Orientation, piège à cons

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par DariaMarx, le 20 mai 2011.

  1. DariaMarx

    DariaMarx
    Expand Collapse
    ♥ la tecktonik

    Ce sujet est dédié aux réactions concernant cette actu : Orientation, piège à cons.

    Merci d'utiliser ce post pour publier vos commentaires et vos avis ;)
     
  2. Black Mamba

    Black Mamba
    Expand Collapse
    Meurs, pourriture communiste.

    Cet article est en parfaite adéquation avec ma grande angoisse du moment: 22 ans et que vais-je bien faire de ma vie? :erf:
     
  3. Maitsuya

    Maitsuya
    Expand Collapse
    Jack m'a dessiné un p'tit caca !

    La bonne vieille technique de tout mettre à l'écrit me semble vachement efficace dans le doute.
    25ans, je pensais savoir ce que j'allais faire mais en fait non... enfin bref. J'étais paumée dans mon orientation, les tests et autres trucs ne m'apportaient rien...

    Du coup j'ai écrit un long, long, LOOONNNGGGG article sur toutes les possibilités qui s'offraient à moi. Je dis bien un article, pas quelque chose pour soit comme une liste de plus ou de moins, ces trucs qu'on fait quand il faut faire des choix et qui ne marchent jamais vraiment (enfin pas pour moi).

    Je me suis mise à la place de quelqu'un dans ma situation (ce qui est assez facile hein, évidemment) et j'ai écrit l'article que je voudrais lire si j'étais dans ce cas, celui qui me manquait avec toutes les infos que je cherchais. J'ai dû faire des tas de recherches, ça m'a pris toute une aprem à écumer des sites obscurs mais le fait d'écrire petit à petit avec un peu d'organisation m'a permis de faire mes recherches dans le bon ordre et au final d'avoir bel et bien toutes mes réponses.

    Donc si vous êtes paumés, écrivez. Bon ça ne marche que si vous aimez un minimum écrire je le crains mais au pire en se forçant un peu...

    Et surtout, il n'est jamais trop tard. A 23 ans j'ai recommencé à 0 la fac. J'ai une amie dans ma promo qui en a 30. Ok on aura nos retraites à des ages pas possibles mais ça vaut le coup, j'en suis sûre.
     
  4. Reiko.

    Reiko.
    Expand Collapse
    Emplumée

    Il a aussi les passerelles et les détours entre les différentes formations qui font qu'on peut se retrouver à faire quelque chose qu'on n'avait pas du tout prévu au départ. Surprise !
    Un exemple : je suis actuellement dans un labo de recherches en neuroendocrinologie (tout ça pour dire qu'on bosse sur les hormones et le cerveau). Je viens de médecine, j'ai des collègues qui arrivent de la fac de science, parcours classique LMD, d'autres qui sont nutritionnistes de formation, ou neurochirurgiens, ou ingés, ou psychologues, ou diététiciens, ou même journalistes. Je vous dirais bien qu'il y a même une patineuse artistique reconvertie, mais ça ne serait pas vrai par contre.
    Alors peut-être qu'il ne faut pas se prendre trop la tête à l'avance et planifier toute sa carrière quand on est en 3eme mais se donner les moyens et profiter des opportunités qu'on a :raie:
     
  5. miroon

    miroon
    Expand Collapse
    :)

    Cet article me correspond complètement.

    Je me rappelle encore de ces rendez avec les conseillères d'orientation en 3ème ET en terminal... Ni l'une ni l'autre n'ont pu m'aider... Bien au contraire elles m'ont éloigné de ce qui je voulais en me disant que ne je ne pourrais le faire.

    J'ai finalement décidé de recommencer mes études (mais pour faire quoi?! Si quelqu'un pouvais m'aider ) l'an prochain à presque 23 ans, ce qui implique retourner en France ET chez papa et maman :crying:.


    J'espère juste qu'une fois que j'aurai trouvé ma voie je ne me retrouverais pas comme ça :

    Chômeuse depuis six mois, ma vie sociale s'éteint | Eco89


    En attendant de ne pas savoir quoi faire vous faites quoi? Parce qu'en attendant les délais d'inscriptions se terminent un à un....
     
  6. Nasty Wasp

    Nasty Wasp
    Expand Collapse
    Mélange instable

    J'ai connu ça aussi les interrogations sur l'orientation. Mais d'une autre façon, comme j'étais plutôt du côté "élève brillante qui s'en sort avec des notes de ouf sans jamais rien foutre", les conseillères d'orientation, prof & co n'écoutaient absolument pas mes envies et me pousser tous vers des professions qui ne m?intéressaient pas mais qui en jetaient un max (parce que "faut pas gâcher son potentiel").

