Lettre ouverte à mon copain… au sujet de ma sexualité

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 21 novembre 2016.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. Siglyra

    Siglyra
    Expand Collapse

    Ton experience ressemble beaucoup a de la demi-sexualite effectivement. Je suis un peu dans le meme cas, sur le spectre asexuel; demi peut-etre. Quand quelqu'un montre de l'attirance sexuelle pour moi je le vis comme une aggression, sauf en cas de totale confiance/amitie prealable et ce que j'appelle "attirance esthetique".
    C'est complique pour trouver quelqu'un. J'ai juste arrete d'essayer d'etre "normale" (je me forcais), mais maintenant il faut faire avec une autre forme de jugement.
    On a tendance a oublier qu'etre sur le spectre asexuel, c'est faire partie des LGBT+.
    Courage a toi!
     
    Allons-y, Manea, Little Moi-Même et 4 autres ont BigUpé ce message.
  3. Cléo.

    Cléo.
    Expand Collapse
    Lumière.

    Belle lettre, bien expliquée avec des mots simples et bien choisis.

    Je me demandais, est-ce que la Madz de ce témoignage pourrait travailler l'écoute de son propre désir ? Qu'il y ait des interactions charnelles puis sexuelles initiées par elle, de temps en temps, quand elle en a envie (et que son/sa partenaire aussi). Qu'elle apprenne à l'initier seule, sans RÉPONDRE au désir de l'autre ? Elle parle beaucoup des pressions EXTÉRIEURES mais je pense qu'il est primordial d'écouter son INTÉRIEUR dans un premier temps, soit :

    - Ne JAMAIS se forcer à quoi que ce soit.
    - Câliner "gratuitement" l'autre quand elle en ressent l'envie.
    - Laisser naître les "envies" justement, en créant du manque ou une sorte de distance physique avec l'autre dans la relation.
    - Retrouver un rapport de séduction naturelle à l'autre, sentir qu'il n'est pas acquis, qu'il est à "conquérir", avoir envie de le séduire (sans passer à l'acte spécifiquement).
    - S'écouter et se détendre.
    - Désacraliser le sexe, la tendresse, le couple et leurs représentations.
    - Passer du temps avec son/sa partenaire de façon platonique pour "retrouver l'élan physique" naturel de la tendresse.
    - Être consciente qu'il n'y a pas de norme en terme de nombre de rapports intimes par semaine/mois/année.
    - Être à l'écoute de son propre rythme et naviguer avec le rythme de l'autre.

    Je pense à tout cela car ces derniers temps, ce sujet me posait aussi beaucoup question, je partage donc ce sur quoi j'ai bossé intérieurement et en discussion avec mon nouveau compagnon après avoir ressenti quelques tensions et pressions au sujet de la "NORMALITÉ" du couple que nous martèlent les magazines/médias/la société en général.

    L'important est de partager, de dialoguer, de prendre le temps d'être ensemble, trouver son rythme propre car il y a autant de couples que de personnes pour en former un. Personne ne peut réellement dire ce que c'est qu'aimer ni faire l'amour, c'est quelque chose qui se réinvente au fil du temps et des envies.

    C'est primordial qu'elle soit actrice dans son désir, qu'elle parvienne à le ressentir dans un premier temps, platoniquement, puis qu'elle puisse l'exprimer voire initier, à terme, un rapport. De telle sorte qu'elle ne SUBISSE jamais quoi que ce soit, mais qu'elle soit ACTRICE de sa sexualité et de son couple.

