L'héritage de Loïe Fuller, la « Fée des Lumières », pionnière de la danse contemporaine

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 27 septembre 2016.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Yoleney

    Yoleney
    Expand Collapse

    On l'a abordé en classe dans mes cours d'histoire de l'art sur l'art nouveau! C'était une véritable icône c'est très ontéressant d'étudier toutes ses représentations. Un film va bientôt sortir sur elle j'ai hâte de le voir
     
  3. Greta

    Greta
    Expand Collapse

    Même si ce n'est pas le sujet central du film, et que ce dernier possède probablement de très belles qualités, il n'empêche que cette tribune de mediapart éclaire énormément ce que peut être la lesphobie et le sexisme ordinaire. Mon intention n'est nullement de troller mais je pense que c'est bien d'avoir ça en tête (en ce qu'il a de choquant) avant d'aller voir le film.
    https://blogs.mediapart.fr/aude-fonvieille/blog/150916/chronique-de-la-lesbophobie-ordinaire
     
    Cornélie, CercleBlanc, Wildation et 13 autres ont BigUpé ce message.
  4. Multicolorielle

    Multicolorielle
    Expand Collapse

    c'est fou, on parlait justement de ça sur la veille permanente homophobie. Ici.
    Et c'est pas un hasard si on en parlait sur cette veille.

    … c'est bien de vouloir donner de la visibilité aux femmes oubliées. Donner de la visibilité aux lesbiennes encore plus oubliées de l'histoire c'est mieux. Je dirais même que choisir délibérément de ne pas le faire, c'est juste archi-minable.
     
    Choconoisette, CercleBlanc, Gunnm et 11 autres ont BigUpé ce message.
  5. Emata

    Emata
    Expand Collapse

    "Suggérer l'attirance homosexuelle de la danseuse" ? Mouais, en gros elle zappe volontairement cet aspect. Lesbophobie ? Oups, j'ai prononcé un gros mot -_-"
     
    Lis, Bathsheva et Greta ont BigUpé ce message.
  6. Greta

    Greta
    Expand Collapse

    Oui comme dirait Soko, citée dans l'article de mediapart "l'idée n'était pas de faire un énième film lesbien" (ahaha).
    Mais en plus de cela, vouloir "masculiniser" une vie et un film (comme si on en avait besoin) en fantasmant une relation, qui en plus d'apporte rien de plus à l'oeuvre, au personnage, à la danse j'ai l'impression.
    C'est raison me semble peu valable, et rentre plus dans la volonté d'avoir le plus de public possible (après on s'étonne de la vitesse du changement des meurs...)
    C'est dommage car comme le disait la réalisatrice dans l'interview de Mademoiselle, son but était de redonner toute l'important à une femme avant gardiste qui était tombée dans l'oubli, comme beaucoup d'autres femmes. Se concentrer sur la danse et non pas sur ses relations amoureuses (notamment avec Gabrielle) très bien, mais dans ce cas là, on invente pas une histoire d'amour et des scènes érotiques avec un homme qui n'existe pas !
     
    Cornélie, Manea, Babitty Lapina et 10 autres ont BigUpé ce message.
  7. Multicolorielle

    Multicolorielle
    Expand Collapse

    Comme il y a deux articles sur ce film sur mad, je poste ici aussi mon post de réaction à l'autre article :

    bon je DP mais en fait plus j'y pense plus ça me révolte, pour plusieurs raisons :

    La réalisatrice justifie cette "prise de liberté" par le fait qu'elle n'a pas souhaité se concentrer sur la vie privée de Fuller, mais plutôt sur son travail.
    Mais au final, inventer un personnage masculin pour poser Fuller en hétérosexuelle vaguement bi-curieuse, ce n'est pas faire l'impasse sur sa vie intime, c'est la réécrire, donc lui donner une présence dans le film, de manière complètement fausse.
    Donc l'argument du désintérêt pour la vie privée ne tient pas du tout.

    Ensuite, la réalisatrice a aussi justifié ce choix car elle ne voulait pas faire de l'homosexualité de Fuller le sujet de son film. Mais c'est juste super exaspérant : quand quelqun.e fait un biopic au sujet d'un.e hétéro et raconte ses histoires d'amour et de cul, est-ce qu'on dit que l'hétérosexualité est le sujet du film? non !
    et vu que là apparemment la réalisatrice a pris le parti pris de se concentrer sur le travail de fuller, elle aurait tout à fait pu évoquer ses amours homosexuelles de manière honnête sans que ça devienne le sujet du film !

    Bon, et en plus de ça, l'argument de rajouter un personnage homme qui joue le rôle du mari "pour une touche de masculinité", c'est vraiment gerbant : pour moi ça a exactement la même teneur que les propos du genre
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    POURQUOI il faut une touche de masculinité?
    A quel moment c'est incompréhensible que dans une relation lesbienne, il n'y a pas de place pour un homme?

    Et en plus, les qualifications masculin / féminin ne sont pas du tout inhérente au genre selon moi : à mon sens il est tout à fait possible d'apporter une touche de masculinité à travers un personnage femme et vice-versa - mais ça c'est un autre débat.

    Bon, et dernier point : se pose la question primordiale de la représentation !!!
    zut à la fin, en tant que réalisatrice, elle devrait être consciente qu'un film, la manière de montrer le monde, ça a une incidence, ça a des conséquences !
    vraiment, suggérer qu'une personne qui était ouvertement homosexuelle n'était en fait qu'une hétéro vaguement attirée par les femmes, ce n'est pas juste "prendre des libertés" sans conséquences, ce n'est pas juste faire l'impasse sur un détail. C'est, activement (même si ce n'est peut-être pas l'intention derrière, c'est la conséquence concrète), encore une fois mettre des bâtons dans les roues à tou.te.s celleux qui sont sur le chemin de la découverte de leur sexualité - alors que ça pourrait être une figure d'identification tellement géniale, et sans avoir besoin d'en faire trois tonnes, sans avoir besoin de mettre sa vie amoureuse au premier plan - juste en la représentant honnêtement ça suffirait !
    je ne souhaite à aucune personne qui passe actuellement par une phase de questionnement de son orientation, de ses désirs, de tomber sur ce film.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !



    Et pour finir, par rapport au traitement sur madz : pourquoi survoler si rapidement ce sujet si problématique?
    je pense qu'il est tout à fait possible à la fois de mettre ce film en avant - car il est fait par une femme, sur une femme, etc - ET d'être honnête et ouvertement critique sur ce point là.
     
    Lis, Cornélie, Manea et 6 autres ont BigUpé ce message.
  8. agapanthe7

    agapanthe7
    Expand Collapse
    Truffaldienne

    Etonnant que Soko, qui est lesbienne, ait approuve cette orientation.
     
  9. Wildation

    Wildation
    Expand Collapse
    grave cool

    @agapanthe7 (Soko n'est pas lesbienne mais bi/pan mais bon, c'est un détail)
    Euh, mais même si je suis d'accord avec vous toustes, le personnage masculin prend beaucoup trop de place par rapport à la vraie vie de Fuller, mais il a pas été complètement inventé puisqu'il doit sûrement s'inspirer du vrai mari qui a financé une tournée? Enfin bon, même si c'est un peu tiré du réel, je trouve ça super triste et énervant qu'il prenne autant de place, et qu'on voit à peine le fait que Loïe n'était pas hétéro/lesbienne.
    [Je suis désolée, j'essaie de faire un commentaire utile, mais j'y arrive pas, je suis fatiguée]
     
Chargement...