Mon enfance de mini globe-trotteuse, entre rêves... et beaucoup de drama !

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Anne-Fleur, le 7 juin 2017.

  1. Anne-Fleur

    Anne-Fleur
    Expand Collapse

  2. Bronjohn

    Bronjohn
    Expand Collapse

    Il y a quelque chose qui me dérange dans cet article, mais je ne saurais pas trop dire quoi...

    J'ai peur d'être maladroite mais je tente quand même : j'aurais espéré un article moins superficiel, qui creuse plus la question de l'ouverture, de l'enrichissement et des difficultés liées à la découverte d'autres cultures. On voit par exemple le Gabon à travers un prisme très édulcoré d'enfant faisant ses études dans un lycée français "digne des séries Disney", donc probablement dans une sphère privilégiée et pas forcément confrontée à la culture gabonaise. Le côté enfant gâté est certes assumé, mais ç'aurait été bien d'élever le débat : qu'est-ce qu'être globe-trotteur, qu'est-ce que ça apporte aux enfants à part le côté ultra sociable (d'ailleurs le frère l'est-il également ?), comment peut-on être façonné par plusieurs cultures... Bon, avec le titre j'aurais dû me douter que ce serait un article léger, et comme il est écrit dans le cadre de la promotion d'un livre qui a l'air assez léger aussi, ça n'a rien de scandaleux non plus, c'est même assez logique. :)

    Je me pose aussi des questions sur la forme ; je ne serais pas très surprise que des Madz trouvent un peu indécente cette enfance de rêve décrite façon roman pour ados. :erf:
     
    Pattatouille, Mukru, lafillelabas et 6 autres ont BigUpé ce message.
  3. Tante Clara

    Tante Clara
    Expand Collapse
    Dif tor heh smusma. Ni'tokor!

    @Bronjohn
    Je comprends ce que tu veux dire mais enmême temps,@Anne-Fleur parle de ce qu'elle a vu avec ses yeux d'enfants, de sa nostalgie. Par exemple, il y a une légère ironie quand elle évoque sa moi de 13 ans "Queen bitch".
    C'est un article sur son enfance, son regard d'enfant et son vécu d'enfant donc comme elle le dit dès le départ, ça ne me gène personnellement pas.
    Ce n'est pas comme si elle avait dit " voilà ce qu'est le Gabon".
    Si je parle de mon enfance en campagne profonde, je vais parler cabane dans les arbres comme les enfants perdus, avec des étoiles dans les yeux, et pas de la condition des agriculteurs et des vaches laitières ( ce dont j'ai pris conscience bien plus tard, une fois en ville).
     
    Anne-Fleur, Grumpy Bunny, gingerfish et 11 autres ont BigUpé ce message.
  4. GingerBraid

    GingerBraid
    Expand Collapse

    Ciao Bronjohn, je comprends ton impression, j ai trouvé l article un peu different de ce a quoi je m'attendais.... Après je travaille actuellement dans un lycée français (pas très loin de la france, en italie) et j avoue que les jeunes et les enfants que je cotoie vivent un peu dans une bulle comme celle que decrit laair narratrice: beau temps, école magnifique, communauté française et etrangere très soudée... en plus c est une école chère donc fréquentée par des jeunes «privilégiés». Je pense que ce que decrit l auteur c esr son ressenti de l époque, égoïste bien sur mais comme peut l.etre le ressenti d une gamine dans la bulle de son école de rêve. Il est cependant dommage qu elle n ait pas en un paragraphe pris un peu de distance avec cette image d adolescence en décrivant ce que a l époque elle ne voyait pas lors de ses voyages (et dans mon expérience nombre d expats vivent en effet a l étranger comme s ils n y etaient pas, entre eux. Ce que je peux comprendre pour les enfants, mais pour les adultes un peu moins!)
     
    lafillelabas, Blumeen et Bronjohn ont BigUpé ce message.
  5. Bronjohn

    Bronjohn
    Expand Collapse

    @Tante Clara Je vois ce que tu veux dire et je suis d'accord : c'est un article qui traite essentiellement le point de vue de l'enfant. Et effectivement il n'y a pas d'assertion sur ce que c'est que le Gabon.

    Je suis peut-être un peu frustrée parce qu'il n'en fallait pas beaucoup pour rendre cet article très intéressant, par exemple en mettant en regard, comme le suggère @GingerBraid, ces impressions d'enfant (qui sont légitimes) et un traitement plus adulte et éclairé. Bon, après je ne peux absolument pas reprocher à @Anne-Fleur de ne pas avoir écrit l'article que j'aurais voulu lire. :yawn:
     
    lafillelabas et Tante Clara ont BigUpé.
  6. Tante Clara

    Tante Clara
    Expand Collapse
    Dif tor heh smusma. Ni'tokor!

    @Bronjohn
    Pour ce type d'article de fond, il faut un certain bagage (qu'Anne-Fleur a peut-être) et aussi avoir une opinion précise; par exemple, sur le poids des expats dans un pays. Si ça se trouve, anne-fleur n'a pas d'opinion précise à ce sujet (ou une qui ne passerait pas ) ( ou qui passerait super, on ne sait pas en fait).
     
    Pattatouille, tranche1993, lafillelabas et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. Grumpy Bunny

    Grumpy Bunny
    Expand Collapse
    "Il est bien plus difficile de se juger soi-même que de juger autrui" Saint Ex

    J'ai toujours pensé que si j'aimais autant voyager malgré mon amour pour ma routine, c'est justement parce que j'avais un chez moi immuable et rassurant. Le plaisir d'en partir etait le même que celui d'y revenir.
    Depuis, j'attache une grande importance a me créer un foyer à chacune de mes expatriations!
    C'est pour ça que ce récit m'a fait de la peine pour Anne-Fleur, vivre autant de départs sans retours ça a du etre eprouvant et marquant!
     
  8. Anne-Fleur

    Anne-Fleur
    Expand Collapse

    Hello ! Je pense un jour parler des choses plus profondes que j'ai apprises de mon enfance nomade. Néanmoins, je voulais vraiment dans cet article faire parler mon mini-moi égoïste d'ado en plein crise et en total drama ;) par ailleurs, certaines réalités du pays ne m'étaient pas accessibles à treize ans, et ça aurait été un mensonge que de vous faire croire que j'avais conscience de la condition politique et économique de ce pays au collège. En revanche, j'ai vraiment aimé y vivre, et c'était important pour moi de montrer qu'on peut tout à fait être heureux dans un pays comme le Gabon. Par ailleurs, mes parents ne vivaient pas du tout «entre expats», nous habitions dans un quartier populaire de Libreville (alors que la plupart des expats vivaient à Batterie IV, un quartier fermé), ma petite soeur allait à l'école primaire gabonaise conventionnée... Mes parents ne sont pas des ambassadeurs mais de véritables globe-trotteurs ;) Moi je n'avais pas le choix, le lycée français est obligatoire à l'étranger (à moins de faire l'école à la maison). Et elle est gratuite pour les enfants français.
     
    GingerBraid, Pattatouille, OxsanaBCN et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
Chargement...