Partir vivre au Québec

Sujet dans 'Forum Montréal' lancé par Berliozz, le 3 septembre 2015.

  1. Berliozz

    Berliozz
    Expand Collapse
    Page Facebook Cover : "The Jarpy"

    Bonjour les Madz ! :hello:

    Je vis en Belgique, et avec mon compagnon nous aimerions partir faire notre vie au Québec:puppyeyes:

    Le problème c'est que je vois beaucoup de Forum où les gens disent carrément d'abandonner l'idée, que c'est sans espoirs ect..
    Je suis diplômée en langues, je parle français, anglais, néerlandais et allemand, et mon compagnon a un diplôme en vente et gestion. Je me dis que je pourrais postuler dans l'administration mais apparemment ce n'est pas si simple.

    Mon post est un peu flou, j'en conviens, mais auriez-vous des idées/renseignements/conseils sur la vie quotidienne par exemple, où les démarches à suivre, quoi que ce soit qui puissent m'aider dans notre projets? :fleur:
     
  2. foliana

    foliana
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    Hello compatriote ! :happy:

    Tout d'abord je vais te dire que je reviens du Québec et que j'en ai été plus qu'échaudée. En fait, j'en suis dégoutée et réellement immunisée à la vie de ce coté du Pacifique. Mais ça, c'est mon avis :)

    Tout d'abord sache qu'en tant qu'étrangère, si tu n'as pas un diplôme ultra spécialisé (ou bien dans les filières en demande), il y a très peu de chance de trouver "en 6mois" un job bien payé. Tu es belge, ça aide pour certaines choses, mais pour d'autres non, comme les diplômes. Nos diplômes ne sont pas reconnu là-bas, tu vas donc devoir faire des équivalences pour toutes hautes écoles ou universités. Il faut en moyenne 1 an pour avoir une équivalence. Travailler dans l'administration est assez difficile (impossible ?) sans être canadienne ou sans avoir le visa de résidence permanente. Niveau salaire, ton expérience hors Canada est rarement prise en compte. Tu commences en bas de l'échelle (mais tu peux monter "facilement"). Enfin, tu parles anglais (comme moi), sauf que eux veulent du bilinguisme parfait. Vraiment parfait. Mon compagnon a fait une licence d'anglais, est "parfait" bilingue selon la France et s'est vu demander une remise à niveau en anglais parce que "vous vous débrouiller mais vous n'êtes pas bilingue".

    Ensuite tu veux vire au Québec oui mais où ? Montréal ? Québec city ? Une plus petite ville ? J'ai vécu à Montréal et on va dire que le côté gentil canadien en a pris un sacré coup. Pas de politesse, de savoir-vivre ou même de propreté (quand la neige fond après presque 6 mois de neiges et que tu retrouves les gobelets, les mégots de cigarettes, tu sens ton estomac se retourner). Il faut bien se dire que Québec ce n'est pas le Canada et inversement. Ce sont deux mondes. Presque pire que le combat flamand-wallon d'ici.

    Je continue sur la vie quotidienne. La vie est chère si tu veux vivre en santé. Je précise en santé car des fruits et légumes coûtent un bras. Si tu veux vivre plutôt dehors, tu seras heureuse, il est facile de manger pour pas grand chose dehors. mais de nouveau, faut pas regarder son assiette. Les loyers sont dans la norme, mais si tu compares avec le salaire moyen, c'est conséquent.

    Je termine pour les papiers. Tu dois donc avoir une équivalence si tu as des diplômes, tu dois avoir un visa de travail (sinon tu es reconduite fissa à la frontière), que tu peux renouveler 4 fois max avant de devoir quitter le territoire pour plus de deux ans. Je pense qu'après 4 ans tu peux demander un visa de résidence permanente, mais je ne suis plus certaine. De toute manière, tu dois compter pour un visa de travail environs 100$ pour le premier et 350$ pour le renouveler tout les ans (750$ par après). Ton permis de conduire est valable sauf si tu restes plus de 6 mois, tu dois alors demander un permis de conduire canadien (encore des frais). Tu dois aussi avoir une assurance belge le temps de trouver un travail. Ce sera par ton travail que tu auras une (possible) assurance santé (mais pas complète, c'est un peu à la carte).

