Les ruptures amicales, une étape difficile mais parfois nécéssaire

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Miquette, le 30 juillet 2015.

  1. Miquette

    Miquette
    Expand Collapse
    La comtesse de la Miquetterie prend sa retraite ! La comtesse de la Miquetterie.

    laïkaa et lauresimonot ont BigUpé.
  2. lauresimonot

    lauresimonot
    Expand Collapse
    “A trop parler, on en oublie de manger.”

    Tellement vrai.
    Ca m'est arrivé recemment... Pas facile facile. On a conscience de la rupture amoureuse, mais pas de la rupture amicale.
    Merci pr cet article.
     
    Miquette et yulia ont BigUpé.
  3. Jeune-bique

    Jeune-bique
    Expand Collapse
    Des mots plein la tête

    Je plussoie le passage sur la communication ! Ce qu'on fait, avec ma bande d'amies proches; c'est que de temps en temps, notamment en période de tensions, on prend le temps de faire un petit tour de table (parce qu'on fait souvent ça à la cantine du lycée un midi) pour que tout le monde dise les deux défauts qu'il a à reprocher aux autres. Ça permet de prendre conscience de ce qui les dérange et ensuite de pouvoir changer ! Et pour ne pas rester sur quelque chose de négatif, en enchaîne après avec un tour des qualités :)
     
    Bloomen, Delah, Hoshizora et 6 autres ont BigUpé ce message.
  4. h0nybun

    h0nybun
    Expand Collapse

    Merci pour cet article !
    Je suis en plein dedans... je le vis plutôt bien pour l'instant, il faut dire que ça va faire un an que je me suis rendue compte que ma "meilleure amie" depuis le collège ne me respectait pas ni ne me voyait à ma juste valeur. Les critiques puis la manipulation pour que je me rende compte de rien. Il aura fallut une semaine en vacances avec elle, où j'ai passé la moitié du temps à me cacher pour sécher mes larmes, pour me rendre compte que : Oh, je n'ai pas besoin de ça !

    Les premières semaines où j'ai pris mes distances ont été les plus dures, comme dans les ruptures amoureuses. L'envie de lui raconter des choses de ma vie, de partager, de lui envoyer des liens qu'elle trouverait drôles. Je l'ai vraiment vécu comme du sevrage. Elle faisait celle qui ne comprenait pas mais elle a vu mes yeux rouges à chaque fois cette semaine là et ne me disait rien, parce qu'elle savait que c'était de sa faute.

    Alors oui, cette semaine de vacances passée j'ai énormément réfléchie. J'avais trouvé de nouvelles amies au lycée et ma relation avec elles était saine : quand je les voyais, je me sentais bien, je passais des supers moments, il n'y avait rien de négatif dans nos échanges, rien qui ne m'a rabaissé.

    Depuis je l'ai revu quand même, mais je ne lui raconte que des choses superficielles de ma vie. Son truc à elle c'était, quand elle était de mauvaise humeur, de te ressortir un truc super perso que tu lui avais dis et de remuer le couteau dans la plaie. Elle se souvenait de tout et te le ressortait quand tu allais bien, pour t'enfoncer un peu plus.

    Je me rends compte que ce n'était pas parce qu'elle avait une dent contre moi, mais parce qu'elle manque de confiance, qu'elle n'est pas heureuse dans sa peau. Non je ne lui en veux pas. Par contre je m'en veux un peu d'être restée si proche d'elle pendant 12 ans...

    Bref, merci pour cet article où je me retrouve... beaucoup ! :hugs:
     
    Bloomen, Delah, Melyssa et 8 autres ont BigUpé ce message.
  5. yulia

    yulia
    Expand Collapse
    I'm still standing. YEAH YEAH YEEAAH !

    Chouette article même si de mon point de vue il manque quelque chose : rompre avec un ami est parfois douloureux. Mais c'est parfois un soulagement.

    Lorsque vous avez tenté de communiquer avec un(e) ami(e) dont vous étiez très proche mais que sa toxicité s'est aggravée malgré tout, lorsque la situation dure malgré votre envie de retrouver une amitié saine, la rupture peut être un soulagement au point de n'être accompagnée d'aucune douleur.

