Question (pas si) con L'expression de genre étant une construction sociale, comment peut-on se sentir tel ou tel genre ?

Sujet dans 'Questions (pas si) cons' lancé par Tshepiso, le 29 avril 2015.

  1. Tshepiso

    Tshepiso
    Expand Collapse
    Learning to let go.

    D'abord, je tiens à préciser que je ne veux blesser personne. C'est simplement une question que je me pose, étant intéressée par la notion de genre. :fleur: Si ma question gêne quelqu'un et/ou que vous avez une meilleure formulation, n'hésitez pas !

    Donc voilà, puisque l'expression de genre n'est qu'une construction culturelle (ce n'est pas le débat) (le genre en est-il une ?), comment peut-on se sentir tel ou tel genre ? Je suis née avec des organes féminins, et je me sens femme, mais pourquoi :hesite: ? Et pour les personnes trans, qu'est-ce qui fait que vous ne vous sentez pas en accord avec le genre assigné à la naissance ?
    Cette question me taraude. Si j'étais née dans un monde où les comportements "typiquement masculins" étaient ceux données aux personnes avec des organes féminins, est-ce que je me sentirais homme ? Si on déconstruisait totalement l'expression de genre, est-ce qu'il y aurait encore des personnes trans ? :ko:

    EDIT : Ah et aussi ! (Comment ça j'ai trop de questions ?) Je suis pansexuelle, et je ne comprends pas qu'on ne le soit pas. Enfin, j'accepte, bien sûr, mais je ne trouve pas ça rationnel. Si la société n'était ni binaire ni sexiste, si on ne faisait pas de différence entre les genres, serait-on tous/toutes pansexuel-les (pour les personnes n'étant pas asexuelles bien sûr !) ? (Précisons que je sais que le genre, le sexe et la sexualité n'ont rien à voir, mais je pars seulement d'une même hypothèse: "si la construction sociale de l'expression de genre n'existait pas, alors...")

    Oui, je vis dans un monde de bisounours. :unicorn:

    Je ne sais pas si je suis claire.. :dunno:
    Merci d'avance pour vos réponses ! :fleur:
     
    #1 Tshepiso, 29 avril 2015
    Dernière édition: 29 avril 2015
    Allitché, Solal, Selinde et 41 autres ont BigUpé ce message.
  2. Narcissa

    Narcissa
    Expand Collapse
    Et vous, vous m'racontez pas votre petite journée?

    Merci pour ce topic! Ce sont des questions que je me pose aussi. (Bon, du coup je ne peux pas t'aider ^^' )
     
    Tshepiso a BigUpé ce message
  3. Ada or ardor

    Ada or ardor
    Expand Collapse
    forever dolphin love ah-ah-ah-ah-ah-ah

    J'ai cité une question spécifiquement. Je lis à peu près tous les sujets du forum concernant le genre et la transidentité, c'est une interrogation qui revient souvent :happy:. La réponse est oui, il y aurait toujours des personnes trans dans ce monde idéal où on élèverait pas les enfants différemment en fonction de leur sexe.
    Je dis pas que ça changerait rien, vu que par exemple les comportements seraient moins genrés et plus libres, donc je suppose que ça serait plus facile.
    Mais la transidentité, c'est dans la majorité des cas un sentiment lié aussi au corps. On parle de dysphorie de genre. Par exemple être né avec un vagin, être assigné à la naissance au sexe féminin, mais pourtant sentir intimement que tu rejettes / te sens mal à l'aise face à une voix aiguë, face à la poitrine qui prend du volume à l'adolescence, à l'absence de barbe, etc.
    J'espère que je dis pas de bêtise :shifty:.
     
    #3 Ada or ardor, 29 avril 2015
    Dernière édition: 29 avril 2015
    Selinde, Aoki, Ammet et 10 autres ont BigUpé ce message.
  4. Tshepiso

    Tshepiso
    Expand Collapse
    Learning to let go.

    Merci @Fofie. @Hykulle :fleur:

    @van.i.ada D'accord, donc si part sur ça, en fait c'est la forme du corps qui ne correspond pas à l'identité intime de genre, et non pas la vision que les gens ont de toi ? Ou alors c'est un tout ? :hesite:
    Parce que j'imagine qu'il y a des femmes qui se sentent femmes, et à l'aise dans un corps androgyne, alors qu'on peut facilement les confondre avec un homme ? Ou alors ça a vraiment un lien avec le vagin (&co) et le pénis (&co) en eux-mêmes ? Mais dans ce cas, les personnes qui sont opérées et qui perdent ces caractéristiques physiques (dans le cas d'un accident/maladie par exemple), est-ce qu'elles ne se sentent plus à l'aise avec leur corps ?

