, c'est en tout cas une féministe qui me l'a dit.
    C'est aussi l'inverse, un homme abusé par une femme aurait peur des femmes.
     
    #10 ShyBGirly, 30 octobre 2018
    Dernière édition: 30 octobre 2018
    Machiavelli, Piperade et Asilentio ont BigUpé ce message.
  11. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    Tu es un troll ou un homme infiltré ? Parce que ton message est de la pure mauvaise foi. Les féministes sont bien les seules à prendre au sérieux les cas d'hommes violés, Mad y a même consacré tout plein d'articles. Quant à la société, elle ne voit en eux qu'un épouvantail permettant de détourner des débats un peu trop dérangeants, mais nient leur existence ou se moque d'eux dès qu'il ne s'agit plus de taper sur un autre mouvement.
    Il faut bien rappeler que ces cas sont minoritaires, et ne remettent pas en cause la non-mixité. Statistiquement, ça nous ferait une majorité de #notallmen ou de tentatives de silenciation, comme ça arrive systématiquement dans les endroits ne faisant pas dans la non-mixité.Et puis, il y a les podcasts de The boy's club et Histoires de darons.
    Les vrais ennemis des hommes battus, ce sont ceux qui font semblant de les défendre juste pour nous taper dessus et qui le reste du temps les traite de «chochotte» ou de «tapette», voire les jalousent.
     
    Lacus_Clyne, Mischievous, Mellana et 12 autres ont BigUpé ce message.
  12. Songi songi

    Songi songi
    Expand Collapse
    Test : http://Earning4Tasks.com/index.php?ref=9469

    @ShyBGirly
    Je me permets de te partager mes deux dernières expériences en date de conversations sur le viol : une ou je me trouvais en non-mixité, aka que des filles, et une seconde ou j'étais avec deux amis à moi (donc pas des inconnus, des hommes qui, à priori n'ont pas comme objectif de me blesser ou de ne pas me croire).
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Oh et puis, fin je sais pas mais quand j'écoute mes compatriotes parléj'entends JAMAIS mes potes mecs dire des choses du genre "je voulais pas trop mais bon, elle a insisté alors je me suis dit que l'appetit vient en mangeant" alors que bérdel de chiottes c'est un discours que j'entends de manière beaucoup trop régulière de la part de femmes. Je n'entends jamais mes potes mecs se plaindre de "la vieille quadra qui m'a maté dégueu dans le tram" , j'entends jamais mes potes mecs me dire qu'ils se sont choper une main aux fesses, j'entends jamais mes potes mecs me dire qu'ils ont peur de rentrer seuls le soir, j'entends jamais mes potes mecs dire....

    Mais j'admets que je commence à devenir mauvaise quand je lis trop de choses sur "CES POVRES HOMMES" je l'admets aisément :cretin:
     
    LaBeletteMasquée, Mischievous, Mellana et 12 autres ont BigUpé ce message.