Patrimoine, argent, tracas : le topic des Madz qui ont "réussi"

Sujet dans 'Vie Quotidienne' lancé par 123pourquoi, le 13 novembre 2017.

  1. LiGie

    LiGie
    Expand Collapse
    * You're my end and my beginning *

    Je crois que j'ai pris l'ascenseur aussi mais dans l'autre sens, quand j'étais célibataire et jeune active, je flirtais avec la classe aisée :yawn: Comme quoi, la vie !

    Eh ben gros scoop : je suis carrément plus heureuse maintenant ! Ok, j'achète plus du Aubade mais on ne peut pas tout avoir :rire:
     
    Tu as raison, Faolán, Bree_ et 11 autres ont BigUpé ce message.
  2. Heather.

    Heather.
    Expand Collapse
    Mother of kittens.

    J'ai lu la discussion parce que j'ai été interloquée par le titre et je trouve qu'elle a pris un tour intéressant.

    Pour revenir sur la question du capital culturel, je pense en effet que c'est un élément à prendre en compte. Je me sens clairement privilégiée sur ce plan : j'ai fait des études généralement qualifiées de prestigieuses, j'ai réussi un concours assez difficile, je viens d'une famille qui n'est pas intellectuelle mais qui m'a permis de me cultiver et de poursuivre dans cette voie. J'ai un salaire que je trouve très correct (autour de 1600-1700 euros par mois), mais comme mon copain ne gagne pas grand chose, on a un revenu commun qui n'est pas extrêmement élevé : on touche globalement entre 2000 et 2500 euros par mois. Nos charges diverses (loyer, voiture de mon copain, assurances diverses, internet...) doivent nous revenir à environ 1000 euros par mois et on a peu de grosses dépenses à côté. Mes parents qui étaient clairement dans la classe moyenne quand j'étais petite (mon père était instit et ma mère était préparatrice en pharmacie, on est trois enfants) se sont élevés socialement en changeant de profession (ils sont clairement dans la classe aisée maintenant) et ne cessent de me répéter que c'est honteux que les profs gagnent aussi peu et trouvent mon salaire faible. C'est une question de perception j'imagine, parce que moi je le trouve très confortable :shifty:. Même avec le peu d'argent que gagne mon copain, on vit très bien à deux et on peut satisfaire toutes les dépenses qui correspondent à nos valeurs (poke @Pinceau_ ) : on mange intégralement bio, on a choisi un fournisseur d'électricité écologique même s'il est un peu plus cher, toutes les fringues que j'achète neuves proviennent de marques éthiques (mais ça concerne assez peu de choses, j'achète surtout d'occasion), même chose dans la mesure du possible pour les objets du quotidien, je donne parfois même un peu d'argent à des projets Ulule :cretin:. Il y a des exceptions (mon canapé de chez conforama par exemple :lunette:) mais c'est plus dû aux sirènes de la consommation qu'à des questions financières. Ça nous arrive d'être ric rac à la fin du mois, mais c'est souvent parce que j'ai fait une dépense qui n'était pas nécessaire. Je mets un peu d'argent de côté et mon copain a un matelas accumulé quand il vivait chez ses parents qui pourrait nous servir de petit apport si on voulait acheter une maison pas chère à rénover dans la campagne dans quelques années par exemple.
    Au quotidien, on s'autorise quand même pas mal de choses : des cours de sport, des restos de temps en temps (une ou deux fois par mois), un peu d'argent consacré à nos loisirs (les livres pour moi, les jeux vidéos pour mon copain, là aussi on achète surtout d'occasion), on voyage un peu (mais j'essaie de le faire dans une démarche écologique, sans prendre l'avion et avec des activités plutôt centrées nature qui ne coûtent pas grand chose) et j'achète régulièrement des fringues de seconde main ou de la déco (chiner à Emmaüs, ma passion du samedi :lunette:). Mon copain vient d'un milieu populaire, sa famille et ses potes sont quasiment tous en galère d'argent, et pour lui on est aisés. Je pense qu'il y a donc une grosse question de point de vue là dedans, et effectivement de définitions des besoins comme certains l'ont rappelé. A mes yeux, tous nos besoins sont comblés, il reste même un peu d'argent pour le futile superflu, et donc j'estime mon train de vie confortable, mais à côté de ça mon mode de vie est aussi adapté à mes revenus et il y a des dépenses que je n'envisagerais jamais de faire : au pif, payer 15 euros un cocktail, prendre un taxi pour rentrer chez moi après une soirée, payer 100 euros une nuit d'hôtel... De la même manière, mon copain a une vieille voiture qu'il utilise très peu parce qu'on se déplace quasi-exclusivement en vélo, et il n'a aucune envie de la changer (ni moi d'en acheter une, clairement ça me paraîtrait être une dépense inutile). Je ne suis pas du tout en train de montrer ma manière de gérer mes finances en exemple (il y aurait des choses à redire, en réalité je suis assez dépensière :lol:), je sais bien que la définition des besoins dépend de chacun (et puis bon, il y a des critères objectifs aussi : on vit dans une ville pas très chère, on n'a pas d'enfants, pas de frais médicaux...) mais je voulais juste mettre en évidence que la perception du confort financier est extrêmement variable.