    (Trop de questiooooooooons :ko:)
     
    #4 Tshepiso, 29 avril 2015
    Dernière édition: 29 avril 2015
    Aoki a BigUpé ce message
  5. Isilae

    Isilae
    Expand Collapse

    Merci pour le topic! Je ne peux pas apporter de réponse puisque je me pose aussi ces questions (et je pense être cis? Je ne sais pas ^^), mais j'aime beaucoup lire les réponses :)

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Ghost wind et Tshepiso ont BigUpé.
  6. Ada or ardor

    Ada or ardor
    Expand Collapse
    forever dolphin love ah-ah-ah-ah-ah-ah

    @Tshepiso : je pense que c'est variable selon les personnes (cette phrase est valable pour tous les points possibles :lol:).
    Mais là je parlais bien du "monde idéal" que tu imaginais.
    Sinon, il ne s'agit pas que du corps bien sûr, il s'agit aussi de la perception sociale que les gens ont de toi. Et pas seulement l'attente d'un comportement stéréotypé selon le genre attribué à la naissance, mais le prénom, le pronom (il ou elle) qu'on utilise pour parler de toi..
    En terme de transition il n'y a pas que des opérations :fleur:. Déjà suivre une hormonothérapie (avec un endocrinologue) va avoir beaucoup de conséquences physiques (de la texture de la peau à la répartition des graisses du visage (:lunette:), à la pousse des seins). Il y a énormément d'attitudes différentes vis-à-vis des changements physiques. Depuis le mec trans (qui possède une moustache sans rien faire) qui veut pas prendre d'hormones. A la femme trans qui considère que la réassignation de sexe (la vaginoplastie) est vraiment l'étape finale importante.Oui, je parle de gens que j'ai rencontrés hein.. Plein de gens trans sentent pas la nécessité de "tout" faire.
    Mais il y a plein de critères autres que le bien-être personnel qui rentre en compte : l'argent, la santé (ex : prendre des hormones "féminines" tout en ayant un pénis est néfaste sur le long terme :sad:), l'état civil (changer ses papiers d'identité est un parcours du combattant et ça passe mieux quand t'as fait l'opération de réassignation), l'état actuel du savoir-faire médical (ce sont des opérations lourdes et par exemple une phalloplastie ne te permettra pas de bander ou tomber sur les mauvais chirurgiens qui maîtrisent pas ce qu'ils font). Tout ça demande énormément de réflexion, en fait.

    @Ghost wind : j'avais bien dit "c'est dans la majorité des cas un sentiment lié aussi au corps". Et comme je te disais, je ne comprends pas très bien la non-binarité, donc c'est vraiment impossible pour moi d'en parler de la même manière. C'était pas une volonté de ma part de vous oublier.
     
    Aoki, Maia Chawwah et Tshepiso ont BigUpé ce message.
  7. Ada or ardor

    Ada or ardor
    Expand Collapse
    forever dolphin love ah-ah-ah-ah-ah-ah

    @Ghost wind : Mais du coup quel est ton avis sur la question ? :dunno:
    Bah, tu fais bien je pense !
     
  8. Tshepiso

    Tshepiso
    Expand Collapse
    Learning to let go.

    Ah mais oui ! D'accord. Comme si tu étais attirée par les grands ou les blondinets, quoi ! Si je te suis bien, dans le cas d'une société non-genrée, ce serait juste une caractéristique physique. :lunette:

    @souvarine Hm. Je suis pas sûre d'être d'accord avec ce que tu dis. Ca me semble très binaire comme pensée, mais je n'ai peut-être pas compris :fleur: Il y a bien des femmes de pouvoir... J'ai moi-même une tendance dominante et battante, et ce n'est pas pour ça que je me sens moins femme. D'ailleurs, j'en reviens à une de mes questions : pourquoi se sent-on tel ou tel genre ?

    Oui oui bien sûr, je parlais des opérations non voulues, qui arrivent à cause d'une maladie ou d'un accident par exemple. Du type : imaginons que j'ai un problème à mon utérus, et que je doive altérer mes parties intimes pour guérir. Mes organes ne correspondraient alors plus à mon identité de genre.. Est-ce que du coup, je ne me sentirais plus du tout à l'aise avec mon corps ?

    Je note :lunette:

    Merci à tout-e-s :fleur: On en apprend des choses avec les Madz :jv:
     
    Etp, Aoki et Ada or ardor ont BigUpé ce message.
  9. Ada or ardor

    Ada or ardor
    Expand Collapse
    forever dolphin love ah-ah-ah-ah-ah-ah

    @Tshepiso : oups ok j'avais pas du tout compris ça ! Ben du coup aucune idée, je connais pas les "altérations possibles" par exemple :hesite: (hors accident, ça doit être rare non ? par exemple un cancer de l'utérus ? :dunno:). Mais pour moi ça rentre plus dans des trucs post-traumatiques et dans de la rééducation :hesite:. Ça me rappelle un peu les femmes qui se font un opération de la poitrine parce qu'elles se sentent "pas assez femmes" avec leur bonnet B ou les mecs dans les séries (Sex & the city, je t'invoque :shifty:) qui angoissent de leur testicule en moins et envisagent de s'en faire mettre une fausse :shifty:. Donc oui, ça doit avoir une certaine importance pour les gens :hesite: (j'arrive pas du tout à me projeter dans cette situation :fleur:). Et toi, qu'est ce que t'en pense ?
     