    Je parle pour mon cas (2 expériences de ce style) et c'est très bien d'avoir parlé de la douleur qui peut suivre une rupture amicale désirée (comme cela a été dit, on parle rarement de ce type de rupture alors qu'elle peut être aussi dure à vivre qu'une rupture amoureuse), néanmoins j'aurais aussi apprécié qu'on parle de cet autre aspect qui existe parfois.

    Je ne leur en veux pas mais je n'ai jamais éprouvé de peine ou de regrets pour ces ruptures. Rien à part un grand soulagement et de jolis souvenirs quand la relation était saine.
     
    Melyssa, Nokadé, honeyspoon_ et 4 autres ont BigUpé ce message.
  6. chaberlotte

    chaberlotte
    Expand Collapse

    J'aime beaucoup cet article, et j'aimerai juste apporter ma petite pierre. Se détacher d'une amitié peut être plus difficile que d'une relation amoureuse, surtout au long terme.
    Au lycée, j'avais une amie assez toxique. Lorsqu'on a commencé et avancé dans nos études, on a pris un peu de distance et puis on s'est perdues de vue apres plusieurs années. Elle ne me manque pas dans la vie de tous les jours, mais il m'arrive souvent de repenser a elle et des emotions reviennent, comme ca, pouf!
    J'ai pourtant eu des relations amoureuses toxiques, mais avec le temps ca m'affecte moins. Peut etre parceque les sentiments amoureux renaissent avec mes compagnons suivant et que je me rends bien compte que ma relation d'avant etait mauvaise et pas du tout saine ou heureuse.
    Mais en amitié ce n'est pas pareil. J'aurais toujours ce sentiment d'avoir perdu quelqu'un. Quelqu'un avec qui ca aurait pu marcher si on avait ete toutes les deux un peu differentes, ou si on n'avait pas pris des chemins differents. J'ai toujours une boule au ventre que je pense a elle et au fait que ce n'etait pas sain, mais cette relation m'a beaucoup plus marquee que mes relations amoureuses...
     
    Bloomen, Delah, Nokadé et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. CoOCo54

    CoOCo54
    Expand Collapse

    Je suis tout à fait d'accord sur le fait que la séparation amicale peut faire très très mal.
    Et d'autant plus lorsque cette séparation amicale se fait en même temps qu'une séparation amoureuse (double tsunami!!). En effet lors de ma rupture amoureuse il y a deux ans (après 10 ans de couple), ma meilleure amie (enfin la personne que je pensais l'être) m'a violemment remise en cause. Et le pire c'est qu'à aucun moment elle n'a assumé clairement et n'a voulu que l'on se parle au téléphone ou se voit tête à tête. Elle m'a envoyé un mail bien salé me traitant d'égoïste (face à mon copain de l'époque que j'étais en train de quitter) et me reprochant des faits quotidiens qui pour moi me semblaient anodins. J'ai donc répondu par mail (puisqu'elle ne voulait pas décrocher le téléphone quand j'appelais), en me justifiant et m'excusant pour la majorité des fait, mais sans m'oublier et m’aplatir devant ses reproches parfois injustifiés. S'en est suivi un second mail encore plus assassin :boxing:.
    J'ai décider de ne pas répondre, j'ai compris que quoique je fasse elle avait décider que c'était moi la méchante. Nous nous connaissions depuis 25 ans, et il est clair qu'en 25 ans les gens changent! Elle n'appréciait plus la personne que j'était devenu. Je pense que finalement moi non plus je n'appréciais plus la personne qu'elle était devenu. Ce fut très dur mais je n'aurais jamais pu être naturelle à nouveau à ses côtés après ses critiques.
     
