Margaux Collet : Beyoncé est-elle féministe ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 11 octobre 2018.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    #1 Clemence Bodoc, 11 octobre 2018
    Dernière édition: 11 octobre 2018
    ----- Publicité -----
  2. Peace&Love&It;3

    Peace&Love&It;3
    Expand Collapse
    Pronom: elle ou ael

    Ca me met vraiment mal à l'aise de voir des meufs blanches s'interroger sur le féminisme d'une meuf noire... Surtout que bon quand on connait les positions islamophobes et putophobes de Osez le féminisme c'est pas neutre. Et je suis d'ailleurs déçu que Diglee ait illustré ce bouquin
     
    greenapple, Guermantes, Adybou et 18 autres ont BigUpé ce message.
  3. lilolula

    lilolula
    Expand Collapse
    -

    Bientôt les blancs se permettront de dire qui sont les "vrais" antiracistes chez les racisés... à merde ils le font déjà !

    Egalement :erf:
     
    greenapple, Guermantes, Licorne Sauvage et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. Emily's

    Emily's
    Expand Collapse
    Keep calm and ... Let the Karma finish it !

    J'hésitais à m'acheter le livre ... :shifty:
     
  5. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Tu ne pourrais pas être plus hors sujet :yawn: l'objet du livre est d'expliquer ce qu'est le féminisme, le titre est une question rhétorique pour qui connait les problématiques — je pense que personne ici n'en est à se demander si Beyoncé est féministe ou non ?! Mais qui ne comprend rien ou pas grand chose au féminisme, ou qui se pose des questions sur la cohérence du féminisme, ces gens auront tendance à avoir des moments de confusion, du genre : mais alors, poser nue, c'est de l'empouvoirement ou de l'intériorisation des injonctions patriarcales ? :hesite:

    C'est un livre plutôt axé jeunesse, mais suffisamment malin et fin pour convenir à tous les âges.

    Quant aux accusations de positions "racistes" et "putophobes", je vous donne rendez-vous dans quelques semaines, car j'ai aussi tendu le micro à Raphaëlle Remy Leleu, on a BEAUCOUP parlé des critiques entre féministes ;)
     
    sunnyna, Dragize, Eugenye et 12 autres ont BigUpé ce message.
  6. Fondle

    Fondle
    Expand Collapse
    Love is my religion.

    Pourquoi forcément voir les choses sous le prisme du "meuf blanches VS meuf noire" :neutral: ? J'veux bien que le racisme existe et se manifeste de manière insidieuse mais heu bon, là c'est vraiment pas le propos. Beyoncé se revendique comme une icône féministe, ceci est un fait. Ce qui est un autre fait, c'est qu'elle sexualise beaucoup son corps. A partir de ces deux faits là, il y a matière à interrogations / à discussion. Et... Voilà. C'est tout. Parce que, qu'on le veuille ou non, le fait de jouer de son propre corps en le sexualisant, et ce dans une démarche militante, c'est quelque chose qui est encore incompris de nos jours et même dans les milieux féministes / militants ! Il n'y a qu'à voir les réactions dans les commentaires Mmz pour des articles parlant de ça (je n'ai plus les titres en tête mais ça avait rapport avec des photos de nus sur Twitter je crois).

    Ensuite, choisir de mettre Beyoncé en avant c'est un choix marketing. Beyoncé est une icône pop mondialement connue et appréciée par beaucoup de monde, donc forcément que ça va attirer l’œil et inciter les gens à regarder ce livre. En plus, la question choisie est un débat qu'il peut y avoir dans toutes les soirées où le féminisme est abordé (je l'ai moi-même eu avec des proches). Donc, pour qui s'interroge un minimum sur ce que le féminisme est vraiment (car il s'agit d'un livre pour découvrir ce que c'est), bah ça met en avant une question que beaucoup de gens ont pu avoir. Stratégie de comm toussa toussa...

