Orientation scolaire : 5 (plus ou moins) bons conseils

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 3 février 2012.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. albertali

    albertali
    Expand Collapse
    Pas encore amoureuse

    Merci pour cet article qui donne envie de réussir :) !
     
  3. Josephine Casablancas

    Josephine Casablancas
    Expand Collapse
    Working Girl

    Excellente idee que cet article!
    Je suis actuellement en 1e annee de master en Suede, et depuis que je suis ici, j'ai rencontre enormement de personnes venant d'autres pays europeens qui font une sorte de "pause" dans les etudes entre le lycee et la fac (presque tous les Suedois font ca, et c'est aussi pas mal rependu en Allemagne j'ai l'impression).

    Je trouve ce concept absolument genial. Certes, c'est dur quand on arrete les etudes de reprendre un ou deux ans apres, et certes 17 ou 18 ans c'est un peu jeunes pour faire un break, mais ont y gagne tellement de choses:
    - pour ceux qui decident de travailler, ca permet de gagner un peu de sous avant de commencer les etudes et ca laisse plus de temps pour reflechir,
    - pas mal de gens voyagent aussi pendant cette periode (d'ailleurs c'est super deprimant, une de mes copines suedoises a mon age, 21 ans, et elle est en premiere annee de medecine; avant elle a bosse et elle a voyage en Asie et en Afrique: rraaaaahhh),
    - pendant cette pause on peut aussi bosser dans des assoc, je ne me souviens pas exactement du nom en France, mais on est un peu remunere par l'Etat et ca permet de se faire une idee de si oui ou non on est fait pour telle ou telle orientation. Par exemple ma coloc allemande a fait un stage dans une radio apres le lycee, avant de se rendre compte que l'univers des medias ne lui plaisait pas du tout, et elle s'est completement reoriente l'annee d'apres,
    - la plupart des gens qui font ca sont du coup plus matures quand ils arrivent en premiere annee, et je pense que ca aide a reussir et a se concentrer sur les etudes.

    Je trouve que ce qui est dommage en France, c'est qu'on est pousse tout de suite apres le lycee a choisir notre orientation, et donc notre futur metier, alors qu'on a tres peu (voire aucunes) d'informations avant.
    Moi j'aurais aime qu'en terminal quelqu'un me dise que la fac ou la prepa apres le lycee c'est pas obligatoire et qu'il y a d'autres options.

    Voila voila, bon courage a toutes celles qui galerent avec les etudes, perso en ce moment je me pose plein de questions sur ma formation alors que je suis au niveau master, donc c'est un peu tard pour reprendre une nouvelle licence ou une nouvelle ecole... :sad:
     
  4. panda-panda

    panda-panda
    Expand Collapse
    Baroudeuse !

    Pour donner un petit exemple de mon cursus :

    Bac S option SVT
    Deug d'allemand
    Licence pro guide interprète national

    J'ai été guide, hôtesse d'accueil dans des structures touristiques, caissière et actuellement je suis enfin en CDI (depuis mercredi) en tant que traductrice dans une boîte de vente par correspondance.
    Pour la petite histoire, j'ai commencé l'année dernière comme assistante bilingue et pour de l'intérim à la base...

    Donc bon...

    Je plussoie le "ne pas laisser l'extérieur vous influencer" :)
     
  5. Sookie

    Sookie
    Expand Collapse
    Amoureuse

    N'oubliez pas de vous renseigner sur les concours administratifs, on y pense pas toujours.
    Et essayez de profiter de vos jobs d'été pour découvrir des secteurs que vous ne connaissez pas. Mon job d'été (bon heureusement que j'ai été pistonné, mais je sais, en discutant avec le DRH du centre administratif où j'étais, qu'ils prennent des jeunes qui déposent leur CV sans être pistonnés) a été une révélation. J'ai vraiment aimé ce que j'ai découvert et ça m'a décidé à passer un concours dans l?administration publique afin de trouver un emploi se rapprochant de celui que j'ai "presque" exercé l'été dernier. Je suis en LLCE Anglais, ça ne me servira pas vraiment, mais j'aime ça. Et je voulais être professeur en lycée, mais actuellement je n'ai pas envie de faire un master (de plus toutes les infos et les documents que je vois me rebiffent un peu) mais si dans 10 ans j'ai envie de devenir prof j'aurais déjà ma licence. Bref tout ça pour dire que si vous êtes en licence mais que vous souhaitez vous renseigner sur d'autres choses n'oubliez pas les concours administratifs, on peut faire un concours catégorie B (niveau bac pour la plupart) puis grimper les échelons en faisant des concours internes plus tard.

