Orientation, volontés et féminisme

Sujet dans 'Etudes, stage, emplois - Le Monde de l'entreprise' lancé par Selenicereus, le 14 décembre 2012.

  1. Selenicereus

    Selenicereus
    Expand Collapse
    Allons-y, Alonso !

    Salut à toutes et à tous !

    Voilà où se situe mon petit problème... Je vais essayer de vous résumer tout ça comme possible :

    - j'aime et j'ai toujours adoré l'école

    - je viens d'une famille où tout ce qui est intellectuel est très très valorisé (presque au point où tu ne vaux rien si tu n'as pas au minimum un master)

    - j'ai beaucoup cherché mon orientation, toute ma vie. J'ai voulu être organisatrice dans l'évènementiel (après avoir vu "Un mariage trop parfait"), j'ai voulu travailler aux Ressources Humaines, j'ai voulu être coiffeuse, infirmière, prof d'éco, médecin, traductrice, ambassadeur, etc.

    - j'ai fait un bac ES, et j'ai tenté un BTS de Commerce International (ce qui... ne m'a pas plu DU TOUT), et cette année je suis en première année de sociologie. Mon nouveau projet d'orientation ? Préparatrice en pharmacie.



    Mon problème ?

    Au-delà du fait que je me demande si c'est vraiment ce que je veux (j'en suis arrivée là après un long débat avec moi-même, sur ce que je voulais dans ma vie. A savoir, l'inverse de mon père, c'est à dire être présente pour ma famille (parce que je veux une famille), quitte à ne pas avoir trop de fric, et faire un métier où je suis proche des gens (merci à mon stage dans un salon de coiffure pour m'avoir fait comprendre ça)), je me demande si je ne suis pas en train de revoir à la baisse ce que je vaux.

    Parce que j'ai toujours été très bonne à l'école, et j'aime travailler, j'aime bûcher, même si depuis que j'ai quitté le lycée, j'en ai un peu marre et j'ai envie d'avoir une vraie vie maintenant.

    Et, petit complexe de plus, je me sens comme une "mauvaise féministe", parce que je choisis quelque chose qui renforce tous ces stéréotypes (beaucoup de personnes travaillant dans es pharmacies sont des femmes, et les hommes qui y sont sont souvent pharmaciens, pas préparateurs, ce qui n'est pas du tout le même niveau). Est-ce qu'on peut vraiment être féministe quand, au moment où on essaie de choisir quoi faire de sa vie, on prend quelque chose qui ne fera rien évoluer ?


    Enfin, voilà, libre à vous de m'aider à éclairci mes pensées...
     
Chargement...