Les partiels sont annulés dans plusieurs facs françaises

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mymy, le 15 mai 2018.

  1. Mymy

    Mymy
    Expand Collapse
    Rédac chef adjointe, lien rédac/forum, adoratrice du sel, et accessoirement beau foufouillon.
    Membre de l'équipe

    #1 Mymy, 15 mai 2018
    Dernière édition par un modérateur: 15 mai 2018
    ----- Publicité -----
  2. thepoireau

    thepoireau
    Expand Collapse

    Alors petite note à rajouter : les partiels à Lyon II avait été maintenus avec présence des CRS pour filtrer les étudiants à l'entree (demande donc de venir 1h à 1h30 avant donc 6h30 pour un partiel à 8h, donc pour ceux qui avait +1h de route cela devient très penalisanp). Puis ont été annulés le jour j suite au blocage certe mais surtout les étudiants (et autres personne présente dans la rue à ce moment-là) ont été gazés, matraqués par les CRS.

    Et également certe la fac etait bloquée par les étudiants mais des modalités s'evaluation alternative et une volonté de dialogue avec la presdente étaient revendiqués . Mais malgré cela la présidente est resté campe sur ses positions, envoyant déjà une premopre fois les crs il y a un 2/3 semaines de cela a la fac et souhaitant maintenir coûte que coûte les examens dans des conditions inacceptables et surtout extrêmement dégradé (les CRS, venir 1h30 avant etc) pour finalement les faire annulés après le matraquage (et probablement un veto des professeurs) de ses élèves.

    Je souhaitais juste ajouter qq précision car les médias (20 minutes etc ) ne donne pas tout les faits :)
     
    petitegazelle, Liya, Juub et 6 autres ont BigUpé ce message.
  3. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    J'aurais vraiment eu les BOULES si ça m'était arrivé. Quand on pense à la galère financière que c'est pour certains, le loyer, tout ça... sans compter qu'un partiel ça se prépare... Je suis sincèrement dégoutée pour eux !
     
    antidiamant, Dhuoda, AFRO INSOLENTE et 9 autres ont BigUpé ce message.
  4. Popi7

    Popi7
    Expand Collapse

    Coucou,

    Je suis en Master 1 Recherche en Anglais à l'Université Jean-Jaurès à Toulouse.
    Pour ce qui est des partiels ils ont été décalés du 11 au 23 juin et la session de rattrapage a été décalée à début septembre avant la rentrée 2018/2019.
    En ce qui me concerne sur mes 5 UE (sur les 5 cours que j'ai ce semestre),j'ai 5 devoirs maisons (des dossiers de 8-10 p), et pour une UE on a toujours pas de nouvelles de la prof depuis le jour où la fac a été totalement bloquée en mars ...
    Personnellement, je préfère être sure d'être notée sous forme de DM plutot que de me pointer aux partiels et que la fac soit de nouveau bloquée et que tout soit reporté ad libitum et de perdre un semestre/une année.
    Cependant, même si la plupart des devoirs maisons étaient déjà prévus d'une certaine manière, soit sous forme de dossier, soit sous forme de présentation orale, soit sur table, comme on a été pendant longtemps dans l'incertitude quand à la reprise des cours et au déroulemnet des partiels, j'ai personnellemet un peu fait pause sur ces trucs et je me suis concentrée sur mon mémoire; du coup ça fait quand même beaucoup à faire en un mois surtout sans accès aux bibliothèques de ma fac (vu qu'elles sont bloquées), avec 5/6 semaines de cours qui ont lieu sur 12, et avec aussi un préambule de mémoire de 20 pages à finir.:sweatdrop:
    Mais c'est bon c'est faisable en s'y mettant (et en ne trainant pas sur le forum de Madmoizelle pour proscratinater notamment ;)).

