Ma rupture, ma perte de désir... et comment je m'en suis sortie

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 14 février 2015.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. bat-momo

    bat-momo
    Expand Collapse

    Après, on peut avoir une vie très épanouie sans désir, sans sexe et même sans relation amoureuse, ça dépend vraiment des gens. C'est pour ça que je ne suis pas d'accord avec certaines citations. Mais je suis d'accord avec le reste, surtout que la Madz qui témoigne ressentait du désir avant de le perdre. C'est vraiment un sujet difficile, le désir, surtout s'il est féminin. D'un côté, on a nié le désir féminin pendant des siècles, et plus tard, de nos jours, dans une société où le sexe est glorifié, il est très difficile pour les autres d'admettre que certaines personnes peuvent vivre très bien sans ressentir de désir physique. Il faut juste être en accord avec soi-même en fait. Si on vie très bien le fait de ne pas avoir de désir, tout va bien.
     
    Khimeira, Black Phillip, Lumiciole et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. Laverne

    Laverne
    Expand Collapse

    Pardon d'avance, je ne veux surtout pas être méprisante, mais je n'ai pas beaucoup aimé cet article. Je me permets de l'écrire parce que généralement les articles sont vraiment travaillés et apportent quelque chose mais là ça me paraît très très creux.

    D'abord sur la forme, le style est très lourd, mais ce qui m'a le plus énervé ce sont les citations qui font vraiment "patchwork". Elles n'ont pas l'air d'être comprises mais simplement utilisées, quitte à être très aplaties, comme illustration de l'unique idée de l'auteur: IL FAUT SE BATTRE POUR AVOIR DU DESIR SEXUEL OKAY? On dirait que l'auteur a tapé "citation désir" sur Google et les a calées dans son article sans réfléchir à ce qu'elles signifient vraiment. Sur ce plan l'article ressemble à une très mauvaise dissert de philo d'un élève qui n'a pas compris qu'il fallait expliquer la pensée de l'auteur et qui utilise des citations apprises par coeur comme "décoration" pour son développement. Enfin surtout Schopenhauer sérieux, je comprends pas du tout ce qu'il vient faire là?

    Sinon l'absence de désir est quelque chose de très dur à vivre surtout dans le cadre d'une société où on nous répète sans cesse que c'est le moteur de la vie, que c'est nécessaire à notre épanouissement, etc. Il y a beaucoup de choses à interroger là dedans: pourquoi est-ce qu'on a du mal à accepter que nous ne soyons pas perpétuellement assoiffés de sexe, et est-ce que c'est si grave d'avoir des périodes de "creux"? Est-ce qu'on ne peut pas vivre sans désir sexuel? Pourquoi pense-t-on qu'il faille absolument faire l'amour pour "guérir", pour "se remettre" d'une rupture? Est-ce qu'on peut pas lâcher prise un peu sur ces questions, et ne pas utiliser des termes comme "je m'en suis sortie" comme si l'absence de désir était une tare ou une maladie ?

    Mais si l'auteur décrit la façon dont elle cherchait à "se forcer" quitte à fondre en larme, elle ne s'interroge pas sur les raisons pour lesquelles elle se sentait ainsi, ni d'ailleurs pourquoi c'est "revenu" (fin de la période de deuil? Le garçon l'a traité différemment?). L'article ne m'apprend rien sinon "j'avais plus envie et puis à un moment j'ai rencontré un mauvais garçon trop sex et ça a marché! faites comme moi les filles. Oh et lisez Sartre même sans le comprendre, car les belles lettres c'est mieux que la technologie"

    Ha et qu'est-ce que la ménopause a à voir avec l'absence de désir? Non mais n'importe quoi sérieux. (je sais bien que c'est le mec qui dit ça mais l'auteur ajoute seulement "je me posais aussi la question" et rien d'autre)

    Enfin j'ai pas compris cet article qui ne ressemble pas à la qualité de ce que j'ai l'habitude de lire ici.
     
