#NonAuHarcèlement : Najat Vallaud-Belkacem présente le plan contre le harcèlement scolaire

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 29 octobre 2015.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Elesia

    Elesia
    Expand Collapse
    Ex-Otaku et Sorcière des plaines de l'éducation numérique

    C'est une excellente initiative mais comme certains, je redoute que ce ne soit pas aussi facile. Ayant été victime de harcèlement, je sais très bien que ce n'est jamais facile d'en parler et que les dispositifs d'écoute - ça existe depuis longtemps - ne règle pas la question. Il faut toujours faire le pas vers un adulte de son entourage, famille ou professeurs.
     
    Adios Badmoizelle, Dysnomia, Jimmie. et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  3. Möweh

    Möweh
    Expand Collapse

    Et donc une vidéo en partenariat avec un groupe privé, y'a que moi que ça choque.
    A priori dans ce spot si pédagogique que ça, on apprend que le harcèlement c'est seulement en cours. Nice.
    Bref comme d'hab c'est facile de faire des hastags, de faire comme si rien n'avait été fait avant maintenant j'attends juste que le travail soit fait sur le long terme et pas seulement à l'école.
     
    Maia Chawwah, Adios Badmoizelle, DvasssT et 2 autres ont BigUpé ce message.
  4. Oyuna

    Oyuna
    Expand Collapse
    Zélatrice antique

    Mon voeu pieux : Espérons que cette campagne aura les effets positifs attendus : des adultes plus à l'écoute, des élèves plus enclins à témoigner, des dispositifs plus efficaces pour juguler et stopper les diverses situations de harcèlement scolaire...

    Cela étant dit. Pour avoir été témoin de certaines choses, je crains que cela ne change rien dans certains endroits, où le coeur du problème est différent de ce que dit la campagne (et cette vidéo qui est... bon je vais essayer de me satisfaire de la justification donnée par l'article : c'est pour les enfants, voilà.)

    (Autre truc qui me fait tiquer comme cela a été dit précédemment : les procédures contre le harcèlement, le boulot de vigilance entre collègues, ça se fait déjà tant bien que mal. Cette campagne "sensationnelle" qui avait déjà fait un certain battage médiatique il y a quelques mois sent le réchauffé au micro-ondes mais je suppose ça n'engage que mon pessimisme et mon sarcasme qui commencent à être habitués aux opérations de com' du ministère qui restent sans suite sur le terrain, faute de moyens. Oui, je gueule beaucoup dès qu'on parle de l'EN, mais j'ai mes raisons de gueuler. Après évidemment, si on me propose des dispositifs concrets et efficients pour m'aider à mieux préserver mes élèves, je m'en "emparerai" et me les "approprierai", comme y disent à la DGESCO).

    Bref, et sinon je serais curieuse de savoir quelles solutions aurait le gouvernement pour une situation que j'ai vécue quelque part à un temps donné (oui, je prends des précautions au cas où on essaierait de me titiller sur le devoir de réserve. D'ailleurs je précise : j'en parle non pas en tant que prof, mais en tant que citoyenne qui use de sa liberté d'expression pour parler de faits qui l'ont choquée) :
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    J'ai parlé de ces scandales d'harcèlements étouffés à d'autres collègues qui ont connu d'autres collèges, tous étaient choqués et indignés, mais aucun n'était vraiment étonné, car chacun avait pu être témoin, au moins une fois dans sa carrière dans tel ou tel établissement, de cette fameuse politique du "NE PAS FAIRE DE VAGUES" (qui s'applique aussi allègrement lors de violences à l'encontre de profs, d'abus exercés par les professeurs eux-mêmes ou de harcèlement moral par le personnel de direction...). Et quand je me promène sur des forums de profs, il n'est pas rare de lire des faits similaires.
    Tant que dans le monde de l'EN, "Ne pas faire de vagues" sera jugé plus profitable que "Améliorer le quotidien des enfants", cette campagne risque de passer à côté d'une partie non négligeable du problème.
    Mais z'enfin, ce n'est pas partout pareil, et il faut bien commencer par quelque chose, et s'il y a vraiment un plan qui se met en place je ferai de mon mieux et mes collègues aussi (dans le nouveau collège où je suis actuellement, nous sommes extrêmement vigilants, et notre direction est impliquée et efficace). Je m'accroche au voeu pieux.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Désolée pour le pavé qui me semble aller un peu dans tous les sens, j'ai vraiment hésité à le publier mais des fois il faut que ça sorte (à chaque fois que je repense à cela mes mains tremblent de rage), et tant pis pour la forme, je crois être un peu restée dans le sujet.
     
