Mes ambitions d’enfant vs. mes ambitions d’adulte

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sarah Bocelli, le 5 juin 2015.

  1. Sarah Bocelli

    Sarah Bocelli
    Expand Collapse
    I had an amazing inner world before it was popular.

  2. Melimelofolle

    Melimelofolle
    Expand Collapse
    "Songs are like hugs that mouths give to ears " Mable Pines

    " Que j’aurais dû profiter de mon incertitude pour suivre mon envie de voyager. Mais j’étais obnubilée par cette idée qu’il se faisait tard, que j’arrivais sur mes vingt-cinq ans et que je n’avais « rien fait de ma vie ». Cette idée, ou plutôt, cette pression de merde."

    Merci MERCI MERCI :worthy:
    ...
    J'ai fais une ENORME crise récemment parce que j'ai 23 ans, je vais sur mes 24, j'ai un diplome un boulot, un CV bien rempli mais je n'ai rien fais dans ma vie ... :tears::gonk:
    je suis rassurée de voir que je ne suis pas la seule à ressentir ça ! :calin:

    Et sinon article super bien fait, parce que c'est tellement vrai tout ça :d
     
    Sarah Bocelli a BigUpé ce message
  3. Estelle Bn

    Estelle Bn
    Expand Collapse

    Personnellement, je suis à l'étape "La recherche c'est cool" et je poursuis l'année prochaine vers un assistanat en Espagne. Je suis tes pas... avec un peu (beaucoup) de chance je ferai partie de l'équipe de Madmoizelle un jour ;)

    Je crois qu'au final c'est un problème générationnel que de savoir ce "qu'on va faire de notre vie". On teste pas mal de choses sans pour autant en voir le bout... Assez frustrant tout ça.
     
    #3 Estelle Bn, 5 juin 2015
    Dernière édition: 5 juin 2015
    Sarah Bocelli a BigUpé ce message
  4. Circée

    Circée
    Expand Collapse

    Bonjour bonjour!
    "J’ai suivi une formation professionnelle dans les métiers du livre et de la culture": puis-je savoir laquelle? :) je termine mon master de recherche cette année, mais c'est toujours le flou artistique pour l'année prochaine. Agreg, capes? moi qui n'ai pas envie d'enseigner, je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée. J'ai l'impression d'être dans un cursus bouché. Du coup je suis curieuse de savoir quelle est cette formation professionnelle que tu as faite :)
     
  5. FMR738

    FMR738
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    Merci pour cet article qui reflète également ce que je ressens !! J'ai 24ans, termine mon M2 recherche en didactique du français (yeeeaaahh :v:) et après être passé également par la phase "la recherche c'est mon truc" et d'en être revenue (après avoir vu le cher et tendre galérer pendant sa thèse et même après:mur:). Mon ambition première, c'était d'être chirurgienne !!! Catastrophique en maths et sciences, j'y ai renoncé. Puis j'ai voulu faire orthophoniste : quelqu'un m'explique le délire des concours pour rentrer dans les écoles ??? BORDEL ! Puis, comme tous ceux qui échouent dans cette voie, je suis allée en licence sciences du langage et j'ai kiffé ma race :rockon: et ai voulu être professeur des écoles. Re-concours pourri pour le recrutement et difficultés en maths qui ont resurgis. Et puis, j'adore bosser avec les enfants, mais plus le temps passe et plus j'ai envie de m'occuper des miens plutôt que de ceux des autres (les miens hypothétiques !) Donc me voilà, sans projet professionnel autres que : je veux aider les gens, je maitrise à fond l'enseignement du français et je veux faire ça ! Ca existe ? oui, dans des asso ou entreprises privées de remise à niveau.

    J'ai peur des repas de famille qui vire automatiquement à l'interrogatoire : alors, qu'est-ce que tu vas faire ?

    Par chance, l'homme a trouvé un job dans une ville (loin loin de chez nous), on va donc déménager et commencer une nouvelle vie. Je vais pouvoir prospecter pour trouver le job de mes rêves:gnih: (ou pas !)
     
  6. Lerena

    Lerena
    Expand Collapse

    Super article, ça m'a rappelé plein de souvenirs :d !

    Concrètement, si j'ai toujours voulu travailler auprès des livres (aussi loin que je puisse remonter, c'était mon rêve), j'avais quelques petites ambitions à côté.

    Ma première, c'était d'intégrer Poudlard (et de rejoindre l'équipe de Quidditch de ma maison, en passant). Quand je suis entrée en sixième, j'avais neuf ans et demi, donc je me disais que j'avais toujours une chance de recevoir ma lettre d'ici mon année de cinquième ou mon entrée en quatrième ^^. En attendant, j'étais abonnée à des magazines pour petits sorciers, je jouais religieusement à mon jeu PC Sabrina, j'imitais les sorcières de Charmed en me tentant à la télékinésie et à la manipulation de la chance (oui, j'étais persuadée qu'en pointant le doigt sur les parties de Basket, je pouvais influencer le match) et j'écrivais des fanfictions sur mon alter-ego soeur de Harry Potter qui pouvait TOUT faire (mais littéralement).