    Désolée pour le pavé ^^'
     
  6. Octopoussy

    Octopoussy
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Eh bien... merci mille fois pour cet article! Il arrive pile au bon moment pour moi, alors vous pouvez pas savoir comme il m'a déstressée, rassurée... parce que je suis dans une période où j'ai de plus en plus de doutes et d'angoisses pour mon futur. Je m'inquiète peut être à juste titre d'ailleurs mais bon, peut-être aussi que je m'inquiète pour rien... seul l'avenir me le dira!
    Et après tout, pour réussir, il faut d'abord essayer, non?
     
  7. laulau_croft

    laulau_croft
    Expand Collapse
    Accrochée a son ordi

    "J'ai vraiment aimé ce que j'ai découvert et ça m'a décidé à passer un concours dans l?administration publique afin de trouver un emploi se rapprochant de celui que j'ai "presque" exercé l'été dernier."

    Les concours administratifs sont HARD CORE! bon courage!
     
  8. romanesque

    romanesque
    Expand Collapse
    Fantôme récurrent

    Cette article tombe a point nommé je me posais justement un nombre de questions trop nombreuses pour mon petit cerveau !!

    Parceque justement, moi, etudiante en deuxieme année de droit qui, de surplus, l'a refait, se rend compte que le droit c'est pas fait pour elle.

    Déjà, à la base, le droit, j'y suis allée sous pression de mes parents, j'ai vu que j'y arrivais alors j'ai continué. J'ai vu que j'avais gaspillé déjà deux ans là dedans, alors j'ai continué, mais là je réfléchis et en faire ma vie :erf:
    Je n'arrive deja presque pas a me lever le matin pour aller en cours alors me lever pour aller a un boulot que j’exécrerais...

    J'ai toujours été attiré par la litterature, l'ecriture...
    Je pensais donc au journalisme, d'autant que des amis m'ont avoué me voir tres bien dans cette voie. Or justement, il ya des journalistes dans le coin.:)

    Mes questions sont donc : les etudes sont elles dures ? Sont elles compatibles aves une licence de droit ? Trouve on du travail facilement ? Comment est le metier en lui même ? J'ai peur de l'idealiser.
     
  9. Lyre

    Lyre
    Expand Collapse
    Manger. Maintenant.

    Apprendre à dire non : voila bien le meilleur conseil qui m'ait été donné d'entendre concernant l'orientation. Parce que je ne savais pas trop quoi faire en sortie de lycée, mes parents m'ont poussé en école d'ingé. Pourquoi pas, j'avais le niveau. Mais ils ont continué de pousser même quand il s'est avéré que cette voie était loin d'être la mienne. Résultat, aujourd'hui je termine ma cinquième et dernière année d'étude d'un cursus que non seulement j'aurais détesté quasiment de bout en bout, mais qui aura aussi coûté terriblement cher. Certes je vais avoir un bon diplôme, avec pour luxe ultime d'être dans un secteur qui embauche...

    Mais pour avoir vu ce que ça faisait de se lever chaque matin, pendant toutes ces années, sans porter le moindre intérêt à ce que j'allais faire de ma journée, et ajouter à ça les contraintes du monde du travail, j'opte sans hésiter pour la réorientation, quitte à devoir économiser dur pendant 5 années supplémentaires. Et tant pis pour tous ces gens plein de bonnes intentions, famille et amis, qui pensent que je suis trop bien pour le smic.

    Ne pas essayer, c'est regretter. Donc au pire, ça ne sera qu'une erreur que je pourrai me féliciter d'avoir faite.
     