    Aoki et Tshepiso ont BigUpé.
  10. Tshepiso

    Tshepiso
    Expand Collapse
    Learning to let go.

    @van.i.ada Pas de souci, c'est moi qui ne suis pas claire :fleur:

    Je suis assez contente de mon corps et de ce qu'il reflète de mon genre, donc j'avoue que je n'ai pas d'expérience personnelle là-dessus.
    Mais j'avais par exemple une amie qui a du se faire enlever les trompes, parce qu'un kyste avait explosé :fear:et je me demande si ça a affecté sa vision de sa féminité. Surtout qu'elle est donc incapable d'avoir des enfants "biologiques" (pas que ce soit une condition sine qua non de la féminité, mais je peux comprendre que ce soit difficile d'y renoncer si on voulait en avoir).
    Et dans le cas d'un cancer, oui, on peut avoir besoin de faire retirer son utérus, ou plus "simplement" ses seins, du coup quel est l'impact sur soi et sa perception de l'adéquation entre son genre et son sexe ? (Et pas seulement à travers le regard des gens, bien que ce soit possiblement lié)
    Mais est-ce que les opérations esthétiques type rembourrage de bonnet ou ajout d'un testicule (Je savais pas que ça se faisait :oo:), ce n'est pas amené par un diktat de la société ? :hesite:
     
    Aoki et Ada or ardor ont BigUpé.
  11. Remus

    Remus
    Expand Collapse
    A bouffé du clown

    Est-ce que la reproduction ne rentre pas en compte aussi ?
    C'est en partie parce que pour la reproduction il faut un homme et une femme (jusqu'à récemment en tout cas), que la relation sexuelle/amoureuse classique est devenue homme+femme, je pense. Si nous nous reproduisions autrement, je pense que ce serait bien différent. :)
     
    Selinde, Lobelya, AprilMayJune et 2 autres ont BigUpé ce message.
  12. Pandanas

    Pandanas
    Expand Collapse
    Pour savoir tout ce qu'il y a à savoir sur ce Spectrum sauvage apparu en face de vous, cliquez sur son pseudo et lisez son "à propos" =3

    Alors personnellement, la discussion des hétéros, homo et bi/pans, je l'ai déjà eu avec mon copain. Mon copain, c'est un cis homme hétéro. Très vite, je lui ai dit que j'étais homme et que j'envisageais une transition (au moins la prise d'hormone, mais je n'étais pas sûr de moi, et finalement je me suis découvert homme et femme) Je ne comprenais pas pourquoi il prenait ça comme "bon, dès que je commence, on se quitte". Pour moi, ça changeait rien. Il aurait fait une transition, ça n'aurait rien changé pour moi. Il en a alors discuté avec sa mère qui a fait des études en psychologie et voilà ce qui en est ressorti :

    En fait, en tant qu'hétéro, il n'est pas attiré que par un comportement, mais bel et bien aussi par l'odeur, la gestuelle, les formes (peu importe de quoi), le son de la voix, la texture de la peau/des cheveux, l'absence de barbe, etc. Tout ça se fait à un niveau presque inconscient (voire inconscient) aussi les hétéros et homos ont souvent du mal à expliquer pourquoi ils préfèrent un genre et pas un autre. Donc si je devenais un homme, il n'y aurait plus que mon comportement qui l'attirerait. Uniquement ça. Le corps, lui, plus rien ou quasi rien ne l'attirerait dedans. Il ne pourrait donc plus être en couple avec moi, mais seulement mon ami.

    ...

    Avouez que si la personne avec qui vous êtes change en un laps de temps très court pour un corps qui ne vous attire pas du tout - sans pour autant vous repousser, juste... ça vous laisse indifférent - vous auriez du mal à garder votre intérêt pour cette personne. Moi, en tout cas, j'aurais un mal fou. Pourtant, je tombe bel et bien amoureux en premier du caractère, de l'esprit, et en second du corps... Mais je sais que je ne supporte pas les personnes sales, qui se nettoient peu. Mon compagnon cesserait de se nettoyer, même en l'aimant de tout mon coeur notre couple ne ferait pas long feu. C'est comme ça, je n'y peu rien, ça me dégouterait.

    Ensuite, concernant le genre, pourquoi je me sens homme ? Pourquoi je me sens femme ? (même si je préfère le terme garçonne) Eh bien... parce que. Je peux le justifier autant de temps que je veux en utilisant les stéréotypes de la société mais, au final, c'est quelque chose de sens, que je sais. Comme une cis femme qui se sent femme ou un cis homme qui se sent sans trop savoir pourquoi et sans forcément correspondre (ou correspondant, peu importe) aux stéréotypes de la société.
     
    Selinde, Aoki, Eleonore Or et 3 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...