Mon papa s'est suicidé

Sujet dans 'Les trucs nuls de la vie d'adulte' lancé par Marion Smith, le 7 septembre 2018.

  1. Aquarium

    Aquarium
    Expand Collapse

    Plein de courage dans cette terrible épreuve... les mots manquent cruellement et j'ose à peine imaginer la douleur que tu dois ressentir. Plein de force à toi et à ta famille, et surtout ne culpabilise pas, ce n'est pas de ta faute...
     
    ----- Publicité -----
  2. Spectrine

    Spectrine
    Expand Collapse

    J'ai à peu près le même âge que toi et ai vécu la même chose en janvier de cette année. Un papa très doux, alcoolique qui avait replongé après son énième cure, et qui visiblement n'était pas très motivé à commencer une nouvelle année. J'étais allée le voir pour Noël et je l'avais trouvé tellement mal, ça se voyait qu'il s'était remis à boire et je lui en ai beaucoup voulu. Je ne lui ai pas montré, mais il a quand même du le comprendre. Cette journée que j'ai passée avec lui était horrible, il était perdu, il disait des choses pas du tout cohérentes, il était triste et très blessant, tout ça à cause de l'alcool. Mais heureusement, petite lueur dans cette sombre journée, le soir il a cuisiné un plat qu'il me faisait quand j'étais petite, on a mangé devant la télé en rigolant et on a passé un très bon moment. J'ai eu l'impression d'avoir 8 ans à nouveau, avant que tous les problèmes d'alcoolisme et compagnie ne se déclarent. Dernier petit moment de naïveté. Puis je suis partie, il m'a demandé de rester dormir la prochaine fois. Il a attendu le train avec moi, je lui ai fait signe depuis mon siège en partant, et c'est la dernière fois que je l'ai vu. Je lui en voulais un peu alors je ne lui ai pas envoyé de sms pour lui dire que j'étais bien arrivée, je ne lui ai pas envoyé de sms pour lui souhaiter la bonne année. Puis pareil, le coup de fil fatal, et toutes les interrogations qui s'en suivent.

    On sait que ce n'est pas de notre faute mais on n'arrive pas à s'en convaincre totalement, je connais bien ce sentiment ! Le policier particulièrement gentil qui est venu constater le décès nous a juste dit qu'on ne pourrait pas comprendre ce qu'il s'est passé dans sa tête à ce moment là, parce qu'il n'y a pas de logique. Il ne faut pas chercher à comprendre, chercher qui est responsable et pourquoi. A ce moment là lui ne pensait pas à ça, il ne voyait que sa douleur qui lui a semblé insurmontable. Ma mère pendant l'enterrement répétait à qui voulait l'entendre qu'elle était sûre qu'il regrettait son geste, et c'est peut-être vrai. C'est un instant de douleur qui lui a paru une éternité. Ça ne sert à rien de chercher les coupables puisqu'il n'y en a pas, à part l'alcool. Je te souhaite énormément de courage, à toi mais aussi à ta famille, pour être passée par là il y a quelques mois. Au début on a l'impression qu'on n'arrivera jamais à vivre avec ça, mais la douleur s'estompe, et on ré-apprend à vivre, tout en sachant qu'on ne l'oubliera jamais.
     
    Endless, UndoMiel333 et Delah ont BigUpé ce message.
  3. AnnaAK

    AnnaAK
    Expand Collapse

    Je commente en general peu mais la, je n'ai pas pu ne rien faire.
    J'ai perdu plusieurs membres de famille dans ces conditions y compris la personne que j'aimais et qui m'aimait le plus au monde - ma grand-mere. Je viens d'une famille ou la depression est rampante et, encore aujourd'hui, j'ai peur de perdre d'autres personnes cheres "comme ca".
    Le suicide c'est terrible parce que qu'on ne peut que se blamer soi ou blamer la personne qui a decide de partir. La violence du geste est quelque chose de tres dur a encaisser et a porter.
    Il faut accepter que des questions resteront sans reponse - pour toujours. Un mot ou une lettre ne changent au final pas grand-chose - on comprend vite que la douleur vecue par la personne a cet instant "t" etait telle qu'il n'y avait pas - a ses yeux- d'autres alternatives. Mais on se demandera pourquoi le reste de sa vie.
    Il faut accepter son chagrin - immense -, sa colere, sa culpabilite.
    Je ne vais pas te mentir - ma grand-mere est morte depuis 10 ans et la souffrance de sa perte est toujours la et certaines fois, aussi intense qu'au premier jour. On apprend a vivre avec. Ca m'a rendue a la fois plus dure - comme tu le dis si bien, on grandit d'un coup moi ca m'a fait vieillir de plusieurs decennies - et a la fois m'a donne envie de vivre ma vie plus intensement et d'apprecier chaque petit morceau de joie et de bonheur parce que tout peut s'arreter du jour au lendemain. J'ai appris a re-apprivoiser mes souvenirs et apres 10 ans, a me rappeler des bons moments (nombreux) et ne pas laisser son geste balayer toutes ces belles choses. C'est bien sur plus facile avec 10 ans de recul.
    Plein de courage a toi.
     
    Endless, Delah et _Particule ont BigUpé ce message.
  4. Endless

    Endless
    Expand Collapse
    Taciturne

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    schizophrenia, Ruisseau, hiraeth et 4 autres ont BigUpé ce message.