Les passages-clés d'une amitié

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 20 novembre 2014.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. Messodie

    Messodie
    Expand Collapse
    est perdue dans un livre..

    Je Big Up 300000 fois le dernier, la journée, qui se transforme en soirée, puis en matin :jv:
     
  3. PepperH

    PepperH
    Expand Collapse

    Cool l'article ^^ C'est vrai que souvent les situations qui lient le plus sont quand on fait face ensemble à l'adversité ^^
    Cet article m'a rappelé pas mal de frasques d'ado, comme mon amitié avec une fille que j'ai perdue de vue depuis... On vivait dans deux départements différents mais assez proches pour se voir tous les quatre mois environ. Une fois, on devait avoir quatorze ans, elle est venue passer le week-end chez moi et au moment d'aller se coucher (dans ma chambre, à l'étage) évidemment comme toute ado de 14 piges qui se respecte, on a décidé de faire le mur pour aller voir mes potes qui avaient fauché deux cannettes de bière à leurs parents... Déterminées à se mettre une mine (c'est meugnon) on a essayé de se barrer en passant par le toit du premier étage. On avait prévu de sauter dans le bosquet de lavandes pour pas se casser trop d'os et ensuite on aurait avisé (bravo le veau :facepalm:) Malheureusement, les potes en question nous ont téléphoné pile au moment où on venait d'enjamber le rebord de la fenêtre et où, pla(n)quées contre le mur, on essayait de se faire super discrètes parce que mes parents venaient de débarquer dans la chambre et se demandaient un peu où on était passées. Bref, même sans la sonnerie, on aurait été grillées assez vite. Je me suis pris le savon du siècle, et mes parents ont décidé qu'ils seraient sympa et qu'ils ne diraient rien aux parents de ma copine, mais qu'on n'avait pas intérêt à remettre ça !
    Donc bien entendu la fois suivante, chez elle, c'est tout naturellement qu'on a décidé d'aller à l'anniversaire d'un pote à elle qui avait 17 ans (wouh l'adulte quoi) et où les bougies seraient très probablement des gros joints bien chargés :cretin:! Résultat, on y est allées en promettant que ce serait une soirée d'anniv super sage, et quand son père nous a récupérées, on avait bu et fumé toute la soirée. Ma pote a reçu le savon du siècle, et ses parents ont décrété que comme ils étaient gentils, ils n'en diraient rien à mes parents, mais que ça avait intérêt à ne pas se reproduire !!
    Le fin mot de l'histoire, c'est quand même qu'après ça on n'a pas trop trop pu s'inviter à nouveau, nos parents pensant sans doute que l'autre avait une mauvaise influence sur leur fille chérie... (alors qu'en vrai, je vous le dis, il fallait en prendre une pour taper sur l'autre et pis voilà quoi.) Du coup ça a cimenté notre amitié, mais bon, après on n'a plus pu se voir, du coup c'était quand même un peu dommage.
     
    LittleMuffins a BigUpé ce message
  4. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    Je ce que j'aimerais savoir, c'est comment se faire des potes déjà... Comment se lier suffisamment avec eux pour les inviter à voir un film ou boire un coup :sad: Moi c'est juste "salut" "pause clope gênée". Ah la fac...
     
    PeuhL et Meynna ont BigUpé.
  5. PepperH

    PepperH
    Expand Collapse

    Oh ben les potes c'est comme le coup de foudre, hein, il faut parler à plein de gens et au final quelques uns demeurent et deviendront de vrais amis ! Pire que le loto...
    Commencez peut-être par parler d'un truc en commun (un cours horrible/très bien) pendant la pause clope gênée, puis partagez quelques moments d'émotion pendant les périodes clé de l'année (l'angoisse des partiels ?) et rajoutez-vous sur facebook pour être au courant de la vie des gens, découvrir des choses sur eux (non je ne suis pas une stalkeuse enfin) et trouver de nouveaux sujets de conversation et points communs. Avec le temps ça vient tout seul !
    Point d'une importance vitale : si les gens ne vous intéressent toujours pas après avoir papoté avec eux, ne vous infligez pas leur compagnie. C'est naze de devoir supporter des gens avec qui on n'a aucun atome crochu. Perso jusqu'à la fac j'avais plus ou moins une poignée de potes mais rarement dans ma classe, parce que j'avais rien à dire à ces gens-là, et c'était pas du tout un souci. A la fac j'ai rencontré plein de gens cool, les années où j'ai pas fait ma tête de nœud à me coller au fond de la classe avec mon bouquin et à vouloir parler à personne (ouais, des fois je fais ça. Bref.)
     
