Mon père et son cancer. Ou l'appelle au secours d'une fille démunie.

Sujet dans 'Vie Quotidienne' lancé par Dekka, le 21 janvier 2013.

  1. Dekka

    Dekka
    Expand Collapse
    I still look for your face in the crowd.

    Bonsoir !

    Je n'ai jamais posté sur le forum, bien que je vienne y flâner très régulièrement (peut-être par timidité ?). Bref, si je poste ce soir, c'est parce que j'ai besoin d'aide, de soutien ... Peut-être me direz-vous que c'est plutôt le rôle de mes proches ? Certes oui, mais je n'en peux plus d'ennuyer mon copain et mes ami(e)s dès que je vais mal. Alors voilà, cela fait plusieurs jours que je cherche un forum où poster, dans l'espoir de ... ne plus être seule ? Je poste dans la catégorie "vie quotidienne" parce qu'après tout, c'est un combat de tous les jours.

    Depuis toujours, mon père avait un oeil plus fermé que l'autre, rien de bien grave me direz-vous, c'est ce que nous pensiez tous. Cependant il y a 1 an et demi environ, cela est devenu plus voyant; mon père a donc décidé de prendre rendez-vous chez un ophtalmo afin de savoir ce qu'il en était. Là, le spécialiste lui a dit qu'il ne fallait pas s'alarmer, que c'était juste le muscle qui était un peu fatigué : une petite opération réglerait définitivement ce problème.

    Mais voilà, après avoir passé d'autres analyses, nous avons découvert une grosseur au niveau de son oeil droit. Les médecins ne s'alarmaient pas, aucune raison que ce soit une tumeur selon eux. Néanmoins, ils ont décidé de l’hospitaliser : ils prévoyaient de l'ouvrir, prélever un échantillon, l'analyser, puis en fonction du résultat l'enlever d'une certaine manière.
    Ils ont décelés quelques cellules cancéreuses, mais rien de bien important. Ils lui ont enlevé la grosseur et il est rentré à la maison.

    Cependant, plusieurs mois après, des grosseurs sont réapparus sur son visage. C'est donc de toute urgence qu'il a consulté son médecin. Une opération était prévue rapidement. Ils ont ouvert, mais ont décidé de ne rien faire. Il y avait "beaucoup plus de choses que prévus".
    Mon père était hospitalisé à Paris, et nous habitons en province; ma belle mère l'a donc accompagnée et est restée avec lui pendant toute la durée de son hospitalisation. Moi, je devais rester chez moi à cause du lycée. J'étais toute seule, attendant patiemment chaque coup de téléphone. Mais je sentais bien que l'on ne me disait pas tout, ma belle mère restait vague, mais ne pouvait s'empêcher de pleurer à chaque fois. On m'a dit qu'il allait être transféré à Villejuif. Que c'était un endroit "avec un spécialiste pour les yeux".
    Ma mère qui arrivait à être en contact avec ma belle mère, a bien vu que je n'étais pas dupe. Elle m'a donc avouée que Villejuif était en faite un centre de cancérologie.
    Ils ont donc refait tout un tas de tests dont on ne me disait pas les résultats.
    Quand mon père est rentré de Paris, je dormais. Il est venu dans ma chambre et m'a annoncé qu'ils allaient devoir lui enlever son oeil. C'était ça ou ça continuerait à grossir et ça toucherait le cerveau, atteignant ainsi un point de non retour. Tout semblait s’effondrer pour lui, étant professeur de sport et de tir dans une école de police, ce métier qu'il aimait tant semblait ne plus être possible. Pendant plusieurs jours, ce fût l'anéantissement total pour tout le monde. Des milliers de questions se posaient : peut-on conduire avec un seul oeil ? Pourrait-il toujours exercer son métier ? Etait-ce vraiment dur de s'adapter aux distances ? ...

    L'opération a été faite environ 1 mois après l'annonce de cette nouvelle. Mon père ne vivait plus, il passait les journées au lit à prendre des antidouleurs; il était méconnaissable physiquement.
    Lorsque l'opération a enfin été faite, c'était un soulagement. Les médecins étaient unanimes, ce cancer (très rare, il n'y a environ que 40 personnes touchées dans le monde !) ne se "métastasait pas". Nous étions enfin débarrassés de cette foutue *****. Mon père dû rester plusieurs jours à l'hôpital, ce n'était pas facile, il évitait tous les miroirs, ne supportant pas son image. Ils lui avaient enlevé son oeil, mais aussi une grosse partie de l'os au dessus, créant un gros "creux".
    Les médecins avaient décidés de lui faire faire une radiothérapie, afin d'être sûr de tous éliminer. Elle se faisait à Paris, il y restait donc toute la semaine et ne revenait que le week-end.
    C'est à ce moment que nous avons réalisé qu'il a des collègues en or. Ils se relayaient, chaque semaine, de manière à ce qu'il y ait du monde au moins 2 fois par semaine avec lui, alors qu'ils habitent tous à plus d'une heure de route. Ils lui proposaient des sorties, lui apportaient le sourire et la bonne humeur dont il avait besoin.
    Le chemin fût long, mais mon père se reconstruisait petit à petit, et nous aussi.