    (Haaa bon, Clémence m'a devancé de 2min mais tant pis, je poste quand même mon message :shifty:. )
     
    Mowette, Bulle mousseuse, cryhouse et 16 autres ont BigUpé ce message.
  7. Peace&Love&It;3

    Peace&Love&It;3
    Expand Collapse
    Pronom: elle ou ael

    D'expliquer le féminisme à qui? Comment? J'ai bien compris que la question était posée à but pédagogique pour tout ce qui est empowerment/objectification. Il n'empêche qu'au final ça reste des meufs blanches qui vont répondre à la question "cette meuf noire est-elle vraiment féministe?". J'ai bien compris que c'était un choix marketing mais vrai question: pourquoi Beyoncé et pas une autre icone de la pop? Parce que comme par hasard depuis que Beyoncé a osé se dire féministe il y a eu dix mille analyses sur si elle l'était vraiment ou non. Et oui, ce choix n'est pas neutre, d'autant plus vu comment les femmes noires sont aussi hypersexualisées. Ce choix marketing c'est de miser sur l'image d'une femme noire pour que les autrices, meufs blanches se fassent de la thune, pédagogie ou non hein.

    On aime les guillemets à raciste et putophobe qui donnent le ton, sans oublier le petit smiley passif-aggressif. Intéressant aussi de parler de critiques quand on parle d'oppressions. Mais bon, j'ai hâte de voir si elles ont changé depuis cet article de 2015:
    http://madame.lefigaro.fr/societe/le-feminisme-exclut-il-les-minorites-090615-96897
    Extrait: "Et pour cause : l’association soutient depuis ses débuts que le voile est un objet de soumission. Osez le féminisme ! a consacré sa première gazette au thème des femmes et des religions et dressé un portrait au vitriol des croyances, sans verser dans la nuance. « La société patriarcale a utilisé le voile pour marquer les femmes, les inférioriser et les laisser à l’écart, et pire, elle a parfois réussi à les convaincre qu’elles le faisaient de leur plein gré », écrivait ainsi Caroline De Haas, la fondatrice du mouvement, en 2009."

    Et je vais citer ce passage aussi: "Beaucoup, considérant leur couleur de peau comme un détail dans la lutte pour l'égalité, ont cru qu'un féminisme universel était possible. Jusqu'à ce que le racisme les rattrapent. Amandine Gay, aujourd’hui militante afro-féministe, a commencé à militer à OLF. « C’est là que j’ai appris que j’étais noire. » Elle raconte, dans une vidéo de la blogueuse afroféministe Mrs Roots, comment elle s’est sentie être la « caution noire » de l’association. « Le problème d’OLF est que les militantes avaient des prises de position contre le voile et pour l’abolition de la prostitution. Mais OLF n’a pas de femmes voilées dans son association, très peu de musulmanes, très peu de femmes non blanches et pas non plus de travailleuses du sexe. Au bout d’un moment, tu te demandes "pourquoi vous êtes là à avoir des avis et des prises de position sur des choses qui ne vous concernent pas ? Est-ce que les personnes concernées ne sont pas les mieux placées pour avoir la parole là-dessus ?" La confiscation de la parole m’est devenue insupportable. (...) J’avais envie de dire : "Arrête de parler de ce que tu ne connais pas !" Le premier pas pour aider les gens, c’est de la fermer et de les écouter. » Depuis, Amandine se déclare afroféministe. Elle travaille actuellement sur un documentaire retraçant les parcours de jeunes femmes noires en France, baptisé Ouvrir la voix."

    Bref, j'en ai personnellement marre que le féminisme soit toujours mis au centre par des militantes blanches athées qui ne prennent pas en compte les femmes racisées ou croyantes. Je trouve ça comique de parler de "critiques" quand on voit à quel point le féminisme est toujours centré sur les meufs blanches, à quel point on est incapables de se remettre en question et de justement chercher à comprendre ce qu'il y a derrière ces accusations de "racisme" comme tu dis plutôt que de les balayer d'un revers de main.
     
    narvali14, Pimprestinguette, Malinauka et 23 autres ont BigUpé ce message.
  8. Peace&Love&It;3

    Peace&Love&It;3
    Expand Collapse
    Pronom: elle ou ael

    @Flowercream- Personne a dit qu'elles devaient être censurées, on peut quand même trouver questionnable que ce soit des meufs blanches qui fassent ce choix marketing comme par hasard. Elles ont le droit de s'exprimer à ce sujet mais elles ne sont pas neutres, c'est toujours bien de le rappeler et de ne pas croire que la couleur de peau ne rentre pas en jeu.
     