    En ce qui concerne les blocages et compagnie et ben, sur le principe je comprends que c'est un moyen de manifester son mécontentement et son désaccord vis à vis de la loi ORE (qui n'est pas une bonne solution aux problèmes d'orientation des lycéens et aux problèmes de l'enseignement supérieur) et du projet de fusion des universités toulousaines (qui permettrait une augmnetation sans plafond des frais d'inscription et pourrait favoriser les sciences dures aux sciences humaines en terme de budget); mais quand une technique de protestation ne fonctionne pas (que le gouvernement ou l'administration de la fac ne montrent pas de signe de recul ou ne semble pas vouloir discuter), et ben on change de tactique et plutot que de diviser son campus on cherche l'unité quelque part plutôt que de traiter verbalement les étudiants de "fascistes" parce qu'ils vont/veulent aller en cours.:erf:

    Pour être honnête je suis pas callée sur les technicités de la reforme ni du projet de fusion, je connais les grandes lignes des trucs qui sont problématiques. Je pense que pour connaître exactement les choses qui posent problèmes pour les grévistes de Jean-Jaurès il faut que vous contactiez le collectif Union des Etudiant.e.s de Toulouse (https://www.facebook.com/UEToulouse/), je pense aussi qu'il faut recouper ce qu'ils disent avec le texte de loi ORE et le texte du projet de fusion, parce qu'il y a aussi beaucoup de choses moyennement vraies qui sont revendiquées.
    A mes yeux le mouvement de masse de base était bien et légitime dans le sens où la préoccupation principale était claire: l'avenir de la fac et des étudiants; mais maintenant le mouvement est éparpillé (loi ORE, fusion, grève SNCF, défense des demandeurs d'asiles, ...) et réduit à 500 étudiants en AG.
     
    Aspiole a BigUpé ce message
  5. Dulsao

    Dulsao
    Expand Collapse

    @Popi7 faut savoir reconnaître la véritable manipulation. Les bloqueurs ? Non le clivage n'est pas de leur faute. Tu sais il y a un truc nommé président de l'université, qui chez nous a clivé, aggravé foutu le bordel, sinon il y a des trucs nommés propagande, désinformation, manipulation sur les réseaux sociaux notamment mais aussi ailleurs, presse, etc.
    le clivage extrême observé n'a rien à voir avec les élèves en blocage. se faire harceler, menacer de mort, moqués devant la violence qu'ils subissent, c'est de leur faute ou la faute d'une petite divergence d'opinion ? Ben nan j'crois pas là.
     
  6. Slippin

    Slippin
    Expand Collapse

    En même temps ça sert à quoi de bloquer la fac si il n'y a ni cours ni rien ? Bloquer la BU seulement ? Je vois pas trop le but, c'est comme si on bloquait les administrations un jour ferié.

    Puis les grèves en 2015 ont quand même bousillées le PS et Hollande pour les élections présidentielles. N'oublions pas qu'en 2019 il y a les élections européennes.
    Encore une chose, dire qu'il ne faut pas continuer à bloquer quand on voit que le gouvernement ne cède pas : en même temps vous pensez qu'à la première petite manif' toute jolie on dira "bon vous êtes pas d'accord alors on va arrêter". Et faire quoi d'autres ? Ce n'est pas comme si on avait un référendum d'initiative populaire pour bloquer les lois avec lesquelles les français ne sont pas d'accord. Après tout là démocratie passe bien après la réussite scolaire parce que c'est vrai que toute la promotion 2018 va se retrouvé au chômage ou redoubler comme toutes les promotions "touchées" par de grosses manif".:cretin:

    Je précise quand même que je comprend bien les étudiants saoulées par ces mouvements car tout le temps à réviser les partiels sont considérés comme perdus. Je comprend encore plus quand on voit que certains de ces bloqueurs y participe pour rater les partiels à une année où ils n'ont pas trop travailler, mais est-ce vraiment une majorité ? Et l'idée derrière (qui est contre cette réforme) n'est-elle pas importante au point de se faire entendre en dépit de tout ?
     
    BillyBones, Cornélie, Calli et 4 autres ont BigUpé ce message.
  7. Popi7

    Popi7
    Expand Collapse

    @Dulsao J'ai dit que j'étais pas hyper d'accord de me faire traiter de "fasciste" le jour où je suis allée sur le campus alors qu'il y avait grève et tu en conclus que je pense que c'est de leur faute s'ils subissent des violences verbales ou physiques... Du coup juste pour être claire même si ça me parait evident: les violences policières et le harcèlement physique et moral c'est mal et leurs auteurs doivent être poursuivis par la justice.

    Les étudiants et personnels en grève ont dès décembre mené des actions avec la CGT sur le campus de Jean-Jaurès qui ont mené vite au clivage parmi les étudiants, enseignants et personnels administratifs, et qui à mes yeux ont déservi leur mouvement, je suis d'accord avec eux dans le fond mais pas avec les methodes employées.