    Je me suis retrouvée coincée entre les ambitions des autres à mon sujet (ceux qui projettent sur vous alors qu'on leur demande rien) et mes parents qui tiraient la tronche parce que "t'es bien gentille ma fille, mais on a pas les moyens".
    Couplé au fait que de toute façon, je n'avais aucune ambition (dans le sens où pour moi, à part quand tu sauves des vies ou trucs du genre, ba un taf c'est un taf quoi et à choisir, rentier ça me conviendrai bien), le post-bac a été compliqué.

    Entre reprises d'études et débuts de carrières, j'ai fini par trouver ce qui me plaisait, ce qui me ressemblait, et si au grand dam de ceux qui "misaient" sur moi, je ne finirai pas médecin ou avocate, ba je fais ce qui me plaît et c'est le pied.
     
  7. azertg

    azertg
    Expand Collapse
    J'aime la bière et les frites.

    Hier, je me disais justement que le côté très "élitiste" (dans le sens "tu fais L, paf, plein de portes sur ton nez parce que tu as un bac L") du système scolaire français m'intriguait assez bien, et pas très positivement.

    Je m'explique : j'ai la chance d'être dans une école où les options sont un peu à la carte, comme souvent en Belgique. C'est-à-dire que je peux cumuler 7h de sciences, 6h de math, 4h de latin et garder une base solide en français/histoire/géo/langues modernes. Autrement dit : quand je sortirai de ma rhéto, j'aurai un profil très scientifique mais rien ne m'empêchera de faire philosophie ou des langues romanes si ça me botte. Personne ne va m'envoyer paître si j'essaie de rentrer dans une école de journalisme ou en fac de lettres. Tout comme personne n'enverra paître ma copine Camille, issue de latin-grec, quand elle ira s'inscrire en médecine. Ce "droit" à avoir accès à toutes les formations me semble important... L'idée, pour moi, c'est : on te donne les outils, les cours, après à toi de te démerder si tu viens pas d'une option qui te facilite la vie, mais on te laisse la même chance que tout le monde. Pas de discrimination, positive ou négative. Et quelque part, ce système, c'est rassurant. De savoir que tu peux étudier plus ou moins ce que tu veux pendant tes secondaires, sans te fermer d'innombrables portes à cause d'un concours ou que sais-je. Ca veut dire que tu ne vas pas regretter un choix que tu as fait à l'âge de 15 ans et qui va influer sur toute ta vie.

    (Donc oui, l'orientation, c'est un peu de la bouse. Parce que même si je loue notre système scolaire, je tiens à préciser que les conseillers que j'ai vus m'ont conseillé d'être assistante dentaire ou océanographe. Moi, j'aimerais être médecin, ou faire philosophie, ou histoire de la musique, alors bon, sincèrement, les conseillers d'orientation, je capte pas trop...)
     
  8. Löki

    Löki
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    Haan, merci beaucoup pour cet excellent article. Il faut absolument que je le montre à tous les gens que j'ai "surpris".
    Comme beaucoup de bons élèves, j'ai fait le grand Chelem : Bac mention, Prépa, filière gestion bien compliquée ... sauf que, j'ai jamais eu envie de sauver des bébés phoques ou de devenir leader d'un grand parti politique. Là, maintenant,je veux lire des livres !

    Individu impressionné par un nom de prépa obscure, dont la CPE/conseillère improvisée :
    "Mais vous pouvez tout faire".
    Moi
    "Mais j'ai envie de rien faire".

    C'est peut-être ça le problème du lycée et de la fac, nous donner envie, peu importe quoi mais donner envie d'une carrière, d'une voie. Parce que pour l'instant, j'ai pas l'impression que mon métier sera "la réalisation de ma vie".

    Alors depuis peu j'ai décidé d'envoyer paitre toutes les personnes qui "comptent" sur moi, de bazarder mes belles études en gestion et de tenter une fac obscure dans l'édition.
    Je ne sais pas si ça sera mon métier, mais si je ne le fais pas, je vais le regretter. Et si ça foire, le métier ne fait pas plus le moine que l'habit.
     
  9. Isaï

    Isaï
    Expand Collapse
    Change with season

    En tant que paumée de la vie, cet article donne vraiment du baume au coeur [​IMG]

    Et à bientôt 20 ans je cherche encore ma voie...
     