    Au bout de plusieurs mois, des grosseurs ont réapparus sur son visage. Nous avons envoyés des photos au médecin qui le suivait à Paris. Il a donc recommencé à passer tout un tas d'examens. Et là, surprise ! Les tumeurs étaient revenues ! Plus nombreuses que précédemment ! Ma belle mère et moi nous sommes alors indignées : les médecins avaient été clairs, pas de métastases ! Ils ont alors joué sur les mots, pour eux cela ne signifiait pas que ca ne pouvait pas se propager. Peut-être aurions-nous pu être au courant plus tôt ? Bref ...
    Ils ont décidé de ne pas opérer, parce qu'il y a beaucoup trop de tumeurs.
    Mon père vient d'essayer un nouveau traitement, mais nous avons appris lundi qu'il ne marchait "pas assez vite". Ils veulent donc qu'il fasse une chimio. Une chimio "expérimentale". Le médecin ne veut donner aucun pourcentage de chance, mais à subtilement été clair avec mes parents. Les chances sont minces. Très minces. De plus, le cancer s'est propagé dans tout le haut du corps, ses os sont énormément touchés : il a tout le temps mal partout. Alors voilà. Nous en sommes là.

    J'ai 17 ans, des projets pleins la tête mais je ne peux pas imaginer ma vie sans mon père. Depuis toute petite nous sommes très liés, et je ne peux pas, je dirai même que je ne VEUX pas me marier sans que mon père soit là. Je ne veux pas avoir des enfants et qu'ils ne connaissent jamais leur grand père. Je ne veux pas avoir des diplômes et tout le tralala si je ne peux pas lui montrer et entendre un "je suis si fier de toi !". Non je ne peux pas.
    Je m'effondre à chaque mauvaise nouvelle, dès que je pense un peu trop au futur. Je ne sais plus quoi faire, je ne supporte plus de le voir si mal et de ne rien pouvoir faire ...

    Je suis désolée d'avoir écrit quelque chose d'aussi long et d'aussi peu joyeux. Peut être que personne ne me lira, ce que je comprendrai, mais avoir tout écrit m'a déjà fait un bien fou.

    Merci à ceux qui prendront la peine de lire, et même peut-être de répondre si l'envie leur en prend !

    Bonne fin de soirée Mesdmoizelles :) :jv:
     
  2. Loucy

    Loucy
    Expand Collapse
    Pingouin addict

    Bonsoir à toi ...

    Que te dire à part que si tu as besoin de soutien, nous sommes là ... Même si c'est virtuel, tu peux justement davantage t'exprimer ...

    Et nous t'avons lu surtout :jv:

    Je n'ai pas vécu la même situation, mais si tu as besoin de parler, nous t'écouterons ...

    Je te trouve déjà bien courageuse et surtout si écrire te fait du bien, continue. C'est aussi le but d'un forum ...

    Bref : :hugs: :hugs:plein de câlins pour toi, même si cela ne fera pas grand chose .. Mais quand ma mère était malade, c'est ce dont j'avais besoin ... Alors bon :jv::hugs:
     
  3. katnissvsw

    katnissvsw
    Expand Collapse
    Guest

    Je crois que Loucy a tout dit. Bon courage!:hugs:
     
  4. Dekka

    Dekka
    Expand Collapse
    I still look for your face in the crowd.

    Merci ! Même si c'est virtuel ça fait déjà du bien :puppyeyes: :hugs:
     
  5. Lou-Anne

    Lou-Anne
    Expand Collapse
    FAIM

    Bonsoir Dekka,
    tout plein de câlins aussi, ton appel à l'aide m'a beaucoup émue. Mon père aussi a eu un cancer l'année dernière, depuis j'ai sans cesse peur qu'il y ait récidive, et c'est sûr que c'est dur à vivre et que c'est difficile d'en parler avec notre entourage qu'on essaye plus ou moins de protéger aussi et qu'on ose pas tout leur dire, toutes nos angoisses... C'est pour ça que j'ai fini par voir une psycho, ça m'a beaucoup aidé de pouvoir dire ce que j'avais à dire en dehors de ma famille ou de mon copain, ça permet d'avoir d'une écoute et un soutien à côté. Je sais pas si ça peut t'aider, ça dépend un peu des gens, mais si tu penses que ça peut t'aider tu peux demander autour de toi: lycée, CMPP, ligue contre le cancer suivant les villes...
    à toi de voir comment tu le sens!
    En tout cas plein de courage, et puis tu n'es pas toute seule sur le forum :fleur:
     
  6. Kunx

    Kunx
    Expand Collapse
    As strong as you might

    Je t'ai envoyé un MP @dekka :fleur: courage !
     
