Les Madmoizelles scientifiques

Sujet dans 'Sciences, Nature et Ecologie' lancé par MaggyWI, le 2 février 2017.

  1. Mainlinh

    Mainlinh
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    @globonome C'est ce qui est dommage au lycée, ce que tu vois de la chimie est très réduit (bon, en même temps tout le monde se destine pas à être chimiste non plus). Même en prépa, ça ouvre un peu mais c'est pas encore ça. D'un autre coté ma chimie de thèse, j'avais aucune idée de comment ça marchait même pendant ma dernière année d'école d'ingé. :yawn:

    Un autre conseil que j'aimerais donner, de manière générale a tous... :lunette: Je sais que c'est tendu quand on est pas loin dans les études d'avoir une vision sur l'après, mais c'est bien d'essayer de savoir si le secteur qu'on vise est bouché ou non... et de se garder des portes de sortie ! Ça vaut pour tous les domaines.

    Initialement je suis entrée dans mon école pour la filière chimie organique - pharmacie et molécules naturelles. Sauf que j'ai senti le vent tourner entre temps : ce secteur est bouuuuché (du coup je suis partie en matériaux, ça des matériaux t'en trouvera toujours). D'ailleurs ils sont entrain de refondre la filière organique, on l'appelait la filière chômage :rolleyes:. Parmi ceux qui ont persévéré je n'en connais pas un seul qui fait réellement de la chimie organique qui ne soit pas du procédé ou de la qualité ou de l'analyse (en gros ils ont tous bifurqués). Ceux qui ont fait une thèse dans le domaine courent le risque d'être trop diplômés dans un secteur coincé.
     
    globonome a BigUpé ce message
  2. Zébul'

    Zébul'
    Expand Collapse
    Apéro !

    Thèse en épigénétique/cancérologie ici :hello:

    @Mainlinh Je pense que c'est à nuancer cette histoire de débouchés. Je m'explique : oui, c'est rageant de faire des étude dans un domaine pour finalement faire autre chose, mais en même temps je trouve ça dommage de ne pas faire quelque chose qui nous plait vraiment à cause des débouchés.
    Par exemple depuis le lycée on me dit "il faut pas aller en bio, c'est bouché". Mais comme c'est ce que je voulais vraiment faire, j'y suis quand même allée et finalement quand je regarde autour de moi c'est pas si bouché que ça. Alors effectivement, tu trouves pas un CDI 2 mois après ton diplôme, mais finalement tu restes pas tant que ça au chômage.

    Pour résumer, je pense qu'il faut choisir un truc qui nous plait vraiment, puisque je pense qu'on arrivera toujours à s'en sortir. Par contre, quand on veut prendre une filière "bouchée" bien se renseigner de ce que ça implique, et jauger sa motivation (par exemple dans la recherche médicale publique : enchainement de CDD (souvent longs), difficultés à être titularisé-e, pas de stabilité sur le long terme (18 mois max en général))
     
    Balsamique, Allitché, Smilyylang et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Mainlinh

    Mainlinh
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    @Zébul' Ha oui je suis tout à fait d'accord avec toi, j'aurai du plus nuancer. :fleur:
    Une filière cest trop large pour dire que c'est bouché. On pmtt pas dire "les maths cest bouche" ou "la bio cest bouche" mais plus "les ingénieurs ou docteurs en chimie organique industrielle cest bouche"
    Dans le cas de mon école, le premier emplois était décroché en moyenne 3 mois après diplôme, tout confondu. Ceux de cette filière pouvaient passer 6-8 mois voir un an au chômage. Ce qui est trop long pour un premier emplois, après les recruteurs sont méfiant. Et la quasi totalité se sont reconverti. J'en connais 2 qui ont fait des superbes thèses, port-doc a l'étranger.. et un ça fait 2 ans de chômage la.
    Sachant que j'avais un gros prêt étudiant aux fesses, j'ai choisi de ne pas m'engager dans une difficulté supplémentaire.:)
     
    Zébul', Smilyylang et MaggyWI ont BigUpé ce message.
  4. Smilyylang

    Smilyylang
    Expand Collapse

    Merci @Mainlinh et @Zébul' C'est vraiment intéressant de vous lire. Je suis d'accord pour dire qu'il faut faire très attention aux filières post-bac que vous choisissez. Le mieux c'est sans doute de poser la question à des personnes qui font le métier de vos rêves pour savoir par ou ils sont passés et quelles sont les difficultés qu'ils ont traversées. Sinon, vous allez tous finir dans l'informatique... lol C'est une blague à moitié vraie: j'ai croisé beaucoup de chimistes et de biologistes qui se retrouvent à travailler sur les bases de données et les tests de logiciels, des bac+5 comme des bac+8. Certaines sociétés en informatique, ne trouvant pas assez de diplômés en informatique embauchent tous les bac+5 scientifiques. Et je sens que ce n'est pas facile à vivre tous les jours pour des passionnés qui se rêvaient ailleurs.
     