  10. QueenMab

    QueenMab
    Expand Collapse
    May the Fluff be wiz you

    Ooooooooh, voilà une liste de conseils que je vais noter pour pouvoir les ressortir aux portes ouvertes de mon IUT samedi prochain ! (wé, j'adore être intervenante aux JPO)

    Je pose mon tableau perso avant d'ajouter ma petite pierre :

    Bac L spé et option arts pla
    Bac+2 en arts pla en université privée (l'UCO, pour ceux qui connaissent....)
    1 an de semi glandouille avec des cours du soir en arts dans le vague espoir de passer en arts appliqués (ce qui fut un EPIC FAIL)
    1 an chez mes parents à faire un peu d'intérim (pour gagner des sous et éviter le gros trou sur le cv) et surtout un dispositif de réorientation pour adulte (via le GRETA de ma ville)
    Et là j'entame le 2ème semestre de mon DUT en 1 an en documentation, et je m'y éclate comme une bête :) (et j'envisage une licence pro l'an prochain pour compléter tout ça)

    Brefle, das conseils :

    * TOUJOURS PREVOIR DES PLANS DE RECHANGE. Ok, tes parents éperdus d'amour te soutiennent à fond et sont prêts à s'endetter sur un siècle pour te permettre de faire LA formation de tes rêves, tes profs t'adorent et te font des lettres de recommandations en béton, tes potes te boostent à donf...mais :

    1/ C'est pas ça qui te garantira d'être pris là où tu veux, surtout si c'est dans une filière déjà pleine à craquer et/ou en filière sélective. Exemple : écoles d'arts, BTS, DUT, école de journalisme, prépa.
    Donc au lieu de choisir au pif tes 11 autres choix sur APB et de les ranger en te basant sur le calendrier maya, en partant du principe que de toute façon t'es tellement bonnasse que tu seras *forcément* pris dans la formation de tes rêves, réfléchis bien et vérifie attentivement les chemins parallèles. Ok, le résultat final auquel je veux aboutir, c'est ça, mais, est ce que cette école est vraiment la seule voie pour y parvenir ? Est ce que je peux pas faire une formation courte et me spécialiser après ? Quelle autre formation me plaît bien aussi ? Est ce qu'il y a moyen de relier les deux d'une façon ou d'une autre ?
    Parce que rappelle toi que si tu es admis dans n'importe laquelle des formations que tu as choisi, T'AURAS PLUS LE CHOIX. Tu devras aller là, point. Et tu l'auras dans le cul pour un an.

    2/ Après, si tu es admis là où tu veux, c'est cool ! Mais, et si jamais tu finis par te rendre compte que c'est pas vraiment (ou du tout) ce que tu voulais, ou que tu as une révélation mystique en plein semestre ? Et bien, d'avoir fait tout ce travail de recherche en amont te permettra d'avoir soit déjà une porte de sortie, soit en tout cas, des facilités pour en trouver une autre. Est ce qu'il vaut mieux que j'abandonne dès la fin du 1er semestre pour changer de licence ? Est ce qu'il vaut mieux que je m'accroche quand même jusqu'à la fin de l'année pour gagner du temps dans ma future nouvelle formation ? Est ce qu'il vaut mieux que je m'accroche jusqu'en 2ème année pour valider un DEUG et donc pouvoir faire telle formation en 1 an au lieu de 2 ?
    Il faut réfléchir à tout ça, surtout que ce seront pas tes profs qui t'aideront, soit parce qu'ils ont pas intérêt à ce que tu partes, soit parce qu'ils ne savent pas quelles options sont possibles (ou les 2. Perso, ma responsable d'études en arts pla a tout fait pour que je ne puisse pas lancer mes inscriptions sur APB, en "oubliant" de signer des papiers, ce genre de choses....mes parents ont même dû intervenir, c'est dire)


    * POUR LES PARENTS : NE PAS PENSER QUE METTRE VOTRE GAMIN EN FORMATION PRO AU LIEU DE LE LAISSER ALLER A LA FAC L'EMPECHERA DE GLANDOUILLER. Pardonnez les majuscules, mais j'insiste tout particulièrement là dessus, étant donné que c'est une catastrophe qui se déroule actuellement dans mon DUT.

    Parents (et élèves), sachez qu'à moins d'être dans l'armée ou en prépa, si un élève veut glander, IL GLANDERA. Et un élève qui n'a pas envie d'être là a généralement 2 façons de la faire savoir :

    1/ Il ne vient pas en cours et donc se retrouve ajourné au bout de quelques semaines (et épargne ainsi à sa classe un nuisible potentiel supplémentaire) Donc au final, il se retrouve sans rien à la fin de l'année, année passée à glander qui sera financée par vos bons soins. Donc au lieu de forcer votre ado à aller à la fac si il n'a vraiment pas envie ou qu'il ne sait juste *pas* quoi faire, envoyez le plutôt en service civique pendant un an, ou inscrivez le à la Mission Locale, qui l'enverra faire un dispositif d'orientation avec le GRETA. Dans les 2 cas, il gagnera un peu d'argent, lequel pourra être mis de côté en vu de futurs projets d'études, ou le permis de conduire. Par exemple (dans tout les cas, ça vous coûtera moins cher de l'avoir chez vous au lieu d'à l'autre bout de la France dans une boîte à chaussures non chauffée de 16m carré non elligible à l'APL qu vous paierez 800€/mois, charges non comprises)