    #3 Laverne, 14 février 2015
    Dernière édition: 14 février 2015
    Amarcord, Khimeira, Roppongi et 21 autres ont BigUpé ce message.
  4. Galaadina

    Galaadina
    Expand Collapse

    Je ne suis pas sûre de comprendre... La relation de la Madmoizelle s'est arrêtée en 2014? Donc cette période de "non désir" sexuel n'a duré en tout que même pas un an? Et durant cette courte période, elle a eu de nombreuses fois l'occasion de "subir" cette absence de libido?
    J'ai beau essayer de comprendre, j'ai tendance à voir juste une fille sortant d'une relation longue, pas remise de sa rupture, et qui se force trop vite (au sens "trop vite pour elle", pas "trop vite pour la bienséance") à essayer de faire du sexe avec des hommes qu'elle ne connaît pas.
    Je n'ai bien entendu aucun jugement de valeur vis-à-vis de cela, soyons claires. Simplement, je n'y vois rien que de très... commun? Enfin, je n'y vois pas un "problème" d'absence de libido, j'y vois juste quelque chose de normal, en somme, tendant juste à prouver qu'on n'est pas des machines à baise.
    Du coup, je ne suis pas sûre de tout piger, ou alors je suis passée à côté d'un truc... Je n'arrive pas à comprendre pourquoi la Madmoizelle a vécu cette période comme une chose particulièrement problématique et/ou surprenante?
     
    #4 Galaadina, 14 février 2015
    Dernière édition: 14 février 2015
    Roppongi, Traumen, Cassiis et 8 autres ont BigUpé ce message.
  5. Origami7

    Origami7
    Expand Collapse
    Guest

    J'approuve les autres commentaires. Je trouve ça normal, après une rupture, de ne pas avoir envie de coucher avec le (les) premier(s) venu(s) pendant quelques temps.
    Pourtant, c'est ce qu'on a tendance à essayer de faire, pour se consoler et reprendre confiance en soi le plus vite possible, mais on se rend la plupart du temps compte que ça ne sert à rien, qu'il faut juste se laisser le temps.
    Sauf coup de coeur (amoureux ou physique). Et encore, on a très rarement un coup de coeur direct après s'être fait plaquer..
    Je trouve donc qu'il n'y a rien de problématique dans une situation où le désir est moins présent, surtout si l'on a perdu l'objet de son désir. Justement, cet article risque de faire croire à des filles qui se trouvent dans cette phase (qui donc pour moi est une phase normale, pratiquement obligatoire, mais en aucun cas problématique) que c'est anormal, particulier, et donc qu'il faut s'en soucier et absolument tout faire, tout essayer pour retrouver le désir le plus rapidement possible. Quitte à se forcer un peu.
    C'est presque dangereux je trouve. Comme l'a dit une Mad, on n'est pas des machines à baiser, on devrait être libre sans jugement, sans pression.
    J'sais pas, comme si l'absence de désir voulait dire qu'on est malade.. alors que c'est quelque chose que chacun expérimente dans sa vie et que c'est absolument pas grave du tout..
     
    Laverne, LeocadiaLee, Jauneparapluie et 2 autres ont BigUpé ce message.
  6. eyfell

    eyfell
    Expand Collapse
    mystere et boules .... de gommes !