    Pour en revenir au capital culturel, je pense que si j'arrive à m'accommoder de nos revenus et à vivre confortablement avec, c'est aussi justement parce que j'ai la chance d'être éduquée sur ce plan. C'est aussi une question de sensibilité personnelle qui m'a poussée vers ces questions, mais j'ai beaucoup lu sur l'écologie, l'économie, la sociologie, la justice sociale, les modes de vie alternatifs, et beaucoup d'autres choses. Je pense que ça m'aide à prendre du recul sur ces questions là et à me satisfaire de ce que j'ai sans chercher à gagner beaucoup d'argent. Je ne dis pas que l'un va nécessairement avec l'autre, je connais plein de gens très cultivés qui ont un mode de vie assez bourgeois et auraient du mal à s'en passer ou même simplement à reconnaître leurs privilèges, mais dans mon cas je pense que ça a joué. Bref, ce simple témoignage pour rappeler (même si d'autres l'ont dit) qu'effectivement, on peut être aisé sans gagner des milliers d'euros. A vrai dire, pour en revenir au sujet initial du topic, je pense qu'il y a une forme d'aisance dans la frugalité qui peut être plus confortable que les dépenses "nécessaires" liées au maintien d'une position sociale ; et j'avoue que c'est plutôt vers ce modèle là que j'aimerais tendre, même si pour l'instant, ne nous leurrons pas, j'en suis loin.
     
    #62 Heather., 14 novembre 2017 à 15:05
    Dernière édition: 14 novembre 2017 à 15:24
    Multicolorielle, Babitty Lapina, Elfe libre et 15 autres ont BigUpé ce message.
  3. didinebdx

    didinebdx
    Expand Collapse

    Comme j'ai dit au début du topic, je me considère dans la catégorie privilégié car même si je n'achete pas des choses luxueuses (parce que je trouve que c'est horriblement cher pour ce que c'est), je sais que je peux me le permettre (coucou l'appareil photo à 800€. j'ai mis justement deux ans avant de craquer car c'était d'après moi un caprice). D'après le graphique, je suis dans le haut de la classe moyenne :lunette:

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Sinon comme ça a été dit avant moi, on adapte notre train de vie à nos revenus. En augmentant la qualité des produits, en participant à plus d'activités, en sortant plus.
    Je sais que je pars plus facilement en vacances qu'avant. (Je me réconfortais en ayant pas le temps).
    Je ne considère pas que c'est uniquement parce que j'ai travaillé dure que j'en suis là mais surtout parce que je suis dans un secteur "à la mode" et qui donc recrute avec des salaires attractifs.
     
  4. Bree_

    Bree_
    Expand Collapse
    Le temps est le trésor des casaniers.

    Haeum je vois chacune parler de son argent propre.. Je me sens privilégiée mais c'est grâce à notre communisme financier au sein du couple. Je ramène la mirobolante somme de 500 euros par mois :cretin:
    Et ma fille (les allocs) 93 euros.
    On participe tous un petit peu :cretin:

    Ça me fait penser que je tiens à constituer une solide épargne à notre fille. Pour qu'une fois adulte, elle puisse faire les études de son choix (si elle souhaite en faire) ou s'installer plus facilement. Et si par hasard elle devait être aussi heureuse que moi dans le circuit classique de l'emploi (coucou burn out, dépression et prise de recul du système du monde du travail ) et bien,elle aura aussi de quoi penser à sa santé mentale avant le reste. Elle pourra faire des erreurs, choisir de se poser quelques temps au besoin.
    Parce que parfois je me dis que si je n'avais pas mon mari, dans le monde tel qu'il est pensé, je ne sais pas comment je m'en sortirais..
     
