Mariage pour tous : on recherche des homosexuel.les qui se sentent stigmatisé.es

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 17 novembre 2012.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. Ginger_Gold

    Ginger_Gold
    Expand Collapse
    All you need is CAT

    Bien entendu, je ne me suis jamais sentie intégrée dans la société, mais là "c'est la première fois que la société me donne l'impression d'être une sous-merde" c'est exactement ça...
     
  3. Wertherine

    Wertherine
    Expand Collapse

    En parlant de pétition :)

    Je confirme que ce climat d'homophobie et d'hypocrisie devient de plus en plus oppressant et je comprend que les gays et les lesbiennes se sentent mis à l'écart par ce débat. Mais j'ai confiance, dans 10 ans les anti-mariages ne pourront qu'avoir honte d'avoir été aussi étroits d'esprits. En attendant, courage à ceux et celles qui n'en peuvent plus :fleur:
     
  4. antinéa

    antinéa
    Expand Collapse

    Juste un petit mots de soutiens à tous ceux et celles qui souffrent de ce climat de m**de :fleur:
     
  5. Katharos

    Katharos
    Expand Collapse
    Heureuse, simplement

    Il faut dire que l'on parle de nous de différentes manières, on ne laisse pas les gens se faire une opinion. Les pro-mariage qui parlent de l'égalité des droits pour tous, et de l'autre côté, le droit au mariage homosexuel. L'impression est soit, on reste confiné sur nous-même, soit on est égaux. Soit on est tout, soit on est rien... Ainsi, c'est normal qu'on se sente des sous-Hommes. Au final, ce n'est pas le peuple qui choisira, et si c'est le cas, on finira par nous dire que nous avons foutu le bordel pour ce mariage et quelque soit le résultat, on sera toujours des sous-Hommes, parce qu'on a réclamé quelque chose pour l'obtenir, un véritable être Humain ne réclame pas, il obtient. Et on peut rapprocher ça à l'émancipation des femmes et aussi à la fin de la ségrégation raciale aux Etats-Unis par exemple. En bref, il nous faudra du temps pour être socialement, et véritablement, à égalité dans cette société, car le problème, et bien plus profond que celui du droit du mariage pour tous.
    Voila ce que j'en pense, mais d'autres le diront mieux que moi ;)
     
  6. Emmalalala

    Emmalalala
    Expand Collapse

    Je suis une "jeune" homo, puisque j'ai 17 ans, et que je m'assume réellement depuis 2 ans. Ce qui n'est déjà pas la chose la plus évidente à vivre pour un ado, qu'on soit clair. Je suis dans une famille méga engagée, super tolérante, où l'homosexualité n'a jamais été un tabou, et pour ça, j'ai eu de la chance. Même si j'ai tardé à en parler, ils ont accueilli ma première copine comme si je ramenais un garçon, il n'y a pas eu de réaction, c'est peut-être ça le mieux d'ailleurs. Pas de "on t'aime quand même", pas de "ça change rien" de prononcé, parce que, pour eux, c'était évident que ça changerait rien.
    Par contre, au lycée, ce n'est pas vraiment la même chose. Je suis dans une ville où un rassemblement de partisans FN et de cathos se sont rassemblés pour nous faire chier, et c'est un peu violent. Disons que la situation actuelle délie les langues, et que c'est plus difficile à vivre que quand il n'y a pas de débat, parce qu'on entend à chaque coin de rue (enfin, pour moi, à chaque coin de couloirs, puisque je ne sors pas de mon lycée 5 jours sur 7) des "arguments" débiles anti-homo, des injures... Des exemples simples mais flagrants, un abruti de ma classe à afficher des dépliants "un papa, une maman" sur le tableau de la prof de philo, pour la provocation. La prof de philo a tenté d'ignorer le truc jusqu'à ce qu'on entende un "Vous devriez ne pas vous mettre devant le tableau madame, ça cache ce qu'Emma devrait lire." Si le débat ne se passait pas actuellement, et qu'on en parlait pas autant, cet abruti n'aurait jamais fait cette réflexion très intelligente parce que ça n'aurait pas été dans ses pensées non-stop. Parce que, concrètement, le débat est PARTOUT.
    Même si admettre que j'étais homo a été affreusement compliqué, je me suis relativement vite assumée auprès de mes amis/famille... et je ne me suis jamais sentie inférieure A CAUSE de ça. La déferlante d'articles, de reportages télé, d'interviews d'anti-mariage gay, c'est d'une violence assez extraordinaire. L'homophobie est décuplée, et, actuellement, la seule sensation qui nous reste, c'est de ne pas être comme tout le monde. D'être mis à part, pointés du doigt, et ridiculisés à longueur de journée. Et c'est pas franchement agréable.
     
