Question (pas si) con Les jeux vidéo et la violence

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par DovahKinder, le 23 novembre 2015.

  1. DovahKinder

    DovahKinder
    Expand Collapse
    Guest

    Hello. Je suis un grand fan de jeux vidéo depuis ma plus tendre enfance et fervent défenseur de ce loisir face aux attaques qui l'accusent d'influencer les gens à commettre des actes violents.

    L'autre jour, je jouais à Fallout 4, et je regardais un reportage sur les attentats du 13 novembre en même temps.

    Et il est alors arrivé quelque chose de bizarre, j'étais horrifié des tirs et des actes des terroristes tout en prenant un plaisir non dissimulé à arroser un ennemi avec ma mitraillette dans mon jeu.
    Alors vous allez me dire que ça n'a rien à voir et vous aurez sûrement raison. Mais ça m'a perturbé et je me suis posé des questions.

    Pourquoi prend-on plaisir à dégommer des gens dans les jeux vidéo ? Ennemis, oui. Mais prendrait-on plaisir à tirer sur un ennemi dans la réalité ?
    Est-ce que les jeux vidéo peuvent banaliser la violence ? Est-ce malsain ce plaisir qu'on ressent quand on éclate la tête d'un ennemi avec un lance-roquettes dans son jeu ?

    Je viens de voir que plusieurs éditeurs de jeux vidéo ont supprimé leurs publicités après les attentats. Est-ce une bonne chose ?
    Est-ce que finalement on ne mélange pas deux choses totalement différentes, ou est-ce que ça a un lien ? Finalement, que penser de tout ça ?

    Les jeux violents sont-ils à bannir, bien que je sois convaincu que seuls les gens fragiles psychologiquement font l'amalgame jeu/réalité ? Est-ce qu'il n'y aurait pas un enjeu plus discret derrière tout ça ? Ou est-ce que je me fais du souci pour rien ?

    Bref qu'en pensez-vous ?
     
    Lord Griffith, Lumiciole, Muwglyk et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  2. Lumiciole

    Lumiciole
    Expand Collapse

    Je pense que le souci qui se pose facilement avec ce sujet, c'est qu'on a tendance à penser tout noir ou tout blanc. Comme on a longtemps subi les reportages tous plus stigmatisants les uns que les autres et que tout était bon pour taper sur les jeux vidéo (c'est encore vrai mais moins), nous avons souvent eu des réponses qui rejetaient totalement toute forme d'influence par les jeux vidéo. De ce que j'ai pu en lire, la vérité se situe plus entre les deux, c'est-à-dire que ce n'est pas parce qu'on tue des gens dans un jeu qu'on va le faire en vrai, on ne confond pas si facilement le jeu et la réalité, quel que soit notre profil. En revanche, ce qu'il se passe, c'est un phénomène de banalisation, qui existe aussi par la télévision (et dans la vie en général).

    Concrètement, plus on voit quelque chose et moins le cerveau est surpris. Ce qui fait qu'à notre époque, dans un pays comme le nôtre, on puisse être absolument choqué.e par certaines choses, c'est parce qu'elles sont rares ou inexistantes dans notre vie. Par exemple, beaucoup de personnes en France sont bouleversé.es face au meurtre d'un animal, mais c'est beaucoup moins vrai quand on y a été familiarisé, à partir d'un certain degré ça ne fait même plus rien.

