Ma déprime en Erasmus, et comment je m'en suis sortie

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 26 février 2017.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. DatPotato

    DatPotato
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    L'Erasmus m'a personnellement fait du bien. Étudiante en LEA et LLCE il semblait de toute façon obligé que j'y passe.
    J'étais loin d'être une quiche en anglais, j'aurais peut-être du partir pour une destination hispanisante, mais je suis quand même partie en Angleterre, mon amour de toujours.
    Je crois que ce semestre a été le meilleur de tous. Je n'en pouvais plus de ma fac et des gens de ma fac en France, donc partir était une solution. J'ai eu une super coloc où on était 7, 6 britanniques et moi. C'était un peu le bordel mais tout s'est bien passé, y a jamais eu de prise de bec. Et bien sûr j'avais deux amies françaises sur place qui étudiaient avec moi sur place.

    Concernant les cours, j'avais contacté les facs qui m'intéressaient et les anciens élèves partis pour pas me fermer des portes ou que je sois perdue. Concrètement le niveau était un peu plus élevé qu'en France mais je me suis épanouie dans mes cours et je les ai absolument adoré; malgré une université bien plus imposante qu'en France, les profs (lecturers) étaient tout le temps disponible et à l'écoute (et en plus on les appelle par leur prénom, ça c'est chelou on va pas se mentir).

    En somme l'Erasmus a été fantastique. J'ai rencontré mon copain là-bas avec qui je suis maintenant depuis trois ans rpz, et après avoir fini mes licences je suis parti directement en master en Angleterre. Toute seule cette fois-ci, sans personne de ma fac française, sans mon copain dans la même ville. C'était plus compliqué mais pour rien au monde je ne changerai tout ce que j'ai fait :)

    Merci Erasmus+
     
    Kmarlou, Halinor et ChansonMuette ont BigUpé ce message.
Chargement...