    Maia Chawwah, Eclise, Deidamie et 9 autres ont BigUpé ce message.
  5. TD.Corpo

    TD.Corpo
    Expand Collapse
    Be Yourself - Stay Weird

    Ça fait plaisir que la démarche avance de plus en plus car oui j'ai été témoin de ce genre de situation quand j'étais plus jeune, où il parfois compliqué de savoir comment agir de la bonne manière sans agraver la situation ( faut-il prévenir les parents? Le corps enseignant? Expliquer les choses au harceleur sans qu'il est envie de recommencer et sans passer par un harcèlement en retour... ).
    Cette situation de harcèlement personnelement je l'ai vécue en tant que déléguée par le corps enseignant où l'on nous a mis la pression sur notre passage en classe supérieur si on ne dennonçait pas l'élève qui avait apporté une carte à confettis en classe. Bien qu'à l'époque ayant tous 16-17 ans nous avions expliqués à notre directeur qu'à cet âge c'est au fautif de prendre ses responsabilités et de ce dénnoncer en lui expliquant qu'on voulait bien discuter avec cette personne pour lui faire comprendre qu'il fallait qu'elle assume ses actes aussi. Au final n'étant déjà pas une amoureuse du système de l'ésucation nationale bien que je n'étais pas une rebelle en cours j'ai préférée me réorienter que d'accepter de passer dans une classe supérieur sur dénnonciation à l'époque ça en à écoeuré plu d'un certains ont acceptés le pacte d'autre non. Aujourd'hui je ne regrette pas mon choix mais ce type de harcèlement est encore plus dissimulé...
    Pour finir et en revenir sur la partie "Enjoyphoenix" l'ironie du sort de cette jeune fille est qu'elle a commencé Youtube pour s'échapper de son harcélement quotidien et se faire des amis et maintenant elle retourne un peu à la case départ c'est quand même malheureux de voir l'acharnement que les gens peuvent avoir...

    En tout cas si God save the queen – Madmoizelle save the girls
     
    pingouin'stachu, Adios Badmoizelle et Jimmie. ont BigUpé ce message.
  6. Dodoloizo

    Dodoloizo
    Expand Collapse
    Je suis une Reine

    @Oyuna je comprend pas, ya des soucis avec la réforme du collège ?
     
  7. Oyuna

    Oyuna
    Expand Collapse
    Zélatrice antique

    @Dodoloizo
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Pour en revenir au sujet, j'attends sincèrement de voir ce qu'ils nous proposeront en plus de ce qui est proposé jusque-là. Quelles améliorations concrètes, autres que de la belle com', seront proposées aux protocoles déjà existants ? Quelles formations seront proposées aux profs pour mieux repérer un élève harcelé et le prendre au sérieux, pour mieux réagir selon les cas de harcèlements qui ne se gèrent humainement pas tous de la même manière ? Sans compter d'autres questions plus chatouilleuses comme : comment empêcher concrètement un harceleur d'harceler ? Comment protéger les victimes, à part gentiment suggérer aux parents de changer d'établissement (ça s'est déjà vu) ? Comment faire lorsque ta hiérarchie refuse d'appliquer le protocole et étouffe l'affaire ?
     
    Maia Chawwah, Eclise, OpiumDiary et 4 autres ont BigUpé ce message.
  8. Patriarcaca

    Patriarcaca
    Expand Collapse
    L'autre troll, ambassadrousse, les 12.

    Oui on en parle, c'est cool, oui il y a une prise de conscience, mais ça fait des années qu'on mise sur la prévention, il y a déjà un protocole d'écoute (des parents puisque quand un enfant appelle on lui demande de passer le téléphone à un adulte). Encore une fois, on continue à faire ce qui n'a pas marché jusque là. Les chiffres du harcèlement scolaire ne baissent pas, mais on continue à faire la même chose. Encore une fois on mobilise tout le monde : les témoins, les potentiels harceleurs, les profs, les parents. Il y a qu'une personne avec qui on travaille pas, celle qui a le plus envie que les choses changent : le gamin harcelé. Encore une fois, on fait comme si ces gamins n'avaient aucune ressource, on les enferme dans un rôle de victime sans leur donner aucune clé pour s'en sortir. Former les profs à déceler le harcèlement, faire de la prévention, ok, mais une fois qu'un gamin est harcelé, une fois que le problème est là, on fait quoi ? Ben on engueule, on fait des leçons de morale. Ça ne fonctionne pas, mais on fait que ça. Il est temps qu'on ait confiance en ces enfants, en leur capacité à s'en sortir, il est temps qu'on les outille, qu'on leur apprenne à se défendre, pour que ça ne recommence pas, pour qu'ils comprennent qu'ils sont capables de faire quelque chose, qu'ils ne sont pas que des victimes. On peut être vulnérable à un moment, mais les prendre en charge c'est les enfermer dans cette vulnérabilité. Comprendre les codes de la cour de récré, accueillir la tristesse et la colère de ces enfants, puis leur donner des clés pour se défendre, construire avec eux une stratégie, c'est jusque là, la seule technique que j'ai vu fonctionner, et la seule que le gouvernement n'envisage même pas.