    Bonne chance à elle/à toi/à nous :fleur:
     
    Jus d'orange au sel, Taina., Kirby et 16 autres ont BigUpé ce message.
  4. Ptitepousse

    Ptitepousse
    Expand Collapse
    J'aimerai débrancher mon cerveau de temps en temps et le laisser se reposer tandis que j'irai manger des gauffres au sucre

    Waouh ce témoignage résonne énormément avec beaucoup de choses je ressens en moi depuis longtemps. Lire cet article vient de complètement me chambouler à vrai dire :red:

    En tous cas, merci beaucoup d'avoir partagé ta lettre sur Madmoizelle et j'espère que ça t'aidera à avancer :fleur:
     
    sinae a BigUpé ce message
  5. Pinky Pow

    Pinky Pow
    Expand Collapse

    #mavie. En tant qu'asexuelle, je ressens ça aussi. Cette impression incontrôlable d'être agressée par l'attirance sexuelle des autres, tout en sachant que ce n'est pas "normal", que je ne devrais pas le prendre mal.

    Moi aussi je place l'amitié au dessus du lot parce qu'il y a cette sincérité absolue due au fait que le sexe n'y a pas sa place. Pendant des années j'ai vécu dans l'angoisse de voir arriver ma première relation sexuelle puisque le monde entier s'accordait à se dire que c'était un passage obligé (pire : quelque chose de primordial, de nécessaire, sans quoi on n'est pas "une femme", aujourd'hui ça me fait juste rire jaune). Je n'ai compris que récemment que si je n'en avais pas envie je n'avais certainement pas à me forcer.
    Je n'ai plus de copain à qui envoyer une telle lettre aujourd'hui, mais je redoute le jour où je devrai le faire. Devoir se justifier, toujours expliquer, s'entendre dire qu'on est "malade" ou "traumatisé", qu'on peut "se faire soigner", c'est difficile.
    J'espère que le copain de cette mad saura l'écouter sans la juger.
     
    Neito, Grumpy Bunny, Lily Shinku et 8 autres ont BigUpé ce message.
  6. sakura5192

    sakura5192
    Expand Collapse

    Tout pareil, si je sent que c'est forcé, ou si la personne me prend dans ses bras pour se faire plaisir et pas pour transmettre de l'amour, je le ressens très clairement, et ça me coince.
    C'est un peu ce qui m'a amenée à l'asexualité (pas plus d'une fois / mois du haut de mes 25 piges et presque 5ans de couple), le désir n'existait plus, alors qu'au début je lui sautais dessus pour avoir un câlin pendant qu'il geekait, et ça finissait en 3/jour.
    Et puis j'ai écrit.:cheer:
    Des histoires de Sims, entre autres (sous ce même pseudo, d'ailleurs, que j'aime à voir comme ma vraie identité) puis au fil de mes récits, ils devenaient plus passionnés, leur amour les conduisait naturellement à des "crac-cracs" torrides et brûlants...et ça allumait un feu intarissable en moi. Alors, je me suis dit "ouais, j'suis peut-être faite pour écrire des histoires comme ça...un peu érotiques" - moi qui était la coincée du collège tout pareil que décrit dans l'article, ça me faisait drôle.
    J'avais toujours vu, depuis que j'en savais plus sur le sujet, la sexualité comme stricte moyen reproductif, basta. Mon homme, timide, a fait que malgré lui c'est moi qui prenait les rênes, qui définissait quand je voulais de le pousser sur le lit.
    Et j'ai poussé le vice de l'écriture plus loin. Jusqu'où je peux imaginer ?:cretin:
    Et bien jusqu'à un point où j'étais en fusion, où ma main "s'est mise à agir seule" sous le coup du désir, et j'en suis venue à appeler mon homme pour qu'il "me finisse". Depuis, il a lu cette dernière histoire. Depuis, je sais que je ne suis pas une blanche colombe (ce que je voulais être pour ne pas être affublée du doux terme de salope - alors qu'au fond, une dite salope n'est qu'une femme qui aime prendre son pied, basta. On devrait toutes vouloir l'être, sauf à être 100% asexuelle, évidemment), j'aime être dessus, j'aime lui tenir les poignets en lui mordillant le cou ou les lobes d'oreille. J'aime contrôler, tous les autres aspects de ma vie, savoir où je vais, ne pas laisser la barque faire ce qu'elle veut, savoir, comprendre, alors pourquoi je m'étais bridée ? société ; Pourquoi au lit ç'aurait été différent ? parce que je ne voulais pas être cette fille.
    Mais depuis que je suis pleinement "celle de la nuit" comme on l'appelait au début, ça va tellement mieux (fini le risque de schizophrénie aussi, au passage :P )

