Petits mots d'Hope.

Sujet dans 'Forum Ecriture' lancé par Hope., le 13 août 2010.

  1. Hope.

    Hope.
    Expand Collapse
    Color my life with the chaos of trouble

    Textes, mots & maux, messages volants. Je regrouperai mes écrits sur ce sujet.
    Le sujet des Trente Lettres a attiré mon attention, je commence donc ce sujet avec la 11e lettre.



    Day 11 ? Une personne décédée à qui vous souhaiteriez pouvoir parler


    A.

    Je suis passée devant chez toi, encore une fois aujourd'hui. Et comme à chaque fois un sourire se dépose sur mon visage lorsque je vois notre cabane dans l'arbre.
    J'aimerais revenir en arrière et être dans cette cabane à réinventer le monde. Etre toutes les deux à jouer et faire comme si plus rien n'existait autour. Je ris en repensant aux spectacles que nous montions ensemble sans réussir à les finir puisque chacun finissait par des fous rires.
    Ton rire. Il me manque tellement. J'aimais rire avec toi, être enfant. Rire de tout sans penser à rien d'autre. Faire éclater nos rires et les faire résonner dans le tunnel du petit bois. Puis partir en courant sans cesser de rire, des bouquets de boutons d'or dans les mains.

    J'aurais aimé ne pas être seule allongée dans l'herbe un soir à contempler les constellations. J'avais et j'ai besoin de ma meilleure amie pour trouver la grande ourse. J'aimerais la trouver avec toi, et non être là à te chercher parmi toutes ces étoiles. Je t'ai cherché parmi tous ces points brillants parsemant le ciel, dans cet infini. En me demandant ce que tu pensais de moi maintenant, si tu me voyais, si tu étais fière de moi...
    Et j'étais là, mes boucles brunes tombant sur mes épaules. J'étais seule et je me suis laissée aller. Sans raison, les larmes coulaient, à flot. Sans raison, elles glissaient sur mon visage. Sans raison, le chagrin m'innondait, et je restais là, touchée. Sans pouvoir rien y faire. Sans pouvoir m'arrêter. Je ne cessais de regarder le ciel, de penser à toi. Puis mes sanglots ont résonné moins fort, pour finir par s'éteindre. Je me suis levée. Je suis allée sur la balançoire et avec mes joues mouillées, je me taisais. Juste là je contemplais la vie. Je contemplais la vie que tu ne pouvais partager.

    Et j'étais là comme une enfant à me balancer en me disant que je voudrais pouvoir tout mettre dans une boîte. Tout enfermer. Je voudrais pouvoir ne rien oublier tout en y pensant pas. Pouvoir ouvrir la boîte quand je veux... J'avais et j'ai encore en ce moment meme des perles qui glissent de mes yeux sans que je ne m'en rende compte. Mon regard se perdait & ma vue se troublait... Le vent glissait dans mes cheveux. Frôlait mon visage. Contournait mes larmes et me berçait. C'était toi.
    Je te sentais tellement là, impression bizarre, l'impression que tu étais près de moi.

    Alors aujourd'hui je me dis que tu fais partie de moi. Tu es dans mon coeur, tu n'es pas loin... Ainsi j'avancerais dans ma vie, toujours avec ton souvenir, ta rage, ta force, et ta sensibilité... Tout en te criant des Je t'aime que tu n'entendras jamais. Mais je sais que tu le sais... Je ne peux m'empecher de te l'écrire : Je t'aime. Tu as été et es toujours ma meilleure amie. Merci de faire partie de moi, et d'avoir fait ce que je suis.

    J.
     
