Navie prône l'amour de soi à la Veillée

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lise F., le 25 avril 2017.

  1. Lise F.

    Lise F.
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    Babitty Lapina et Ada or ardor ont BigUpé.
  2. Solstice

    Solstice
    Expand Collapse
    Il faut imaginer Sisyphe heureux.

    J'ai pleuré.
    J'ai perdu 30 kg depuis juin et mon dieu cette histoire, je la connais si bien. Y'a des énormes morceaux de phrases que j'ai déjà prononcé, mots pour mots. Son histoire ressemble tellement à la mienne, c'en est troublant. J'en tremble encore.
    Entendre quelqu'un dire exactement ce qu'on a au fond du cœur, ça m'est rarement arrivé avant aujourd'hui. Je sais pas si elle verra ce message un jour mais merci, tellement merci.
     
    Nour + Nad, l0ryne, machmalow et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Neillagg

    Neillagg
    Expand Collapse

    Merci Navie pour ce témoignage qui fait beaucoup écho, ça fait du bien de voir qu'il y a encore de l'espoir.
     
  4. milisky

    milisky
    Expand Collapse

    La fin m'a arraché quelques larmes. Je me retrouve dans ta conclusion Navie et adhére à 100% à tes propos sur la bienveillance.
    Ton histoire raisonne en moi alors que je n'ai pas de problème de poids.
    Mais plus un souci d'estime, un manque cruel d'affirmation, un naturel à m'effacer en société, à m'inférioriser. Tout simplement à me faire du mal. Du mal pour une raison qui m'est encore bien floue. Un mal qui est invisible, qui ne m'empêche pas de vivre, mais qui me rappelle sa présence régulièrement, qui est latent et intériorisé.

    C'est pourquoi je trouve ton parcours de vie particulièrement inspirant, encourageant, beau et universel. Merci d'oser te mettre à nu, t'affirmer, reconnaitre tes erreurs. J'aime la sincérité et la profonde humanité qui émane de toi. C'est un discours qui fait du bien.

    Voilà c'est malin, j'ai maintenant très envie de me jeter sur ton livre sur la gentillesse :taquin: , valeur si importante à mes yeux et pourtant si souvent dénigrée!
     
    Babitty Lapina a BigUpé ce message
  5. l0ryne

    l0ryne
    Expand Collapse
    They don't know my head is a mess.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Courage sur toi Navie ! Et courage à toutes celles qui doivent se faire violence, pour des raisons de santé, par manque confiance en elles, ou pour n'importe quelle autre raison. :jv:
     
  6. survivine

    survivine
    Expand Collapse
    You don't need bigger boobs, you need to read better books !

