« Mettez-vous à sa place », la vidéo qui dénonce le harcèlement sexuel en Égypte

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 17 février 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Antidopaminergique

    Antidopaminergique
    Expand Collapse
    cui

    Vivant moi-même en Egypte, je me sens fière que vous écriviez un article dans mon magasine online préféré sur un sujet qui nous touche toutes dans ce pays... et même ailleurs.

    Même si je vis à Maadi, dans un quartier plutôt tranquille, je marche tous les jours pour aller au lycée, je marche tous les jours pour aller d'une rue à une autre, et quelles sont mes peurs, mes appréhensions quand je vois un groupe d'hommes sur mes côtés. Quelles n'ont pas été les fois où, passant près d'un homme, je n'ai pas entendu "moza" (sexy), "nice ass", "I love you", etc... Et ce type au autour du lycée qui m'envoie des bisous, qui s'obstinent à me lancer des choses obscènes, ces types qui passent en disant des choses en arabe que je comprends à moitié et qui sont insultantes, ces types qui lancent "I wanna fuck you". Si je veux être tranquille, je dois être entourée de ma bande d'amis qui ne sont que des gars. Dès qu'ils voient que j'appartiens à un homme, je suis alors laissée tranquille... et encore... il faut que l'homme en question leur demandent de se calmer, de leur prouver qu'elle est déjà prise.

    Quelles n'ont pas été mes peurs quand je marche seule dans la rue, et que je vois un groupe d'étudiants qui me reluquent. Je marche alors plus vite, je baisse la tête. L'hiver, la nuit, je suis tellement contente d'avoir une grosse doudoune ; impossible à savoir si je suis un homme ou une femme. Quelles sont les histoires de certaines filles qui ont peur de prendre les taxis seules, qui ont eu un couteau sous la gorge, qui ont eu les seins ou les fesses touchées furtivement ? Ces filles qui empruntent seulement certains chemins pour éviter les rues trop risquées ?

    Quelles sont ces filles qui depuis le règne de Morsi ont peur de sortir dans la rue ? Voilées ou non, elles sont font encore harceler. Et le pire, ce sont ces regards qui vous suivent, qui vous détaillent, qui vous dévorent goulûment, et vous ne vous sentez que comme un gros morceau de viande fraîche. Et je sais que dans certaines quartiers, comme Downtow, Dokki, ou même Zamalek, marcher seule, jour comme nuit, pour une femme, c'est impossible, c'est risqué, c'est trop dangereux. Étrangère, locale, voilée ou à découvert, nous subissons toutes la même chose, en Egypte comme ailleurs. Les frustrations sexuelles des hommes ici sont immenses et oppressantes.


    http://www.huffingtonpost.com/2013/05/10/egyptian-man-disguised-harassed_n_3254935.html
     
    #2 Antidopaminergique, 17 février 2014
    Dernière édition: 17 février 2014
  3. walia

    walia
    Expand Collapse
    Guest

    Un superbe Film à ce sujet !
    Les femmes du bus 678
     
  4. manumanu

    manumanu
    Expand Collapse
    En touriste. Guest

    @Antidopaminergique: Que dire, sinon "courage"... Espérons que les choses s'arrangent, même si elles ont pas forcément l'air d'en prendre le chemin.

    @Walia: Je note de regarder ça, tiens. Merci.
     
  5. Romeowyn

    Romeowyn
    Expand Collapse
    But break, my heart ; For I must hold my tongue.

    Excellente vidéo, j'en a eu des frissons dans le dos, mais sait-on qui l'a commandée/financée ? L'État ou une ONG/association égyptienne ?
    @Antidopaminergique : Les femmes n'ont beau pas toujours l'"avoir à la bonne" en France, nous sommes majoritairement en sécurité. Il n'y a pas longtemps, une nana a été agressée en plein nuit dans mon quartier et secourue par trois mecs qui rentraient de soirée.
    Est-ce que ce genre de solidarité existe aussi en Egypte ? Bon courage à toi.
     
  6. Antidopaminergique

    Antidopaminergique
    Expand Collapse
    cui


    Ca dépend de où tu vas. Par exemple, sur la grande rue commerciale de mon quartier, le soir, il y a beaucoup de bande de jeunes, mais personne ne viendra t'embêter réellement parce que tous les gens des restaurants et les gens aux alentours peuvent s'interposer. Mais pour être honnête, je pense que peu vont s'interposer quand tu te retrouves seule dans une ruelle, et même quand tu croise le chemin d'une femme, elle va baisser les yeux. Inutile de lui sourire, les femmes sont habituées à baisser les yeux et à fuir le regard des autres pour ne pas se faire embêter.

    Si ce sont des gens que tu connais, bien sûr qu'ils vont aider... enfin, en principe. Par exemple, quand on passe dans une ruelle, on me pousse automatiquement au centre du groupe comme ça on est sûr qu'on ne me dérangera pas. Si je reste un peu derrière, on m'engueulera un peu (je suis sérieuse :rire:). Parfois, ils me tendent leur bras pour que je m'y accroche et qu'on marche plus vite. Ils peuvent jusqu'à aller parler aux mecs qui m'embêtent trop pour qu'ils arrêtent. Ce n'est pas très valorisant pour l'image de la femme... mais dans une société qui ne veut pas donner de place à la femme, il n'y a rien à faire.

    Cependant, entre inconnus, j'ignore complètement. J'imagine que c'est simple ; certains sont solidaires, et d'autres non. Ou tout simplement, une femme qui sort la nuit, elle a intérêt à être à plusieurs, femmes comme hommes. Quel que soit ses habits, sa religion et/ou son statut.
     
Chargement...