Les mannequins « sans cervelle » et autres idées reçues bien relou

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mary-Astrid, le 21 juillet 2014.

  1. Mary-Astrid

    Mary-Astrid
    Expand Collapse

  2. leass

    leass
    Expand Collapse
    Je ne mords pas. Promis Guest

    Tellement vrai... quand j'ai dis à ma prof d'option musique qu'un mercredi j'allais rater l'atelier soliste parce que j'allais à un casting d'Elite Model sur Paris elle m'a demandé si je comptais faire quelque chose l'an prochain.... :facepalm: bien méprisante et tout.

    L'an prochain je suis en bicus ScPo Paris- Sorbonne Philosophie :lunette: Je pense donc avoir un cerveau qui fonctionne pas trop mal hein.
     
  3. N4nn

    N4nn
    Expand Collapse

    Je pense que tous ces préjugés viennent d'une forme de jalousie :

    Alors que la française lambda ne peut s'empêcher de penser qu'elle est une grosse vache avec son 40 et que c'est une naine avec son mètre 65 ( sans songer aux nanas comme moi qui font 1m50 :lol: ) en feuilletant son magazine de mode, il lui serrait insupportable de penser que cette fille à la taille et aux mensurations "parfaite" puisse en plus faire des études de médecine et être une fille adorable.

    Déjà qu'on est bombardé par des dictats de beauté souvent inaccessible, il est difficilement acceptable que celles qui les atteignent ne soit pas des greluches sans cervelle et qui vont mourir à 25 ans d'une overdose ( comme on se rassure que la première de la classe qui pleurs parce qu'elle n'a eu que 18/20 sera pucelle jusqu'à ses 45 ans).

    Après je pense que beaucoup de série travaillent contre ça, rien que top model USA par exemple, les décérébrée y sont plus que rare et souvent leurs parcours scolaire laissent rêveur ( bien que de longue étude n'ont JAMAIS été un signe d'intelligence, on peut-être en médecine et être bête comme ses pieds comme avoir arrêté l'école après le brevet et posséder une intelligence rare)
     
  4. MsOriginalDoll

    MsOriginalDoll
    Expand Collapse
    Originalement vôtre !

    Parfois, je pense qu'il est bon de remettre les choses en ordre. On a tendance (je dis "on" pour généraliser hein ;)) à trop juger en fonction de ce que l'on voit et de la jalousie de certaines personnes. Personnellement, je vois l'univers de la mode comme un domaine artistique particulièrement intéressant. De plus, des agences recrutent désormais des personnes dont le physique est hors-norme en comparaison de celle du mannequinat "traditionnel" (Agence Uglies Models entre autre) et secundo, oui, les mannequins en ont dans la cervelle : c'est pas Lily Cole, la mannequin rousse qui est ressorti diplômé d'une université prestigieuse. Oui, j'crois bien alors voilà... Et bim comme dirait certains ;)
     
  5. .Malta.

    .Malta.
    Expand Collapse

    C'est dingue (et je vais sûrement passer pour la grande naïve de service) mais je n'imaginais vraiment pas que les mannequins sont encore confronté(e)s au cliché "Oh, il/elle est mannequin, donc sans cervelle". Je n'arrive pas à comprendre ce raisonnement en fait, vu que je ne vois pas en quoi l'un impliquerait l'autre.

    Autre truc qui me hérisse le poil c'est la conclusion "elle ne parle pas donc elle est idiote et n'a aucune culture". :goth: Jugement qui d'ailleurs ne se limite pas aux mannequins, enfin je parle selon quelques expériences personnelles :vieux:. Et ça m'éneeeerve qu'on puisse penser que parce qu'une personne est discrète, ou parce qu'elle n'étale pas sa culture, eh bien c'est qu'elle n'en a pas.

    En tout cas, merci pour cet article très intéressant ! Et bon courage à toutes les madz confrontées à ces préjugés.
     
  6. Macha24

    Macha24
    Expand Collapse

    " La drogue est présente dans le monde de la mode, comme dans d’autres domaines (la publicité, la communication) "

    heu mais ça sert à quoi de faire un article sur les préjugés en faisant référence à un autre préjugé d'un milieu professionnel différent…

    Je travaille dans la communication et je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui se drogue. Je suis désolée mais je n'ai pas pu aller au bout de l'article en lisant ça.