    Son double maléfique comme dirait Florence, mais beaucoup moins drôle çelui ci.
    Il pesait 45 kg le mien. Obésité morbide, TCA, ingurgiter pour se remplir de ce vide intérieur, nuit et jour, à chaque instant de la journée puisqu'il n'y a plus de notion de repas. La bouffe. Encore. Toujours. À se demander mais Quand est ce que Ca va s'arrêter ? Comme cette musique de film d'épouvante ou de thriller qui tient en haleine et s'intensifie, on sait qu'il va surgir le méchant, qu'il va se passer un truc, cet état de stress permanent qui dure et dure. Car la musique ne s'arrete pas...
    10 années d'humiliation pour ma part. Je me suis noyée volontairement dans tout cet amas de graisse pour me détruire de ma nullité. Je venais d'obtenir une thèse et je n'étais pas foutue de trouver du boulot ? La société ne voulait pas de moi ? Alors mes journées se sont enchaînées à ne faire que "bouffer". Seul'terme adequat. On ne parle pas de repas, ni d'aliments. C'est de la bouffe, répugnante, inutile, nocive, dangereuse, sans goût, juste du dégoût et de l'écœurerement.
    Un long parcours psy pour s'accepter. Mais je n'ai pas été en mesure de le faire avec ce corps là. Mon esprit le refusait. Je voulais m'aimer, après, sans tous ces kilos. Dans l'ordre j'ai mené mon combat à moi, avec une équipe médicale derrière moi, à mon rythme :
    - me réconcilier avec ce que j'ingérais. La pleine conscience, un déclic. Exercice de la faim, comprendre et ressentir mes besoins, les dissocier ces besoins nutritionnels de ces nécessités émotionnelles. Comprendre que se remplir pour oublier, pour penser exister, pour s'accepter c'est des foutaises ouais ! 10 kg de plus, merci ma diététicienne... j'ai pleuré de ce cheminement, le but était d'être en harmonie avec mes prises alimentaires et au final je me suis sentie encore plus mal. "Écoutez vous" m'a t elle sussurée a l'oreille. Elle avait raison... j'aime manger et me faire du bien désormais.
    - trouver la faille de ce vide intérieur, pourquoi vouloir le remplir, l'accepter ? Le comprendre, le laisser vivre, le chérir, la paix retrouvée à savoir l'écouter cette détresse. Le temps au temps Comme on dit.
    - la béquille chirurgicale pour la transformation finale. Mes repas n'étaient pas copieux, je mangeais peu et ces kilos s'accrochaient. J'avais besoin de cet aide moi. Je suis admirative de Toi Navie. D'avoir pu les perdre sans ce coup de pouce médical. Je l'assume désormais et c'est mon garde fou quotidien mon pot de yaourt Comme j'aime à l'appeler mon by pass.
    - et une fois l'euphorie des premiers chiffres envolés sur la balance, la réalité : Ca aurait été trop simple de croire qu'avec un 65kg affichés tous les problèmes d'estime, de confiance disparaissent. Commence la dure épreuve de se parler. De s'écouter. De se comprendre. De se dire je t'aime oui. La route est longue, arrêtons de se détruire et avançons ensemble corps et esprit. On est indissociable. Autant aller dans le même sens, à trop se haïr, on en perd tellement du temps...

    Et la spirale inverse se met en place, un nombre qui baisse, des envies qui apparaissent, se les autoriser, croire en soi, des petites victoires et chercher encore plus loin, ne plus se reconnaître, découvrir une autre. Son autre. Mais n'était elle pas deja là cette personne, bien dissimulée ?

    A l'aube de mes 40 balais, je peux enfin dire : je m'aime. Je viens de vivre mes 2 plus belles années. Et pourtant j'ai vécu des choses belles, de la naissance de mes enfants, à la construction de mon couple, de ma vie pro.
    Mais réellement, qu'il est bon de vivre sans toutes ces barrières qu'on se construit inutilement.
    Aimez-vous oui. Et Si vous n'y arrivez pas ? Parce que la tête dans le guidon, c'est ce qu'on se dit avec un sourire en coin en lisant ce que j'ai pu écrire moi et tous ces témoignages de personnes qui ont passé ce cap. Et en pleurant de douleur à l'idée qu'on y arrive pas justement nous, s'en sentant incapable. Et retombant dans l'engrenage de perte de confiance, de nullitude absolue genre "ils y arrivent eux et pas moi !". Vous y arriverez, Quand votre chemin sera tracé à votre guise. C'est vous le moteur. Pas les médecins, pas les magasins et diktats de la normalité. Yourself. Faites vous confiance. Elle est en vous cette force. Pour vous et personne d'autre.
    Et qu'il est bon de s'aimer, pour aimer l'autre.
     
  7. PoussiM

    PoussiM
    Expand Collapse

    C'est tellement beau, merci Navie :puppyeyes: je ne te connais pas personnellement mais depuis que je te suis tu m'as beaucoup aidé, à m'accepter, à déculpabiliser et à m'aimer et pour ça je te remercie. J'aimerai bien te rencontrer un jour, tu es vraiment une belle personne :jv:
     
Chargement...