    Donc les jeux vidéo violents sont susceptibles de baisser la sensibilité à ce qu'ils représentent. Cela ne donne pas envie de prendre une arme, mais ça peut réduire le sentiment que c'est grave. A quel point, je ne sais pas, à mon avis pas du tout suffisamment pour en venir effectivement à acquérir une arme. Il faut une désensibilisation bien plus forte pour ça et la conviction qu'on a une bonne raison d'attaquer quelqu'un (ce que ne donne pas du tout le jeu vidéo). On peut alors se poser la question de savoir si, sans aller jusqu'à utiliser une arme, un jeu vidéo peut augmenter le recours à la violence de manière générale (hausser le ton, mettre une claque, taper dans un mur, etc). Je dirais qu'en théorie oui, puisqu'il y a une petite désensibilisation. C'est semblable à ce qu'on observe avec les châtiments corporels, en subir, même de façon faible, augmente un petit peu le risque qu'on utilise la violence.
    Cependant, là où les châtiments corporels ne sont que contraintes, les jeux vidéo apportent de la détente, une évacuation de la frustration. Donc je pense que ça compense la désensibilisation et même que ça apporte des bénéfices. Le fait qu'on tue des gens avec des armes dans des jeux ne veut pas dire qu'on a un quelconque attrait pour les armes en particulier ou pour le meurtre, ce n'est qu'un support pour se défouler. C'est vrai dans l'autre sens aussi, ce n'est pas parce que le support n'est pas un champ de guerre réaliste que le cerveau ne fait pas de lien avec la violence IRL. En fait, ça dépend de pourquoi et de comment on joue. J'ai pu observer que les joueur.euses qui râlent beaucoup, dans les MOBA notamment, reproduisent plus facilement ce comportement en dehors du jeu. J'ai connu des gens par exemple qui jouaient beaucoup à LoL et qui étaient du genre à s'enflammer contre les autres joueur.euses dans le jeu. Eh bien petit à petit, iels étaient de plus en plus désagréables et colériques IRL aussi, plus enclin.es à lancer des petites piques méchantes.

    Bref, à mon sens sous-estimer l'impact d'un jeu (ou d'un film) au motif que c'est un divertissement serait une erreur, par contre je ne pense pas que le problème soit important ni qu'il le soit plus que bien d'autres cas dans la vie. Dans le cas des personnes qui attaquent des gens et qui se trouvent avoir joué à des jeux violents, il ne faut pas oublier que les médias citent ça en particulier alors que les personnes faisaient probablement plein d'autres choses dans leur vie. A l'inverse, on ne cite pas toutes les personnes qui ont joué aux mêmes jeux que les criminels et qui n'ont jamais levé la main sur personne.

    Quand bien même il se trouverait qu'une personne violente joue à un jeu violent, il y a clairement des facteurs plus lourds à considérer que le jeu vidéo. Maltraitance, manipulation, environnement malsain... Se concentrer sur le jeu vidéo, ce serait plus se soucier de la compensation que de ce qui a amené à compenser. Un peu comme si on disait : "tel médicament provoque un petit souci, il faut donc arrêter ce médicament même si ce à quoi il aide n'est pas du tout guéri".
     
    Peace&Love&It;3, zeihpos, Shiling et 4 autres ont BigUpé ce message.
  3. Scail

    Scail
    Expand Collapse
    Que le superbe canard de Moldavie améliore tes cheveux avec sa lumière sacrée.

    Tiens je te file l'article paru dans un magazine pour étudiant en psycho (une copine en master me l'avait filé à l'époque) et ça parle du sexisme dans les jeux vidéos et un peu sur la violence aussi, en gros des chercheurs ont cherché (sans déc) si les jeux vidéos sexistes rendent sexistes et si les jeux violents rendent violent
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Lunafey, Lumiciole et DovahKinder ont BigUpé ce message.
  4. Iris Hexa

    Iris Hexa
    Expand Collapse
    Testeuse de matelas, de cookies et de chats

    Personnellement, je trouve ça assez normal que la violence réelle choque alors que la violence virtuelle soit recherchée parfois/par certains.

    Dans un jeu virtuel, on peut faire ce que l'on veut sans déranger qui que ce soit (sauf joueur contre joueur, mais passons). On peut faire les poches d'une ville entière alors que dans la vraie vie, on n'y penserait même pas, on peut voir des scènes de fesses dans un série (Games of Thrones) alors qu'on irait pas épier ses voisins, et ainsi de suite.

    C'est une sorte d'immersion dans l'ambiance du jeu. Bien sur que dans le cadre post apocalyptique de Fall Out, on serait tous enclins à voler et tuer pour survivre, mais le cadre est tellement différent du réel. En vrai, les attentats ont eu lieu dans un pays paisible, ça vient de nul part. Dans Fall Out, on voit ptét 5 scènes crassous dès l'intro, on sait que l'on est pas dans un monde qui se prête à la paix.

    Aborde le soucis d'un autre point de vue : S'il y avait des sabres lasers dans Harry Potter, ça te choquerait probablement (réprime la fangirl de Star Wars qu'il y a en toi s'il y en a une) car ça ne se prête pas vraiment à l'ambiance baguette magique et romance étudiante. Là c'est pareil, la France ne se prête pas à des actes tels que l'on n'en voit (en théorie) que dans les pays engagés dans une guerre sans fin.
     