  2. Hope.

    Hope.
    Expand Collapse
    Color my life with the chaos of trouble

    Day 30 — Votre reflet dans le miroir

    Mais regarde toi. Regarde toi vraiment. Pas cette image de toi que tu vois là. Pas ce visage entouré de boucles brunes. Plus profond. Regarde toi. Regarde à l’intérieur de tes yeux. Oui. Là. Là tu peux voir la détermination, la passion, la souffrance aussi. Je ne veux pas de physique, de superficiel. Non rien.
    Là, tu es cernée jeune fille. Tu ne peux pas faire semblant avec toi même. Tu ne peux pas sourire avec tant de facilité comme tu sais le faire. Je parle de profondeur, et tes lèvres rouges et tes cils allongés n'y feront rien. Car oui, là c'est juste toi. Pas toi et un autre. Juste toi et toi.

    Alors oui. Tu es forte pour faire semblant pour dire des tout va bien à tout va. Mais au fond qu'est ce qui est réel? Je te parle de ce que tu ressens, de ce que tu es. La vie n'est pas un jeu où il faut continuellement faire semblant. Tu ne peux pas toujours tricher. Même si, oui, tu es forte à ce jeu. Tu es forte pour tromper les gens et pour leur cacher des choses que personne ne sait. Pour préserver des secrets et des souffrances. Mais pour quoi? Pour t’empêcher toi même de faire renaître certaines pensées? Pour protéger les autres? On te l'a déjà trop dit. Tu penses trop aux autres pas assez à toi.
    Alors arrête. C'est bien beau de vouloir faire le bien mais nous ne sommes pas dans un monde utopique. Le pays des Bisounours n'existe pas. Et tu le sais. Tu ne le sais que trop bien. Alors cesse de vouloir préserver les autres. Arrete de faire la gentille car a force de l'être on est détruite. Et c'est ce que tu es. Je le vois. Là. Avec tes pupilles qui brillent. Arrete. Arrete de retenir tes larmes. Pleure s'il le faut. Ne le montre pas si tu y tient tant. Mais je ne veux plus. Je ne veux plus voir une pupille brillante sous un sourire. Alors essaye, essaye de faire le tri dans tes pensées. Meme si je sais que tu l'as déjà fait. Tire des traits. Des gros. Au feutre noir. Et barre, barre toutes ces idées sombres qui s'engouffrent en toi et qui te mangent à l’intérieur. Fait partir tous ces vautours. Raye en premier cette personne qui dernièrement t'a blessé. Oui. Lui. Je ne veux plus le voir au fond de tes yeux. Rien. Reprends toi. Raye le, barre le. Certaines personnes, certains actes et certaines choses n'ont pas à te gacher. A gacher ta vie. A gâcher ce que tu es et vas être.

    Tu es bien plus forte que tu le penses. Tout ce que tu gardes au fond de toi t'a rendu plus forte. Et tu sais en jouer. Oh ca oui, tu sais tellement bien le cacher. Mais je veux te voir éclater de rire devant ce miroir comme avant. Avoir des yeux pétillants de joie et de bonheur quand tu passes devant une glace. Je veux que toute cette peine intérieure parte. Foute le camps.
    Alors non, je ne dis pas que tu n'as pas déjà fait un grand pas, car c'est le cas. Mais tu peux en faire un plus grand. Tu n'as pas besoin de prouver aux autres que tu peux être heureuse. Tu dois te le prouver à toi même. Et pour ca, pas de jeu, pas de tricherie. Pas de faux semblants. Juste toi.

    Mais tu crois que je ne l'ai pas vu là, ce sourire en coin et ces yeux pétillants qui viennent d'éclater? Je la sens cette force. Cette détermination à aller mieux. A prendre le dessus sur tout ça. A aller de l'avant. De toute manière je le savais. Je le savais que tu allais être cette personne que tu souhaites être, que tu essayes de montrer aux gens.

    Alors regarde toi. Là maintenant tout de suite. Oui je te vois. Je me vois. Je me vois en train de ressasser ma vie. En train de voir que finalement, un cap doit surement être passé. Il est grand temps. Je suis capable de tout. Je suis plus forte que tout.
    Et je me vois. Face à ce miroir. Face à mon image. Je souris. Mes yeux brillent, et ce n'est pas de la peine qui en ressort. Mais de la volonté. Et de l'espoir.
     
Chargement...