Numéro Une, le film qui m'a donné envie de me battre pour l’égalité

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 27 octobre 2017.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. Lilas DUPONT

    Lilas DUPONT
    Expand Collapse

    J adore cette actrice pas pour elle mm mais pour ce qu elle degage ce qu elle incarne. J espere qu elle continuera a faire ces films feministes et incarnees ces femmes fortes
     
  3. Erinnern

    Erinnern
    Expand Collapse
    Pas de désolisme.

    Je suis allée voir le film, et je trouve l'article très intéressant :v:
    Dans l'ensemble, le film m'a plu.
    C'est réaliste... jusqu'à un certain point. Il y a des scènes où j'ai pu m'identifier : la réunion où l'héroine propose quelque chose, personne ne t'entend, puis un gars reprend son idée et on le félicite. Pas besoin d'avoir des hautes responsabilités dans une boîte du CAC 40 pour avoir vécu ça :erf:
    J'ai éprouvé de la sympathie pour l'héroine mais pour moi l'identification a quand même pas fonctionné à plein, le milieu parisien très privilégié dans lequel l'histoire se déroule reste un très petit microcosme. Et on peut faire certaines critiques au féminisme des réseaux féminins.
    En fait je pense que le projet aurait encore mieux fonctionné en série à la Borgen ! Il y a matière à complexifier : est-ce que l'héroïne pourrait utliiser son ascension pour aider d'autres femmes, ou est-ce qu'elle serait tentée d'écraser "l'autre femme dans la pièce"..?
     
  4. Aktus

    Aktus
    Expand Collapse

    Je n'ai pas vu le film, mais ce qui me dérange en général dans les films qui tentent de dépeindre le monde du travail dans les entreprises françaises c'est le côté décalé justement. En général les réalisateurs et scénaristes n'ont jamais travaillé dans une entreprise, ne connaissent pas ce milieu et cela s'en ressent. Tout est toujours caricatural, exagéré, souligné avec lourdeur, les vrais sujets sont survolés, au final le film manque de finesse et de profondeur. Je n'ai pas vu celui-là et je veux bien lui accorder le bénéfice du doute mais je crains que l'on tombe dans les mêmes écueils. Apparemment le personnage principal n'est pas une "tueuse rigide" c'est déjà un bon point pour le film, car il y a une fausse croyance dans les entreprises et dans la société en général qui veut que pour qu'une femme réussisse il faut qu'elle n'ait aucun affect, fasse preuve de méchanceté et d'une extrême dureté envers ses collègues ou ses équipes. Au final l'entreprise valorise des profils de femmes toxiques, rigides et manipulatrices qui ne sont ni plus efficaces ni plus compétentes que les autres mais qui pourissent une ambiance de travail, conduisent à des burn-out, du harcèlement, du mal-être et une augmentation des risques psychosociaux. Alors que les femmes puissent s'imposer dans les entreprises est certes une nécessité mais on ne doit pas pour autant oublier le respect de l'autre et la bienveillance, cela me paraît essentiel. Et au quotidien dans les entreprises il semblerait que le profil du manager masculin caractériel, autoritaire et méprisant ait tendance à disparaître (il était temps!), il ne faudrait pas que le rôle soit repris par des femmes ambitieuses en manque de pouvoir. Une femme (comme un homme) peut être compétente, brillante, efficace, forte et à la fois bienveillante, gentille et compréhensive.
     
Chargement...