  5. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    Je suis la seule à ne pas aimer tuer dans mes jeux ? J'y prends aucun plaisir :ninja:
    (D'ailleurs, ça vaut le coup de se poser la question : pourquoi est-ce qu'on prend du plaisir à tuer dans un jeu ? Parce que c'est briser une des plus grandes règles sociales ? Parce que ça évacue les pulsions ? Mais alors pourquoi on ne fait pas des jeux où on aurait d'autres types de violences (viol, inceste, maltraitance d'enfants...) ? Pourquoi le meurtre est distrayant dans un jeu, et pas les autres crimes ?
    (Je trolle pas hein, je me pose des questions sincères :shifty:)

    D'ailleurs, personnellement j'ai toujours beaucoup de mal à tuer des animaux dans les jeux (genre Skyrim), et il me semble qu'il y avait eu des résultats de ce type sur le chien de Fable II, et aussi pour le chien dans Walking dead, et d'autres jeux/fictions de ce type : on a du mal à tuer des animaux dans les jeux, et on souffre quand on les voit mourir, mais on s'en fout/on trouve ça marrant quand c'est des humains (mon copain s'amuse à exploser les jambes des goules dans Fallout pour les voir ramper, mais trouverait ça cruel de le faire à un animal du jeu).
    Doooonc, est-ce qu'on arrive tant que ça à différencier jeu/réalité ? Si c'était le cas, on devrait avoir la même nonchalance ("boarf c'est que des pixels") envers les humains et les animaux de jeux, non ?

    (Je crois qu'il ne faut pas non plus oublier la variable "punition" : c'est facile de se dire qu'on est quelqu'un de gentil et qu'en vrai on ferait de mal à personne. Mais IRL si on tue il y a des conséquences, alors que dans un jeu non. Donc on ne peut pas vraiment comparer notre comportement réel et notre comportement virtuel. Si on était dans un contexte où il n'y aurait aucune conséquence à tuer, est-ce qu'on serait toujours aussi gentil ?)

    Je suis contente de voir une vrai discussion sur le sujet :happy: Je pense aussi que c'est pas tout blanc tout noir, les jeux ne nous rendent pas criminel.les, mais ils ont quand même une influence sur nous (comme tout média), et c'est intéressant de se poser honnêtement la question sur notre propre manière de jouer et sur notre comportement :happy:
     
    Lord Griffith, Peace&Love&It;3, Silure_ et 5 autres ont BigUpé ce message.
  6. AprilMayJune

    AprilMayJune
    Expand Collapse
    C'est assez, dit la baleine

    Je suis d'accord avec @Iris Hexa pour dire que les jeux nous propulsent dans un univers différent, avec ses propres règles et ses propres mécanismes.

    Pour développer son propos, il n'y a pas seulement que l'univers et l'ambiance qui changent. Il y a aussi le fait qu'on nous présente souvent les choses de façon simple et binaire : on a des ennemis qui sont clairement mauvais, que ce soient des zombies, des nazis, des raiders, ou autre, qui n'ont aucune personnalité ou existence (ils sont souvent interchangeables et parfois même identiques), on nous pousse à utiliser la violence pour régler les conflits (non seulement les armes sont omniprésentes dans ce genre de jeux, c'est aussi souvent la seule solution), et on est récompensé-e quand on tue des méchants (à la fois par les points d'expérience et l'or et le détroussage de cadavres, mais aussi, souvent, dans le scénario même du jeu : on apporte la paix dans le monde, on est les gentils). Il y a aussi le fait que la mort n'est pas aussi grave que dans la vie réelle : parfois, voire souvent, on a plusieurs vies, ou alors on ne meurt pas vraiment, et c'est parfois le cas des ennemis aussi qui re-spawnent.

    Certains jeux qui utilisent la violence pour régler les conflits sont même très aseptisés là-dessus : je pense à League of Legends par exemple, où personne ne meurt vraiment, vu qu'on ressuscite un nombre infini de fois avec plusieurs secondes de pénalités, et où il n'y a ni sang ni blessures. Ces jeux-là ont transformé la violence en quelque chose qui n'a rien à voir avec la violence dans le monde réel, et leur équivalent serait plutôt le laser tag ou les combats de pistolets à eau.