    Allitché, Allons-y, Zébul' et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  5. pitikoala

    pitikoala
    Expand Collapse

    @globonome
    Team chimie ici aussi ! :hello:
    J'ai fait une prépa PCSI/PC puis intégré une bonne Ecole d'ingénieur en chimie. J'ai déjà fait deux ans, en ce moment je fais une année de césure pour découvrir un peu le monde du travail, je bosse en R&D dans le développement de cosmétiques. L'année prochaine je compte me spécialiser en cosmétiques aussi !
    C'est un secteur où il faut beaucoup de réseau pour se faire une place car tout le monde se connaît. Mais j'aime la part de créativité de ce domaine et le fait que ce ne soit pas de la chimie "pure et dure" comme l'orga. D'ailleurs on me dit parfois que je fais de la cuisine :rire:
    Au départ je voulais bosser dans l'orga ou la cosmétique mais quand on m'a gentiment expliqué qu'en orga il fallait obligatoirement faire une these pour trouver du boulot, mon choix a été vite fait ! ( j'ai rien contre les thèses hein mais je me voyais pas "étudier" 3 ans de plus )
     
    Jucie, globonome et Mainlinh ont BigUpé ce message.
  6. Allitché

    Allitché
    Expand Collapse
    C'est juste que c'est pas juste quoi.

    Un conseil général: la science, surtout les sciences naturelles de base, qui sont plus tournées recherche, ça assure pas un métier, il faut être réaliste. Par contre, si vous êtes soutenu.e financièrement dans vos études, bah je vous dirais de vous faire plaisir, quitte à vous spécialiser très tard. Je sais que ce conseil est moins valable pour les ingénieur.e.s, quoiqu'encore, mais comme l'a mentionné @Smilyylang il est probable que si vous ne trouvez pas de métiers scientifiques, vous finissiez dans une autre branche qui se base sur vos capacités analytiques (finance, banque,économie, assurances, monde info...), mais si vous êtes motivées et flexibles, ce sera toujours possible. Par contre, ce sera plus difficile de rentrer dans les sciences par hobby si vous voulez vraiment aller jusqu'au bout du sujet. Perso c'est en faisant les exas et tout que j'ai commencé à assimiler les concepts et l'intuition physique. Et sans ces "sentiments" de base, c'est dur de construire le reste par-dessus. Cela ne veut pas dire qu'on se rappelle de tout, mais disons qu'une fois qu'on a des briques, c'est plus facile de jouer avec celles-ci ou de les colmater que d'en reconstuire tout le temps et qu'une ou deux à la fois. Bref si vous voulez faire de la science, c'est agréable si on peut en profiter jeune.

    @globonome jusqu'à quel point tu veux savoir comment la matière interagit? C'est une question sérieuse parce que la chimie c'est à un niveau de complexité (en tant que système) plus élevé que la physique parce qu'on regarde à une échelle plus grosse (bien que je caricature vachement le propos). Dans l'autre sens, la physique est plus fondamentale parce que tu vas aller jusqu'aux particules, par contre c'est pas du tout les mêmes outils et métho derrière (particulièrement pour comprendre la physique des particules, il faut passer par des théories qui sont quand même vachement plus abstraites et maths dures que d'autres domaines de la physique, plus intuitives. Je le sais parce que j'ai adoré étudié le modèle standard mais j'ai pas voulu faire de la recherche dedans, je me suis tournée vers des domaines plus intuitifs dont notamment l'astrophysique.).
    Sinon une madz avait parlé de Science ou Nature, c'est vrai que c'est un public scientifique généraliste, par contre ça reste des articles types recherches donc ça peut être un peu hard comme intro, et t'as peut-être pas envie de lire les détails de tous les modèles scientifiques des gens. Il y a des magasines plus types vulgarisation comme Pour la science ou Scientific Americain (en fait c'est le titre originel et Pour la Science est le pendant français, avec des articles de chercheurs français) qui sont très bien faits pour avoir une vue plus globale des problèmes de science. Regarde par exemple à la biblio si tu en trouves, moi j'avais dans mon lycée :d
     
    Anableps, Lysine_, globonome et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. Mainlinh

    Mainlinh
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    @Allitché C'est super intéressant ce que tu dis ! :jv:
    Personnellement je vois plus la chimie comme un bac de légo... plein de légo que tu "peux" assembler pour donner une utilité, une forme, une structure. J'ai l'impression d'en apprendre tous les jours dans ce domaine, c'est aussi ça que j'adore.
    Effectivement ceux qui sont intéressés, foncez sur les magazines scientifiques. Ou laissez-vous porter dans le rayon science des tabac-presse pour voir les différents magazines ou les hors-séries.