    Lunafey a BigUpé ce message
  6. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    @PepperH : Je comprends, mais j'arrive pas à faire le premier pas, j'ai peur de gêner, les gens sont déjà en groupes... Pourtant j'étais sociable avant, et j'avais des amis... Mais avec eux j'ai l'impression que ça s'est fait tout seul x)
     
  7. PepperH

    PepperH
    Expand Collapse

    Après si t'es dans une toute petite promo et que les groupes sont déjà constitués, ça peut être un peu dur... Mais y'a pas que ta promo dans la vie (même si c'est plus pratique vu que vous avez les mêmes horaires.) Y'a aussi les gens autour de la machine à café, ceux avec lesquels tu peux blaguer dans l'ascenseur (dans les escaliers tu peux la tenter aussi hein, mais euh, faut être sûre de ses poumons quoi)(par exemple l'autre jour dans l'ascenseur j'ai un peu affiché une pote qui l'a pris pour qu'on aille au premier - on était bloquées au fond de l'ascenseur et il a fallu déranger tout le monde pour sortir alors qu'on avait monté juste un étage, du coup j'en ai rigolé gentiment et ça a fait une prise de contact avec une bande de gars qu'on croise pas mal devant la machine à café...)
    Même si t'as peur de les gêner, commence par leur demander des petits trucs, genre la salle de cours, la date d'un devoir... S'ils t'excluent, effectivement, t'es mieux lotie toute seule. Sinon, tu peux parler un peu avec eux et ça finira par se faire :) (et sinon, trouve-toi des communautés en ligne de gens cool avec qui tu t'entends bien. C'est important d'avoir des gens qu'on apprécie dans notre vie. J'ai rencontré en ligne une bonne partie de mes potes actuels, que je vois désormais surtout en vrai, mais c'est pour dire, maintenant la frontière entre internet et la vie afk n'existe plus trop alors ça vaut pas le coup de faire sa timide.)
    Et puis si tu veux te faire des potos, tu souris, et ça fait tout passer crème ^^
     
    Lunafey a BigUpé ce message
  8. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    J'essaierais... Mais quand je suis en amphi, je stresse quand qqun s'assoit à côté de moi, je pense à mes amis de lycée et j'aimerais qu'ils soient là, je vois les gens rirent entre eux et ça me fait mal... Je pense que je suis pas encore prête à tourner la page du lycée (pourtant ça fait deux ans...-j'ai fais 2 L1), tout simplement ! :/
     
    PepperH a BigUpé ce message
  9. PepperH

    PepperH
    Expand Collapse

    Oh, mais t'es pas obligée de la tourner, la page du lycée :) Les nouveaux amis n'effacent pas leurs prédécesseurs, tu sais ! Souris aux gens qui viennent s'asseoir à côté de toi, participe aux blagues ou fais-en toi-même, et ça va se faire tout doucement. Là en plus c'est la période des partiels de mi-semestre, tout le monde est crevé, tu peux en profiter pour râler avec les gens, ça rapproche beaucoup de râler ensemble, c'est très français comme comportement XD
    Ne te force jamais à faire des trucs qui te mettent mal à l'aise, mais n'hésite pas non plus à sortir deux secondes de ta zone de confort pour prendre la température au-dehors. Essaie de repérer s'il y a des gens ouverts qui parlent pas mal à ceux qui sont renfermés, je sais que j'ai tendance à faire ça quand je suis bien installée dans une promo (j'en ai fait 4 ou 5), je repère les gens qui parlent pas et je vais papoter un peu avec pour voir si c'est par choix ou par timidité.
     
    Lunafey a BigUpé ce message
  10. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Pour moi mes deux amies se sont fait en colocation. Les discussions assises dans le couloir jusqu'à pas d'heure, la gestion des tensions, ça forge. Et ce que j'adore quand je les vois c'est qu'on ne se fait pas la bise, on reprend la conversation là où on l'a laissée 4 mois plus tôt. Normal.

    J'ai deux autres amies mais ce n'est pas pareil, on n'a pas vécu ensemble donc à elles je leur fait la bise. C'est plus des amies d'adulte (avec les apéritifs dinatoires en couple tout ça).
     
  11. Lisazerty

    Lisazerty
    Expand Collapse
    aware

    Trop un feel good article ! La variante trash du "on se cache pour pisser" cest le pipi d'amour... (pisser dos a dos au milieu de la route). Ouiii vive l'amitié :dDD

    Bon par contre, dans les moments moins feel good mais qui font passer un cap à l'amitié aussi : la première mise en couple et la première rupture/chagrin d'amour.
     
  12. Miaou-nerys

    Miaou-nerys
    Expand Collapse
    Un chat dans un corps de gonzesse.

    Bah oui moi j'ai aussi du mal... Pendant toute ma scolarité (lycée/études) j'ai jamais eu de mal à me faire des potes et j'en ai tiré quelques amis formidables. Mais j'ai déménagé à Paris pour mon boulot, mes amis sont restés dans leurs régions et malgré les 12 millions d'habitants autour de chez moi, j'arrive pas à me faire d'amis. Des potes ou des potes de potes oui, des collègues avec qui je bois un verre oui, mais pas quelqu'un avec qui je pourrais passer toute la nuit en pyj à refaire le monde, ni quelqu'un à qui je montrerais ma super choré sur drunk in love de Beyoncé. C'est un peu triste, je pense que c'est possible de se faire des amis quand on est entourés de gens à peu près de notre âge, avec des intérêts similaires... Mais dans mon entreprise de 200 employés, j'arrive pas, j'ai trop peur d'avoir l'air ridicule, de me griller, de dépasser la sacro-sainte frontière du privé/pro. Résultat, je me sens drôlement seule depuis deux ans (je vis avec mon amoureux hein mais ça remplace pas la super bonne copine avec qui on bouffe 5 paquets de bonbecs en 1 heure).
     
    Lunafey et Meynna ont BigUpé.
Chargement...