    Si j'avais une chose à dire : découvrez-vous (en vous questionnant par écrit, pourquoi pas), assumez-vous (peu importe le temps que ça prend), la société n'a pas (encore ?) mit de caméra dans vos culottes, alors zéro stress, le sexe c'est fait pour être cool :gnih:, parce que la nature est bien faite et fait que "la vie trouve toujours son chemin", pour qu'on veuille des lardons, bah oui :P (au moins en faire en théorie :rire:)
    Faites vous plez les girls :v: (qui sait, peut-être que votre homme/femme kifferait être accroché/e au lit :dowant:)
     
    Ptitepousse, Saperlipopette_, Fleur d'oranger* et 3 autres ont BigUpé ce message.
  7. sinae

    sinae
    Expand Collapse

    La vache , c'est carrément ce que je ressens !
    Je serais donc demisexuelle c'est ça ?

    Je préfère tellement imaginer des histoires que de penser au sexe (et c'était encore plus vrai au collège).
    Moi aussi j'étais la grosse coincée XD La plupart du temps je ne comprenais rien aux blagues et allusions sexuelles. En revanche, je rougissait en 2secondes chrono, si ça m'était directement adressé. Le malaise!

    Je ne sais pas si mon copain est demisexuel aussi.... peut-être. Je pense qu'on ne serait pas ensembles si on n'avait pas eu un lien très fort rapidement et beaucoup de points communs.
    Du coup, comme la personne de l'article, je me demande si je suis devenue comme ça à cause de l'hypersexualisation de la société ou si ça vient de moi ? Un peu les 2 dans doute...

    @Siglyra : et donc en étant demisexuelle, on fait partie des Lgbt ?
     
    Neito et Ptitepousse ont BigUpé.
  8. Scamandre

    Scamandre
    Expand Collapse

    @sinae Pour ta question sur la communauté LGBT+ : disons que c'est sujet à débats (plus ou moins polis :rire:).
    Théoriquement, une personne sur le spectre asexuel (qui comprend donc les demi, grey, etc.) n'entre pas complètement dans le petit cadre de la sexualité hétéronormée de notre société. Du coup, elle peut se retrouver dans une communauté/un mouvement qui vise à mettre fin à l'absolu des normes cishétéro.
    Mais ça dépend surtout si la personne se reconnaît dans tout ça, s'identifie comme tel, et c'est important aussi de savoir se positionner par rapport à ses privilèges ;)
     
    Neito, sakura5192, McFlan et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  9. Mathildoux

    Mathildoux
    Expand Collapse
    La seule chose constante est le changement.

    Je n'ai pas les mots !
    Cela fait plusieurs mois que je m'interroge sur ma sexualité, et cet article me permet de réellement comprendre.. J'étais déjà tombée sur le terme "demisexuelle" après tout un tas de recherches sur l'asexualité mais j'ai finalement abandonné car mal à l'aise à l'idée de vouloir rentrer dans une case et pas vraiment sûre d'être différente des autres à ce niveau là. Parce que oui, je ressens du désir et je prends du plaisir, alors je me dis que je suis comme tout le monde finalement... Et cet article résonne en moi également, parce que je pourrais l'avoir écrit.