    Anandryne, Guermantes, Sol Invictus et 9 autres ont BigUpé ce message.
  9. CaraNougat

    CaraNougat
    Expand Collapse

    @Peace&Love&It;3 : Je n'arrive pas à penser à des artistes blanches aussi connues qu'elle qui se soient déclarées féministes de façon aussi explicite et en insistant autant parmi les plus populaires. Je ne suis peut-être pas assez au courant, mais les positionnements de Katy Perry ou de Britney Spears par exemple me paraissent plus discrets. Beyonce a quand même inclus la définition du sexisme dans un de ses single et a affiché en lettre capitales lumineuses "Feminism" dans ses concerts. C'est un sujet qu'elle a amené sur le devant de la scène de façon presque spectaculaire, donc ça ne m'étonne pas que les personnes s'attardent plus sur son féminisme à elle que celui d'une autre artiste. Puis, pour un livre adressé à de jeunes gens, mieux vaut titrer avec des références qu'iels maitrisent, et peu de stars militantes sont aussi populaires chez les jeunes je pense. Après, tu pensais peut-être à d'autres personnes blanches que j'ai zappé.

    Je ne dis pas que le racisme ne peut pas produire de biais dans la façon d'appréhender le féminisme des différentes femmes, mais juste que Beyoncé s'est distinguée dans son rapport au féminisme autrement que par sa couleur et que ça peut expliquer ce choix. Si le titre avait été "Rihanna est-elle féministe?", je n'aurais pas réagi de la même manière. Puis, pour celleux que le féminisme de Beyoncé interroge vraiment à cause d'un biais raciste, c'est peut-être une bonne façon d'attirer leur attention (?) Ca fait un titre un peu "clickbait" pour attirer leur attention, et peut-être permettre une réflexion plus poussée à terme.
     
    narvali14, Guermantes, Mowette et 21 autres ont BigUpé ce message.
  10. Madhiko

    Madhiko
    Expand Collapse
    Vahiné vitaminée

    Je pense que niveau renommée, récompenses et influence, Beyonce est dans une autre catégorie que l'immense majorité des icônes pop. C'est pas juste "une femme noire icône de la pop", c'est la référence actuelle de chanteuse superstar, le nom qui vient tout de suite à l'esprit si on demande aux gens d'en citer une. Tout comme Marilyn Monroe représente "l'actrice américaine des années 50-60", comme Brad Pitt a été "l'acteur sex-symbol des années 2000", là on a Beyonce et il se trouve qu'elle est noire, certes, mais je trouve que ça la définit moins que son statut de superstar. Il y a des chanteuses qui ont vraiment l'image de "chanteuse noire", comme Tina Turner par exemple, mais dans le cas de Beyonce, j'ai pas l'impression que ça soit ça que les gens lui associent en priorité.

    Edit : Et comme l'a dit @CaraNougat , Beyonce a fait du féminisme un élément important de son image, donc c'est pas non plus étonnant qu'on pense à elle quand on veut parler d'une "star qui se revendique féministe".
     
    narvali14, Mowette, Asilentio et 14 autres ont BigUpé ce message.
  11. Chat-au-Chocolat

    Chat-au-Chocolat
    Expand Collapse

    Je vois pas le rapport ? Parce que Beyoncé est noire, on n'a pas le droit de s'interroger sur son féminisme ? (d'autant que ce n'est même pas le propos du livre, de ce que j'en ai compris et pour l'avoir feuilleté en librairie il s'adresse à un public relativement jeune et peu connaisseur en la matière pour aborder des questions comme : "peut-on poser nue en couv d'un magazine / capitaliser uniquement sur son corps et être féministe ?") Beyoncé est mise en exergue parce que c'est l'exemple parfait, en plus d'être une immense icône pop qui parle à tout le monde. Je ne vois absolument pas ce que vient foutre sa couleur de peau dans le débat (d'autant plus que c'est réducteur de la ramener à ça, non ?) Ce n'est pas comme si le bouquin parlait discriminations racistes à la place de telle ou telle femme racisée directement concernée par ces questions… Je trouve ton commentaire HS.

    Bref, ces querelles de chapelle, c'est vraiment ce qui me dégoûte du militantisme féministe parfois. Est-ce qu'on a besoin de compartimenter les personnes de manière aussi catégorique ? Est-ce qu'on doit absolument fermer sa gueule sur tous les sujets qui ne nous concernent pas directement ? (si c'était le cas, je n'aurais pas le droit de parler agressions sexuelles, maternité, éducation, racisme, violences gynécologiques, etc etc... super les potentialités de discussion et d'apprentissage :d)
     
    Mowette, GangstaMerguez., Flopidou et 15 autres ont BigUpé ce message.