    AprilMayJune, lunimya, Babitty Lapina et 8 autres ont BigUpé ce message.
  5. didinebdx

    didinebdx
    Expand Collapse

    @Bree_
    Je ne parle que de moi parce que nous sommes sur l'internet du monde (et qu'il est tellement compliqué sur la partie anonymat sur internet que bon).
    Dans la vie de tous les jours on a chacun nos comptes perso mais mon argent c'est un peu le sien et inversement. Mais nous ne sommes ni marié, ni pascsé donc... Donc officiellement le seul lien financier que nous avons est le bail de notre appart :rire::rire:
     
    Bree_ a BigUpé ce message
  6. zohra_larousse

    zohra_larousse
    Expand Collapse
    Desperate Housewives sans les dollars

    Avec tous vos messages vous m'avez fait revenir sur terre! Avec mon salaire et celui de mon mari ( 2500€ net/mois) je nous voyais riche surtout que nous avions reussi à vivre un moment à deux sur un RSA (environ 500€) mais non nous sommes encore pauvres (euh classe populaire:yawn:). Aprés je pense que ça depend de la perception que l'on en a, notre revenu commun nous permet de sortir,de se faire des petits plaisirs et de mettre de coté (un peu moins de 5%), on ne se prive de rien et on ne se sent pas pauvres. C'est sur que nous ne pouvons pas faire construire, ou s'acheter le dernier SUV à 30 000€ mais ma twingo nous convient donc bon!
    Mais sur l'idee de @Pinceau_ (ou je me trompe peut être!) si nous avions plein d'argent deja nous acheterions une maison avec jardin, on aurait une fille au pair, et un monospace avec un grand coffre pour la poussette, on voyagerait souvent, on ferait construire une maison aux parents de mon mari en Afrique avec une dependance pour nous venir en vacances, j'investirais dans une affaire par labas car le tourisme se developpe. On mangerait que des trucs bio et équitable et on irait plus chez Auchan. J'aurais une femme de menage. Et on investirait dans l'immobilier écologique. Aujourd'hui tout ça n'est que des envies, des plaisirs, l'integralité de nos besoins sont comblés, donc tout va bien!
     
    Babitty Lapina, Biancaa, Cornélie et 3 autres ont BigUpé ce message.
  7. Emi49

    Emi49
    Expand Collapse

    Selon le graphique, je suis née classe populaire et je suis maintenant... classe populaire :lunette:

    Merde, il fallait que je tombe sur un ascenseur en panne... Peut être que wikihow peut m'aider... https://fr.wikihow.com/sortir-d'un-ascenseur-en-panne :lunette:

    En vrai ça me va, je ne consomme presque rien à part la bouffe et je ne travaille pas énormément, je suis ma propre patronne (dans l'artisanat, j'ai vite compris qu'il fallait que je quitte le monde du salariat si je voulais conserver mon intégrité physique) donc je travaille un peu quand je veux et vu mon tempérament de grande flemmarde, je suis plus proche des 20h/s que des 35h/s :cretin: Si je me bougeais un peu les fesses, je pourrais être au salaire médian mais bon... je m'en fous complètement de gagner plus.. :ninja:
     
    Multicolorielle, Babitty Lapina, Cornélie et 3 autres ont BigUpé ce message.
  8. Loo-kat

    Loo-kat
    Expand Collapse
    am I gonna get myself back home?

    @KrissdeValnor T'es agressive, et euuuuh...j'ai pas mérité ça :oo:
    J'ai cité la phrase qui me gênait le plus dans ton post, à savoir que parce que tu travaillais beaucoup, tu méritais d'avoir plein d'argent (en gros, hein). J'ai réagi, développé, également rebondi sur les propos de @123pourquoi (d'où les propos sur les impôts).
    Je suis désolée si tu t'es sentie visée, sinon.
    Et ayant des parents profs et infirmiers, je ne comprends pas comment tu peux dire des trucs du genre "on est pas privilégiés, on a de l'argent parce qu'on travaille beaucoup". :dunno:
    La majorité des gens travaille beaucoup. Et je ne parle pas des responsabilités. Une petite partie seulement a en récompense un gros salaire. Ce sont des privilégiés. Des chanceux. Ce n'est pas une situation juste.
     
    Sol Invictus, Multicolorielle, Ouestrion et 4 autres ont BigUpé ce message.
  9. PetitePaille

    PetitePaille
    Expand Collapse

    @Loo-kat
    Je pense qu'en fait seulement estimer que ce sont des "privilégiés" et des "chanceux" ça ne passe tout simplement pas forcément. Alors oui il y a plein de gens qui ont eu une famille aisée bien évidemment mais tu peux pas réduire tous les gens aisés à "c'est un coup de chance, vous ne méritez pas votre argent".