  7. BeenieDread

    BeenieDread
    Expand Collapse
    Brouillon incompris

    Wouaouh Dekka, que dire à part: je te comprends!


    J'étais, depuis plus d'une heure, à lire les topics sur le forum sans plus, j'avais la flemme de tout, et puis je me suis dit merde, je peux pas lire ton message sans y répondre.


    J'ai perdu mon grand-père il y a bientôt deux ans, c'est moins "fort" que son propre père tu me diras, mais la perte d'un proche c'est toujours très difficile, et mon "cas", c'était vraiment une situation très spéciale.


    Pour faire vite, on a su, il me semble un an voire même deux il me semble, avant que ça en arrive au plus bas, qu'il était malade. C'est parti de plaie sur les jambes, qui se sont aggravées, pour ronger la jambe, pour se développer sur tout son corps. On lui a diagnostiqué des cellules cancéreuses sur son foie, et il a réussi à vivre pleinement jusqu'en octobre-novembre 2011, même s'il était un peu affaibli. Mais il a toujours eu une joie de vivre incroyable, à courir partout, jamais assis à rien faire. Alors le jour où il a plus quitté son lit, ça a fait un choc. Bref, son état s'est empiré de jours en jours, et l'état mental de sa femme (la belle-mère de ma mère, donc) aussi. Elle a littéralement pété un câble. A harceler toute notre famille, à monter notre grand-père contre nous. Bref, le genre de truc qui t'enfonce alors que c'est un moment où l'on devrait tous être proches. En plus, mes grandes sœurs étaient en voyage, elles ont donc loupé toute sa fin de vie et l'ont très mal vécu. Bref, une période très difficile, qui s'est terminée en février 2011. Il s'est battu comme jamais, il voulait tenir jusqu'au retour (4 mois plus tard) de mes sœurs, mais on ne pouvait plus le voir comme ça, alors les médecins l'ont aidé à partir.


    Je pensais pas vivre ça un jour, c'était le premier décès que je connaissais dans ma famille, et pourtant quand j'y repense j'ai des souvenirs très forts, dans le sens où l'on a tous été très proches malgré tout ça, où j'ai eu le temps de profiter de sa présence, de lui dire au revoir, de lui parler.. J'allais le voir tous les jours après les cours.


    Désolée mon témoignage est très glauque, et je te souhaite de tout mon cœur que ton histoire se finisse pas comme ça, parce que personne ne mérite de voir un proche mourir, c'est la pire des situations. Mais ce que je dire ici, c'est qu'il faut que tu profites qu'il soit là. Profite de chaque instant, parce que si un jour il partait, le pire des regret que tu pourrais avoir, c'est de ne pas avoir profité, ne pas avoir dit au revoir. C'est injuste ce genre de choses, t'as le droit d'être en colère, de ne plus croire en rien, t'as le droit de péter un câble sur tes amis.


    Et je te comprends, quand tu dis que tu n'oses plus trop leur en parler, de peur de les saouler. J'avais exactement le même état d'esprit, la peur qu'ils m'envoient chier à force que je parle de ça. Pourtant leur présence est indispensable! J'ai eu la chance que mon (ex)copain soit très, très présent, du début à la fin, et je sais pas comment j'aurais tenu sans lui. Alors voilà, je t'envoie tout mon courage, tiens nous au courant de l'évolution parce que ça fait du bien de raconter tout ça à quelqu'un, que ce soit virtuel ou non. Sois forte, profite, et dis tout ce que tu as à dire.


    (Pfiou ça m'émeut de parler de tout ça.)


    Tes amis vont peut-être en avoir marre que tu en parles, parce qu'ils ont (probablement) jamais vécu ce genre de situation, donc, ils auront beau être compatissants, ils comprendront pas totalement. Tu ne peux pas leur en vouloir pour ça, ou leur en vouloir d'en avoir marre, mais tu peux leur dire que tu as besoin de leur soutien.