    Donc dans les idées reçues bien relou je rajoute : travailler dans la publicité et/ou dans la communication, ce n'est pas vivre (forcément) dans un roman de Beigbeder.
     
  7. Tankli

    Tankli
    Expand Collapse
    Punk bunny

    Non mais j'pense pas qu'il faut le prendre comme ça ! Elle dit qu'il y a de la drogue dans le domaine de la mode, comme il y en a dans d'autres domaines, c'est juste qu'elle a choisi la com mais ça aurait pu être le cinéma, la politique, peu importe ! Puisque de toute façon ensuite elle dit que c'est un cliché et que si on va par là il y a des gens qui se droguent peu importe le milieu dans lequel ils travaillent ! En démontant le stéréotype des mannequins drogués elle démonte aussi le stéréotype des Beigbeder et compagnie.
    Enfin je sais pas, moi je le vois comme ça... :shifty:
     
  8. agapanthe7

    agapanthe7
    Expand Collapse
    Truffaldienne

    Coucou,

    je ne rebondis pas sur ta première anecdote, car j'approuve, ta prof est une gougnafière.

    Mais ta dernière phrase me fait penser à une idée reçue relou...depuis quand la Sorbonne est une "grande" fac? Les gens précisent leur fac uniquement quand ils sont à Paris, du coup j'ai demandé à ceux qui ont été  à Paris la différence entre une fac parisienne et provinciale, et on me dit qu'il n'y a pas de différence, hormis le nom(comme une "marque" quoi). l'excellence n'y est pas plus présente qu'a Toulouse ou Lille.

    D'où vient ce cliché?

    (Cela est dit sans animosité envers toi hein, ta dernière phrase m'a simplement fait penser à cette idée reçue.)
     
  9. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Après avoir lu "Beauté Fatale" de Mona Chollet, je suis très critique sur l'industrie de la mode et surtout les mannequins.

    Pas les filles hein, clairement l'article a bien raison de démonter les clichés etc., mais je trouve que tous les articles sur le mannequinat qu'on a eu récemment ne montrent pas assez la difficulté et la souffrance rencontrées par les femmes qui font ce métier.

    Notamment tout ce qui touche au harcèlement sexuel, à la pression sur le corps etc. Tout ce qui ramène la mannequin à l'objet de cintre, au point d'en oublier son humanité.

    Bref.
     
  10. Tankli

    Tankli
    Expand Collapse
    Punk bunny

    Tiens oui, ce serait super top un article sur le mannequinat de haute couture !
    Grâce aux articles (géniaux d'ailleurs) de Mary-Astrid, on a pu voir comment ça se passait pour les mannequins qui comme elle font surtout des publicités, mais qu'en est-il des filles qui défilent pour les grandes marques ? Ce serait extra si on pouvait trouver des témoignages de ce côté là, les difficultés rencontrées ne doivent pas être les mêmes, ce serait bien de voir si effectivement il y a une objectification plus ou moins grande, etc.
     
  11. MinetteA

    MinetteA
    Expand Collapse
    Miaou.

    “I didn’t mind being thought of as dumb. I knew I wasn’t.” – Marilyn Monroe
    ;)
     
  12. leass

    leass
    Expand Collapse
    Je ne mords pas. Promis Guest

    :halp:Heu..... c'est seulement le nom de mon cursus en fait.... Il est à la Sorbonne. C'est un partenariat entre deux école, avec un nom à rallonge. ScPo Paris- Université Paris Sorbone IV

    je sais pas si ça compte mais concernant les IEP, Paris a plus de prestige parce c'est pas les mêmes intervenants que l'on arrive à faire venir. Les maîtres de conférence sont un peu snobs alors ils aiment pas sortir de leur ville... c'est pour ça qu'on précise. 'Fin c'est ce qu'on m'a donné comme explication au prestige parisien
    Mais même si j'aime pas trop être prise en faute, tu as parfaitement raison, j'avais jamais fais attention mais je suis engluée dans un cliché là :dunno:
     
Chargement...