    Je trouve que ce témoignage est somme toute relatif mais merci quand même de l'avoir partagé.
    Une rupture de moins d'un an c'est encore frais il me semble, surtout pour une relation de 3 ans.
    Je comprends bien que ce témoignage est personnel mais il y transparait tout de même derrière une injonction au désir !
    Et alors ? C'est pas grave si on en a pas ! Si ca ne nous manque pas pourquoi s'en préoccuper si ce n'est pour faire comme tous les autres ? Et alors là le problème réside plutot dans la non écoute de son corps aux dépens du regard d'autrui.
    Je trouve quand même le sujet interessant, il m'est arrivé la même chose apres que j'ai quitté mon premier copain dont j'étais encore amoureuse (histoire tordue bonjour). 10 jours apres je couchais avec un mec de manière presque mécanique, parce qu'il me plaisait tant physiquement que mentalement et qu'à l'époque je pensais que comme c'était logique c'était ce qu'il fallait faire. Ce qui s'est passé ensuite ? plutot simple, j'étais pas prête à m'engager, lui voulait une relation sérieuse et je l'ai vexé parce que je n'avais pas alors le recul necessaire pour mettre des mots sur mes émotions et que quant on est jeune on manque souvent de délicatesse.
    Il m'a fallu exactement 17 mois avant de ressentir du désir pour quelqu'un d'autre. Et à vrai dire, je m'en fichais ! Ca s'est réveillé un jour tout seul, ce n'était ni pesant ni préoccupant, il me fallait juste du temps.
    Je peux comprendre que la madz l'ai mal vécu à cause de la pression sociale, mais franchement je ne trouve pas que ca vaille la peine de se forcer ou de risquer de peiner quelqu'un (parce que bon j'imagine que si je suis un mec et que la nana que je veux choper pleure apres que je l'ai embrassé ou rit ca me mette un petit coup à mon égo).

    Et puis parfois une baisse de désir ca peut etre lié à une petite déprime ou tout betement à un changement hormonal (genre arret de la pillule lorsqu'on est plus en couple) alors au lieu de vouloir soigner un symptome il vaut peut etre mieux rechercher les causes du problème ...
     
    Laverne, Jukeuh et bat-momo ont BigUpé ce message.
  7. elanelan

    elanelan
    Expand Collapse

    bonjour bonjour,
    j'ai un avis plus mitigé sur ce témoignage. Sur la forme je suis assez d'accord: je suis ne pas très fan du style ou des citations. C'est vrai que ça peut être assez "lourd"... C'est mon avis personnel et je le dis sans méchanceté.
    Et c'est vrai aussi : ça devrait tomber sous le sens qu'après une rupture il faut du temps avant d'avoir du désir, amoureux ou physique.Mais justement quand on a le nez dedans on ne se rend pas forcément compte. C'est pas évident pour tout le monde.
    Je sors d'une relation de deux ans. Quand ça s'est finit j'ai pleuré un quart d'heure et ensuite je suis repartie réviser (rupture +partiels = meilleure idée du monde). J'ai couché avec un ami une semaine après. J'avais envie d'affection, de désirer, d'être désirée aussi. Dans ma tête il était hors de question de me laisser démolir par la situation. Et je suis contente de l'avoir fait, j'ai passé un bon moment, ça m'a fait du bien. Je refusais de ruiner ma vie pendant 6 mois comme je l'ai fait pendant ma précédente rupture. ça fait deux mois maintenant, c'est beaucoup, pas beaucoup, ça dépend des gens... Maintenant j'accepte de me sentir triste, j'essaye de me laisser le temps, de pas tout refouler ...
    Enfin tout ça pour dire que ce que décrit cette mademoizelle je peux le comprendre. A la première lecture j'ai trouvé que ça mettait des mots sur ce que je ressentais : envie de ressentir quelque chose mais ça ne se contrôle pas au final. Et c'est pas facile à admettre forcément. On a envie de vite montrer qu'on va bien, qu'on s'en fout. C'est peut être une fuite en avant aussi. L'entourage peut nous pousser dans ce sens là aussi. Quand tu es célibataire, même depuis un mois, les gens s'attendent à ça. Enfin je sais pas si je m'exprime très bien, je ne réagis jamais d'habitude ^^'.
     
