Les intermittents et leurs revendications ? Je veux comprendre

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lady Dylan, le 17 juin 2014.

  1. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

  2. Romilly

    Romilly
    Expand Collapse
    Süße Sopran

    Merci pour cet article et ces explications ! Etant hors de France, j'avais un peu de mal à suivre et à tout comprendre, là ça va mieux. Ca m'intéresse de près car j'ai beaucoup d'amis intermittents - et que je fréquente le milieu en Allemagne (qui semble mieux organisée quand même)...
     
  3. Munze

    Munze
    Expand Collapse
    C'est pas banal ça.

    Le problèmes ici c'est qu'on est dans une impasse, car aujourd'hui c'est le reste des contribuables qui financent la caisse des intermittents, largement déficitaire. On ne peut pas continuer de la sorte, d'autant plus qu'on sait que ce régime permet un grand nombre de fraudes. Mais comment réformer sans fragiliser ceux qui sont honnêtes :dunno:?

    Je n'ai entendue aucune proposition de réformes de la part des manifestants, si quelqu'un trouve un article, je suis preneuse :bouquet: !
     
  4. Naphtaline

    Naphtaline
    Expand Collapse
    Keep your head up, keep your heart strong.

    Hmpf.

    Le vrai chiffre du déficit de l'intermittence est estimé à 320 millions d'euros. (À côté de ça, la presse écrite bénéficie de soutiens qui se chiffrent en milliards - je ne dis pas que c'est mal ni qu'il faut cesser, au contraire. Ça me fait juste profondément chier que l'intermittent soit considéré comme une sorte de mouton noir qui cause la ruine de l'état, surtout par des politiciens qui trempent dans de sales histoires de fric - dont les sommes suffiraient à boucher le déficit, tiens tiens- et surtout par des gens qui sont bien au chaud avec leur sécurité de l'emploi et qui n'ont aucune idée de la pénibilité de ces boulots et la précarité subie.)  Il y a pire comme déficit, surtout pour un secteur qui rapporte de l'argent en "contrpartie", puisque la culture contribue à plus de 3% de la richesse nationale, soit plus que l'industrie automobile...

    Plus d'intermittents ? Okay, plus de télé, plus de cinéma, plus de musique, plus de théâtre. Ça va être chouette la vie dites donc !

    (Quand aux fraudeurs, faites moi rire, on s'occupe d'abord de la fraude fiscale, et ensuite on en reparle hein.)

    Source
     
  5. Munze

    Munze
    Expand Collapse
    C'est pas banal ça.

    Je t'arrête tout de suite, je suis également contre la suppression du régime intermittent. Je suis quelqu'un de très attachée à la culture et je suis consciente de la plus-valus (économique et aussi sociale) qu'elle apporte à notre pays. Mais économiquement, il faut faire quelque chose, car même si le déficit est moins important que dans certains autres secteurs, cela reste un déficit qui ne pourra pas se creuser Ad vitam æternam. Et la fraude, souvent plus imposée par les employeurs pour ne pas payer de charges sociales que souhaitée par les intermittents, ne contribue pas à résoudre ce problème.
    Ce qui m'interpelle ici, c'est le fait que les intermittents "semblent" (et je mets ce mot entre crochet car j'avoue ne pas avoir fait d'énormes recherches) ne pas donner de solutions pour palier à ces obstacles.

    Pour finir, je sais que le métiers d'intermittents est loin d'être une sinécure. J'ai entendu dire que seule une minorité gagnait très correctement sa vie grâce à son réseau et que les autres galéraient comme dit dans l'article. Pour moi, il est également temps de se pencher sur cet aspect du problème.
     
  6. Naphtaline

    Naphtaline
    Expand Collapse
    Keep your head up, keep your heart strong.