  7. Lune Bleue

    Lune Bleue
    Expand Collapse
    Pcchhhhhhhhhhhhh

    Juste un petit mot pour dire que je ne suis pas homosexuelle mais je me sens concernée par la question parce la bêtise de certains... :mur:
    Du coup j'ai mis un Big Up à toutes celles qui sont intervenues ici parce que ça m'a fait trop plaisir de ne pas voir de commentaire débile :fleur: Tout mon soutien à ceux et celle qui sont victimes de la stupidité de certains.
     
  8. Dreambreaker

    Dreambreaker
    Expand Collapse

    Je vais copier coller ce que j'ai écrit sur FB :

    Je pense avoir déjà tout dit, du coup. J'ajouterais que je suis quand même fière, mine de rien, d'être dans une société où pour une fois, les institutions sont en avance, alors qu'on sait qu'en France, ça ne fait que depuis 1980 (Mittérand, en somme), que l'homosexualité n'est plus considérée comme une maladie mentale. Ca me parait important de le dire, parce que 30 ans pour en arriver à vouloir légaliser le mariage et l'adoption, c'est un pas énorme. Qu'il faut faire, vite, mais un pas énorme tout de même. Je suis assez optimiste quant à l'évolution des mentalités en France, tout simplement parce que les gens ne vont pas avoir le choix, et parce que beaucoup d'hétérosexuels soutiennent clairement cette cause, et j'en fais partie. Ce débat dépasse tellement la question de "c'est bien ou c'est pas bien d'être gay", et en pose une autre bien plus importante à mon sens : pourquoi chacun n'aurait-il pas le droit d'être qui il veut, du moment qu'il ne nuit pas à autrui ? C'est tout l'intérêt de la liberté, que je sache. On est libre tant qu'on n'empiète pas sur la liberté d'autrui. Et je ne crois pas que l'union de personnes qui s'aiment empiète sur la liberté de qui que ce soit.

    Quoi qu'il en soit, vous avez mon soutien. J'ai moi-même connu une période où je me suis interrogée sur ma sexualité, et je l'ai clairement dit à mes proches à cette époque. J'ai eu la chance d'être soutenue, même s'il s'est avéré que mes goûts n'étaient pas ceux-là par la suite. Je crois que chacun mérite tout le soutien du monde pour être lui-même sans barrière et sans préjugés. C'est un grand rêve, mais qui mérite qu'on se batte pour lui.
     
  9. Saucisse

    Saucisse
    Expand Collapse
    Détendue

    Je suis hétéro , et soutient fermement le mariage pour tous-tes. Je n'ose pas imaginer à quel point ça doit être difficile de n'entendre parler que de ça quand on souhaite simplement vivre sa vie tranquilou, sans entendre des gens s'immiscer dans sa vie à chaque JT.
    Néanmoins, je pense que ces débats sont essentiels, supporter les extrémistes, les ignorants, les intégristes catholiques fait partie (je pense) du "processus" pour petit à petit arriver à une société dans laquelle on pourra se permettre de ne plus jamais aborder le sujet, parce que ce sera normal. En attendant de voir ces débats disparaître (pas parce qu'ils sont trop sensibles ou sans solutions, mais parce qu'ils n'auront plus lieu d'être), il me semble important d'en parler, encore et encore, pour faire avancer les choses. J'attends les débats à l'assemblée nationale avec impatience, je suis plutôt confiante sur les changements à venir (tout d'abord dans les lois, ensuite la société suivra), même si je garde des sacs à vomi sous le coude, à mon avis certains propos risquent d'être "charmants" (à droite comme à gauche d'ailleurs)...
     
  10. Lady Stardust

    Lady Stardust
    Expand Collapse
    Ah wham bam thank you ma'am!

    En tant que lesbienne à peu près assumée, je ne me sens pas du tout concernée par les débats, c'est affolant... je crois que mon cerveau s'est mis en mode /off pour l'occasion. Du coup je ne suis pas plus touchée que d'habitude.
    Comme je n'ai pas la TV et que je ne surfe pas spécialement sur le net sur les articles concernant le mariage ouvert aux couples de même sexe, je n'ai pas l'impression qu'il y a plus d'homophobie qu'avant: elle se manifeste plus pour l'occasion sur une période plus concentrée je pense.
    Après, il faut dire que je n'ai jamais eu de réactions négatives dans mon entourage (faut dire que je sélectionne les gens à qui j'en parle).
    En bref, certains pensaient (et disaient) déjà qu'on était des sous-humains, là c'est l'occasion pour eux de le dire encore plus fort et plus souvent.