    Ensuite, j'ai attendu de devenir une X-Men. J'avais adoré la série X-Men Evolution et j'ai toujours été persuadée que j'avais un pouvoir caché (aujourd'hui encore, j'ai des doutes :innocent:), un potentiel qui finirait par se révéler. Bon, à part que je sais taper très vite au clavier, pour le moment, j'ai rien sous la main. Mais, qui sait :lunette:...

    Aujourd'hui, je suis bibliothécaire, donc j'ai pu réaliser une partie de mes rêves. Je suis inscrite sur des forums rpg Harry Potter, donc, d'une manière ou d'une autre, j'ai pu rentrer à Poudlard XD. J'attends toujours pour la mutation, on verra bien :paillettes:!
     
    Mekie, Hikari78, lydm et 3 autres ont BigUpé ce message.
  7. rycbarm

    rycbarm
    Expand Collapse
    Mon ange gardien boit.

    @Lerena Poudlard 4ever <3

    Cet article, très intéressent, me rassure a moitié... je fais plutôt parti "de l'autre côté" (oui j'ai faillit mettre côté obscur :goth:). J'ai un parcours éclectique de base, je n'ai pas suivi "la voix royale" ni validé les nombreux diplômes pour lesquels j'étais censée m'investir et j'en suis pourtant au même point: je me dit que j'ai 24 ans (tout juste), que le temps passe et que j'ai rien fait de ma vie. Running gag ?
    (ça donne en résumé: le fameux brevet de pilote d'aéronefs, théorique ok, mais pas le pratique suite à un accident, à 15 ans. Ensuite un BAC S (bon celui là si je l'ai), une année de psycho, 3 mois de LEA Anglais/Espagnol, "une capacité en gestion des entreprises" par le CNED -> obtenue mais non reconnue par l'état, et un diplôme de technico-commercial en vente de vins, suite à une formation de 6 mois.) En gros, j'ai un diplôme suite à des études de 6 mois dans un domaine que j'ai suivi juste parce que "le vin ça claque" :slap:. Pas de recherche d'emploi dans le domaine concerné et dans tous ça, je suis barmaid depuis 5 ans, ça me plait, mais le seul truc que j'ai en tête c'est "je ne vais pas faire ça toute ma vie". Du coup grosse remise en question dont (à l'inverse de l'article du coup) "et si je reprenais mes études, ça voudrait dire commencer en L1 et pour faire "ajouter truc du moment" il me faut au moins un master..." blablabla.
    Pourtant je suis propriétaire depuis un an (avec l'aide de ma maman pour l'apport), j'ai pas mal voyagé, bref, au sens propre je n'ai pas "rien fait".
    Je suis désemparée face à ce problème qui a l'air de toucher toute notre génération, j'envie ces personnes "qui ont toujours su" et je me perds un peu plus d'année en année. Je m'inquiète d'autant plus que nombreux sont nos parents à être dans le même état d'esprit eux aussi. Une carrière qui ne leur convient pas, du coup changement de vie - remise en question, et finalement ça ne va toujours pas.

    Comme l'impression que c'est le mal du siècle et que mes années de bar s'annoncent encore nombreuses ! :sweatdrop:
     
    #7 rycbarm, 5 juin 2015
    Dernière édition: 5 juin 2015
    Hikari78, Endless, Arianette et 4 autres ont BigUpé ce message.
  8. Lerena

    Lerena
    Expand Collapse

    @Larss Oh, moi aussi, j'ai ce rêve *_* ! On pourrait se tenter une écriture en collaboration XD.
     
    A. TwentyOne et Lord Griffith ont BigUpé.
  9. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

    JTE LOVE :cucul::boobies::cupidon::strip:
     
    Sarah Bocelli et Mlle C. ont BigUpé.
  10. Jenny150595

    Jenny150595
    Expand Collapse
    La tête en vrac, le corps malade et le coeur qui meurt.

    J'aime beaucoup cette article car je mis retrouve énormément. Perpétuellement entrain de cherchée ce que je veux faire de ma vie.

    Enfant, je suis passé par des tas d'idées (mais plus réaliste qu'être Dieu XD). Je voulais être aide-soignante; afin de soigner mon papi. Être pompier, gendarme pour aider/sauver les autres. Mais on m'avait prévenue que ce n'était pas un métier pour une fille. J'étais très déçue et triste, pourquoi les garçons et pas moi ?
    Alors que j'avais 10 ans, j'étais un jour entrain de dessiner. A l'époque, je dessinais constamment, sans cesse. Et ce jour là, j'ai hurler à ma mère "Je sais ce que je veux faire... Quand je serai grande, je serai dessinatrice !". Ce métier m'est restée jusqu'à ma troisième, malheureusement, je n'ai pas abouti à mon rêve car "ce n'est pas un métier qui paie". J'ai énormément pleurer, car je m'en foutais, je voulais le faire. Peu importe si je n'étais pas payer énormément.