    Mais... ça n'est pas à eux de les trouver les solutions ! Je ne trouve plus mes sources, mais concrètement, après la crise de 2003, il y a eu une cellule de veille mise en place sur le sujets, il y a des propositions écrites de la part des professionnels visant à reformer le statut, et tout ça n'a absolument pas été pris en compte pour la direction de l'agrément.
    Il y a certainement besoin d'une réforme, mais pas celle-ci, qui va juste creuser davantage les situations de précarité. Les choses se passent dans le mauvais ordre : on réfléchit d'abord à une solution viable et ensuite on réforme, pas l'inverse comme cela est en train de se passer.

    Enfin, l'état ferait mieux de faire marche arrière tout de suite au lieu de s'enfoncer, car si les menaces d'annulations se concrétisent, il va y avoir de sacrés pertes économiques et un gros manque à gagner pour les territoires, et je serais à leur place, j'aimerais pas trop être responsable de ça.
     
  7. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

    Serait-ce le Comité de Suivi de l'Assurance Chômage des Intermittents du spectacle, du cinéma et de l'audiovisuel que tu cherches ?
     
  8. Naphtaline

    Naphtaline
    Expand Collapse
    Keep your head up, keep your heart strong.

    Tout à fait, merci !
     
  9. Munze

    Munze
    Expand Collapse
    C'est pas banal ça.

    En effet, je suis d'accord avec toi, la réforme proposée aujourd'hui est injuste et va surtout touchée ceux qui sont déjà dans une situation précaire. En revanche, je trouve que les intermittents eux-même doivent prendre part aux négociations de cette réforme, car c'est eux qui connaissent le mieux leur métier et qui pour moi sont les plus à même de pointer où sont les problèmes et comment peuvent-ils être résolus. Si tu dis vrai pour 2003 (et j'aurai plutôt tendance à te croire) je trouve cela extrêmement dommage de la part de l'Etat de préférer écouter le MEDEF plutôt que cette commission :goth:.
    Je ne dis pas que la grogne et la grève des intermittents est illégitime, loin de là, je m'interrogeais juste sur le moyen de sortir de ce conflit.

    Edit : Si tu retrouve le lien, envoie-le moi s'il te plaît, ça m’intéresse vraiment :)
     
  10. Naphtaline

    Naphtaline
    Expand Collapse
    Keep your head up, keep your heart strong.

    Cf le poste de Lady Dylan un peu plus haut !

    Il y aurait forcément des professionnels du spectacle volontaires pour contribuer à l'écriture d'une réforme, mais est ce qu'ils seront écoutés, et est ce que l'état approuvera, ce sont plutôt ça, les questions. Quand on voit que ce qu'ils ont écrit n'entre même pas en ligne de compte...
    Pour sortir du conflit, c'est assez "simple" au final : abandonner l'agrément en cours, et commencer un remise à plat du régime dès aujourd'hui en consultation avec les réseaux et professionnels du secteur... on peut rêver.

    (Je crois que ce que me chagrine le plus, c'est que tout ça se passe sous un gouvernement de gauche :goth: )
     
  11. Munze

    Munze
    Expand Collapse
    C'est pas banal ça.

    La question est aujourd'hui, quelle remise à plat :happy: ? Parce que personnellement (avec certes une faible connaissance du contexte) j'ai beau retourné le problème dans tout les sens, je n'arrive pas à une solution satisfaisante qui équilibrerait ou stabiliserait les finances et ne saperait pas la culture :ko:.
    C'est pour ça que je suis curieuse des propositions venant des intermittents, puisque la solution présentée par le gouvernement n'est pas satisfaisante.

    (La gauche est devenue plus libérale que la droite aujourd'hui, quand on voit le pacte de responsabilité et sa proximité non dissimulée avec le MEDEF ça me fait peur)
     
  12. cecelight

    cecelight
    Expand Collapse
    PILOU PILOU

    Tellement entourée de gueulantes de mes collègues, et des a prioris, que je me sens hyper confuse vis à vis de ma propre opinion en tant aspirante intermittente...
     
Chargement...