    Je me dis que ces jeux jouent sur une tendance naturelle qu'on a à vouloir utiliser la violence pour régler les conflits, et nous présentent un monde où ça marche et où on est dédouané-e de toute "punition" quand on le fait (que ce soit de la culpabilité, ou des conséquences sociales (justice, condamnation, ostracisation, etc)).

    Là où je me pose plus la question, ce sont toutes les quêtes, et tous les jeux où on peut faire partie des "méchants" - c'est quelque chose que je n'ai jamais réussi à faire dans un jeu vidéo (autant pour moi c'est facile d'être "gentil" et d'aller tuer les raiders par douzaines (j'aime beaucoup Fallout) autant, effectivement, taper sur les gentils animaux, les enfants, les villageois sans défense, j'ai beaucoup plus de mal).
     
    Lord Griffith, Peace&Love&It;3, Silure_ et 4 autres ont BigUpé ce message.
  7. Iris Hexa

    Iris Hexa
    Expand Collapse
    Testeuse de matelas, de cookies et de chats

    @Lunafey Pareil, tuer dans les jeux ça me plait pas. Du coup j'ai trouvé des mods dans Skyrim pour que les gens m'aiment si jparle beaucoup avec eux et qu'ils me suivent et se battent à ma place, et j'ai créé un jeu de rôle Pokémon avec un ami qui tourne sur tout l'univers, pas juste sur les combats, et du coup les joueuses (c'est des madz ! ^^) préfèrent faire d'autres trucs plutôt que les combats, c'est trop top :3
     
    Peace&Love&It;3, Nastja, Babitty Lapina et 2 autres ont BigUpé ce message.
  8. MaudG

    MaudG
    Expand Collapse
    Guest

    Bonjour bonjour,
    Sur ce sujet, il y a Yann Leroux qui en a parlé sur son blog Psy&Geek (article ici )
    Il explique que les comportements violents ne sont pas dus au jeu en lui-même, mais à la communauté dont fait parti le joueur.
    Si les questions croisées entre psychologie et numérique vous intéressent, je vous conseille ce blog qui est vraiment sympa et pédagogique !
     
  9. zeihpos

    zeihpos
    Expand Collapse
    à la recherche du temps perdu !

    Questions et réponses très intéressantes je trouve.

    Pour revenir au fait de tuer des animaux, qui choque plus que de tuer des être humains, je pense que la compassion vient entre autre de l'idée d'innocence qu'on s'en fait. Entre devoir tuer un animal (comme cité plus haut le chien de TWD, ça m'a brisé le coeur) à priori sympathique et un vraiment pas "gentil" par contre, comme un grizzli qui essaye allègrement de te manger, je pense qu'il y a déjà moins cette idée de compassion, non ? (mais dans tous les univers, fictifs ou réel, la mort d'un animal me brise toujours le coeur).

    Bah perso c'est pareil avec les humains, si le jeu me donne une raison ou une récompense au meurtre d'un autre personnage, je vais pas être peinée, au contraire je vais prendre un plaisir cathartique à le dégommer. Mais certains jeux soulèvent la question du meurtre, presque posent directement la question au joueur du "est-ce que tu dois vraiment le/la tuer ?", et là, si meurtre il y a, la sensation est différente, elle peut-être culpabilisante. (Telltales est assez fort pour ça je trouve, même dans un monde de violence comme twd) D'ailleurs il paraît que le jeu Undertale est vraiment intéressant là dessus, je l'ai pas essayé mais c'est un rpg qui peut être pacifique. Alors que dans un fps, c'est un monde de violence, tout l’intérêt est dans cette violence, on y joue parce que c'est un fps, en ayant connaissance que le but, c'est quand même de tuer des gens, et du coup c'est rigolo, parce qu'on peut se défouler, se permettre de faire ce qu'on imaginerait jamais faire dans la vraie vie, parce que notre conscience et notre morale nous l'empêcherait. (et parce qu'on a pas de raisons particulières de le faire, enfin j'espère pour vous).