    Le lycée, dur étape. Celle où on veut absolument que notre métier soit celui de notre vie. Avocat, scientifique, juriste... Que de métiers dont je me fous. Je redouble, et on me propose une filière, je choisi la branche comptable au hasard. Malheureusement, c'est prise de tête, ça me gonfle, je déteste ça et on me forme pour ce boulot. Entre deux, je suis bénévole animatrice. J'aime beaucoup m'occuper des enfants. Je leur apprend à dessiner ou à faire des activités artistiques. Je tire la tronche durant mes études, et à côté, je m'épanouis auprès des enfants. Les mères m'adorent et disent que depuis que j'y suis, leurs enfants dessinent constamment.

    Le bac arrive, je l'ai et j'entame un BTS comptable. Entre deux, on m'a fait arrêtée mon bénévolat suite à des diffamations. Les mamans me demandent pourquoi je n'y suis plus et qu'elles sont déçus car "qui va épanouir mon/ma fils/fille dans ce domaine ?". Dépression, problème sociale/familiale, je quitte tout pour la raison que je veux quitter ma région, rejoindre mon homme et faire ce qui me plait. "Ce qui te plait ne te donnera pas une vie modeste". Je m'en fous encore une fois.

    Me voilà parti, mais je ne trouve rien. Je décide donc de me lancer en tant de vendeuse indépendante. L'organisation est malhonnête, ça me prend trop de temps, je n'ai plus de vie, je ne m'en aperçois que trop tard. Je n'ai plus de sous, et tout mes contacts ont couper les ponts "tu m'as arnaquer le produit ne fonctionne pas". Je suis au plus bas.
    A l'heure actuelle, La mission Locale de ma région m'a proposer une plate forme. On a appris à me connaitre, on m'a demandée c'était quoi mon rêve. Et maintenant, je développe un projet qui mélange les activités manuelles et les enfants.
    Moralité : Ne jamais abandonner son rêve d'enfant :d
     
    Hikari78, Camoune45, Arianette et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  11. pingouin'stachu

    pingouin'stachu
    Expand Collapse
    Anciennement pingu-moustache Je voudrais qu'on me considère en tant que telle !

    J'ai beaucoup aimé cette article d'autant qu'il tombe vraiment a pic. Je ne sais pas quoi faire et j'ai l'impréssion d'avoir toujours prise les mauvaises décisions. Mon gros problème c'est le doute parceque des projets j'en ai un peu mais rien de stable ce sont encore des envies qui ne paraisse pas réalisable avec le peu de diplome que j'ai (comme écrire un livre pour enfant). J'ai le sentiment d'étouffer avec toute la pression et la réussite des autres, parceque mes parents me laisse franchement tranquil pour l'instant (pourvu que cela dure, en même tant j'ai bientot 19 ans) mais autour de moi j'ai l'impréssion que tout les gens de mon entourage sont complétement insousiant ou accomplisse des choses bref qu'il se contruise. Alors que moi, j'ai un peu la sensation d'avoir perdu mes rêves.... :erf:
     
  12. Aethelflaed

    Aethelflaed
    Expand Collapse

    Ah ah ah très bon article !! :top:

    C'est drôle, parce que je fais partie de ceux/celles qui ont toujours su ce qu'ils voulaient faire de leur vie. Mais...

    Je n'y suis pas (encore) arrivée.

    Ma vie scolaire a été chaotique et j'ai longtemps cru (avec l'aide de mes parents) que je n'étais pas faite pour les études. Alors mon rêve d'être archéologue... Je pouvais de suite le mettre à la poubelle. Ce qui arrangeait bien mes parents qui me martelait que c'était une filière bouchée, que je ne trouverais pas de travail.... (ils m'avaient sorti la même chose quand je leur avais dit que je le voulais être actrice. Je venais juste de commencer des cours de théâtre et j'avais pas 12 ans XD)

    Alors je suis partie sur la seule autre chose qui me plaisait : les livres. La réforme du LMD passant par là, mes études qui devaient durer 2 ans se sont rallongées d'un an.

    Au bout duquel j'ai réussi à arracher à mes parents l'accord (financier en fait) de faire une licence d'archéo ! Joie et bonheur :cheer:

    Mais au bout de 6 ans d'étude (et mon précieux diplôme en poche), je commençais à vouloir faire autre chose de ma vie que d'étudier. Alors me voilà partie pour la vie active. Et... pour la grande claque du chômage. Ah bah oui, quand on ne veut pas faire d'efforts pour entrer dans la fonction publique, on a pas beaucoup le choix des postes en bibliothèque !

    Alors, les projets d'archéologie, de voyages et d'aventures sont au point mort.

    La seule consolation dans cette histoire, c'est que je suis spécialisée en livres anciens et que je sais (presque) lire le latin et le grec ancien (oui, parce que j'ai repris des études à distances en licence de lettres classiques). Et ça, si un jour je dois finir archéologue, ça pourra être utile :]
     
    Hikari78 et Arianette ont BigUpé.
Chargement...