    Bloomen, Kand'x, Nokadé et 4 autres ont BigUpé ce message.
  8. Drea147

    Drea147
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Merci pour cet article :fleur:

    De mon côté aussi une rupture amicale nécessaire mais pas évidente quand l'ex meilleur ami est également l'amoureux d'une bonne copine .... et le meilleur ami de mon amoureux :facepalm:
     
    Nokadé, yulia, Miquette et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  9. olaflor

    olaflor
    Expand Collapse
    High risk=high reward

    J'ai officiellement mis fin à 2 amitiés en moins de deux ans. Ca fait vraiment du bien de dire "STOP". J'ai appris à accepter les gens dans toutes leur complexité mais dès que y a un manque de respect, je ne peux vraiment pas.
     
    Bloomen, Kand'x, Melyssa et 6 autres ont BigUpé ce message.
  10. Nevros

    Nevros
    Expand Collapse

    Je sais pas si on peut partager des vidéos, mais c'est le sujet :) :

     
    Nokadé, Lenehän, VesperColdstare et 3 autres ont BigUpé ce message.
  11. Eva_Sélène

    Eva_Sélène
    Expand Collapse

    J'ai également mis fin à une amitié. Je compte mes Amis sur les doigts d'une mains et cette amie là était mon amie la plus ancienne mais je crois qu'on avait évolué différemment et elle était clairement jalouse de moi et de très mauvais conseil. J'ai déménagé à 600km de chez elle et j'ai fini par faire la morte. Je suis contente parce qu'à chaque fois qu'on devait se voir ça me faisait clairement chier mais en même temps je me dis que j'ai pas été très classe: déjà j'aurais pu lui reprocher clairement les choses et voir si elle s'améliorait et j'aurait dû mettre un terme à notre amitié de manière plus officielle. Cela fait trois ans qu'on n'a plus de contact mais ça me démange de lui écrire pour tout lui expliquer. Est ce que ce ne serait pas remuer le couteau dans la plaie?
     
    Kand'x et yulia ont BigUpé.
  12. Sansaugan

    Sansaugan
    Expand Collapse

    Une étape difficile, certes, mais aussi douloureuse. Et cruelle. Deux amies (depuis 10 ans) il y a presque un an m'ont appelé pour me faire part de leur vision de ma vie à savoir : à 26 ans, j'avais une vie de 50aine, ma vie était "sans spontanéité et sans magie" et je vais finir par "perdre tous mes amis et a commencé par elles". Tout ça parce que l'une d'entre elle, au lieu de m'appeler ou de me parler calmement de ce qui la contrariait (je ne voulais pas aller la voir dans la ville où elle passait l'été mais qu'elle vienne plutôt voir la maison que l'on venait de construire avec mon mari et où je venais d’emménager), a préféré laisser monter le truc de son côté, puis embarquer ma seconde amie afin de me lapider verbalement. Pendant deux heures où je pleurais beaucoup, elles continuaient à me détailler combien ma vie était nulle, en finissant par me suggérer d'aller voir un psy (je n'ai rien contre l'idée en général, mais cela sous entendait fortement que j'avais de graves problèmes psychologique). Bref, j'ai raccroché brisée en milles morceaux, pas de nouvelles pendant 6 mois, jusqu'à un soir où je décide de leur écrire pour leur dire que mes amies me manquent, je vous la fais courte mais en gros réponse des intéressées "as tu changé de vie comme demandé"? Moi "non, mais vous avez vous compris la violence de votre acte et de vos propos?" elles "tu es trop bête nous ne te répondrons plus". Voilà voilà... Bref, en effet une rupture amicale c'est très dure car les gens sont comme le dit l'article moins enclin à nous écouter, pensant à tord que cela n'est pas trop grave "des amis tu en as d'autres". De plus, il y a une forte honte à vivre cela, car comme c'est très violent, inattendu, et plein de haine, on a peur d'en parler aux autres puisque l'on a l'impression erronée que tout le monde va se mettre à réagir comme elles... Heureusement pour ma part j'ai un mari merveilleux et bienveillant qui m'a aidé du mieux possible, mais le sentiment de solitude est profondément ancré, ainsi que la méfiance envers autrui désormais. Un ami qui devient méchant il n'y a rien de pire, car comme le dit l'article, on choisit ses amis, donc on ne devrait pas subir avec eux ce que l'on peut subir avec ceux que l'on ne choisit pas.
     
    Bloomen, Kand'x, mistral et 7 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...