    Pour ce qui est de ta belle-mère, je sais pas quelle relation tu as avec elle mais il faut se serrer les coudes. Et surtout, je pense (c'est mon avis hein) qu'il ne faut jamais, jamais cacher ce genre de vérités à ses proches. C'est caricatural ce que je vais dire, mais c'est pas la veille du décès qu'il faut annoncer un cancer. Au moins, en étant au courant, t'as le temps de te préparer au pire.


    Je comprends ce que tu ressens quand tu dis que tu ne veux pas que ton père soit absent pour les moments importants de ta vie. C'est horrible de se voir retirer la présence de quelqu'un quand on est encore qu'un enfant! (Je dis ça, j'ai le même age que toi..) Mes sœurs ont aussi très mal vécu leur retour en France sans qu'il soit là pour les accueillir, j'ai mal vécu l'obtention de mon bac sans un verre avec lui.. C'est des petites choses que tu digères avec le temps, et auxquelles il faut te préparer.


    Je me rends compte que je suis assez pessimiste dans tout ce que je raconte, c'est juste que j'ai deux amies qui ont perdu un proche d'un cancer, il faut être réaliste, le cancer ça tue, des milliers de gens, c'est hyper dur, ça bousille le moral, mais t'as pas le choix. Faut être réaliste. C'est paradoxal parce qu'il faut aussi être positive avec lui, garder espoir, mais faut pas non plus se voiler la face quoi. Désolée d'être si négative, j'ai juste à te dire voilà, profite de sa présence, donne lui tout ton amour, tout ce que tu as à dire ou faire avec lui.. Pour n'avoir aucun regret. Désolée pour l'énorme pavé, je ne pouvais pas ne pas répondre.


    Et beaucoup de courage! :hugs:
     
  8. Dekka

    Dekka
    Expand Collapse
    I still look for your face in the crowd.

    @Lou-anne et @laoranomoana : Tout d'abord, merci pour vos messages :fleur: Je n'avais vraiment pas penser à voir un psychologue, c'est vrai que peut-être que ça me ferait du bien ... Vous disiez que je pouvais peut-être avoir des infos au lycée ? Qui est-ce que je dois aller voir ? o.o
    Et laoranomoana, ne t'inquiètes pas, tu n'as aucunement été maladroite ou blessante :hugs:
    @BeenieDread Wow, que dire, ton message m'a beaucoup émue aussi ! Je ne sais pas trop par quoi commencer ma réponse ... Ma relation avec ma belle mère se passe relativement bien, et c'est vrai que nous essayons de nous serrer les coudes, bien que dès que nous sommes seules elle me fait comprendre que mon père va mal et qu'il ne faut pas se faire trop d'espoir ... Mais je ne peux pas lui reprocher, car elle a décidé de tout me dire et de ne plus rien me cacher, même si mon père lui préfère "alléger" les nouvelles lorsqu'il m'en parle ... Bref. Même si ton message n'est pas le plus joyeux du monde, il reflète quand même la vérité, une vérité pas facile à accepter. Il me rappelle d'ailleurs ce que m'a dit ma mère au téléphone il y a quelques jours, lorsque mon frère lui demandait si on mourrait du cancer : "Je ne peux pas lui dire non tu vois. Il faut voir les choses en face. Il y a quand même beaucoup de gens qui meurent du cancer. Je ne pouvais pas lui mentir, je ne pouvais pas lui dire non ...". C'est vrai que jusqu'à maintenant c'est une réalité que je faisais semblant de ne pas avoir. Mais quand ça te tombe en pleine face et que tu réalises que tout peut te filer entre les doigts à une vitesse grand V, ca te fait réfléchir.
    Même si j'ai un lien très fort avec mon père, nous ne sommes pas du genre expressifs, mais depuis sa maladie nous essayons, un peu maladroitement je dois dire, de nous dire que nous nous aimons, et ça fait vraiment du bien ... La maladie m'a aussi permis de réaliser que chaque instant est important; ce soir nous mangeons japonais parce qu'il veut que l'on fasse quelque chose tous ensemble, ça m'emplit de bonheur et embellit ma journée <3
    Merci beaucoup pour ton message, il m'a fait très plaisir !! Et je suis vraiment désolée pour ton grand-père ... :hugs:
     
  9. BeenieDread

    BeenieDread
    Expand Collapse
    Brouillon incompris

    Pas de souci pour mon grand-père, certes ça a été un moment très difficile, mais faut toujours voir le bon coté des choses, ça m'a grandie, peut-être pas de la meilleure manière mais c'est le genre de choses qui, comme tu dis, fait réaliser que tous les petits moments sont importants Ca m'a rapprochée de ma famille, m'a rappelé que tout ne tenait qu'à un fil, et depuis je suis beaucoup plus attentionnée envers mes autres grands parents, et d'autres gens auxquels je faisait moins attention. Ca fait relativiser, tu te dis, quand tu te disputes avec quelqu'un par exemple, que c'est rien au final! Et puis ça me permet de comprendre d'autres gens et de les conseiller, et ça, ça me fait plaisir.