    Je te prends l'exemple de mon père, famille loin d'être riches, un père vieux qu'il a pas mal aidé, il a fait un bac pro, rien de bien folichon donc.
    Ensuite il a travaillé comme tout le monde et il a eu une fille à 20 ans puis vers ses peut être 25 ans il a fait toutes ses études (bac +8 ) par correspondance la nuit ou quand il avait du temps libre. Ensuite il a bossé beaucoup beaucoup d'heures pour gagner sa vie et être à son compte. Aujourd'hui il fait parti des riches et ce n'est pas de la chance. Il a accepté de bosser beaucoup, de partir d'en bas et de prendre ses responsabilités donc oui c'est normal qu'il gagne plus.

    Tout ça pour dire que des selfmade men ou women c'est pas le plus courant mais ça existe, donc à ta place je mesurerais mes propos puisque tu ne sais pas qui est derrière l'écran et quels sacrifices la personne a fait pour en être là ou il en est. Parler forcément de chance c'est tout simplement irrespectueux pour ces gens là.
     
    Biousse, UranusMarie, Odinn et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  10. Loo-kat

    Loo-kat
    Expand Collapse
    am I gonna get myself back home?

    @PetitePaille Je suis désolée de t'avoir blessé (mon but n'est pas de blesser qui que ce soit). Le truc c'est que je crois que je ne réfléchis pas de cette manière là. J'admets que faire beaucoup d'études rend compréhensible un salaire un peu plus élevé car on investit dans un futur, et aussi parce que c'est un choix (mais là encore, le système est injuste car biaisé. Tout le monde n'a pas le choix. Ce qu'a réussi à faire ton père est admirable, mais rare.).

    Je trouve toujours que c'est une question de chance. Pas parce que les gens n'ont aucun mérite, mais parce que certains vont bosser 20h par jour pour s'élever socialement, et que ça va échouer. Parce que des parents vont sacrifier leur santé pour leurs enfants, et que malgré tout ça ne suffira pas. Mériter un gros salaire, des opportunités, ça ne suffit pas à les avoir, dans la réalité.
    Mon père aussi a bossé pour ce qu'il a. Sa sœur qui touche pas la moitié de son salaire a énormément travaillé également, pourtant.
    Ce n'est pas juste. C'est injuste pour ma tante, c'est injuste pour les gens qui passent leurs nuits à étudier (en s'occupant des enfatns + boulot, etc.) pour échouer aux mêmes tests dix fois, c'est injuste pour celleux qui ont un boulot dangereux/à responsabilité/pénible, sans reconnaissance financière derrière.

    Et ce n'est pas dire que les gens qui réussissent ne le méritent pas que de reconnaître que le système est injuste et que certains sont privilégiés.

    SINON
    Je suis très satisfaite de voir avec ce graphique que "aisé" représente l'image que je m'en étais faite, à savoir plus de 2000/mois seul. :cretin:
     
    Maia Chawwah, Multicolorielle, Silure_ et 7 autres ont BigUpé ce message.
  11. Clematis

    Clematis
    Expand Collapse

    @PetitePaille
    Il n’est pas question de dire que les plus aisés n’ont bénéficié que de la chance. En fait, le conflit est là parce qu’il est difficile d’accepter d’entendre: « c’est normal que je sois riche, j’ai travaillé beaucoup. » Quand on a soi-même beaucoup travaillé et qu’on n’est pas riche.
    En fait il faut faire hyper gaffe dans les deux sens.
    Certaines personnes qui ont travaillé dur sont riches. Mais pas toutes. Et il peut être vrai de dire qu’un peu de chance peut permettre de faire partie des premiers. Ça ne remet pas en question le travail produit et peut être la souffrance. Mais ça permet de ne pas insulter les plus pauvres en sous-entendant involontairement qu’ils n’ont pas assez travaillé.
     
    Multicolorielle, Lilliy, Kettricken et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  12. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Je pense aussi qu'il y a une question d'époque, ce n'est pas le même contexte entre nos parents et nous-mêmes. :dunno: Mon père a commencé guichetier dans une banque, sans le bac, et il a fini en haut de l'échelle avec un très très bon salaire. Mais de nos jours c'est beaucoup plus difficile de faire sa route dans une seule même entreprise, en commençant notamment sans diplôme etc.
     
    Multicolorielle, Nebullulaby, Faolán et 13 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...