Les médias, les femmes et leur estime d'elles-mêmes

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Virginie, le 21 janvier 2014.

  1. Virginie

    Virginie
    Expand Collapse

  2. DestyNova_

    DestyNova_
    Expand Collapse
    Monde de Merde.

    J'ai l'impression qu'on fait que ça de tirer la sonnette d'alarme :sad: Pourtant l'image de la femme se dégrade de plus en plus, les histoires de viol vont de plus en plus loin et les coupables agissent en toute impunité (photos diffusées sur leur propres facebook), les insultes sexistes ont aussi augmenté. Je ne comprends pas jusqu'à quand ça va continuer comme ça.
     
    Kand'x a BigUpé ce message
  3. psy_clo_delik

    psy_clo_delik
    Expand Collapse

    Amour sur elle <3
     
  4. Firstnamelastname

    Firstnamelastname
    Expand Collapse

    Au contraire Augustinee, je trouve que tout n'est pas tout noir ! Comme le prouve l'article sur American Eagle qui arrête de retoucher ses modèles, par exemple, il y a du progrès, les gens prennent conscience petit à petit que le corps de la femme de ressemble pas à un robot sans pores ni rides. Alors certes cette vidéo n'annonce rien de nouveau, mais s'il y avait autant de vidéos comme celle-là que de pubs surréalistes, peut être que les idéaux de beauté commenceraient à s'inverser ?

    Je suis d'accord qu'il n'y a pas encore assez de diversité dans les médias, mais je ne pense pas être naïve en espérant que cela change et que chacun y trouve son compte un jour.

    Par contre ta dernière remarque me fait un peu sourire, les hommes sont aussi soumis à des idéaux de beauté particuliers. Ok il y a plus de diversité dans les idéaux masculins, mais il n'en reste pas moins que chacun veut ce qu'il n'a pas et que les pubs sont faites pour créer cette envie.
     
  5. Poptarts

    Poptarts
    Expand Collapse
    Cracra Stardust

    Est ce que quelqu'un sait si ces documentaires et vidéos de Mediaed.com sont disponibles en visionnage gratos quelque part ?
    Ils ont vraiment l'air de faire des reportages intéressants !
     
  6. velvetandchampagne

    velvetandchampagne
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Je ne sais pas si ça a grand rapport mais cette année en anglais, j'ai vécu une mini révolte intérieure. En fait, non. Pas mini du tout.

    On parlait des désordres alimentaires et tout ce que les gens disaient (la prof y compris), c'est qu'il fallait baisser le prix du bio pour que les gens mangent plus sainement, interdire les fast food, mettre le sport obligatoire l'après-midi à l'école, etc.
    Mais il n'y a pas que l'obésité qui est un désordre alimentaire, si ? Aurait-on oublié tout d'un coup l'anorexie et la boulimie, entre autres ? Si les pubs et les magazines en tout genre ne nous renvoyaient pas à notre corps imparfait (ce qui est absolument normal, notre corps ne sera jamais aussi reluisant et ferme que sur les pubs), on ne ferait pas déjà une énoooorme avancée ? Enfin, bon.
     
  7. marion-perso

    marion-perso
    Expand Collapse
    Mieux vaut être une vieille moche tatouée, qu'une vieille moche tout court.

    Je fais des études de communication et j'adore ça mais je suis consciente de l'impact véritablement vicieux que peut avoir la publicité sur les comportements. Et ma part de féminisme haït profondément les pubs véhiculant la femme-objet. Je souffre moi même des images de mannequins parfaites en étant totalement consciente de cette fausse image.

    Cependant, en y étudiant de plus près, je ne suis pas certaine que les publicitaires aient eux-mêmes inventés cet idéal féminin. En voyant comment se comportent la plupart des annonceurs qui savent à l'avance ce qu'ils veulent et ce qu'ils recherchent, je pense que les publicitaires ne sont finalement là que pour satisfaire leurs clients. Ici en l’occurrence ce ne sont pas les publicitaires les coupables mais plutôt le monde de la mode. Qui de ces célèbres annonceurs voudraient mettre au devant de la scène des femmes différentes de cet idéal de beauté ? Qui oserait prendre le risque ? Et surtout quelles seront les conséquences sur les ventes de leurs produits ?

    On peut jongler avec les tendances mais on n'en crée pas de nouvelles. En tout cas, le mot clé de notre métier est l'observation des comportements humains et aujourd'hui cette image de perfection est tellement loin de ce qu'attendent les femmes que je me demande encore comment on peut en user.

    J'aimerais vraiment créer une publicité rupture qui permette de mettre au placard ces images stéréotypées.
    En tout cas, mon plus grand projet serait d'écarter vraiment ces images de la perfection féminine pour revenir à une réalité plus saine loin de l'anorexie et des complexes créés.
    Je pense que le premier annonceur qui acceptera ça, qui prendra ce risque, sera sûrement celui qui touchera au plus près ses clientEs.
    Alors L'Oréal et cie, qui sera le premier ?

    Ne vous inquiétez pas, les publicitaires ne sont pas tous d'affreux dictateurs ;).
     
  8. lafeemandarine

    lafeemandarine
    Expand Collapse
    Y'en a pour trois pages...