    Ha oui et je conseille vivement les conférences TED pour ceux qui ne connaissent pas ! Il en existe dans tous les domaines, depuis les sciences, l'économie, l'art, la littérature... la plupart sont sous-titrée ou simples à comprendre. :supermad:
    Ma préférée ici "where are the baby dinosaurs ?" : Hein, oui ? Pourquoi on a jamais "trouvé" de squelette de bébé ou de jeunes T-rex alors que on a des squelettes d'adultes dans tous les musés du globe.
     
    Smilyylang et Allons-y ont BigUpé.
  8. Smilyylang

    Smilyylang
    Expand Collapse

    En ce moment, je travaille sur un sujet qui me parait très vaste et particulier. Il s'agit de l'informatique quantique. C'est une des branches de la mécanique quantique. J'ai mis tellement de temps à comprendre comment fonctionne un qbit et en quoi il est si utile dans la parallélisassions des calculs. C'était vraiment utile pour moi de regarder les vidéos de "science étonnante" sur l'intrication quantique et les 7 caractéristiques de la mécanique quantique. Je trouve ses vidéos très accessibles. Vous connaissez ? Du coup, après avoir compris les principes de la multiplication, j'attaque les principes de la cryptographie quantique. Et vous les filles, vous travaillez sur quels sujets en ce moment ?
     
    Eternity- et Mainlinh ont BigUpé.
  9. Aleia

    Aleia
    Expand Collapse
    Il faut laisser le temps aux blessures. Un jour elles se mettent à parler

    @Mainlinh
    Pour reprendre se dont tu parlais avec les portes de sortie j'ai l'impression que justement je me suis enfermer dans cette optique et que maintenant j'ai trop peur de me diriger!
    Je m'explique je suis en Master 1 de chimie biologie j'ai fais une licence de Biochimie et donc je suis entré chimie et Biologie depuis le début mais du coup j'ai du mal à trouver précisément une perspective d'avenir et maintenant que je dois choisir un m2 je n'arrive pas à franchir le pas de me "spécialiser" dans un domaine de peur de me fermer trop de porte
     
  10. Mainlinh

    Mainlinh
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    @Smilyylang J'ai jamais rien compris en mécanique quantique. J'ai essayé hein, mais ça me traverse comme du vent. :yawn: Je comprends que le stade de la chimie quantique, et encore.
    Le plus perturbant pour moi c'est la notion d'échelle. Pourquoi il y a une échelle ou la mécanique "classique" semble bien expliquer le monde, et pourquoi il y a d'un coup une échelle ou on passe en quantique.
    Est-ce qu'il y a une transition en classique et quantique ? Est-ce que du coup à l'infiniment grand il y a une autre mécanique ? Est-ce que au final la mécanique classique est genre une sous-partie de la quantique ?
    Et pourquoi le fait de mesurer "force" l'état d'une particule... d'où ils sont "perturbés par la mesure", c'est quelque chose d'on observe ou qu'on admet ? Et pourquoiiiiii la particule elle a une probabilité de présence... elle aime pas le quartier, ça se passe comment ? :cretin:
    Trop de questions, faut que j'regarde ces vidéos.

    @Aleia Chimie-Bio est un domaine très large et je suis certaine que tu trouvera ton bonheur. Comme disait une madz plus haut si tu est battante et motivée tout se passera bien, il faut simplement savoir à quoi s'en tenir pour éviter les mauvaises surprises. :fleur:
    Ce que je pourrais te donner comme conseil c'est de trouver des gens de ces masters, ou des gens qui sont passés par la, voir de parler avec des profs. Coté université je ne sais pas trop à quel point c'est aisé de faire ça mais ça donne une idée d'avoir des témoignages. J'ai une amie d'enfance qui est passé par la bio (prépa) et qui est ingénieure dans le bio-médical actuellement. Je sais pas si ça correspond trop mais si tu veux son contact ya pas de souci.
    Ensuite, je te conseille de regarder les offres d'emplois, au calme, pour te faire une idée. En sachant que normalement la période "haute" est plus en début d'année scolaire. Personnellement j'ai eu peur de me sur-spécialiser en faisant une thèse (et donc d’être trop chère à employer et donc pas trouver de taff &co) donc je suis tout simplement aller voir les sites d'annonce (indeed, keljob, apec, sites des boites de mon secteur...) et j'ai regardé ce que demandaient les offres qui me plaisaient, combien il y en a, ou est-ce qu'il y en a... sur une matinée j'ai été fixée et rassurée, ce que je voulais demande un doctorat et il y a "plein" de possibilité d'embauche. :)
    Enfin, de temps à autre dans les BU dans la section magasine il y a des revue professionnelle sur l'insertion. J'ai mangé le nom mais je sais que j'en ai parcouru certaines quand j'étais en école d'ingé, ça existe. Dedans tu as des dossiers sur les métiers et des témoignages et des tas de chiffres souvent sur les secteurs qui embauchent ou pas.
     