    Un point bonus pour confirmer ce qu'on t'a dit. Aujourd'hui le Canada n'est plus aussi ouvert qu'auparavant. Ils ferment leurs frontières, font de l'immigration spécialisée et se radicalisent (de ce que j'ai vu dans mon quartier, on se sentait un peu mal avec le nombre de flic par mètre carré). Après ils y a des appelés, des gens qui adorent Québec (mais je te conseille de fuir vers le Canada anglophone alors) et qui ne changeraient d'idée pour rien au monde. Même les immigrants de l'ancienne génération (mon ancien proprio) m'a confirmé qu'aujourd'hui c'est franchement devenu difficile pour venir au Canada. Cela n'a jamais été simple, mais aujourd'hui c'est vraiment devenu un véritable parcours de celui qui a les reins les plus solide et le projet le mieux préparé.

    J'espère ne pas t'avoir blessée dans ton envie de partir, et si tu as des questions n'hésite pas :fleur:
     
  3. Berliozz

    Berliozz
    Expand Collapse
    Page Facebook Cover : "The Jarpy"

    Coucou @foliana !

    Pour commencer, merci de ta réponse ! :) Sache que tu ne m'as pas blessée ou quoi que ce soit, le but était justement d'avoir ce genre de regard sur le Québec, nuancé, et pas totalement "Youhou vas y fonce !" :)

    Alors, comme nous sommes belges, ça va facilités certaines de mes explications :rire: En ce qui concerne les diplômes, j'ai mon CESS, et mon compagnon a son diplôme de l'ifapme et sa gestion. C'est tout -peu- et je suis consciente que ça ne fait qu'ajouter une certaine difficulté. Un peu utopiques, nous nous disions qu'en ville (Montréal) il serait assez simple de trouver de petits jobs afin de (sur)vivre le temps de trouver quelque chose de convenable, confortable. Mais au vu de ton expérience, ça n'a pas l'air si simple.

    Penses-tu que la vie en général, en tant qu'immigrés, serait plus simple, enfin moins chère, en petite ville ? (D'après ce que je comprend, si je veux vivre à Montréal le loyer sera surement plus élevé qu'a quelques kilometres, un peu comme Bruxelles?)

    Ce qui me refroidit le plus, c'est surement au niveau des papiers.. Quand je me suis renseignée, j'ai vu qu'il fallait compter +/- 500$ de frais de dossier, administration ect et 10 000$ pour subvenir à ses besoins. Je n'ai pas entendu parler du reste. Ca signifierait que même si je commence une vie là bas (maison, boulot, ect..) je peux risquer de devoir quitter le territoire plus de 2 ans? C'est vraiment compliqué, je ne m'attendais pas à ça :red:

    En fait, ton post m'a surtout ramenée sur terre, même si du coup, je ne sais plus par où -re-commencer. Merci à toi ! ;)
     
  4. foliana

    foliana
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    @Berliozz Je suis contente d'avoir pu t'être utile sur certains sujets :)

    Pour les diplômes, de mon expérience le diplôme de l'IFAPME (j'en ai un aussi) n'est pas accepté comme diplôme mais plutôt comme une formation. Tu peux l'indiquer sur ton CV mais en règle générale cela ne changera rien. (J'ai un diplôme en restauration de meuble, je pense que comme c'était du manuel, ils étaient plus concilient que pour un diplôme de "bureau"). L'équivalence est plus que conseillé, surtout que nous sommes belges. La France a signé pas mal de conventions justement pour aider ses expatriés. Pour les langues je sais qu'il n'est pas difficile d'avoir un papier d'équivalence, il "suffit" de passer un test qui se déroule 2fois par ans (mais je ne l'ai pas fait je ne sais donc pas le coût ni le genre de test).

    Je pense que tu peux trouver de chouettes villes aux abords des plus grandes mais il faut savoir qu'ils vivent grâce aux voitures. Petite anecdote perso : nous avons voulu passer un we en nature. Une de ses collègues nous a proposé de partir pour 2 jours (voyage compris) pour Charlevoix ... 4h de voyage aller simple en voiture .... et c'est jugé "près de chez soi". (googlemap, charlevoix -montréal) Les distances sont perçues autrement. Donc même si tu vis en dehors des grandes villes, tu auras besoin d'une voiture pour travailler et faire tes courses. En ville, tu as de très bons services de transports publics (tu oublies SNCB et la TEC hein rien à voir là bas) et tu n'auras donc pas besoin de voiture mais tu dois alors avoir un choix entre la ville et la "campagne". Selon moi, la "bonne option" c'est de vivre dans une grande ville le temps de faire son trou (et ses papiers) puis de "migrer" vers la campagne avec une meilleure qualité de vie.

