Les mignons petits malentendus de la relation mère-fille en période d'adolescence

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 25 mai 2011.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  2. Alania Malfoy

    Alania Malfoy
    Expand Collapse
    My father will hear about this.

    Qu'est-ce que j'ai pu la faire souffrir ma maman... Maintenant je lui offre de beaux cadeaux :d
     
  3. Ellen Gecko

    Ellen Gecko
    Expand Collapse

    J'espère du fond du coeur que ma fille ne m'en fera jamais autant baver que j'ai pu le faire avec ma mère (et encore, j'ai réussi à lui cacher beaucoup de choses dont j'espère que ma progéniture n'aura jamais l'idée de faire). Maintenant que j'ai 20 ans, je me rends bien compte à quel point j'étais remplie de conneries jusqu'à la moelle ! Mais c'est bon, on s'aime maintenant ! Désolée Maman chérie :jv:
     
  4. Endless

    Endless
    Expand Collapse
    Hot like Mexico

    Je ne me reconnais pas trop là dedans (attention, ça ne veut pas dire que je n'ai pas dépassé le stade de l?adolescence, hein). Juste qu'au final, mes petites conneries ne m'ont pas porté préjudice, et que dans l'ensemble j'étais tout de même assez agréable avec eux, malgré un climat familial des plus déplorables. En gros, j'étais loin d'être l'élément principal de la famille, donc les conflits ne concernaient que mes mauvaises notes. J'ai toujours veillé à être polie et respectueuse.

    Si j'étais mal, c'était dans mon coin, pas envers eux. Je n'ai jamais cherché à les provoquer. Au contraire, j'essayais au maximum d'éviter que leur attention ne se porte sur moi (et de toute façon ils avaient autre chose à faire).
    Donc même si j'ai eu une adolescence MD-jean troué-whisky coca sans coca (:cretin: que j'aime cette phrase!), ils ne le savent pas, et tant mieux.

    De toute façon je ne me serais jamais permise de contester leur autorité, j'avais pas envie de me faire déglinguer la tête, donc quand je me faisais engueuler, je courbais juste l'échine en attendant que l'orage pas (on ne discute pas avec ma mère :twisted:).
     
  5. Paula Roïd

    Paula Roïd
    Expand Collapse
    Rosenrot, oh Rosenrot.

    Je ne me reconnais pas trop dans ces rapports mère/fille à l'adolescence... Ma mère n'était pas 'légèrement inquiète pour sa petite chérubine en passe de devenir une fâââme', il fallait obtempérer, et si je n'en avais pas envie, je me faisais engueuler et dans le pire des cas, je me prenais une baffe. Epicétou.

    Bon sinon, l'épisode de la garde à vue m'a un peu étonnée sachant que c'est le genre de bêtise qui ne me serait pas venue à l'idée à l'époque, ni même à mes copines je crois (oui, on était des choupettes en sucre pour notre âge.) Et puis je n'ose même pas imaginer la méga-raclée de ouf sa maman si ma mère avait du me chercher au poste de police, en pleine nuit, à 13 ans et demi. D'ailleurs, même avec mes yeux de vingtenaire ça me parait un peu énorme comme bêtise pour des gosses...

    Je rejoins un peu le point de vue d'Epidaure en fait, bien sûr qu'on était pas toutes blanches comme neige quand on était ados, mais certains parents en font un peu trop et ça peut partir très loin. Trop loin. Au-delà du problème de l'adolescence.
    Cela dit, j'envie un peu l'auteur de l'article, j'aurais aimé avoir une mère un peu plus peace...
     
  6. Gavanza

    Gavanza
    Expand Collapse
    C'est quoi un statut ?

    En lisant ça, je me rends compte que : soit j'ai la mémoire courte, soit je suis une enfant parfaite.
     
  7. Hotch

    Hotch
    Expand Collapse
    Fiancée.

    A peu près pareil. J'ai jamais fait de vraies "crasses" à mes parents (ma soeur elle par contre ... :cretin:). La seule chose que peut me reprocher ma mère et je l'admet grandement c'est que je ne lui ai pas toujours bien parlé. Après mon caractère faisant que, je n'ai jamais fait le mur, jamais menti sur mes sorties etc. Bref, j'étais une ado introvertie à mort. Je me suis un peu rebellée sur le tard avec la cigarette et l'alcool.
     
  8. Traumen

    Traumen
    Expand Collapse
    wubalubadubdub

    Hé bé, j'ai toujours pensé être quelque de dur à vivre, mais cela dit, même si je suis désagréable de caractère, je suis quelqu'un de très sage. Mes parents ne se rendent pas compte de leur chance :lunette:
     
  9. Yana

    Yana
    Expand Collapse
    <<= Gauche // Droite =>>

    Je ne pense pas que l'article ait vocation a refléter une vérité universelle, c'est juste l?expérience d'Emilie ! :)
     
  10. Nine*

    Nine*
    Expand Collapse
    Euphorique

    Je me suis toujours très bien entendue avec ma maman, on est potes tout en gardant la limite mère/fille :)
    Evidemment , quelques coups de gueules fusent mais il y a aussi énormément de fous rires! :d
     
  11. Siannah

    Siannah
    Expand Collapse
    .

    Je crois pas avoir fait de grosses conneries. J'étais une ado introvertie et carrément dépendante de ses parents.
    ça m'a pas empêché d'avoir ma première petite cuite (desperado et smirnoff => c'est du lourd, hein ?), où quand je suis rentrée le matin avec une mine à faire peur, ma mère s'est fendue la gueule et mon père faisait exprès de parler fort (comme ils disaient : "tu picoleras jamais autant que ce qu'on a picolé à ton âge"). Quand j'ai commencé à fumer, mes parents n'ont rien dit mais ma grande soeur m'a fait la morale, étant elle-même fumeuse (elle partait du principe que je faisais tout le temps tout comme elle, sans chercher à réfléchir par moi-même). Pour ma 1ère fois, ma maman m'a demandé si tout s'était bien passé (sans vouloir avoir de détails bien sûr) mais ma soeur a tenu à me mettre en garde contre certaines choses sales que je n'étais pas obligée de faire (j'avais déjà 17 ans, je savais tout ça). En fait, mes parents étaient (et sont encore) assez cools, ils laissent leurs gosses expérimenter, faire des conneries et subir les sanctions, découvrir par eux-mêmes sans barrières. Il n'empêche qu'une fois, j'ai voulu dire à table que j'avais fumer mon premier joint (vers 15 ans), bah j'ai été puni de sortie pendant 2 semaines. ça devait être la surprise de m'entendre dire ça parce que depuis on a pu en reparler sans problème.
    Finalement, c'est ma soeur qui a voulu jouer le rôle de mère (estimant que la notre ne faisait pas son boulot correctement) : elle se la jouait stricte, prude et voulait m'interdire de faire telle ou telle chose (la clope par exemple) mais elle a dû se rendre compte que c'était peine perdue. Je plains quand même ses futurs enfants.
     
  12. RocknrollCoxy

    RocknrollCoxy
    Expand Collapse
    En pleine introspection

    Je ne suis hélas que trop d'accord avec toi...
     
Chargement...