    Je suis l'agacement.
     
    #8 Patriarcaca, 2 novembre 2015
    Dernière édition: 2 novembre 2015
    MissMachine, Elesia, Ocytocine. et 7 autres ont BigUpé ce message.
  9. KtyKonéko

    KtyKonéko
    Expand Collapse

    toute une scolarité de harcèlement, du primaire au lycée...
    sous le nez des prof qui détournaient le regard, ou qui s'en fichaient (elle n'a qu'à se défendre)
    car tout de même, quand les élèves doivent faire des groupes, et que l'un d'eux est systématiquement mis à l’écart, c'est qu'il y a un problème, non ? Faut-il avoir faire une thèse en psycho pour le voir ?
    J'ai du mal à croire en l’efficacité de tout cela, surtout si les enseignants continuent à se contenter de ne pas regarder pour ne pas avoir à agir...

    j'ai 44 ans (bouh, chuis vieille ^^)
    et je commence tout juste à comprendre que non, je ne suis ni insipide, ni insignifiante
    que lorsqu'on rit dans la rue, ce n'est pas pour se moquer de moi,
    que je ne suis ni invisible, ni un thon,
    que je peux être (oh stupeur-ça alors!) intéressante,
    que l'on peut rechercher ma compagnie (si si) cela est incroyable, non ?
     
    Elesia, Jimmie. et Lsophieful ont BigUpé ce message.
  10. Anaïs lemillefeuilles

    Anaïs lemillefeuilles
    Expand Collapse

    Je trouve ça vraiment bien que la Ministre de l'éducation décide de s'intéresser à ce problème, et qu'une journée soit ouverte.

    J'ai été victime de harcèlement scolaire sévère durant douze ans. Douze années d'Enfer. J'en ai les larmes aux yeux lorsque j'en parle, lorsque j'y pense. Je crois que ça a commencé en CE1 ou CE2, je ne sais plus exactement. Ensuite, j'ai redoublé le CM2 à cause de mes mauvaises notes, et ça a perduré (même si cette seconde année de CM2 a été moins dure, le "leader", celui qui avait lancé le bashing contre moi, était parti). Ensuite, au collège, ça a été très dur, surtout en 4ème et 3ème. Au lycée, deux ans de CAP qui se sont "mieux" passés, et 2 ans de bac pro (je n'ai pas eu à faire la seconde) qui ont été catastrophiques et très durs.

    J'ai essayé - et réussi un peu - à me blinder mais je reste très sensible aux remarques. Quand j'apprends qu'un·e ado s'est suicidé·e parce qu'iel ne supportait plus d'être harcelé·e, j'ai envie de pleurer de rage...

    Je n'ai pas eu le temps de voir le reportage de Toute une histoire mais je vais le faire dès que possible.

    C'est génial qu'une personne comme EnjoyPhoenix (très suivie par les ados) s'engage là-dedans et ça ne m'étonne pas étant donné ce qu'elle aussi a pu vivre (le harcèlement au lycée, et maintenant sur le Net, le bashing médiatique aussi...).

    D'ailleurs, j'aimerais être "active" dans la lutte contre le harcèlement mais je ne sais pas bien où aller pour ça...
     
    KtyKonéko a BigUpé ce message
  11. Fenotte

    Fenotte
    Expand Collapse

    Ce qui serait éventuellement bien aussi, ce serait de penser à proposer un encadrement psychologique aux enfants voire adultes qui ont déjà été victimes de harcèlement. Parce que comme tu le dis bien, ça peut détruire une vie et en tout cas laisser des traumatismes profonds aux victimes, qui ont besoin d'une aide pour les surmonter et pouvoir vivre une vie d'adulte épanouie.

    Ca me rappelle une anecdote de mes jeunes années...
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    #11 Fenotte, 6 novembre 2015
    Dernière édition: 6 novembre 2015
    Lord Griffith, KtyKonéko et Jimmie. ont BigUpé ce message.
Chargement...