    Je vais tomber dans la psychologie de comptoir :d mais du coup je pense qu'il y aurait de la matière à interprétation sur mon désintérêt et mon j'men-foutisme total par rapport à ces "débats" et déferlements de discours et actions homophobes... (une réaction de protection face à la haine exprimée de manière plus forte que d'habitude?)

    Katharos Effectivement le vocabulaire n'aide pas... j'aurais préféré quelque chose comme "ouverture du mariage au couple de même sexe", parce que "mariage homo" comme "mariage pour tous", de un, ça ne veut rien dire, de deux c'est, au niveau du sens, faux: "mariage homo" sous-entant que ce mariage serait différent, et "mariage pour tous" WTF? Sur ce coup les assocs LGBT ont mal géré j'ai trouvé, j'ai pensé immédiatement au mariage des mineurs et à la polygamie... :confused: car ouvrir le mariage aux couples de même sexes ce n'est pas ouvrir le mariage pour tout le monde... et c'est justement de ça que les homophobes à grand coup de "pédophilie! polygamie!" se délectent: plus besoin de trouver des arguments quand les LGBT tendent eux-mêmes, au niveau du vocabulaire, le bâton pour se faire battre...
    Après, je comprends que les média LGBT et les média gay-friendly (big up MadmoiZelle!) reprennent cette expression en contrepoint à "mariage homo", mais ça ne me semble toujours pas optimal, voire même contreproductif.
     
  11. Sowhat?

    Sowhat?
    Expand Collapse
    A bord du Nostromo 

    Comme toutes celles qui se sont exprimées ici précédemment, je suis pour le mariage pour tous (même si effectivement au niveau terminologie et compréhension ce n'est pas le terme idéal) et ça me désespère toute la haine et les propos aberrants qui ressortent des débats ... :sick2:
    Mais j'ai quand même de l'espoir que tout cela va aboutir à quelque chose de bien :fleur:
     
  12. Shirellevivi

    Shirellevivi
    Expand Collapse
    Wibbly Wobbly Brainy Sexy

    Je me considère comme pansexuelle (non, en fait je me considère pas du tout, je préfère ne pas mettre de mot sur ma sexualité, mais quand j'ai besoin de le faire, c'est ce qui me correspond le plus... sauf que peu de monde connait ce mot), et j'ai une amoureuse en ce moment (que j'ai rencontré ici d'ailleurs, Patsy Voldedust :hello: :jv:).

    Les débats permanents dans les médias sur le sujet me gonflent, mais encore ceux-ci j'arrive à ne pas les prendre personnellement. Le problème, comme la discussion est partout dans l'actualité en ce moment, c'est que le thème revient régulièrement dans la bouche de mes proches, et là, ça devient plus délicat à gérer. J'ai la chance d'avoir des parents plutôt ouverts sur le sujet, mais pour le reste de la famille et autres proches, c'est une autre paire de manches... Et c'est très, très dur d'entendre certaines choses de la par de gens qu'on aime. Un exemple parmi d'autres : j'ai du entendre mon grand frère (trente ans, une femme un gosse) m'expliquer que l'homoparentalité pouvait être dangereuse pour les enfants, pour tout un tas d'arguments idiots qu'il m'a alignés et que j'ai essayé de contrer en gardant mon calme pendant un bon quart d'heure, jusqu'à ce que je trouve une excuse pour m'isoler et que je fonde en larmes. Il ne sait pas que je sors avec une fille en ce moment, alors évidemment il ne me visait pas personnellement, mais entendre une personne qu'on aime douter de notre capacité à élever un gosse est très violent.

    J'ai lu l'article qu'à écrit Virginie Despente où elle répond aux anti mariage pour tous sur le site de têtu récemment, et un passage me parle particulièrement : celui où elle évoque le fait de se sentir punie. (Allez lire l'article en entier, je le trouve merveilleux)

    C'est exactement ça : parce que j'ai le malheur d'être tombé amoureuse de quelqu'un du même sexe que moi, je suis une sous citoyenne, on se permet de débattre de mes droits, de jauger ma capacité à élever des enfants, je dois me battre contre des abrutis, contre l'homophobie, je dois me justifier. Parce que j'ai le malheur de ne pas me fondre dans cette norme arbitraire, je suis punie. Et je le ressens d'autant plus dans cette période de débats.
     
Chargement...