  10. Mitchie

    Mitchie
    Expand Collapse
    une lumière dans la brume

    En ce moment je suis en plein dedans un an après la fac et perdu, je ne sais pas ce que je fais l'année prochaine le vide complet.
    Avant je savais que je pouvais m'orienter mais je crois que je ne prenez pas en compte les doutes que ca amène.
    Là je suis un peu une semaine à ca c'est ma voie, ah non c'est ca ou j'ai pas les notes qui faut, le talent ou l'argent (hé oui).
    Enfin cet article est très actuel pour moi.
     
  11. Siannah

    Siannah
    Expand Collapse
    .

    C'est vrai que les conseillers d'orientation au collège et lycée se contentent de regarder les notes pour savoir dans quelle case nous mettre (S, ES, L, ...). En 3ème j'avais pas la moindre idée de ce que je voulais vraiment faire. Je changeais d'avis tous le temps (ex : époque où je regardais Urgences je voulais être infirmière ^^). J'étais moyenne partout parce que paresseuse, j'aurais pu avoir des résultats bien meilleurs mais j'avais la flemme de bosser. Donc direction seconde ES. Année ratée, je m'oriente alors en STG (uniquement parce que ça semblait pas trop dur). Je jette l'éponge au premier trimestre de ma terminale, fatiguée, au bout du rouleau. Je passe malgré tout mon bac en candidat libre ("Tout ce que tu risques c'est de l'avoir" disait l'éducatrice qui me suivait). En effet, contre toute attente je l'ai. Alors je m'inscris en fac, à Tours. Dans la précipitation. Je sais pas quoi choisir. Je vais là où ma soeur est, en histoire. ça tombait bien, j'aimais bien cette matière. Mais la fac c'est pas pour moi, je m'y sens pas à ma place. Et mes parents me manquent. Nouvelle dépression, je rentre. 1 an et demi à rien glander, à réfléchir. Me voilà à 21 ans, sans aucune expérience professionnelle, avec juste un bac STG en poche. En mars, je fais un bilan de compétence grâce à ma conseillère Mission Locale. Un résultat ressort et confirme une petite idée qui me trotte dans la tête depuis un moment. C'est alors décidé : je vais passer le concours d'entrée à l'école d'auxiliaire puéricultrice. C'est en début d'année prochaine, ça me laisse le temps de faire des stages et surtout réviser. J'ai pas fait de bio depuis 5 ans. Et je me surprends à adorer ça.

    Bref, ce pavé pour dire qu'il n'est jamais trop tard pour trouver sa voie. Qu'on peut être au fond du trou, sans aucune idée, sans aucune perspective d'avenir et avoir, un jour, un déclic.
    Alors, oui je me sens en retard parce que j'ai encore jamais bossé (entre la flemme et la dépression, jamais trouvé le courage de faire des petits jobs). Mais ce qui est fait est fait. J'essaie maintenant de me concentrer sur mon projet. Rien n'est jamais perdu, en somme.
     
  12. la-mini

    la-mini
    Expand Collapse
    En quête du Graal !

    Oh là moi aussi je me sens moins seule à lire ça parce que je suis exactement (ou presque) dans le même cas que toi...sortie de terminale ni bonne ni mauvaise hop en fac d'histoire de l'art parce que c'était mon option et que j'aimais bien et...ratage puis retentage (je sais ça n'existe pas) dans une autre fac dans une autre matière flop totale déprime qui s'insinue de plus en plus pas d'ami(e)s bilan la fac ne me correspond pas je tente un DUT qui me faisait de l'oeil je n'ai pas été prise et entre désespoir, envie de tout plaquer et lucidité, je décide de passer un an comme fille au pair là comme ça au pied levé (enfin j'ai de la chance sur le coup des parents vu que ma mère me soutient et m'a dit clairement qu'elle espérait que je fasse un break parce que tout ça ne m'allait pas....bref merci maman ^^)
    enfin oui pardon je raconte ma vie mais je suis "contente" de voir que je ne suis pas la seule à être perdue et peut être à culpabiliser parce que "je ne suis pas capable de trouver ce que je VEUX FAIRE DE MA VIE" (la phrase qui sous entend que tu pars sur une chose et tu en as pour les 40 prochaines années...déprimant...
    PS : et perso les conseillers d'orientation je suis allergique; les gens du CIO que j'ai consulté en fin de 3ème n'était pas foutu de connaître l'option histoire des arts (pas rare mais pas hyper courante non plus) proposée dans un lycée à 30 km de là bref...je houhoute fortement
     
Chargement...