    Il y a une dizaine d'années, j'ai vu une pub pour du shampoing dont j'ai oublié le nom. On y voyait une femme jardiner en vantant les vertus de son shampoing aux plantes. Elle avait une quarantaine d'années, des cheveux courts façon Emma Watson juste après Harry Potter, elle devait faire une taille quarante, portait une de ces tenues confortables que les femmes normales portent quand elles jardinent ou bricolent et avait l'air de nager dans le bonheur.

    Quand elle a vu la pub, ma mère m'a dit: "pourquoi prendre une femme qui n'a presque pas de cheveux pour une pub pour du shampoing?" et j'ai répondu: "A mon avis, on l'a choisie pour qu'une majorité de femmes puissent s'identifier". Je n'ai jamais retrouvé le nom de cette pub (peut-être que je l'ai rêvée, on ne sait jamais) mais j'aimerais bien qu'il y en ait davantage comme ça.
     
  9. A-vol-d-oiseau

    A-vol-d-oiseau
    Expand Collapse

    Oui, peut-être, et ? Quelle que soit la silhouette parfaite, il y aura toujours des femmes qui n'y correspondront pas et qui se sentiront mal à cause de ça. Et si on arrêtait un de se préoccuper de ce que les hommes préfèrent et qu'on apprenait à voir notre corps comme nous appartenant plutôt que comme un potentiel objet de plaisir pour l'autre sexe ?
     
    melumelo a BigUpé ce message
  10. missdusud

    missdusud
    Expand Collapse
    Imagine all the people, Living life in peace...

    les mannequins de Victoria's secret sont horrible surtout la 3ème en partant de la gauche, elles sont tellement maigres, c'est... erk !


    je n'arrive pas à comprendre pourquoi les ados et même les femmes adulte n'arrête pas de se comparer aux mannequins (en sachant pertinament que les photos sont retoucher), cette obsession de l'apparence n'existe que chez les humains; c'est tellement inutile (et pathétique selon moi) parce qu'au final; même si on était la copie conforme de ces mannequins, qu'est-ce que ça changerais ?.....
     
    Kand&#39;x a BigUpé ce message
  11. Charlie-Culotte

    Charlie-Culotte
    Expand Collapse
    Get your LOVE ME-on

    @missdusud Le problème ce n'est pas la maigreur ou la minceur car des filles sont naturellement comme ça et il n'y a rien d'anormal, le problème c'est surtout qu'on les pousse à devenir maigres, qu'on pousse toute la société à rechercher la maigreur et la perfection (de la peau et du visage) comme graal ultime de la beauté et que les femmes en pâtissent parce que la grande majorité d'entre elles ne peut pas arriver à cela.



    Je trouve ça bien que la femme de la vidéo ait fait le parallèle entre l'objectification et le racisme, le terrorisme, le meurtre... C'est comme ça que ça commence comme elle dit.


    Personnellement je me rends compte que l'image "idéale" de la femme comme présentée dans les médias m'influence de moins en moins, notamment grâce à madmoiZelle. 
    Les seules choses que je remarque c'est si les mannequins ont une belle structure faciale (la plupart du temps), des gros seins (souvent), des hanches larges (parfois), des cuisses charnues (ça peut arriver). Bref, les signes traditionnels "désirables" de "bonne santé" et d'opulence qui me plaisent personnellement. 
    Même leurs cheveux ne m'impressionnent plus puisque je sais qu'il me serait impossible d'obtenir la même chose sur moi car je n'habite pas avec 40 coiffeurs et experts en photo. Et le grain de peau est quelque chose de tellement photoshoppé que je ne m'arrête plus dessus...
    Les mannequins "maison" de certains sites de lingerie sont souvent beaucoup plus belles et naturelles (même si je me doute qu'elles sont quand même un peu photoshoppée) que les femmes irréelles des magazines et que les porte-manteaux des podiums...
     
  12. Cassandrah

    Cassandrah
    Expand Collapse
    ainsi sois-je

    Idem, toutes ces représentations m'influencent de moins en moins. Je ne sais pas si c'est une question d'âge (ou d'épanouissement dans l'existence), mais plus je grandis, mieux je me sens dans ma peau, plus je connais mes atouts et sais me mettre en valeur, tout en restant naturelle. Une collègue au boulot disait un jour qu'elle ne s'était jamais aussi bien sentie dans sa peau, depuis qu'elle avait 37 ans et qu'elle avait pris beaucoup de poids. Elle regrettait presque de ne pas avoir sa mentalité actuelle, avec son corps d'autrefois, et concluait finalement en rappelant que ce n'est pas vraiment notre apparence (en comparaison avec celle des autres), mais la manière dont nous nous percevons, qui importe et contribue à notre bien-être. L'âge donne une certaine confiance en soi. L'amour aussi, énormément.

    Je ne trouve pas que toutes ces mannequins, actrices, chanteuses, et autres figures issues des publicités soient belles. Leurs traits sont froids, impersonnels, lisses. Il n'y a aucun charme. Elles n'ont généralement rien d'attachant, d'émouvant ou de rayonnant. Il en va de même avec les hommes, dans les pubs pour les parfums, avec leurs corps huilés tous musclés et leur prétendus regards ténébreux. Tous ces êtres sont artificiels. Pourquoi vouloir leur ressembler ? Il y a bien plus de véritables beautés naturelles dans la rue, parmi les gens "du quotidien".
     
Chargement...