    Je te donne un exemple (je te donne seulement ce que j'ai vu des mes propres eux et entendu; je sais qu'il y a 2 côtés dans chaque situation).
    Contexte: un peu après que le président de la fac ait fait un doigt d'honneur administratif et ait forcé la fusion des universités avec sa double voix en conseil d'administration (alors que d'après la consultation des étudiants et personnels de la fac, la fac était en majorité contre).
    Nous sommes au mois decembre, dernière ou avant denrière semaine de cours donc période où on doit rendre des dossiers/devoirs maisons, préparer des oraux et partiels en cours.
    Toutes les bibliothqèques du campus sauf une (le centre de ressources en langues, le CRL pour les intimes) sont fermés car en interne dans ces bibliothèques il n'y pas assez de personnel non gréviste pour pouvoir légalement ouvrir.
    Donc tous les étudiants qui veulent un endroit avec des ressources de travail pour pouvoir travailler se rabattent sur le CRL.

    Il est environ 10h30 je suis là depuis 5 minutes j'impirme un truc et je cherche un coin libre pour bosser lorsque tout-à-coup une sirène vient me vriller les oreilles, je me dirige vers le bruit. Du personnel en grève avec des t-shirts de la CGT envahissent le CRL avec un mégaphone (l'origine de la sirène), hurlent des sloggans, distribuent des tracts en masse, font sonner leur sirène toutes les 2 minutes, et s'agglutinent au niveau de l'accueil de la bibliothèque.
    Au bout de 15 minutes les membres du personnel du CRL viennent nous voir un par un et nous disent qu'ils sont forcés d'évacuer le CRL parce que les grévistes leur forcent la main pour refaire un vote sous menace de perturber les activités du CRL s'ils ne votent pas pour faire grève aussi et donc fermer. Et ils ont fermé jusqu'à Noël.
     
    #8 Popi7, 15 mai 2018
    Dernière édition: 15 mai 2018
    Aspiole et EmmanuelleMerteuil ont BigUpé.
  8. Hedeltrude

    Hedeltrude
    Expand Collapse

    @Elliana c'est toi qui parles de ton condescendant ? Pour ce qui est des vacances, je sais pas trop de quoi tu parles... Dans ma fac (Paris 1) l'occupation a été délogé par les CRS pendant les vacances. Mais depuis on présente ça comme si ça avait été levé par des étudiants qui auraient voulu profiter de leur vacances...

    Pour ce qui est des partiels, la première chose c'est que faire annuler les partiels permet de ne pas pénalisés les élèves mobilisés (et les autres par la même occasion qui n'ont pas eu cours). Je comprends que ça puisse être chiant quand on a bossé pour, mais dans l'article c'est présenté comme si c'était juste annulé, alors que le but est justement d'obtenir une validation pour tout le monde... Dans mon UFR, la majorité des partiels annulés l'ont été le jour même parce que les étudiants (mobilisés et non mobilisés) ont refusés de composer pour protester face aux conditions de passage (délocaliser hyper loin, avec des CRS voire des lacrymo diffusés avant le partiel sur les élèves).

    @Popi7 : je comprends bien que ce soit relou de pas pouvoir bosser ou aller à la bibli. Mais c'est aussi ce genre d'actions qui fait bouger les choses, malheureusement. La grève c'est fait pour emmerder le plus de monde possible, sinon personne n'écoute tes revendications... Vous avez déjà entendu parler des grèves à l'hôpital ou aux urgences ? ou chez les pompiers ? On en parle absolument jamais aux infos parce que quand ils se mettent en grève, ils sont "réquisitionnés" c'est à dire qu'ils doivent travailler quand même (avec un brassard en grève, et le droit de mettre des banderoles youhou) parce que des vies sont en jeu. Sauf que du coup, on parle jamais de leur revendication, de leur condition de travail etc. Et qu'elles se détériorent de plus en plus...
     
    BillyBones, Calli, Cépamoi et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  9. Hedeltrude

    Hedeltrude
    Expand Collapse

    @Elliana : je suis d'accord qu'on est en désaccord, mais une chose m'intrigue dans ton message : "trop simple d'être en grève" ? je comprends pas vraiment ce que tu veux dire par là. Le droit de grève est constitutionnel non ? chacun à le droit d'être en grève justement, sans avoir aucun risque sur son taff... pourquoi ce serait différent pour des études ?