    Pour les papiers, je suis allée à Montréal sur base d'un simple permis de travail valable un an. Je pouvais le renouveler 4 fois (donc rester 5 ans sur le territoire) puis je devais quitter le territoire. Ce n'est pas parce que tu as eu une fois un permis qu'il sera renouvelé, tout dépend du bon vouloir du gouvernement ainsi que du manque (ou non) de mains d’œuvre dans ton boulot. Si tu as un boulot tu peux demander de l'aide (un soutient) à ton employeur, mais ils sont un peu frileux car ils doivent alors se porter garant pour ton emploi. Il faut aussi savoir qu'il est "facile" d'avoir un job mais tout aussi facile de le perdre (j'ai été congédiée du jour au lendemain, avec juste mon salaire de la semaine entamée). Cela explique pourquoi les employeurs n'aiment pas en général se porter garant pour un immigrant.

    Enfin pour l'argent oui il faut minimum 10 000$ au départ pour payer un loyer, la nourriture, les meubles, les vêtements, mais surtout il faut que tu prouves à la frontière que tu peux subvenir à tes besoins pour une durée (je pense de 6 mois minimum) déterminée, pour leur prouver que non tu ne viens pas pour vivre au crochet de la société. Je vais te donner en exemple notre budget pour un mois :

    Loyer : 750$ (appartement 2 chambres, cuisine, salon et salle de bain) (4 1/2)
    Électricité : 75$
    Téléphone portable (un) : 39$ (sans internet prévu dedans, juste sms et appel)
    Internet : 89$ (illimité)
    Course alimentaire : 280$ (en moyenne, entre 70 et 90$ par semaine)
    Carte bus/métro : 80$
    => 1280$ environ, sans être parti au resto, ni d'achat surprise, ni voiture.

    Si tu as des questions n'hésite pas je t'aiderai avec plaisir à t'aider à concrétiser ton rêve canadien :fleur:
     
  5. Bjk

    Bjk
    Expand Collapse

    Salut les Mad'z !

    Ca fait trois ans que je suis au Québec, et je fais partie de cette petite bande de gens qui aiment ce petit bout de pays :)
    Je ne suis pas ici pour vendre le Québec, et la vie quotidienne, puisqu'on a tous nos besoins, nos attentes et nos envies ;)
    Je fais surtout irruption dans cette conversation, parce que je remarque que beaucoup d'immigrés qui arrivent ici, arrivent très souvent avec l'objectif en tête de rester un certains temps ici. Sauf que pour la plus part, c'est la première fois qu'ils atterrissent ici. Donc, ils arrivent toujours avec pleins d'espoirs, que la vie d'immigré c'est ultra facile, qu'on s'adapte facilement, et surtout avec une image faussée de la réalité que les médias nous exposent ! Suite à ça, au bout de 8 mois, vient le coup de blues, les reproches, et l'envie de rentrer dans son pays d'origine avec une grosse déception.
    De ce fait, je conseil plutôt de venir en vacances ici pour trois semaines à peu près, juste pour voir le quotidien québécois, se renseigner sur les papiers, tout ça, avant de commencer de véritables démarches d'immigration. Il faut se faire sa propre opinion du pays pour vraiment choisir d'immigrer, et ne pas se fier sur les simples "on dit que" :)
    D'autant plus que comme le dit Foliana, les démarches d'immigration sont très complexes et découragent énormément un tant soit peu qu'on ne soit pas certain de son projet ;)

    Si tu as des questions sur d'autre chose n'hésite pas :)
     