    Laverne et eauphelie ont BigUpé.
  8. Nevros

    Nevros
    Expand Collapse

    Cet article donne une impression assez étrange, non pas pour son sujet, mais le témoignage ._.
    Je vais pas développer le fait que ça faisait pas un an que la fille avait ce problème, après une rupture, et que du coup j'ai l'impression que c'était un peu tomber dans le "dramatique" pour quelque chose d'assez compréhensible, voire commun dans ce genre de situation. J'crois que d'autres le développent mieux que moi :3

    Par contre, les citations, sortie d'un site de citation en tapant en mot clef le mot "désir"... j'ai pas compris XD (D'autant plus qu'elles ne parlent pas forcément de désir sexuel, mais bon). Enfin au moins, ça m'a fait sourire d'amusement au bout de la troisième (oui il me faut pas grande chose ~ )
     
    #8 Nevros, 16 février 2015
    Dernière édition: 16 février 2015
    Laverne et LeocadiaLee ont BigUpé.
  9. Laverne

    Laverne
    Expand Collapse

    Bon en un sens je suis "rassurée" de voir que je ne suis pas la seule à avoir tiqué sur l'article, mais en relisant tout ça à tête reposée je trouve que j'ai été bien virulente. En fait je crois que j'ai réagi au quart de tour parce que j'ai ressenti l'article comme très prescriptif et injonctif, alors que ce sentiment vient en grande partie des défauts formels (citations maladroitement utilisées pour appuyer le propos notamment, aucune remise en question de la pression sociale sur ces questions, et puis la fin de l'article, très problématique quand même). Ca reste un témoignage, donc hautement subjectif ; finalement on ne peut que se réjouir que la madmoizelle se sente mieux dans son corps, et la remercier d'avoir partagé son expérience, même si je reste en profond désaccord avec la conclusion qu'elle en tire.

    Mais à la relecture il reste quand même un truc qui me gêne vraiment, vraiment, vraiment :

    On est d'accord que ça n'a RIEN A VOIR avec le schmilblick?
    Je pense que le mot doit être mis pour un autre, peut-être "frigide"? (enfin l'emploi du mot frigidité est également plus que discutable, et je ne pense pas qu'il faille l'utiliser, mais au moins ça aurait un sens de se poser cette question, parce que là ça ne veut juste rien dire).

    Et à vrai dire ça m'ennuie vraiment que cette phrase reste telle quelle dans l'article, parce que c'est pour le moins ennuyeux qu'un magazine qui prône plutôt le fait d'être à l'aise avec ce qui se passe dans son utérus laisse croire que le désir sexuel est nécessairement lié à l'ovulation, et donc que les femmes ménopausées n'ont plus de désir. En fait c'est même un des premiers combats féministes de dissocier la vie sexuelle de la femme de sa "fonction reproductive".... Est-ce qu'il serait possible de la remanier un peu? Ou peut-être y a-t-il une explication logique que j'ai loupé ?

    Du coup je sais pas trop qui mentionner parce que je sais pas si c'est juste une erreur de mot ou plus un problème de contexte : @Melissa ? @Fab ? @Mymy ? @Miquette ?

    Désolée d'avance, c'est pas très chic de mentionner tout le monde et ça fait vraiment "je crie au scandale" alors que pas du tout, c'est juste que ça m'ennuie vraiment et que je ne sais pas de qui c'est le ressort exactement... Pardon pardon !
     
    Khimeira, Nevros et Lullabye ont BigUpé ce message.
  10. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Chefferie
    Membre de l'équipe

    C'est le job de @Melissa, qui regardera ça demain matin, donc :)
     
    Laverne a BigUpé ce message
  11. Laverne

    Laverne
    Expand Collapse

    Ok, merci beaucoup! comme ça je saurais pour la prochaine fois et je dérangerais pas dix personnes! Sorry pour le dérangement, tardif en plus.
     
  12. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

    Hey :) Merci de ces remarques très utiles, en effet je vais voir avec l'auteure de l'article pour préciser cela ! :fleur:
     
Chargement...