    Donc oui, je crois que je suis demisexuelle. Voire asexuelle, je ne sais pas vraiment.. J'ai un copain, je l'aime et j'aime faire l'amour avec lui. Mais je m'aime pas quand il en a envie, je n'aime pas savoir que l'on va le faire parce que c'est comme ça, parce que si on ne le fait pas il va se sentir frustré et puis parce que dans toute relation amoureuse il doit y avoir du sexe. Je déteste lui faire un câlin dans lequel je ne recherche que de l'amour et voir que ça lui donne envie de faire des choses. Je préfèrerai dix mille fois une relation platonique, et quand je pense à l'amour et à mes relations (grande rêveuse que je suis), le sexe n'en fait nullement parti.
    Alors j'hésite, j'hésite à faire passer le lien de cette lettre à mon copain, pour qu'il la lise. Et peut être même qu'il comprendrait mon comportement et qu'il ne m'en voudrait pas...
    Parce que c'est difficile pour lui de comprendre que je l'aime, même quand je refuse qu'on fasse quoi que ce soit, quand je refuse même qu'il me touche... Je suis plutôt du genre à me braquer, et je me souviens de journées entières passées à lui tourner le dos, à refuser le moindre contact physique et à maudire cette société qui place le sexe au milieu de la relation alors que, pour moi, il n'y a pas sa place.

    Alors merci d'avoir su mettre des mots sur ce que je ressens au plus profond de moi. C'est ce genre d'article que je veux lire sur MadMoizelle, parce que c'est parfois dur de faire face à l'affluence d'articles en tout genre qui traitent de la sexualite et pas de l'asexualité, et qui nous font nous sentir encore plus anormales..
     
    Neito, Grumpy Bunny, sinae et 10 autres ont BigUpé ce message.
  10. Nyxi

    Nyxi
    Expand Collapse

    Je débarque avec mes gros sabots alors d'avance, désolée si je blesse quelqu'un.e, c'est pas le but.

    De ce que j'ai compris, la mad a transmit cette lettre à son copain. J'aimerais bien savoir comment il l'a reçu. C'est pas de la curiosité mal placé, c'est juste pour savoir s'il a eu la même réaction que moi face à ce texte : je suis une poule devant un couteau. J'ai essayé de comprendre, vraiment, mais j'y arrive pas.:ninja:
    Peut-être parce que je suis "sexuelle" (à prendre dans le sens "opposé à asexuelle/demisexuelle"), ce texte ne me parle pas, je ne le comprends pas. En fait, je vois pas où est le problème de la mademoizelle qui a écrit. Du coup, pour @Mathildoux qui se demande si elle va faire passer l'article à son copain, s'il est "sexuel" aussi, je suis pas sure que ça l'éclaire des masses. Je vois peut-être trop le négatif des situations (mais vu que c'est une des bases de mon trouble de la personnalité, difficile de faire autrement) mais je crains que ça fasse limite pire que mieux. :erf:

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
  11. Crowd

    Crowd
    Expand Collapse
    “I'd just be the catcher in the rye and all.”

    Merci pour ce témoignage très enrichissant. Je ne ressens pas forcément les mêmes choses sur la Madz, mais je suis carrément d'accord avec le côté "forcé" du sexe et parce que c'est "la norme" Combien de fois les gens vont poser des questions indiscrètes sur le sexe dans un couple alors qu'en fait... c'est pas une obligation, et il n'y a pas que ça.

    Et puis la citation de Clémence c'est teeeeelleement ça. Il n'y a pas mieux dit.
    « On n’apprend pas dans les écoles à se construire des relations amoureuses et sexuelles saines et épanouies. En revanche, tout le reste de la société et du contexte culturel nous apprennent à penser la sexualité à travers les stéréotypes sexistes et violents. »
     
    Anera, sinae et Vendémiaire ont BigUpé ce message.
  12. Mathildoux

    Mathildoux
    Expand Collapse
    La seule chose constante est le changement.

    @Nyxi Je me permet d'essayer d'expliquer tant bien que mal cette pression sociale !
    Pour ma part, et c'est mon point de vue entièrement personnel ( lié à mes expériences, tout ça tout ça)
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Neito, yuyunaâ, cleo-etc et 8 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...