    Pour moi les images qu'on voit aux infos banalisent et désensibilisent beaucoup plus à la violence que les jeux-vidéos. Ce qui y est montré est vrai, mais on y est confronté à tous les jt, et on nous demande pas de réfléchir ou de nous impliquer sur le sujet, on subit des vagues d'informations entre les anges de la télé-réalité et Dexter. On est passifs face à la violence, dans le jeu, on est actifs, notre cerveau est plus sollicité je dirais, même si le jeu nous demande de participer à cette violence, il nous montre qu'on est dans un monde fictif, et il ne nous dit pas que c'est normal d'être violent. Quand on arrête sa partie de jeu, on sait que ce n'était pas réel, quand on voit les infos, on a presque tendance à oublier que ça l'est (à part grands événements particuliers qui viennent choquer notre vision du quotidien comme les attentats. Par contre les morts en Syrie ça va, on est habitué depuis que les infos existent (je généralise mais voilà)).

    Pour conclure ce message très confus, voilà deux liens vidéos (anglophones par contre) vers les react de finebrothers, qui résument un peu mon avis sur le ressenti du joueur vis à vis de la violence, avec quelques petits commentaires :

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Déso je me rends compte que mon message est peut-être un peu confus, je sors ça en vrac, à l'occasion je le modifierai peut-être. Maintenant que tout est dit, je vais dézinguer des méchants sur Borderlands : The Presequel :B.
     
  10. v4dor

    v4dor
    Expand Collapse

    Hello, j'apporte ma modeste pierre à la discussion :o

    Personnellement je suis de ceux qui n'aime pas le conflit. J'ai tendance à chercher à l'eviter.
    Je jouais très très régulièrement jusqu'à il y a quelques années (je joue beaucoup moins en post-bac T.T. J'ai eu des phases mmo, rpg, platforme, etc... mais aussi à pas mal de fps. En effet tirer dans la tete d'un joueur adverse ne gène pas personnellement. Par contre j'ai beaucoup plus de mal devant un IA XD meme en fps.
    Je n'aime juste pas l'idée de supprimer un truc. Bon certain diront que j'abuse un peu quand meme si je raconte que ca m'embete de faire alt-F4 parce que je trouve ca violent pour le programme XD.

    Tout ca pour dire que je pense que l'approche de la violence (verbale ou physque) dans les jeux video dépend surtout du "credit" que tu accordes avec ce que tu interagis.
    Typiquement l'ennemie dans un fps bien hargneux va pas avoir beaucoup de credit tandis qu'une IA qui a été concue pour suscité de la compassion va en avoir beaucoup plus à tes yeux.
    La question devient donc est-ce que les jeux video influent sur la vision du monde ?
    Parcours scientifique n'aidant pas je dirais qu'ils ont statistiquement un impacte non nul. Le tout devient alors de savoir si il "pèse".
    Concrètement je suis complètement d'accord. Comme @zeihpos le développe, je pense que c'est la redondance qui est la source de désensibilisation. Or Les jeux vidéos offrent un panel d’expériences immenses, vous saisissez la suite.
    Pour le coup l'avancé du réalisme dans les fps risquerait d'aggraver les choses. Imaginons une nouvelle mode où le pitch serait le citoyen lambda qui est amené à massacrer des gens dans la rue. Je pense pas que ca aiderait là.
     
    Peace&Love&It;3, Lumiciole, AprilMayJune et 2 autres ont BigUpé ce message.
  11. Shelly Hearse

    Shelly Hearse
    Expand Collapse
    Pee-wee Herman is my man!

    Perso, je joue surtout a des jeux de platforme (parce que c'est choupi et coloré) ou a des point-and-click ( "Dropsy!" <3) , mais très rarement a des jeux vraiment violent, car:
    - j'ai un rapport très négatif aux corps (séjour a l’hôpital, tout ça...) et devoir charcuter un individu (même fictif) me met mal a l'aise
    - C'est trop réaliste.
    - Les scénarios poncif : armée/zombies/post-apo, etc... (vous m'direz que les platformes sont pas mal stéréotypés aussi! :P)

    Après oui, il peut m'arriver de jouer a des jeux de tirs, mais uniquement lorsqu'ils sont ''parodiques'' ou que les graphismes sont ultra-cartoonesques, de sorte qu'il soit impossible de les prendre au sérieux (genre Random Heroes) . (tout comme j'aime les ''comédies horrifiques'' a base de bestioles ridicules.)

    Ce n'est qu'un petit avis! ^^
     
    #11 Shelly Hearse, 6 décembre 2015
    Dernière édition: 7 décembre 2015
  12. v4dor

    v4dor
    Expand Collapse

    Plus pour les paroles que pour la forme :

    :unicorn::troll:
     
    DovahKinder a BigUpé ce message
Chargement...