    Et pour ton père, je comprends quand tu dis que vous arrivez pas à être très expressifs. Mon grand-père était du genre à faire "tampon" quand il y avait des problèmes, et vu que c'était le cas à ce moment là, entre nous et sa femme, il ne parlait plus beaucoup. Pourtant il en avait gros sur le cœur! J'ai un petit regret, de ne pas lui avoir dit tout haut ce que je pensais, que je l'aimais, ne voulais pas le voir partir, mais tu sais au fond, y'a pas besoin de mots. La présence, l'attitude, le regard, ça dit tout. Que tu passes ce genre de moment avec ton papa, ça vaut toutes les déclarations du monde. Donc c'est pas grave si tu arrives pas à lui dire pleinement, il le sait très bien.

    C'est pas très gai, c'est sûr, d'avoir sa vie qui tourne autour d'un suspense comme ça, que tout puisse s'écrouler ou remonter d'un jour ou l'autre. Mais il faut être fort, t'as la chance de pouvoir encore passer du temps avec lui, alors profite, profite à fond! Et essaie toujours de voir le positif des choses, même si ça te parait impossible. :fleur:

    Ps: je suis d'accord avec les autres madz, que parler à quelqu'un peut faire du bien. L'année dernière j'ai été témointe et victime d'une sorte d'agression-séquestration avec plusieurs amis (et là vous allez vous dire putain cette nana elle vit où pour endurer tout ça? ^^) et je confirme que parler à une personne extérieure fait beaucoup beaucoup de bien. Perso, c'était l'infirmière de mon lycée, donc tu peux par exemple commencer par ça, et elle te redirigerait vers un professionnel si besoin et si tu le veux. Sinon, ça peut-être ton médecin traitant, ou directement un psy, ou encore le planning familial il me semble qu'ils ont ce genre de personnes, des conseillers, psy pour jeunes etc.
    En espérant avoir pu t'aider un peu. (:
     
    #9 BeenieDread, 23 janvier 2013
    Dernière édition: 23 janvier 2013
  10. Angeluna

    Angeluna
    Expand Collapse
    GameuZ en puissance

    Tout d'abord je tenais à te dire bon courage

    J'ai traversé la même chose que toi mais malheureusement ma maman est décédée suite à son cancer. Je pense que mon père, ma sœur et moi avons réussi à lui faire tenir le coup face à cette foutue maladie en " continuant de vivre".

    Donc pour toi et ta famille voilà les conseils que je pourrais donner et évidemment tu en fais ce que tu veux mais moi ça m'a aidé et ça m'aide toujours à tenir
    - En parler avec sa famille : la maladie ne doit pas être un tabou
    - Continuer à vivre et profiter à fond
    - Garder espoir

    Les conseils des autres madz d'aller voir une tierce personne est également un très bon conseil

    Quoi qu'il en soit je suis avec toi et avec toute ta famille et surtout un dernier conseil : ne te renferme jamais sur toi même face à cette épreuve. A plusieurs on est plus fort
     
  11. Dekka

    Dekka
    Expand Collapse
    I still look for your face in the crowd.

    Encore merci pour tous ces nouveaux messages qui me font chaud au coeur <3
    J'étais venue chercher du soutien et je découvre pleins de Mad'z qui m'accueillent les bras grands ouverts ... Merci, merci infiniment :tears:

    @Coclicot : Ta phrase est vraiment belle ... J'essayerai de me la remémorer quotidiennement :fleur:

    Encore merci à vous toutes ... <3 :hugs:
     
  12. Vic Odine

    Vic Odine
    Expand Collapse
    Paresseux immature et sarcastique

    Déjà :hugs:

    Et en plus de l'assistant(e) social(e) et/ou de l'infirmier(e) de ton lycée et/ou d'un(e) psy il y a peut être un service pour les familles dans l'hôpital où est soigné ton papa. Je sais que près de chez moi un hôpital à un service tout spécialement pour les familles des malades du cancer. Ils sont reçu par une équipe pluridisciplinaire, peuvent poser toutes les questions sur la maladie et son évolution qu'ils le veulent, peuvent voir des psy ... Après vu qu'il n'est pas soigné près de chez toi, c'est peut être compliqué mais ça peut être un bon endroit pour "évacuer", partager tout ça et trouver des réponses.

    Courage :fleur:
     
Chargement...