    Allitché, Allons-y et Aleia ont BigUpé ce message.
  11. Smilyylang

    Smilyylang
    Expand Collapse

    @Mainlinh Ce n'est pas l'échelle qui détermine les phénomènes quantiques, c'est les phénomènes quantiques qui ont aboutis à une séparation entre l'échelle quantique (niveau atomique) et l'échelle classique. Il y a plusieurs raisons à cela: certains phénomènes physique ne s'expliquaient pas avec la physique classique ( genre le rayonnement des corps noirs... ok c'est pas simple) mais aussi l'instabilité des processeurs à force de les miniaturiser. (un processeur pour un ordinateur c'est un peu comme un moteur pour une voiture). Avec les avancées technologiques, ils ont fabriqués des processeurs de plus en plus petit, jusqu'au jour le processeur n'a plus fonctionné comme ils l'avaient prévu. C'est là qu'ils se sont aperçu des phénomènes quantiques. Pour un processeur gravé sur du 14 nanomètre, les premiers effets se font sentir et à partir de 8 nanomètres, on passe à la mécanique quantique: il y a donc une forme de transition.
    Pour ce qui est de l'étude de l'infiniment grand, je penche pour l'astronomie.

    Enfin, tu parles de Qbit je penses quand tu parles de mesure forcée et du phénomène de superposition (probabilité de présence). Les qbits pour un processeur c'est comme les chevaux pour un moteur, plus t'en a et plus c'est puissant.

    Le Qbit contient une répartition statistique des valeurs 0 et 1 : Par exemple 20% de 0 et 80% de 1
    L'impact c'est quand tu as un processeurs à 2 qbit, tu peux envoyer 4 valeurs en même temps: 00, 01, 10, 11 (en vrai ça représente les chiffres 0, 1, 2, 3)
    Alors qu'en informatique classique, avec un processeur à 2 bits, tu n'envoie qu'une seule valeur à la fois.00 ou 01 ou 10 ou 11 (en vrai ca veut dire 0 ou 1 ou 2 ou 3)
    Donc quand tu reçois un message quantique à 2 qbit avec 20% de 0 et 80% 1 pour les 2, tu as donc
    4% de chance d'obtenir 00
    16% de chance d'obtenir 01
    16% de chance d'obtenir 10
    64% de chance d'obtenir 11
    C'est des maths, c'est simple.
    Donc quand tu lis le message tu peux tomber sur l'une des 4 valeurs. Et c'est à force de lire le message plusieurs fois que tu fini par tomber sur les répartitions statistiques au-dessus. (Science étonnante en parle très bien dans la vidéo sur l'intrication quantique)
    Après je ne te cache pas que c'est très complexe de créer un qbit et de lui faire porter un message défini, qui reste stable. L'instabilité c'est le gros problème des systèmes quantiques.

    J'espère que je suis restée simple sur les explications. N'hésite pas à me poser des questions.
     
    #35 Smilyylang, 13 mars 2017
    Dernière édition: 13 mars 2017
    Anableps et BoxxyBabee ont BigUpé.
  12. Eternity-

    Eternity-
    Expand Collapse
    J'ai le cœur qui invente des souvenirs

    Hello tout le monde :hello:
    Je viens de découvrir ce topic :happy: Je m'incruste! Je suis en master d’Écologie, Gestion de la Biodiversité plus particulièrement. Mon domaine de prédilection c'est donc l'écologie (sans dec? :cretin:) et j'aime bien étudier tout ce qui impacte les espèces animales, la biodiversité et les écosystèmes. Le thème qui m'intéresse particulièrement c'est la fragmentation (de cause anthropique) des habitats naturels. En ce moment je fais mon stage sur l'impact des routes sur les amphibiens.
    :fleur:
     
    Allitché, Mainlinh et Helcion ont BigUpé ce message.
Chargement...