    Zrouks et Madmoizelle_Ginko ont BigUpé.
  6. Madmoizelle_Ginko

    Madmoizelle_Ginko
    Expand Collapse

    je reviens aussi sur le sujet... 6 ans que je vis au Québec, que j'aime et que je déteste :-) (pourquoi faire simple heing?)
    mon conseil est semblable à celui de BJk ...
    testez !
    mais renseignez vous bien sur la culture, les mentalités, etc. trouvez vous des amis québécois ouvert à la discussion (...) bref.
    La pire erreur est de croire : " on parle français = alors on va tous bien se comprendre et ... s'entendre"
    hoouuuu-stop. c'est archi-faux. Au Québec vous allez rencontrer des gens Nord-AMÉRICAIN!
    et il y aura des imbéciles autant que des gens biens.

    venez donc 3 semaines de vacances - ou mieux si vous le pouvez... 1 an en PVT ( visa pour vacances et travail http://pvtistes.net/canada/ )
    vos diplomes ne seront un problème que si vous vous fixer des objectifs trop haut.
    commencez par trouver un travail rapidement, et petit à petit de trouver dans votre milieu. Ca vous permettra de tester plusieurs choses sans être stressés par les factures. (pas besoin d'avoir 10 000 $ sur votre compte en arrivant donc)

    ici on embauche les gens qui ont des qualifications, des compétences... même sans le diplome qui va avec.
    tu parles et écrit dans plusieurs langues, prouve-le.
    ton diplome ne sera qu'un renfort finalement.

    bonne chance en tout cas et donne nous des nouvelles ;-)
     
    Alizuko, Bjk et Morpheme ont BigUpé ce message.
  7. Alecto

    Alecto
    Expand Collapse

    @Berliozz tu as plusieurs façons de partir au Québec :
    - postuler pour un PVT, un permis vacances-travail de deux ans qui permet de travailler librement et de voyager sur tout le territoire canadien. Il se demande en janvier en général, et si tu es Belge tu as plus de chance de l'avoir qu'en France où les quotas sont épuisés en trois minutes.
    - que l'un de vous trouve un travail à distance (l'autre peut l'accompagner en qualité de conjoint de fait si vous pouvez prouver que vous vivez ensemble depuis plus d'un an) mais les démarches sont compliquées : pourquoi embaucher un étranger qu'on n'a jamais rencontré alors qu'il y a aussi du chômage au Canada ?
    - demander directement la résidence permanente, par un système de points (âge, niveau d'études, langues, etc) mais cela est coûteux (il faut posséder plusieurs milliers de dollars d'économie) et prend du temps.

    Je comprends que le Canada fasse rêver, j'ai adoré mon année là-bas, mais je trouve difficilement concevable qu'on s'imagine vivre de façon stable dans un endroit où on n'a jamais mis les pieds. Si vous n'arrivez pas à avoir de PVT, partez-y en vacances, ça vous donnera une idée de la vie au Québec. Les gens sont difficiles à approcher, la vie peut être chère, le Québec c'est grand d'ailleurs, quelle ville vous visez ? et je ne parle pas de l'hiver (j'ai survécu à -50 degrés, mais c'est pas tout pour tout le monde)

    PS : les postes dans l'administration sont en général réservés aux citoyens canadiens, aucune chance d'en trouver à distance. Et chercher du travail en visa touriste est interdit.
     
    foliana et Métempsycose ont BigUpé.
  8. moriarlock

    moriarlock
    Expand Collapse
    Take this compass all great aventurers need one. Ron swanson.

    Bonjour,
    je suis actuellement au Canada (depuis 4 semaines) pour une année d'étude en psychologie. Je suis installée dans une petite ville du quebec très chouette. Quand je suis arrivée je ne connaissais personne, mon seul repère était une fille à qui j'avais parlé 2 secondes et demi pendant une réunion d'information. Avant de partir j'ai réservé une place dans une colocation sur les résidences du campus, je comptait énormément la dessus pour me faire des amis, rencontrer du monde. Mais j'ai vite déchanté, mais 3 colocs sont trés sympa, mais trés peu présent à l'appartement. Moi qui aie toujours vécue en colocation en France et qui supporte mal la solitude que ne le vis pas trés bien. On ne partage rien ensemble, l'appartement n'est pas aménagé pour que l'on se sente chez sois.
    Bien sur depuis mon arrivée j'ai rencontré du monde, je me suis fait quelques amis, mais j'ai beaucoup de mal assumer les moments on je me retrouve seule chez moi. Je fais beaucoup d'activités, du sport, je sors,... j'essaye de me surbooker pour penser le moins possible mais malgrés tout c'est difficile. En fait plus que la solitude ce que je ne supporte pas c'est de ne pas avoir une base solide sur laquelle m'appuyer, tous mes amis ici vivent dans des colocations chouettes ou ils partagent un quotidien, parlent tard le soir entre eux... Il on se sentiment d'appartenir à quelque chose, un groupe, que je n'ai pas. Ca affecte beaucoup mon moral et j'ai du mal à me projeter dans le futur. Je suis souvent trés angoissée, j'ai une boule dans le ventre qui refuse de partir, j'ai déja demandé à la responsable des résidences si il était possible de changer d'appartement mais ca n'a rien donné pour l'instant.
    Alors à toute celle et ceux qui sont déja partis vivre dans d'autres pays comment avez vous réussis à affronter la solitude ? Comment faites vous lorsque vous vous retrouvez confronter à vous même ?
    Merci
     
