Non-assistance à personne en danger : sommes-nous tous lâches ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 22 mars 2011.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

  2. La_Guincheuse

    La_Guincheuse
    Expand Collapse
    Reine de Glace

    ET bien j'ai une annecdote concernant ce sujet.
    Une amie est entrée dans une gare parisienne et a vu un jeune homme mettre deux/trois baffes à une femme plus agée.
    Ni une ni deux, elle est intervenue.
    Sauf que c'était un tournage de film et qu'elle n'avait pas vu les caméras.

    J'aime beaucoup ton article, il est tellement vrai.
    Je n'ai jamais été face à une situation de violence, mais je sais pas si je réagirai correctement.
     
  3. TabuLARAsa

    TabuLARAsa
    Expand Collapse
    Amaaazing !!

    Yep !
    C'est pour ça que, au lieu de crier "A l'aide !" ou "Au secours" qui sont impersonnels, mieux vaut INTERPELLER les gens en les impliquant + directement:
    "AIDEZ-MOI / Aide-moi ! "
    Ca multiplie bien les chances de réaction !!
     
  4. S.E.M

    S.E.M
    Expand Collapse
    Cinéphile accomplie

    Article très interessant, d'ailleurs je ne connaissait même pas l'histoire de Kitty Genovese.
    Cependant, une des choses que je n'ai jamais compris (alors évidemment je ne me suis jamais retrouvé dans ce genre de situation et je ne sais pas comment je réagirais si sa m'arrivait, donc c'est un peu facile de jugé) c'est quand un groupe est témoin d'une agression et que personne ne réagit, alors je me doute que les personnes doivent se dire "je ne suis pas seule, les autres vont agir", mais quand tu entends, par exemple, qu'une personne c'est fait agressée violemment dans le métro, qu'il y avait une dixaine de témoins et que personne n'a levé le petit doigt, sa me choque profondément, je veux dire ils sont en supérioriré numérique, ils doivent bien se douter que si ils se mettent à plusieurs ils peuvent aider la victime, non ?
    Après comme j'ai dit, il est facile de juger quand s ne nous ait pas arriver.
    Quand j'été au lycée une de mes camarades de classe état harceler par un ex et quelques uns de ces amis, alors on la surveillée histoire qu'il ne lui arrive rien, un jour on arrive pas à le retrouvée, on l'appelle la cherche dans tout le lycée, rien, on sort et la un groupe de filles tranquillement en train de fumer leurs clopes, nous disent "ils l'ont emmener par la", je ne dit pas qu'elles étaient obliger d'intervenir, 3 filles contres 6/7 mecs, elles n'ont aucunes chances, mais elles auraient quand même pû prévenir quelqu'un, non ? Alors qu'on était seulement 2 filles, ont a couru dans la direction indiquée, sans franchement penser à ce qu'on allait faire, une fois arrivées les mecs partaient, et notre amie était seule.
    Donc, c'est vrai qu'il est parfois dans notre intérêt de ne pas intervenir (quand on est moins nombreux par exemple) , mais appeler les secours est quand même la moindre des choses !
     
  5. Lenehän

    Lenehän
    Expand Collapse
    Quand je ferme les yeux, des floraisons phosphorescentes apparaissent et se fanent et renaissent comme des feux d'artifice charnus.

    Article super, merci !
    Une fois on était en centre ville, quand 4 ou 5 gars se jettent sur un jeune homme qu'ils ne connaissaient pas pour le frapper. Ma mère s'arrête, interpelle un homme d'à peu prés 1m 90 assez musclé dans la rue en lui disant " Excusez moi, il faudrait que vous aidiez ce jeune homme " L'homme a rentré la tête dans ses épaules et est parti le plus vite possible. Et personne ne réagissait... Finalement ma mère est intervenue et ils sont parti.
    Mais c'est vrai qu'on ne sait jamais quoi faire. Une fois, à Londres, j'ai vu un homme en attaquer un autre avec un couteau, j'ai crié pour avertir le reste de la foule; mais il n'y avait que des femmes et personne n'a rien fait. Je voulais faire quelque chose mais quoi ? Finalement un homme et descendu de vélo en disant un truc comme " What the hell are you doing ? "et l'autre a fui.
    J'y repense des fois et je me demande ce que j'aurais pu faire
     
  6. Lasia

    Lasia
    Expand Collapse
    Accrochée à son ordi


    Un psychologue (désolé, j'ai oublié son nom :annoyed:) à montrer grâce à des expériences qu'il ne faut pas seulement dire "aidez-moi", mais qu'il faut désigner une personne précisément genre la montrer du doigt en disant "vous la personne au pull rouge, aidez-moi" comme ça la personne est "obligée" d'agir parce que sinon elle sera jugée. (cf l'appréhension de l'évaluation dans l'article)
     
  7. miss_caro

    miss_caro
    Expand Collapse
    Heureuse, simplement.