    2/ Il s'emmerde, et le fera savoir à tout le monde, se faisant ainsi haïr de tout ses profs et de ses camarades de classe qui eux ont vraiment envie d'être là. Et, ce faisant, il perdra -100 points en maturité. Et ça peut même se solder par une expulsion pure et simple de la formation (véridique, c'est ce qui se passe dans mon DUT) Et là, pour aller s'inscrire dans la super école de journalisme ou d'art, ben...ça sera mort quoi. "Je vois sur votre dossier que vous avez été ajourné et expulsé de votre formation, pouvez vous nous expliquer ?" "Ben je me faisais chier, alors j'ai décider de le faire payer à tout le monde". Yeaaaaaaaah.

    Bref. Ca a l'air tout con dit comme ça, mais quand je vois les cas que je me coltine, je vous assure que ça me paraissait nécessaire de le rappeler :)

    Oh, et puis, une dernière chose : les DUT, ça ressemble furieusement au lycée. SAUF QUE C'EST PAS DU TOUT LE LYCEE. On attend donc des élèves qu'ils se comportent en adulte, et assument leurs boulettes et autres retards en adulte, parce que normalement après 2 ans de DUT, tu es prêt à intégrer direct le monde du travail. Et là bas, les mômes, ben ils en veulent pas.

    En tout cas, bon courage à tout les futurs bacheliers, j'espère que vous trouverez votre voie :) (et je me tiens à votre disposition pour vous renseigner sur la section info-doc, et pour les bordelais, je serais présente sur le stand du DUT GIDO de l'iut de Bordeaux samedi 11 février :) )
     
    freakycat a BigUpé ce message
  11. Antigonedream

    Antigonedream
    Expand Collapse
    If this is to end in fire, then we should all burn together...

    Je conseille aux madmoizelles collégiennes (s'il y en a) de chercher plus loin que les traditionnels bac S, ES, L...
    Il y a pleins de bac spécialisés qui pourrons vous être tellement utille pour vos études superieur!
    Par exemple si vous voulez faire des études d'art par pitié faites un bac STI Arts Appliqués, déjà ça vous évite par la suite une ou deux années de Manaa, mais surtout vous ne prenez pas le risque de ne pas être prise dans lesdites Manaa (Je rencontre genre 3-4 fois pas ans des filles qui sont coincée dans des études qui ne leurs plaisent pas car plus de place en Manaa!)

    Et qu'on se le dise ça ne vous coincera pas dans le milieux de l'art et des écoles d'art! personnellement j'ai fait ce bac là et maintenant je suis à la fac.

    Voilà je parle du bac arts parce que c'est celui que je connais le mieux, mais il en existe beaucoup de ce genre de bac (musique, théâtre, cheval... je ne connais pas les intitulés exactes) C'est bien dommage que personne ne les connaissent...
     
  12. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    En plus, avant de se lancer dans la vie, on ne connait bien souvent que peu de métiers/études, dont on se fait une idée préconcue.
    J'ai une amie comme ça, qui ne voulait pas du tout exercer le métier qui était "destiné" avec notre diplôme. Elle s'est lancée dans l'audit, elle a craqué. Elle s'est lancée dans autre chose, (je sais plus trop quoi) c'était encore pire. Ensuite elle voulait devenir commédienne mais elle a arrêté parce que marre d'avoir des mini rôles dans des assos amateurs (bah ouais mais...). Et maintenant elle veut être prof donc elle bosse le Capes chez elle en fantasmant sur la joie de transmettre son savoir à des élèves de collège avides de savoir (bah ouais mais.. bis).
    J'ai peur, j'ai très peur, que la chute soit à nouveau rude et que sa vie ne soit qu'éternelle tentative à chercher une herbe plus verte ailleurs.
    Donc oui, attention à ne pas trop rêver à des postes imaginaires, même s'il ne s'agit pas de se décourager dés que la réalité change par rapport au rêve.
     
Chargement...