    Luciolita a BigUpé ce message
  9. lahoreh

    lahoreh
    Expand Collapse
    une mite en pull-over

    Je viens apporter ma petite pierre :)
    Comme il a été déjà mentionné, tu peux venir au Canada avec un PVT. C'est sûr qu'il vaut mieux avoir des économies avant de partir, histoire d'être tranquille 2-3 mois (le temps pour s'installer - trouver un emploi) mais je pense que 4000-5000 dollars sont suffisants. C'est vrai que la vie est un peu chère, notamment au niveau des courses... ceci dit, en cherchant bien, tu as toujours des supermarchés qui, certes ne payent pas de mines (oublies les beaux Carrefours et autres), mais où les prix sont beaucoup plus abordables... (je pense par exemple à Segal's sur Saint Laurent).
    Pour ce qui est du travail, je pense qu'il faut être patient pour arriver à son "objectif" de carrière. Tu peux faire du bénévolat à temps partiel sur des missions qui correspondent plus à ton profil professionnel, et à côté prendre un petit job pour payer les factures. D'une manière générale, j'ai l'impression qu'ici c'est vraiment l’expérience qui compte et ta "personnalité". Ce n'est que mon avis évidemment. Mai je n'ai pas l'impression que de trouver un job est la partie la plus compliquée du processus d'installation (encore une fois, ceci dépend aussi beaucoup des tes attentes au niveau professionnel : si tu es plus enclines à faire des petits jobs le temps de.... ou si tu veux absolument avoir quelque chose de valorisant pour ta carrière).
    Je pense que la partie la plus difficile (pour moi), est de se créer un réseau, de faire des connaissances et rencontrer des gens. C'est très long, selon moi, quand tu n'es pas dans un contexte universitaire ou stage... et c'est ce qui peu peser le plus, et décourager à la longue.

    Et pour @moriarlock, si tu es dans une ville universitaire, il y a forcément des gens qui sont dans la même situation que toi et qui veulent rencontrer des gens, sortir etc... essaie de voir si il n'y a pas des groupes sur facebook peut-être ?
    Essaie de proposer de faire quelque chose avec tes collocs (un repas par exemple... genre pendant 4 semaines, chacun cuisine 1 foi ?)
     
  10. moriarlock

    moriarlock
    Expand Collapse
    Take this compass all great aventurers need one. Ron swanson.

    Le truc c'est que je sors trés souvent, j'ai un groupe d'amis ici, je fais beaucoup de chose. Seulement j'ai cette boule d'angoisse au creux du ventre qui refuse de partir et qui affecte vraiment mon quotidien. Je voulais savoir si d'autre on connu ca en vivant à l'étranger ?
     
  11. Morpheme

    Morpheme
    Expand Collapse

    @moriarlock Quand je suis arrivée en Allemagne au début c'était très difficile aussi, pas à cause de la solitude (j'étais avec mon mari, et je suis plutôt solitaire et casanière de toute facon) mais parce que je ne me sentais pas "d'appartenance" et c'est plus difficile à décrire... Habiter dans un pays dont on ne connaît rien, au fond, malgré une langue commune (dans ton cas) c'est stressant, on se sent un peu seul.e au monde même si on sort et qu'on a des amis. Bref, j'ai pas trop de conseil à te donner, mais dans mon cas c'est un sentiment qui s'est dissipé avec le temps donc tiens bon :fleur:
     
Chargement...