    Il y a un livre qui raconte l'histoire de Kitty Genovese, avec l'enquête de la police, la culpabilité des 38 témoins, et l'explication de la non assistance à la personne en danger :

    "Est-ce ainsi que les femmes meurent", de Didier Decoin

    Et c'est vrai que ce livre pousse à réfléchir à ce que nous ferions dans une telle situation.

    A part appeler les flics, je n'agirais pas. Ma mère m'a toujours appris ça petite : "mieux vaut 1 blessé que 2". Ok, c'est horrible de dire ça, mais je suis pas une pro de kung fu, si une nana se fait violer devant moi, que puis-je faire à part appeler les flics? Je vais pas enfiler mon costume de Wonder Woman pour les faire fuir. Mais je pense que je crierai "Aidez là", ou que je forcerai un gros baraqué à agir.

    Mais même, dans tous les cas, personne ne peut prévoir sa propre réaction. C'est bien beau de dire "j'irai lui foutre une raclée", alors qu'en réalité, on restera peut-être planqué, ou essayer de se faire le plus discret possible en se fondant dans la foule. Et au final, personne n'agira, pourquoi moi et pas quelqu'un d'autre?
     
  8. Black Mamba

    Black Mamba
    Expand Collapse
    Meurs, pourriture communiste.

    Cet article tombe plutôt bien, je me suis fait voler mon sac hier dans le RER, et personne n'a levé le petit doigt.
     
  9. cuillere

    cuillere
    Expand Collapse
    FessebookeuZ

    Très bon article, vraiment intéressant, qui fait froid dans le dos
     
  10. Karbankoojay

    Karbankoojay
    Expand Collapse
    Bam pam thank you ma'am...

    Ah merde :erf:

    J'allais justement dire que ça tombait "bien" aussi parce que j'ai assisté à une agression à la fac la semaine dernière, et justement, je m'étais bougée, revenue en arrière pour approcher la fille et j'ai demandé ce qui se passait. Je sais, je n'ai pas couru après les types (non seulement j'étais en talons mais en plus, je n'étais pas sûre à 100% que ce soit une vraie agression; je me disais qu'il était probable aussi que ce soit des amis à elle qui étaient en train de lui faire une blague ou quelque chose comme ça) Enfin bref, je me disais que je me sentirais drôlement con d'assister à une agression et de ne même pas tenter un mini truc pour aider la personne ou la secourir. Je me trouve de mauvaise foi (mais cependant humaine) de me plaindre des agressions et des racailles et de ne rien faire une fois que je suis confrontée à une situation qui les implique. Enfin je ne fais pas rien, mais je n'ose pas faire tout ce que j'aimerais faire.
    C'est super nul.

    edit: ah oui, se faire violer devant 38 personnes?! ça, ça me fait bien flipper, brrrrrr :Puppyeyes :Puppyeyes
     
  11. Honey pearl

    Honey pearl
    Expand Collapse
    Accrochée a son ordi

    Excellent article, qui porte à réfléchir. Et je rejoins Lilou sur ce qu'elle a dit. Parfois, si on agit pas, en particulier en cas d'agression, c'est parce qu'on a peur, on se dit un peu "Le mec entrain de casser la gueule à la nana, si j'interviens seule, il va me faire pareil, voire pire" (en général, les agresseurs/violeurs/meurtriers n'aiment pas qu'on "se mêle de leurs affaires").
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Une fois j'ai hésité comme ça. Un mec m'avait baratiné un moment en essayant de me ramener chez lui alors que je marchais dans une rue animée; j'avais passé mon chemin et n'y pensais plus quand je l'ai recroisé en train de faire la même chose à une nana visiblement plus jeune que moi. Il lui tenait déjà le bras et l'entraînait avec lui. J'ai hésité à agir parce que je savais qu'il me reconnaîtrait, et qu'il la tenait tellement contre lui que j'ai brièvement pensé qu'elle pouvait être effectivement une de ses amies. Je doutais un peu, mais j'ai finalement attrapé moi aussi la jeune fille par le bras en lui disant bien fort que je la cherchais partout depuis dix plombes et qu'on allait être en retard. Le mec, surpris, l'a lâchée et la fille m'a suivie, bras dessus, bras dessous, jusqu'à une rue voisine où nous nous sommes séparées. Elle m'a remerciée chaleureusement en me disant qu'elle était soulagée que je sois intervenue, elle se demandait déjà comment elle allait faire, le type était vraiment étrange et la tirait déjà avec lui on-ne-sait-où. Sans que bien sûr personne ne lui accorde un regard...
     
Chargement...